Oui, Jérusalem, terre de Dieu
2 pages
Français

Oui, Jérusalem, terre de Dieu

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
2 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Oui, Jérusalem, terre de Dieu

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 97
Langue Français

Exrait

Oui, Jérusalem, terre de Dieu
Extrait du DESINFOS.COM
http://www.desinfos.com
Oui, Jérusalem, terre de Dieu
Source : Rivon Krygier - rabbin de la communauté
Adath Shalom de Paris, affiliée au Rassemblement
mondial des synagogues massorti.
Date de mise en ligne : jeudi 1er février 2001
TOTALEMENT marginale et inconsidérée : telle est, avec tout le respect que l'on peut porter
à mon confrère le rabbin David Meyer, la position exprimée dans son point de vue «
Ni terre
promise ni terre sainte », paru dans votre page «
Débats » du 9 janvier, à en juger par
l'ensemble des déclarations en Israël et dans le monde juif.
Bien plus qu'un appel au gouvernement d'Israël à faire preuve de bonne volonté politique, le propos de ce texte est
de faire peser sur l'Etat juif l'entière responsabilité du conflit et de l'impasse dans les négociations en raison d'une «
inversion des valeurs ». Le peuple d'Israël se serait compromis et perverti en faisant «
passer les notions de sainteté
et de sacré -de la terre- avant celles du sens éthique et du respect de la vie humaine ».
Mais comment peut-on parler d'«
idolâtrie du Grand Israël », alors qu'il est si minuscule au regard du vaste
monde arabe
et alors que, de surcroît, le gouvernement israélien s'est justement déclaré prêt à rétrocéder la
quasi-totalité des territoires occupés en 1967 ? Comment ne pas voir que la question territoriale est avant tout un
enjeu de défense stratégique pour Israël, face à la menace constante et au désir jamais franchement renié par une
grande partie du monde arabe d'effacer l'Etat d'Israël de la carte du Moyen-Orient ? S'il est bien une chose dont le
gouvernement Barak a fait preuve au cours de son mandat, c'est la volonté déterminée et sans précédent de mettre
fin à ce conflit sanguinaire, au prix de la renonciation large et douloureuse à la pleine possession de la «
terre
promise » !
S'agissant de Jérusalem, et plus précisément de ce que les uns appellent esplanade des Mosquées et les autres
mont du Temple, la prise de position qu'a laissé entendre le gouvernement d'Israël au cours des récentes
Page 1/2
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents