Bilan européennes

Bilan européennes

-

Documents
30 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Bilan des élections européennes > s ͛ D Z'K >hE / Ϯϳ D / ϮϬϭϵ 18H30 Sondage réalisé avec pour Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚle lundi 27 mai 2019. Echantillon Echantillon de980 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorie Ě͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 mai 2019
Nombre de visites sur la page 31 048
Langue Français
Signaler un problème
Bilan des élections européennes
LEVÉE D’EMBARGO LUNDI Ϯ7 MAI ϮϬϭ9 À18H30
Sondage réalisé avec
pour
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶetle lundi 27 mai 2019.
Echantillon
Echantillon de980 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégorie d’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé. Sile pouƌĐeŶtage oďseƌǀĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ30% ou 70% 40% ou 60% 50%5% ou 95% 20% ou 80% 10% ou 90% 1004,4 6,0 8,0 9,2 9,8 10,0 2005,7 6,5 6,9 7,13,1 4,2 3004,6 5,3 5,7 5,82,5 3,5 4004,0 4,6 4,9 5,02,2 3,0 5003,6 4,1 4,4 4,51,9 2,7 6001,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1 8001,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0002,5 2,8 3,0 3,11,4 1,8 2 0001,8 2,1 2,2 2,21,0 1,3 30001,4 1,6 1,8 1,80,8 1,1 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’inteƌvalle[17,5 ; 22,5].
Les principaux enseignements
Opinion des Français au lendemain des Européennes Une victoire pour le RN et les écologistes, un « échec personnel » pour le président
Principaux enseignements : 1. 54% des Français se disent insatisfaits du résultat del’électioŶ. Si les sympathisants RN exultent, les sympathisant PS et LR sont effondrés. Les sympathisants écologistes, pourtant heureux du résultat de leur propre parti/liste partagent leur tristesse quant au résultat global del’électioŶ 2. Deux partis apparaissent aux Français nettement renforcés par cette élection, le RN et les écologistes : plus de 8 Français sur 10 pensentƋu’ils en sortent renforcés. Tous les autres sont jugés affaiblis, y compris LaREM (66%) 3. Pour les Français Emmanuel MacronŶ’auƌaitpas dûs’iŶvestiƌdans cette campagne : 7 Français sur 10 (71%) pensentƋu’ila eu tort sur le fond et surtout 8 Français sur 10 jugentƋu’ila été inefficace stratégiquement que ce soit pour aider au vote LaREM ou pour limiter le vote RN 4.D’ailleuƌs,ce résultat est perçu par les Français comme étant certes le signeƋu’ily a eu une « erreur de casting » avec le choix de N. Loiseau (57%) mais surtout comme étant la marqued’uŶ« échec personneld’EŵŵaŶuelMacron » (63%) 5. Pour les Français, le président doit tirer les conséquences politiques de cet échec en procédant à un remaniement (58%) sinon à un changement de Premier ministre (49% vs 50% le demandent)mais surtout en changeant fondamentalement de politique (72%)
Dans son analyse des réseaux sociaux, Véronique Reille-Soult dĠtaille les ƌĠaĐtioŶs des iŶteƌŶautes à l’aŶŶoŶĐe des ƌĠsultats :entre joie chez les Verts, stupeur chez les sympathisants LFI et LR et soulagement chez ceux de LaRem.
Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža @gaelsliman
Synthèse détaillée du sondage (1/7)
54% des Français se disent insatisfaits du résultat del’électioŶ. Si les sympathisants RN exultent, les sympathisant PS et LR sont effondrés. Les sympathisants écologistes, pourtant heureux du résultat de leur propre parti/liste partagent leur tristesse quant au résultat global del’électioŶ
Une majorité de Français54% contre 46% - se disent insatisfaits du résultat del’ĠleĐtioŶeuropéenne.
Mais cette moyenne masque en réalité de grandes disparités, sociologiques et surtout politiques au sein de la population.
En effet, assez logiquement, le sentiment de satisfaction est largement corrélé à la sympathie partisane des personnes interrogées et à leur propre comportement électoral dimanche dernier.
Ainsi, logiquement, ce résultat enchante les sympathisants (94%) et surtout les électeurs du RN (95%), arrivé en tête des suffrages ce dimanche.
Ces résultats laissent mitigés les sympathisants (52% de mécontents) et électeurs (54%) LaREM. Sans doute ne savent-ils pass’ilfaut ème avant tout décoder le résultat de Nathalie Loiseau et du président comme une défaite (leur liste est 2 ) ou comme un résultat qui confortera durablement la thèsed’uŶ« Macron seul rempart face aux populismes » installée depuis deux ans par le président lui-même.
Les résultats de dimanche laissent en revanche anéantis les sympathisants de droite (hors RN) comme de gauche (PS et Insoumis) : Insoumis (76%), socialistes (73%d’iŶsatisfaits),sympathisants LR (62%), et même écologistes (61%), tous sont une écrasante majorité à se dire mécontents.
C’estparticulièrement vrai des écologistes, pourtant perçus (Cf. ci-après) comme les autres grands vainqueurs de ce scrutin : plus des deux-tiers (69%) des électeurs de la liste Jadot se disent insatisfaits du résultat del’ĠleĐtioŶ. Evidemment, ceŶ’estpas le bon résultat de leur « poulain » qui les incite à le dire, mais plus vraisemblablement la tristesse de voir le RN arriver en tête des suffrages.
Synthèse détaillée du sondage (2/7)
Deux partis apparaissent aux Français nettement renforcés par cette élection, le RN et les écologistes : plus de 8 Français sur 10 pensentƋu’ilsen sortent renforcés. Tous les autres sont jugés affaiblis, y compris LaREM (66%)
Comme souvent de nombreux discours de déni de défaite ont été entendus hier. Aussi, avons-nous demandé aux Français leur propre perception sur chacun des principaux partis : sort-il plutôt renforcé ou plutôt affaibli de cette élection ?
Le bilan est sans appel : pour une large majorité de Français, deux partis sortent renforcés et tous les autres sont jugés affaiblis.
Le RN, arrivé premier, est unanimement perçu comme le grand vainqueur du scrutin. 89% des Français, 97% des électeurs de la liste Bardella, plus globalement 96% des sympathisants du RN et une écrasante majorité de sympathisants et électeurs de tous les autres partis politiques estiment que le RN sort renforcé de ce scrutin.
ème ème L’autƌevainqueurŶ’estpas le 2 mais la liste arrivée en 3 position et ayant créé la surprise de ce scrutin : EELV. Jadot est clairement l’autƌegrand gagnant du scrutin pour une large majorité de Français. 83%d’eŶtƌeeux, 97% des électeurs de la liste et une majorité d’ĠleĐteuƌsde tous les autres partis estiment que les écologistes sortent eux-aussi renforcés de ce scrutin.
En revanche, tous les autres partis apparaissent affaiblis à commencer par La République En Marche. 66% des Français pensent que le partid’EŵŵaŶuelMacron sort affaibli, à rebours del’aŶalysedes principaux porte-parolesd’EŶMarche. Au moins auront-elles permis aux « croyants » de continuer de croire : les sympathisants (68%) et électeurs LaREM (69%), à rebours de tous les autres Français pensent que leur parti sort renforcé du scrutin.
Mais, parmi les perdants, LaREMs’eŶsort finalement le moins mal :l’ĠĐheĐperçu apparaît encore plus cuisant pour le PS (91% des Français et 78% des sympathisants PS pensent que le parti sort affaibli du scrutin), LFI (91% des Français et 80% des sympathisants Insoumis) et surtout LR : 93% des Français et 95% des sympathisants LR pensent que le parti sort affaibli de ce scrutin.
Synthèse détaillée du sondage (3/7)
Pour les Français Emmanuel MacronŶ’auƌaitpas dûs’iŶvestiƌdans cette campagne : 7 Français sur 10 (71%) pensentƋu’ila eu tort sur le fond et surtout 8 Français sur 10 jugentƋu’ila été inefficace stratégiquement que ce soit pour aider au vote LaREM ou pour limiter le vote RN
Emmanuel Macrons’estinvesti à la fin de cette campagne des élections européennes en intervenant dans la presse pour « critiquer le Rassemblement National » et « inciter les électeurs à voter » pour faire barrage « aux populistes ». Sur le fond ou dans son principe, cette intervention est perçue comme une erreur par une large majorité de 7 Français sur 10.
En effet, 71% des Français pensent « qu'il a eu tort de le faire car ilŶ’estpas censé prendre parti et doit rester le président de tous les Français » contre seulement 28% qui estiment àl’iŶǀeƌse« qu'il a bien fait de le faire car il est en cohérence avec ses convictions ». Encore une fois, les sympathisants LaREM défendent le président en estimantƋu’ila eu raison (77% vs 23%), mais ils sont les seuls en France à le penser.
Pour les Français, non seulement Emmanuel Macron a eu tort sur le principe, mais surtout sa stratégie a été totalement inefficace voire contreproductive par rapport aux objectifsƋu’ilpoursuivait.
D’aďoƌd,8 Français sur 10 (77% vs 22%) pensent que son interventionŶ’apas été du tout efficace pour inciter les électeurs à voter pour la liste de La République en Marche et ils sont tout aussi nombreux (82% vs 17%) à considérerƋu’ellea été particulièrement inefficace pour limiter le vote pour le Rassemblent National et les « populistes ».
Synthèse détaillée du sondage (4/7)
SévèresjusƋu’aubout, les Français sont même une majorité à penser que son interventionŶ’amême pas servi à augmenter la participation à ces élections européennes : 56% pensentƋu’ila été inefficace pour inciter les Français (en général) à aller voter et 61% Ƌu’il l’aété, plus particulièrement, pour inciter les jeunes à se rendre aux urnes.
Leur critique se comprend : de fait, malgrél’iŶteƌǀeŶtioŶdu président,l’aďsteŶtioŶa encore concerné prèsd’uŶélecteur sur deux et plus particulièrement les jeunes.
Pour autant cette critique-là semble un peu injuste :d’uŶstrict point de vue objectif les dernières tendances de la campagne montrent Ƌu’ily a bien clairement eu une remobilisation de fin de campagneparticulièrement auprès des jeunespermettant à la participation de dépasser nettement (8 à 9 points) les scores des 3 derniers scrutins européens et même les scores qui étaient encore prévus en début de semaine dernière (43% à 46%) à quelques jours du scrutin.
En revanche, il est vrai que ce sursaut de participation nes’estpas fait au profit de la liste LaREM qui a plutôt vu le RN la rattraper puis la dépasser à mesure que le président intervenait dans le débat public.
D’ailleuƌs,ce résultat est perçu par les Français comme étant certes le signeƋu’ily a eu une « erreur de casting » avec le choix de N. Loiseau (57%) mais surtout comme étant la marqued’uŶ« échec personneld’EŵŵaŶuelMacron » (63%)
Pour une majorité de Français ce résultat, majoritairement perçu comme un échec pour LaREM, est aussi « une erreur de casting » de la part du président : 57% (contre 42%) des Français estiment que ce résultat est le signeƋu’EŵŵaŶuelMacron «s’esttrompé en confiant la tête de liste à Nathalie Loiseau ».
Synthèse détaillée du sondage (5/7)
Mais ceŶ’estpas si net : ce reproche-là est finalement le moins partagé.D’ailleuƌsles sympathisants LaREM (61%) et électeurs de Loiseau (58%) ne sont pas de cet avis.
Faire « porter le chapeau » à la tête de liste apparait sans doute un peu facile et un peu injuste à bon nombre de Français dans la mesure où le président lui-mêmes’estfortement investi dans les 10 derniers jours de la campagneet queĐ’estaprès son investissement que les courbes des sondages se sont croisées en faveur du RN.
D’ailleuƌsles Français sont bien plus nombreux à décoder ce résultat comme un échec de Macron plutôtƋu’uŶeerreur de casting sur Loiseau.
En effet, 63% de nos concitoyens, jugent que ce résultat est « un échec personnel pour Emmanuel Macron ».C’est6 points de plus que ceux qui lui reprochent le choix de sa tête de liste.
C’estle score de LaREM est un échec qui est plus encore imputable au chef dela preuve que pour les Français, l’Etat Ƌu’àNathalie Loiseau.
Comme souvent en pareilles circonstances, les sympathisants (84%) et électeurs (85%) du parti du président ne sont pas du tout de cet avis. Ils ne sont pas tout les seuls : 61% des sympathisants LR partagent leur avis.
Sans doute ces derniers estiment-ils que la situation de duopole Macron-Le Pen quis’iŶstalle Ŷ’estpas si mauvaise pour le président ; il est aussi possible certains électeurs LR ne se rallient finalement de plus en plus à ce dernier.
Synthèse détaillée du sondage (6/7)
Pour les Français, le président doit tirer les conséquences politiques de cet échec en procédant à un remaniement (58%) sinon à un changement de Premier ministre (49% vs 50% le demandent)mais surtout en changeant fondamentalement de politique (72%)
Pour les Français, le président doit tirer les conséquences politiques de ceƋu’ilsconsidèrent comme un échec.
Une nette majorité de Français (58% contre 41%) pensent que le président doit remanier le gouvernement. A part les sympathisantsd’EŶ Marche (82%) qui ne veulent pas en entendre parler, les sympathisants de tous les autres partis sont persuadésƋu’ildoits’yatteler.C’est la conviction de 79% des Insoumis, de 81% des RN, de 62% des écologistes, et de 56% des LR .
Sociologiquement aussi, le souhait de voir Macron remanier est majoritaire dans pratiquement toutes les catégories de la population. Seuls les Français aux plus hauts revenus (59%) ne le souhaitent pasmais cette demande est quasi-unanime auprès des ouvriers (76%), des urbains (56% des habitants des villes de plus de 100 000 habitants) comme des ruraux (64%), des plus jeunes (53% des 25-34 ans) comme des moins jeunes actifs (62% des 50-64 ans).
La seule question faisant davantage débat dansl’opiŶioŶest « à quel point doit-il remanier ? »
Sur ce sujet les Français sont plus partagés : si 49% des Français se prononcent pour un remaniement avec changement de Premier ministre, une proportion équivalente (50%) entend au contraire « sauver le soldat Philippe ». Le Premier ministre il est vraiŶ’estpas aussi rejeté que le président par ses opposants, il ne cristallise pas les mécontentements et, chose étonnante, il réalise même la performance de bénéficierd’uŶsoutien équivalent des sympathisants PS comme LR : 55% des premiers et 56% des seconds ne veulent pas que Macron débarque Philippe.
Plus encoreƋu’uŶchangement de « PM » ou mêmeƋu’uŶremaniement, la grande attente des Français tient à un changement de politique. 72% de nos concitoyens pensent que le président doit le faire après le résultat de dimanche.
Synthèse détaillée du sondage (7/7)
Ils en sont en tout cas bien plus convaincus, que ceux qui, au contraire souhaiteraientƋu’ilaccélère ses réformes : seule une minorité de 40% contre 59% de Françaisl’eŶjoigŶeŶtà le faire.
Bref, le message des Français est clair : Macron doit changer de politique plutôt que persévérer voires’oďstiŶeƌ.
Mais si la demande del’opiŶioŶest assez unanime quant àl’atteŶteglobale, elle nel’estpas forcément quant à la direction/l’oƌieŶtatioŶ souhaitée pour cette « nouvelle politique » :
En effet, comment contenter les sympathisants de gauche (83%) comme des Républicains (63%) et du RN (89%) qui tous demandent cette réorientation politique mais, indéniablementŶ’eŶattendent pas les mêmes choses ?
Tout cela ressemble fort à une injonction paradoxale et en tout cas à un casse-tête pour le président.