Bilan d

Bilan d'Emmanuel Macron après 1000 jours à l'Elysée

-

Documents
24 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

ŝůĂŶ Ě͛ ŵŵĂŶƵĞů DĂĐƌŽŶ ĂƉƌğƐ ϭ ϬϬϬ ũŽƵƌƐ ă ů͛ ůLJƐĠĞ > s ͛ D Z'K : h / ϲ & sZ/ Z ϮϬϮϬ ϭϴ, Sondage réalisé avec pour Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚ ůĞƐ5 et 6 février 2020. Echantillon Echantillon de1 002 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorie Ě͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 06 février 2020
Nombre de lectures 48 124
Langue Français
Signaler un problème
BilaŶ d’EŵŵaŶuel MacƌoŶ apƌğs ϭ ϬϬϬ jouƌs à l’ElLJsĠe
LEVÉE D’EMBARGO JEUDI 6 FEVRIER ϮϬϮϬ À ϭ8H
Sondage réalisé avec
pour
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶet les5 et 6 février 2020.
Echantillon Echantillon de1 002 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégorie d’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé.
Sile pouƌĐeŶtage oďseƌvĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ50%40% ou 60% 30% ou 70% 20% ou 80% 10% ou 90% 5% ou 95% 10010,04,4 6,0 8,0 9,2 9,8 2003,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1 3002,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8 4002,2 3,0 4,0 4,6 4,9 5,0 5003,6 4,1 4,4 4,51,9 2,7 6003,3 3,7 4,0 4,11,8 2,4 8001,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0001,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 0001,8 2,1 2,2 2,21,0 1,3 30000,8 1,1 1,4 1,6 1,8 1,8 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌvalle[17,5 ; 22,5].
Les principaux enseignements
1.
LeďilaŶ des ϭ ϬϬϬ jouƌs d’EŵŵaŶuel MaĐƌoŶ est « tuĠ » paƌ sa Đoŵ’
Principaux enseignements :
2.
3.
Les Français dressent un bien sombre bilan des « 1 000 jours »d’EŵŵaŶuelMacron àl’ElLJsĠe: près des deux-tiersd’eŶtƌeeux (64%) estimentƋu’ila été un « mauvais président » Bons chiffres du chômage mais mauvais bilan perçupourquoi un tel paradoxe ? A cause de la communication du président : 7 Français sur 10 (69% vs 31%) jugent que, depuis son élection, sa communication est « mauvaise »au début de son mandat ils étaient les trois-quarts (74%) à la juger « bonne ». Illustration avec les « couacs » de ces dix derniers jours : tous sont jugés assez « graves » par les Français et/maisĐ’estle rejet del’alloŶgeŵeŶtdu congé de deuild’uŶenfant qui remporte la palme du déshonneur en choquant les trois-quarts des Français
Dans son analyse des réseaux sociaux, Véronique Reille-Soult de Dentsu Consulting souligne les nombreuses critiques sur la communication gouvernementale ces derniers jours. Elle relève que parmi les polémiques que le gouvernement subitc’estcelle sur le rejet de la réforme des retraites par le Conseild’Etatqui laisse la trace la plus forte. Cette réforme des retraites est aucœuƌdes conversations depuis des mois et ce rejet suscite une immense perplexité dansl’opiŶioŶ on line. Pour les internautes, ce rejet est le symboled’uŶentêtement etd’uŶdécalage avec la réalité : « Ils ne nous écoutent pas, mais ilsŶ’ĠcouteŶtpas non plus les institutions ! »
Mieux soigner saĐoŵ’pour, enfin, un peu mieux capitaliser sur son bilan économique, voilà sans doute un enjeu clé pourl’aĐteIII du quinquennat Macron. Pour paraphraser James Carville, on pourrait lui dire «It’sthe communication, stupid ! » Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
Synthèse détaillée du sondage (1/5)
1. Les Français dressent un bien sombre bilan des « 1 000 jours »d’EŵŵaŶuelMacron àl’ElLJsĠe: près des deux-tiersd’eŶtƌeeux (64%) estimentƋu’ila été un « mauvais président » Nous fêtons cette semaine les 1 000 jours àl’ElLJsĠe d’EŵŵaŶuelMacron. Al’heuƌefaire le bilan de son action depuis son élection, les Français se montrent extrêmement sévères : 64%de d’eŶtƌeeux estiment Ƌu’EŵŵaŶuelMacron a été un mauvais Président contre seulement 36% qui pensentƋu’ila été un « bon président ». Quel contraste avec sa première année : lors de notre précédent bilan, effectué en décembre 2017 après 8 mois àl’ElLJsĠe,le jeune président Macron était créditéd’uŶmajorité de 52% de Français qui se disaient jusque-là « satisfaits de son action ».bon bilan par une Le rejet est quasi-unanime : àl’edžĐeptioŶdes sympathisants LREM, euphoriques avec 87% de laudateurs, toutes les catégories de la population se montrent majoritairement critiques sur le bilan du président. Emmanuel Macron réussit «l’edžploit» de mécontenter « en même temps » 64% des sympathisants socialistes et 61% des LRmais aussi 88% des Insoumis et 87% des RN. Bref,Đ’estun « strike ».
Al’heuƌedu bilan de mi-mandat, Macron fait aussi mal que ses deux prédécesseurs, Hollande et Sarkozy.
Ainsi, le premier était taxéd’ġtƌe» par 67% des Français dans notre bilan de février 2015 (Odoxa-Le Parisien) et le secondun « mauvais président subissait 65% de jugements négatifs dans son bilan de mi-mandat de novembre 2009 (sondage BVA-Canal+). Le bilan de Macron est donc mauvais, mais finalement pas pire que celui des autresalors est-ce si grave ? Oui, car contrairement à ses deux prédécesseurs alors en pleine crise et avec un chômage en hausse vertigineuse, Macron, lui vitaujouƌd’huiune situation économique beaucoup plus positive avec des chiffres/des statistiques excellentes à la fois sur le front du chômage, mais aussi de la fiscalité et des gains de pouvoirsd’aĐhatpour de nombreux ménages. Son impopularité apparaît donc moins explicable et on peut donc se demander pourquoi ce président subit un tel désaveu avec des résultats aussi positifs, sur le chômage, la fiscalité ou le pouvoird’aĐhat?
Synthèse détaillée du sondage (2/5)
2. Bons chiffres du chômage mais mauvais bilan perçupourquoi un tel paradoxe ? A cause de la communication du président : 4 Français sur 10 (37%) jugeantƋu’ilest un mauvais président le disent à cause de « son ton, son attitude et sa communication »
On retrouve souvent ce paradoxed’uŶprésident critiqué pour son bilan alors que bien des éléments objectifs pourraient/devraient le servir dans l’opiŶioŶ. Ainsi, dans notre baromètre économique mensuel, Odoxa-Aviva-Challenges-BFM, paru ce 6 février, 7 Français sur 10 critiquent le bilan économique global du président et 6 sur 10 son bilan sur le chômage alors que ce dernierŶ’aǀaitjamais autant baissé depuis une douzaine d’aŶŶĠe. Même bilan négatif sur les impôts -pourtant objectivement en baisse pour de nombreux contribuables- et sur le pouvoird’aĐhat,malgré les 17 milliards de « cadeaux » faits à la suite du mouvement des gilets jaunes. Pourquoi ce paradoxe ? Sil’oŶessaie de creuser et de comprendre pourquoi les Français qui affirmentƋu’EŵŵaŶuelMacron est un mauvais président le jugent ainsi, on découvrel’iŵpaĐtexorbitant de la forme sur ce bilan négatif. Evidemment, la première raison avancée par ceux qui critiquent son bilan est une raison de fond liée à la politiqueƋu’ilmène. CeŶ’estpourtant pasl’aƌguŵeŶtavancé par 100% des contempteurs du président, mais seulement 62%d’eŶtƌeeux. Les autres, près de 4 Français sur 10 (37%) ne reprochent pas tant à Macron sa politique, et donc le fond, mais plutôt la forme,Đ’est-à-dire son attitude, son ton et sa communication.
Synthèse détaillée du sondage (3/5)
3.D’ailleuƌssur sa communication est encore plus mauvais que son bilan global : 7 Français sur 10 (69% vs, le bilan du président 31%) jugent que, depuis son élection, sa communication est « mauvaise »au début de son mandat ils étaient les trois-quarts à la juger « bonne »
It’sthe economy, stupid ! En 1992, James Carville, le responsable de la campagne de Bill Clinton avait eu cette réponse pour expliquerl’ĠleĐtioŶ de son champion face à Georges Bush père. Ce dernier pensait pourtant quel’effoŶdƌeŵeŶtdu bloc soviétique et sa victoire militaire lors de la première guerre du Golfe lui assurerait sa place à la maison blanche. Mais Bush pèreŶ’aǀaitpas eu de bons résultats économiques, notamment sur le front du chômage
Depuis,l’ĠƋuatioŶest assez simple : en France comme aux Etats-Unis, sans résultats surl’ĠĐoŶoŵieon ne peut être réélu. Mais encore faut-il ne pas brouiller voire saborderl’iŵpaĐtdes bons résultats économiques surl’opiŶioŶpar une mauvaise communication :it’sthe communication, stupid !
Cette propensiond’EŵŵaŶuelMacron à se « tirer des balles dans le pied » avec sa communication se retrouve dans le bilan global que dresse les Français sur laĐoŵ’concitoyens se montrent en effet encore plus sévères sur ce bilan-là que surprésidentielle depuis plus de 2 ans et demi. Nos le bilan globalƋu’ilsfont de la présidence Macron : 69% jugentƋu’ila une « mauvaise communication » contre 31% qui la jugent « bonne ». Encore une fois, à part les sympathisants LREM (73% jugent saĐoŵ’« bonne »), personne en France ne se montre positifaujouƌd’huisur le bilan d’E. Macron dans ce domaine. C’est d’autaŶtplus désastreux que laĐoŵ’était justement au départ une qualité prêtée au jeune président par les Français. Ainsi dans notre sondage hebdomadaire Odoxa-Dentsu-Consulting pour France Info et le Figaro du 30 juin 2017, sur cette même question, les Français étaient 74% à juger au contraire que la communication de ce jeune président était particulièrement « bonne ». La période récente, particulièrement riche de « couacs » illustre parfaitement ce sentimentd’uŶecommunication qui déraille.
Synthèse détaillée du sondage (4/5)
4. Illustration avec les « couacs » de ces dix derniers jours : tous sont jugés assez « graves » par les Français et/maisĐ’estle rejet de l’alloŶgeŵeŶtdu congé de deuild’uŶqui remporte la palme du déshonneur en choquant les trois-quarts des Françaisenfant
Depuis une dizaine de jours la majorité a fait face à un certain nombre de polémiques concernant son action ou sa communication. Nous avons testé dansl’eŶƋuġtechacun des principaux épisodes afind’oďseƌǀeƌ l’iŵpaĐt Ƌu’ilsavaient eu dansl’opiŶioŶen demandant aux personnes interrogées si elles avaient trouvéƋu’il s’agissaitde quelque chose «d’assezgrave », ou au contraire de « pas vraiment grave » ou encore si elleŶ’eŶavait tout simplement « pas entendu parler ».
Le premier enseignement est que chacun de ces épisodes a fait des dégâts etƋu’auĐuŶ Ŷ’aété perçu par les Français comme une polémique « pas si grave » née de médias chicaneurs. Les 5 polémiques testées sont toutes jugées « graves » plutôt que « pas graves », mais certaines ont été particulièrement nocives car ont été bien vues par tous les Français alors qued’autƌes(Macron à Angoulême ou encore la circulaire Castaner) Ŷ’oŶtpas été vues par un quart à un tiers des Français.
Le second enseignement de notre sondage est que 3 polémiques en particulier ont marqué très négativementl’opiŶioŶ. D’aďoƌd,«l’iŶhuŵaŶitĠ» perçue des députés LAREM qui ont rejeté le voted’uŶamendement permettant de donner 12 jours de congés aux parents ayant perdu un enfant. 73% des Français ont jugé cette affaire grave (17% nel’oŶtpas jugé grave et 9%Ŷ’eŶont pas entendu parler).
Dans ce même registre du manqued’eŵpathie,la bourde (reconnue) de Nicole Belloubet sur Milla : la Ministre de la Justice avait estimé que l’adolesĐeŶtes'était rendue coupable d' «insulte à la religion» et d'«atteinte à la liberté de conscience» alorsƋu’elleétait menacée de mort sur les réseaux sociaux pour avoir critiqué l'islam. 63% des Français jugent cela « grave ».
Enfin, un troisième « couac » a eu un impact très négatif sur une majorité de nos concitoyens : le rejet enl’Ġtatpar le Conseild’Etatde la première mouture de la réforme des retraites. 57% des Français estiment queĐ’estune affaire « grave » contre 27% qui relativisent (« pas grave ») et 15% quiŶ’aǀaieŶtpas entendu parler de ce « retoquage ».
Synthèse détaillée du sondage (5/5)
Pourl’edžĠĐutif,ce sujet est peut-être encore plus préoccupant à moyen et long terme que les deux précédents, car cette affaire-là va se poursuivre etƋu’il s’agit d’uŶdossier qui pourrit déjà la communication etl’aĐtioŶdu gouvernement (et la vie des Français et surtout des Franciliens) depuis des mois.
Mieux soigner saĐoŵ’pour, enfin, un peu mieux capitaliser sur son bilan économique, voilà sans doute un enjeu clé pourl’aĐteIII du quinquennat Macron.
It’sthe communication, stupid !
Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
Réseaux sociaux L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Le ƌejet de la ƌĠfoƌŵe des ƌetƌaites paƌ le CoŶseil d’Etat susĐite iŶĐoŵpƌĠheŶsioŶ et Đolğƌe
Parmi les polémiques que le gouvernement subitĐ’estcelle sur le rejet de la réforme des retraites par le Conseild’Etatqui a fait le plus parler et qui laisse la trace la plus forte.
Cette réforme des retraites est auĐœuƌdes conversations depuis des mois et ce rejet suscite une immense perplexité dansl’opiŶioŶ on line. «Comment en est-on arrivé là ?» est devenue une interrogation récurrente.
Pour les internautes, ce rejet est le symboled’uŶentêtement etd’uŶdécalage avec la réalité.« Ils ne nous écoutent pas, mais ils Ŷ’ĠcouteŶtpas non plus les institutions ! » « Ils ont toujours raison contre les autres et savent toujours mieux que tous les autres ». La réforme des retraites ne passe pas, et une grande partie des internautes anticipent des débats longs sans utilité car ils imaginent queĐ’estbien le gouvernement qui aura le dernier mot.
Les autres polémiques sont moins commentées, mais renforcent un sentiment de « non écoute ». C’estle cas du refus des députés LREM de voter un amendement permettantd’augŵeŶteƌla durée du congé des parents ayant perdu un enfant. En effet au-delà du sujet lui-même (transpartisan et qui concerne tout le monde),Đ’estle traitement de la polémique qui est retenu. La notiond’eƌƌeuƌcollective est mal perçue et fait grandir la défiance «Comment être certainƋu’ilsne vont plus commettred’eƌƌeuƌs? ».
Véronique Reille Soult, CEO de Dentsu Consulting
Retrouvez les éléments détaillés del’aŶalLJsesur les réseaux sociaux à la fin de ce rapport
Résultats du sondage