Intentions de vote / Vague 17 / POP 2017 BVA / 15 avril 2017

Intentions de vote / Vague 17 / POP 2017 BVA / 15 avril 2017

-

Documents
31 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

CONTACT BVA Adélaïde ZULFIKARPASIC Directrice BVA Opinion Tél : 01 71 16 90 96 Mail :adelaide.zulfikarpasic@bva.fr En partenariat avec : Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée parInternet du 12 au 14 avril 2017 Échantillon de1439 personnes inscrites sur les listes électorales,issuesG¶XQéchantillon représentatif de 1504 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité deO¶pFKDQWLOORQa été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorieG¶DJJORPpUDWLRQ. INTENTIONS DE VOTE Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certainesG¶DOOHUvoter et ayant exprimé une intention de vote, soit 1044 individus. Pour cet effectif, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%,la margeG¶HUUHXUest égale à 2,5. Le pourcentage a donc 95% de chanceG¶rWUHcompris entre 17,5% et 22,5%.Les résultatsG¶LQWHQWLRQVde vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral.Ils donnent une indication significative deO¶pWDWdu er ernd rapport de forces à une semaine du 1tour du scrutin, pour les 1et 2tours. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 avril 2017
Nombre de visites sur la page 6 582
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
CONTACT BVA
Adélaïde ZULFIKARPASIC Directrice BVA Opinion Tél : 01 71 16 90 96 Mail :adelaide.zulfikarpasic@bva.fr
En partenariat avec :
Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée parInternet du 12 au 14 avril 2017
Échantillon de1439 personnes inscrites sur les listes électorales,issuesd’unéchantillon représentatif de 1504 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité del’échantillona été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégoried’agglomération.
INTENTIONS DE VOTE Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certainesd’allervoter et ayant exprimé une intention de vote, soit 1044 individus. Pour cet effectif, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%,la marged’erreurest égale à 2,5. Le pourcentage a donc 95% de chanced’êtrecompris entre 17,5% et 22,5%.Les résultatsd’intentionsde vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral.Ils donnent une indication significative del’étatdu er er nd rapport de forces à une semaine du 1 tour du scrutin, pour les 1 et 2 tours.
La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.
2
0,4
2,2
3,5
0,6
0,9
2,8
1,8
0,9
3,1
1,9
2,1
résultats d’erreur
0,7
0,6
4,1
3,8
4,0
3,7
1,4
1,6
1,6
1,4
100 200 300 400 500 600 700 800 900 1 000 2 000 4 000 6000 10 000
Comme pour statistiques. considéré.
5 OU 95% 4,4
inhérentes aux lois taille del’échantillon
soumis aux marges d'erreur suivant le résultat obtenu et la
3,5
2,2
1,4
1,6
4,0
1,4
1,8
3,0
4,6
3,0
3,5
1,3
2,8
1,1
1,3
2,0
1,8
0,8
0,9
5,3
4,6
3,7
3,5
3,3
4,1
3
3,1
3,3
5,8
5,0
0,8
1,0
1,5
1,0
TAILLE DE L’ÉCHANTILLON
3,0
2,1
2,7
3,6
3,2
4,2
4,5
4,4
50% 10,0
7,1
5,7
toute enquête quantitative,cette étude présente des Le tableau cidessous présente les valeurs des marges
6,5
6,9
INTERVALLE DE CONFIANCE À 95% SELON LE SCORE 10 OU 90% 20 OU 80% 30 OU 70% 40 OU 60% 6,0 8,0 9,2 9,8
3,0
3,2
2,2
2,5
er Note de lecture :Dans le cas présent, les intentions de vote de 1tour sont calculées sur la base des personnes certaines d’aller voter ayant exprimé une intention de vote, soit1044 individus. Ainsi, pour un pourcentage obtenu par enquête de20%, la marge d’erreur est égale à2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.
1,3
1,5
2,5
2,3
2,4
5,7
4,9
2,6
Emmanuel Macron se stabilise et devance légèrement ses concurrents
EMMANUEL MACRON 23%(=)
1.Le chômage 92%
Une baisse qui se prolonge pour Marine Le Pen qui perd 4 points depuis mi-mars
MARINE LE PEN 22%(-1)
Jean-Luc Mélenchon et François Fillon toujours à égalité
FRANCOIS FILLON 20%(+1)
2.L’avenir de la sécurité sociale 87%
4
JEAN-LUC MELENCHON 20%(+1)
2.Les impôts 87%
Benoît Hamon poursuit son érosion
BENOÎT HAMON 7,5%(-1)
4.La sécurité 86%
A moins de 10 jours du premier tour del’électionprésidentielle, BVA et Salesforce, en partenariat avec la Presse ème Orange, publient leur 17 sondaged’intentionsde vote et de suivi de la campagne électorale. Dans un contexte inédit où un tiers des électeursn’ontde se resserrerpas encore fait leur choix définitif, les écarts continuent intentions de vote entre les quatre premiers candidats, désormais dans un mouchoir de poche.
Régionale et d’incertitude en tête des
Aprèsavoir perdu 3 points en 15 jours, Emmanuel Macron voit les intentions de vote à son égard se stabiliser. Comme la semaine dernière, il est crédité de 23% des suffrages au premier tour. Il devance désormaisd’unpoint Marine Le Pen. Dans lemême temps,son socle électoral poursuit sa solidification :parmi ses électeurs potentiels, 67% se déclarent sûrs de leurchoix soit 4 points de plus que la semaine dernière. Pour mémoire, ilsn’étaientencore que 44% début février.
Par ailleurs,Emmanuel Macronn’estses électeurs,plus le seul candidat choisi « par défaut » par ce qui pouvait constituer une faille pour lui. Sur cet item, il est désormais au même niveau de citations que Benoît Hamon, avec un score en baissede 6 points par rapport à notre dernière mesure : 27% des électeursd’EmmanuelMacron citent cette raison, contre 39% ses propositions politiques. Sur ce dernier item, il reste toutefois très en retrait par rapport aux autres candidats (54% de citations en moyenne).
Il est intéressant de noter que parmi les 33% des électeurs potentielsd’EmmanuelMacron qui déclarent pouvoir encore changerd’avis,un tiers pourrait voter pour Jean-Luc Mélenchon (une proportion en hausse significative depuis la semaine dernière), un quart pour François Fillon (une proportion stable) et 10% seulement pour Benoît Hamon. De plus en plus, les « indécis de gauche » hésitent entre deux candidats seulement : Jean-Luc Mélenchon ou Emmanuel Macron.
Après avoir fait la course en tête des intentions de vote pendant des mois, avec un socle électorald’unestabilité remarquable, Marine Le Pen semble avoir amorcé une dynamique défavorable en cette fin de campagne. Elle est désormais créditée de 22% des intentions de vote, un score à nouveau en retrait depuis la semaine dernière (-1 point).Au final, la candidate du Front national a perdu 4 points depuis la mi-mars.
Cette érosion est liée en partie à un retour vers François Fillon de certains sympathisants LR oud’électeursde Nicolas Sarkozy en 2012, qui étaient venus vers elle de façon conjoncturelle, aprèsl’éclatementdu Penelope Gate. La présidente du Front national a également perdu du terrain chez les plus jeunes ainsi que chez les ouvriers, au profit de Jean-Luc Mélenchon. Son socle électoral reste toutefois le plus solide :parmi ses électeurs potentiels, 8 sur 10 se déclarent sûrs de leur choix.
5
Jean-Luc Mélenchon confirme sa dynamique.Il est désormais crédité de 20% des intentions de vote,soit 1 point de plus que la semaine dernière. Son score a progressé de 8 points au total en 4 semaines.
Cette évolutions’accompagne d’uneprogression de la sûreté du choix de ses électeurs potentiels :les deux tiers d’entreeux se déclarent sûrs de leur choix (66%, + 7 points en une semaine).S’ildemeure le candidat le plus choisi pour sa personnalité (17% de ses électeurs contre 12% en moyenne), il reste quand même très largement choisi pour ses propositions politiques (57%).
Après avoir fortement progressé dans ces catégories, le leader de la France Insoumise se stabilise chez les électeurs de François Hollande en 2012 (23%) et chez les sympathisants socialistes (17%, +1). Cette semaine,c’estchez les électeurs de Marine Le Pen en 2012qu’ilsemble le plus progresser, au détriment de la candidate FN.
Parallèlement, on observe unléger frémissement des intentions de vote pour François Fillon :il gagne lui aussi 1 point en une semaine pours’établirà 20% des intentions de vote, toujours à égalité avec Jean-Luc Mélenchon.
François Fillon continue sa remontée chez les électeurs de Nicolas Sarkozy en 2012(63%, +4 points)et chez les sympathisants LR(74%, +2 points en une semaine, +7 points en deux semaines). Si le candidat de la droite et du centren’estpas encore au niveau qui était le sien chez ces électeurs avant le Penelope Gate, ils’enrapproche de plus en plus et dispose donc encore de quelques réserves de voix. A noter également : près du quart des électeurs indécisd’EmmanuelMacron et des électeurs indécis de Marine Le Pencertes peu nombreux en ce qui la concerne pourraient voter pour lui. Enfin, sonsocle électoral apparaît toujours solide :78% de ses électeurs potentiels se ème déclarent sûrs de leur choix, un score stable pour la 3 mesure consécutive.C’estpour ses propositions politiques que ses électeurs le choisissent avant tout (61% contre 54% en moyenne pourl’ensembledes candidats), signe que son programme demeurel’atoutincontestable du candidat LR.
6
Benoît Hamonn’estcrédité que de 7,5% des intentions de vote, un score en baisse de 1 point en une semaine. Au final,le candidat socialiste a perdu près de 10 points depuis sa victoire lors de la primaire de la gauche.Nos premières mesures début février le créditaient en effet de 17% des suffrages exprimés. Désormais, seuls 30% des sympathisants socialistes et 20% des électeurs de François Hollande en 2012 déclarent avoirl’intentionde voter pour lui. Notons toutefoisqu’ilest le candidat le plus choisi pour ses propositions politiques (65% de ses électeurs).
Les autres candidats enregistrent des scores égaux ou inférieurs à 3% : Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 3% des voix (-0,5 point). Philippe Poutou est toujours crédité de 1,5% des suffrages, après sa légère progression suite au débat télévisé entrel’ensembledes candidats. Nathalie Arthaud est créditée de 1% des intentions de vote, comme François Asselineau (+0,5 point) et Jean Lassalle. Enfin, le score de Jacques Cheminade est proche de 0.
Compte-tenu des scores enregistrés par les quatre candidats en tête des intentions de vote et de leur très forte proximité (entre 20 à 23% des suffrages exprimés), rien ne permet réellement de les départager et pourl’heure,tous les scénarii apparaissent possibles au soir du 23 avril. Si un second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen demeure encorel’hypothèsela plus probable, rienn’exclutune qualification de François Fillon ou de Jean-Luc Mélenchon.
Cette incertitude est amplifiée par la proportiond’électeurs n’ayantpas encore arrêté leur choix définitif et susceptibles de faire bouger les lignes dans la dernière ligne droite de la campagne. Sur 100 électeurs qui se déclarentaujourd’huicertainsd’allervoter le 23 avril prochain, 34 peuvent changerd’avisquant à leur vote oun’exprimentactuellement pasd’intentionsde vote.Notre indice de volatilité,s’ilest en baisse de 4 points depuis la semaine dernière, témoignantd’unecristallisation progressive des votes,s’établitnéanmoins donc encore à 34%.Cette indécisions’expliqueen grande partie par une offre électorale jugée insatisfaisante : un tiers des électeurs indécis (33%) déclarent ne pas trouver de candidat qui corresponde à leurs attentes.
7
Une autre inconnue sera déterminante pourl’issuedu scrutin le 23 avril : ils’agitdu niveau de participation. Nousl’estimonsactuellement entre 72% et 77%. Elle pourrait même être inférieure : sur une échelle de 0 à 10, seuls 63% des électeurs attribuent une note de 10 pour exprimer leur certituded’allervoter.Une participation faible pourrait favoriser François Fillondont le socle électoral (en particulier les personnes de 65 ans et plus) serait davantage enclin à se mobiliser et dans une moindre mesure Emmanuel Macron (électeurs les plus diplômés et CSP+ qui votent davantage également). Al’inverse,une mobilisation plus forte pourrait profiter à Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Penen drainant vers les urnes des profils habituellement moins enclins que la moyenne à aller voter comme les jeunes ou les ouvriers.
Quoiqu’ilêtre inférieure à la participation enregistrée lors du premier tour de 2012 (79,5%). Cette faibleen soit, la participation devrait mobilisations’expliqueparune campagne jugée médiocre(qualité évaluée à 4,1/10 par les Français) etun intérêt modéré pourl’élection,qui en découle. Ce denier indicateurn’apas vraiment progressé dans la dernière ligne droite : 74% des Français se déclarent intéressés par cette élection dont 42% seulement « beaucoup », alors que nous sommes à moins de 10 jours du premier tour.L’intérêt,qui a régressé au moment de l’affaireFillon,n’ajamais réussi à retrouver le niveau qui était le sien lors des primaires (78% en moyenne), période à laquelle on débattait davantage sur le fond.
La question du vote utile pourra également peser dans la balance :32% des électeurs certainsd’allervoter et déclarantaujourd’huiune intention de vote pour un candidat autre que Marine Le Pen déclarent quel’éventualitéde la présence de la présidente du FN au second tour pourrait les faire changerd’avisau tout dernier moment. A gauche,c’estparticulièrement vrai pour les électeurs de Benoît Hamon (39%) et celui-ci pourrait ainsi voir son socle électorals’éroderencore sous le poids de cet argument.
Rarement la dernière semained’unecampagnen’auraété aussi décisive et incertaine.
8
e r 21-avr- 20-mai- 15-juin- 13-juil- 15-sept- 21-oct- 07-déc- 12-janv- 04-févr- 23-févr- 04- 11- 18- 25- 1 -avril- 8-avril - 15-avril-16 16 16 16 16 16 16 17 17 17 mars-17 mars-17 mars-17 mars-17 17 17 17
73% 70%
er 1 -avril-17
9
S’intéressent à l’élection présidentielle 74% (+2)
74%
15-21-avr- 20- 15- 13-juil- 21-oct- 07-sept-16 mai-16 juin-16 16 16 déc-16 16
74% 74% 72% 72% 71%
Un peu
18% Pas du tout 8%
Beaucoup 42%
72% 73%
Assez 32%
72%
70%
73% 68%
77%
76% 76% 77% 74% 72% 73%
ESTIMATION DE LA PARTICIPATION
15-8-avril avril--17 17
Ne s’intéressent pas à l’élection présidentielle 26% (2)
79% 78% 77% 75% 72%
18-mars-17
25-mars-17
76% 75% 72% 74%
70% 69% 69% 67%
12- 04-04- 23-janv- mars-févr-17 févr-17 17 17
11-mars-17
72% à 77%
47%
46%
41%
Evolution 45% 40%
38% 38%
34%
er 23-févr- 04- 11- 18- 25- 1 -avril- 8-avril- 15-avril-17 mars-17 mars-17 mars-17 mars-17 17 17 17
10
RaisoŶs d’iŶceƌtitu (en % des électeurs volatiles)
d
e
Total supérieur à 100, plusieurs réponses possibles
257
401
4,0
4,1
Détail par proximité politiqueNote moyenne Gauche Symp. de laSymp. de la hors PS gauchedroite
4,2
4,1
4,1
Base :
425
4,7
4,4
217
208
181
11
En ce qui vous concerne, quelle note donneriez-vous à la campagne pour l’élection présidentielle de 2017 pour évaluer sa qualité ? Base : aux personnes inscrites sur les listes électorales (1439) Évolution
29-30 mars 2017
22-24 mars 2017
19-20 février 2017
15-17 mars 2017
3,8
4,6
4,7
5-7 avril 2017
12-14 avril 2017
/10 4,1
3,6
4,1