ARGU FLASH
AFFAIRE LEONARDA UN COUP PORTÉ À L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT
À RETENIR arFoinçHosanllademontré son incapacité à trancher entre laxisme et fermeté.Il agit comme ledperlemier secrétaire du PSet non comme le Président a République. eL crano ,adindéage  avecentu  nadsnahdnamcr rEn t antren François Hollande a affaibli son autorité et celle de l’État.  Il faut d’urgenceremettre à plat toute notre politique d’immigration qui ne fonctionne plus.
CHIFFRE CLÉ
4 ans et 10 mois C’est la période qui s’est écoulée entre la première demande d’asile de la famille de Leonarda et son expulsion effective hors de France.
François Hollande s’est exprimé comme un chef de parti et non comme un chef d’État
aFfrrtaia  Hislaolçonovluap sn adn entreer eanchu trmref te emsixal noe una l  Ié.eted étas siereluv fles ointtestd  ealg uahc e tous les couransllaV lesid ne , cund: nuMaé ôtia t evas noaftique ant olicla pdoidres rctpenad el sliavillon etncent Peuart eiV,td  elmae  dntlaar pen ,tolfuD elicéC d e-   u discernement des forces de lordre et douvrir la porte à un retour en France de la jeune Leonnarqduae. La France ne peut pourtant se diriger comme le parti socialiste : de fixer un cap clair’a t et non de faire une impossible synthèse entre les différentes sensibilités de igl asuchgie.
François Hollande a affaibli son autorité et celle de l’État
François Hollande a inventé le principe insensé, de séparation d’un enfant de sa famille, en contradiction avec toutes nos x ance l est si ire de la Convention relative auvxadlreouitrss deetlneonfsaentndgoangt le’amrteicnlet s9i,natleinrénaa t1i odinsapus atÉteL s(  :ar «Fso e fpaagmrntiilaletesa  nvie isllent à cne hque len fdaen tp rnoep soosiet r pdaes  fsaéiprea rrée vdeen isre ss upr anreotnrtes  scooln turnee l ejeuur nger éfi ll»e).  mCienleau rne as aanusc usna  sens, c’est même i umain, es parents.
L es  traété respectées dans cette affaire, comme le montre l’elois de la République ont -thivuem. aNnoiiotsé u sH eotn llfaaecrncmdeeep tténe.er  Iolp nensu typ  paaas  sd dode nurcen  amciuôscteéu  nceean u rasaepi spdoeenl  enrq ouase u f Loreercosepnsea crdtd eda l eeso trl odsirae  fdàa  mcliaell  esR uérjpeetvu. bnElqillqueuêste e o enatet d nd ameFg ilrin aiaasnuvcterece.  iennent Franç s e
www.u-m-p.org
© Éditions de l’Union
22 octobre 2013
ARGU FLASH
ouvrir la ortet du prince ne tion de F rpançoi sà  Huonl lraentdoeu r:  dcee lLleeo-nciarndea.edcincrtaetuuqcnoiNealurlveee dcdeasalilldéeeumrLso tediooen nl’aanrbdiealre,raf1ti5aoina ndes ,laq upiroapéstié-doivent supplanter les lois de la République.Pre o particulièrement mis en avant par la presse, et pas ceux de sa grande sœur, Maria,17 ans, en CAP, et de ses petits frères Hasan, 5 ans, en grande section de maternelle, ou Ronaldo, 8 ans, en CE2…
Un e telle proposition décrédibilise la parole de François Hollande etdévalorise la fonction qu’il occupe : nous n’avions jamais vu dans notre histoire une jeune fille de 15 ans tenir tête en direct à un Président de la République.
L’affaire Leonarda révèle les failles de notre politique d’immigration qu’il faut réformer
Il s ’est écouléprès de 5 ans (4 ans et 10 mois) entre le dépôt indu de la première demande d’asile de la famille de Leonarda et l’épuisement des recours.d2 uÀr ainstm olr.è 5  p aanss ,seue llveou nlac ve ccierttceu lfaairmei llVea lal s,é tcé etntoe ufrarimei,l lseo iagunréaeit,  ldogaiéllee ugrrsâ cpeu  àd leam gaénndéerro sài téê trdee sr éFgrualnaçriasisé e(la famille a notamqmeenlst  jbuérindéifcitciioé ndnee llle AgMraEt,u idtee  elt hdébergeomne 3nt0 e0 ne cuerontsr ep adr umrgoiesn vceer, sdése  lpaa rs cleo lCaroisnasteiiol ng édneésr aeln).fants, de laide ’envir Il faut donc refonteune ra il f aut la faire entregr danndselexxiesiècledeenltarapvaoilliltainqtuseandstiambomuisgurra t4i oanx.e0  3es dtedae ll ,sesueirolgE: sleUn meilleur csodnétfraôillleandtse.nos frontières extérieuresavec la possibilité d’exclure de Schengen s États-passoire
ldeu mUsoentln epoepnluurF rsalnesgcreean fnnada nteps fdaes erv cmoclaeantdtéeisoftnaincà seydàortielstaierum sssm iaiêugtfr recaatsoiuovhunetmrceal.anintadirees teixnceep:toit eun pd ronu dnne ersoée ientr-ag éllineon Ll.qua ties
 : France rendue moins attractive socialement Unenous ne pouvons plus nous permettre lda êstruep lper epsasiyos nl ed pel lusA gMéEn éerte auux xd cEounrdoitpieo npso dura lcicmèsm iàg rcaetritoani,n ecse lpar ecrstéaet iuonn sa spopceila ldesa ir. Il faut ré flréechir à pement familial. comme au grou-
: devUennierferaxingçaeinscile faruetnfmoarîtcréiseerdnaotnrse llaenpguaer,c ocounrnsdtr’iennotgrer actuilotunre,e tdidspeosneartduer arleisssaotuirocnp sefus ifour- santes, faire preuve d’une réelle volonté de s’intégrer. On ne peut accepter de brader la nationalité française comme le fait Manuel Valls qui a baissé les critères avec comme objectif de doubler le nombre de naturalisations s.p aErn fhina, ilr fdaut ms apniafre sctheor isx.a volonté pour devenir Français à 18 ans, on ne peut pas devenir françai sa mai
www.u-m-p.org
© Éditions de l’Union
22 octobre 2013