Corrigé bac 2014 - Série ES - Philo - Sujet 1 : Suffit-il d’avoir le choix pour être libre ?

Corrigé bac 2014 - Série ES - Philo - Sujet 1 : Suffit-il d’avoir le choix pour être libre ?

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

CORRECTION DU BACCALAUREAT DE PHILOSOPHIE 2014 SERIE ES 4h, coefficient 4 Sujet 1 : Suffit-il d’avoir le choix pour être libre ?

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 16 juin 2014
Nombre de lectures 3 325
Langue Français
Signaler un problème
CORRECTION DU BACCALAUREAT DE PHILOSOPHIE 2014 SERIE ES 4h, coefficient 4
Sujet 1 : Suffit-il d’avoir le choix pour être libre ?
Pour le sens commun être libre c'est d'abord le fait de ne pas être captif, par exemple de ne pas être en prison ou de ne pas être esclave. Cela renvoie à l'absence de contrainte d'une part et à notre volonté d'autre part. Aujourd'hui des libertés concrètes se sont multipliées et paradoxalement donnent au mot le sens restreint de liberté de choix : celui qui est libre choisit ses loisirs, ses activités mais aussi les moyens d'expression de ses opinions, ses pensées, ses engagements. En ce sens on peut se demander s'il suffit d'avoir le choix pour être libre. N'est-ce pas au contraire réduire la notion de liberté que de la définir par le seul libre arbitre, c'est à dire par la seule possibilité de choix ? La définition de la liberté pose alors un problème logique car il faudrait la faire dépendre de notre seule volonté ou de notre seul désir. D'un autre côté, il faudrait pouvoir prévoir les conséquences de ses actes pour que ce que je fais produise ce que je veux. Faire dépendre notre liberté de notre possibilité de choix ou libre arbitre remet donc en question la notion même de liberté en tant que liberté absolue. C'est le sens à donner à cette condition de la liberté en se demandant si avoir le choix est nécessaire et suffisant à définir la liberté ou si au contraire cette réduction de la liberté au libre arbitre ne nous conduit pas à "rêver les yeux ouverts" (Spinoza), illusion qui ne serait que l'ignorance des causes et des buts qui nous déterminent à penser ou à agir.
I.Le libre arbitre est condition de la liberté Une condition nécessaire mais pas suffisante Descartes une condition qui permet d'établir une morale provisoire : changer ses édits plutôt que l'ordre du monde. La liberté est alors le pouvoir de se mette en accord avec ce qui arrive et ne dépend pas de nous. Ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas renvoie non pas aux passions et à la satisfaction de tous les désirs mais à notre volonté.
II.Le libre arbitre ne suffit pas à garantir la liberté L'absence de contrainte : le déterminisme de la nature. Les passions nous aliènent L'inconscient psychique comme obstacle à la liberté
III.Le libre arbitre conduit à l'illusion de liberté 1.L'ignorance des causes qui nous déterminent à agir 2.L'ignorance des buts qui nous poussent à agir 3.La liberté n'est pas le libre arbitre mais l'autonomie comme capacité à se gouverner soi même.