Tour des Amériques : Le Pérou
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

Tour des Amériques : Le Pérou Nous présentons une famille très sympathique, les Mériguet. Ils ont fait un long voyage avec leur camping-car et une lente promenade. Ils sont partis en octobre 2008, ont parcouru les Amériques sud, centrale puis nord et sont revenus en mai 2010. « 18 mois d'une profonde immersion en terre inconnue, rythmée par nos découvertes et nos rencontres ». L'équipage est composé de Stéphanie (« un peu artiste, mais surtout maman »), d'Olivier (« photographe, une idée à la seconde ») et des enfants : Robin 11 ans (« un oeil et une oreille sur tout ce qui bouge ») et Lola 8 ans (« le petit soleil de l'équipage »). Le véhicule, un Arca 720 GLT sur porteur Iveco 37C18. Leur voyage est détaillé sur leur site www.meriguet-tour.com, vous trouverez ci-après deux extraits de leur passage au Pérou aux lignes de la vallée de Nazca ainsi qu'au célèbre Machu Picchu. Depuis leur retour ils travaillent sur leur e-boutique et la création de leur marque « Traits du Monde » (voir page 84) www.traitsdumonde.com à partir de la fin avril 2011. LLee vvooyyaaggee aauu PPéérroouu JJuuiilllleett 22000099 :: llaa ccôôttee ppaacciiffiiqquuee eett llee nnoorrdd dduu Pérou Pour rejoindre Nazca, une route de montagne et de nombreux cols au-dessus de 4000 mètres. Des paysages sublimés par de récentes chutes de neige. Des lamas, des vivognes et autres troupeaux paissent tranquillement entre les flaques gelées.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 avril 2011
Nombre de lectures 25
Langue Français

Exrait

Tour des Amériques : Le Pérou

Nous présentons une famille très sympathique, les Mériguet. Ils ont fait un long voyage avec leur camping-car et une lente promenade. Ils sont partis en octobre 2008, ont parcouru les Amériques sud, centrale puis nord et sont revenus en mai 2010. « 18 mois d'une profonde immersion en terre inconnue, rythmée par nos découvertes et nos rencontres ». L'équipage est composé de Stéphanie (« un peu artiste, mais surtout maman »), d'Olivier (« photographe, une idée à la seconde ») et des enfants : Robin 11 ans (« un oeil et une oreille sur tout ce qui bouge ») et Lola 8 ans (« le petit soleil de l'équipage »). Le véhicule, un Arca 720 GLT sur porteur Iveco 37C18.

Leur voyage est détaillé sur leur site www.meriguet-tour.com, vous trouverez ci-après deux extraits de leur passage au Pérou aux lignes de la vallée de Nazca ainsi qu'au célèbre Machu Picchu. Depuis leur retour ils travaillent sur leur e-boutique et la création de leur marque « Traits du Monde » (voir page 84) www.traitsdumonde.com à partir de la fin avril 2011.

Le voyage au Pérou Juillet 2009 : la côte pacifique et le nord du Pérou

Pour rejoindre Nazca, une route de montagne et de nombreux cols au-dessus de 4000 mètres. Des paysages sublimés par de récentes chutes de neige. Des lamas, des vivognes et autres troupeaux paissent tranquillement entre les flaques gelées.

Nous tenons absolument à découvrir les lignes et géoglyphes gigantesques qui ont été tracés dans la pampa non loin de Bazca, mais la seule façon pour les voir se fait par voir aérienne.

À l'aérodrome de Nazca, nous réservons un petit Cesna 6 places pour le lendemain à la première heure. À 6h30, nous sommes sur place avec nos amis Claude et Alain.

Comme tous les jours en cette saison, le plafond de nuage est trop bas pour s'éclaircir vers 10 heures. L'employé de la compagnie aérienne aurait pu nous faire venir plus tard, mais nous avons l'avantage d'être les premiers sur la liste. À 11 heures, la visibilité est parfaite, nous décollons pour 30 minutes de grand bonheur.

Les lignes et géoglyphes doivent dater des ans - 300 à - 600 avant JC. Ils sont attribués à la civilisation Nazca. Ils font partie des plus grands mystères archéologiques de notre planète, cependant il semblerait qu'ils constituent un calendrier astronomique.

Le pilote nous promène au-dessus de chacun des principaux dessins et nous les montre en effectuant des virages tantôt à gauche, tantôt à droite afin que l'on puisse les observer sous tous les angles. À chaque volte face de l'appareil, notre estomac se retourne, mais le spectacle est vraiment à la hauteur.

Après avoir vu la baleine, voilà les trapèzes puis l'astronaute sur sa colline, puis le singe avec sa magnifique queue en spirale, encore avec le petit chien, le gigantesque condor de plus de 100 mètres, le colibri, l'oiseau serpent avec son bec démesuré, le perroquet et enfin les mains et l'arbre collé à la Panaméricaine. Leur symétrie est parfaite et leur tracé des plus rectilignes (Toutes les images sur www.meriguet-tour.com).

À la fin du vol, nous sommes tous barbouillés, mais nous n'avons pas eu à sortir les poches plastiques... Le spectacle fut vraiment époustouflant. Étape suivante la belle laguna d'Huancachina. Un oasis en plein désert, à côté d'Ica.

Juillet 2009 : sur les traces des Incas

C'est en arrivant à la nuit tombée à Cuzco que nous avons une vue illuminée de cette magnifique ville.

Nous nous installons dans le jardincamping d'un hollandais qui accueille de nombreux voyageurs comme nous.

Cuzco est l'ancienne capitale de l'empire Inca et mérite le détour aussi bien pour connaître sa population, son histoire et son architecture. La Plaza de Armas est majestueuse avec la cathédrale, les arcades, les pavés... Pour aller au Michu-Picchu, nous avons le choix entre train et très longue marche. Le charme et l'attrait de ce site, c'est précisément son côté inaccessible. La cité perdue, en haut d'une montagne... au coeur de la jungle. Avant la gare de départ du train d'Ollantaytambo, nous faisant une halte aux ruines de Pisac. Un site immense perché sur un piton rocheux. Des terrasses cultivées et très bien irriguées.

À Ollantaytambo, nous avons la chance qu'un hôtel accepte le gardiennage de BEF (notre camping-car).

Le samedi 18 juillet à 8h30, nous nous pressons à la gare. Il y a du monde dans le train, le paysage passe de montagnes arides à montagnes et végétation denses. Débarqués à Agua Calientes, nous allons directement au restaurant d'un français, Patrick, que nous avons rencontré par hasard la veille et qui vit là depuis 15 ans. Il nous conseille un hôtel pas loin puis dégustons chez lui (L'Indio Feliz), une excellente quiche lorraine . Le lendemain, nous sommes à 6 heures du matin dans la rue à faire la queue pour prendre le bus.Des mini-bus se succèdent toutes les 5 minutes. Nous évaluons à 600 le nombre de touristes devant nous. Le bus mettra 20 minutes à parcourir un chemin sinueux et étroit.

Lorsque nous arrivons sur le site, le soleil va bientôt passer par dessus la montagne et c'est à cette heure matinale que les ruines se parent de la plus belle lumière. Vite photo ! Il y a un monde fou, en juillet, nous sommes en pleine saison. Les groupes défilent mais nous prenons le temps de savourer l'instant et d'en prendre plein les yeux.

Le site n'est pas immense, mais les ruines sont bien conservées, depuis leur découverte en 1911.

Comme dans toutes les cités incas, nous retrouvons le même schéma : une porte d'entrée unique, des quartiers nobles, des temples, des bains, des fontaines, des canaux d'irrigation et toujours ces fenêtres et niches de forme trapézoïdales. Une large place marque la séparation avec les quartiers profanes où l'on retrouve des constructions plus simples de maisons, greniers et les fameuses terrasses. Ici sur ce site, plus que la qualité des constructions, c'est l'emplacement de la cité, la forme des montagnes qui l'entourent, comme la fameuse Wayna Picchu (jeune sommet) qui en accentuent la beauté, on a l'impression d'être dans un état suspendu... Nous déambulons dans les ruines toute la journée.

Malgré la foule et le prix de l'excursion, nous confirmons : le Machu Picchu mérite bien son titre de merveille du monde.

Le soir nous retournons chez Patrick, le lendemain nous reprenons le train et retrouvons notre maison roulante. Texte et photos d'Olivier Mériguet

Chez les Mériguet, les super-idées ne manquent pas. Ils créent leur propre marque : « Traits du monde ». Des tee-shirts et accessoires en chanvre et coton bio mélangés (Photographies et détail dans le prochain numéro). Visitez leur nouveau site : www.traitsdumonde.com. Patientez (courant avril 2011) et encouragez-les dans leur nouvelle aventure ! Ils sont trop sympas !