Journal Citoyens Militants - Juillet 2013

Journal Citoyens Militants - Juillet 2013

Documents
16 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

LE MRC, UNE BOUSSOLE REPUBLICAINE CITOYENS POUR LA GAUCHE ET POUR LA FRANCE Militants Bulletin d’information du Mouvement Républicain et Citoyen - juillet-août 2013 EDI TO • Faire du MRC la boussole républicaine de la ainsi que l’adopton à l’unanimité de notre moton. C’est un logi- majorité, être un allié - mais non un rallié - ciel politque clair qui guidera notre acton au plan natonal ainsi qui garde sa liberté de pensée et d’acton que sur le terrain dans les prochains mois. pour aider la gauche à réussir et contribuer Elle nous permet également de mesurer le chemin parcouru et de au redressement de la France : tels étaient situer notre acton dans le temps long. Plus que jamais, notre com- les objectfs que nous nous étons fxés, Chris- bat a un sens, comme l’a rappelé Jean-Pierre Chevènement. tan Hutn, Marie-Françoise Bechtel et moi- C’est à présent à chacun d’entre vous de se saisir de cete base poli- même après notre électon le 17 juin 2012. tque en vue des prochaines échéances électorales : 2014 et 2015 Une année s’est écoulée, au cours de laquelle le Congrès de Paris seront des années riches et importantes pour renforcer notre capa- (15 et 16 décembre 2012) a permis à notre part de confrmer ces cité d’acton. D’ores et déjà nous nous y préparons. objectfs dans la contnuité de la démarche qui est la nôtre depuis Afn de vous aider dans ce travail de difusion de nos idées, les la créaton du MDC.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 10 septembre 2013
Nombre de lectures 241
Langue Français
Signaler un abus

LE MRC,
UNE BOUSSOLE REPUBLICAINE CITOYENS POUR LA GAUCHE ET POUR LA FRANCE
Militants
Bulletin d’information du Mouvement Républicain et Citoyen - juillet-août 2013
EDI
TO •
Faire du MRC la boussole républicaine de la ainsi que l’adopton à l’unanimité de notre moton. C’est un logi-
majorité, être un allié - mais non un rallié - ciel politque clair qui guidera notre acton au plan natonal ainsi
qui garde sa liberté de pensée et d’acton que sur le terrain dans les prochains mois.
pour aider la gauche à réussir et contribuer Elle nous permet également de mesurer le chemin parcouru et de
au redressement de la France : tels étaient situer notre acton dans le temps long. Plus que jamais, notre com-
les objectfs que nous nous étons fxés, Chris- bat a un sens, comme l’a rappelé Jean-Pierre Chevènement.
tan Hutn, Marie-Françoise Bechtel et moi- C’est à présent à chacun d’entre vous de se saisir de cete base poli-
même après notre électon le 17 juin 2012. tque en vue des prochaines échéances électorales : 2014 et 2015
Une année s’est écoulée, au cours de laquelle le Congrès de Paris seront des années riches et importantes pour renforcer notre capa-
(15 et 16 décembre 2012) a permis à notre part de confrmer ces cité d’acton. D’ores et déjà nous nous y préparons.
objectfs dans la contnuité de la démarche qui est la nôtre depuis Afn de vous aider dans ce travail de difusion de nos idées, les
la créaton du MDC. moyens du MRC en termes de communicaton ont été renforcés :
Le redressement de la France est une priorité absolue, une ba- sur le plan visuel, le logo a été rafraichi, le site internet entèrement
taille que nous menons au Parlement, dans les médias et sur le rénové et une nouvelle maquete a été conçue pour le Citoyens
terrain en afrmant les impératfs de réindustrialisaton de la Militants. Pour permetre à chaque fédératon de disposer d’une
France et de réorientaton de l’Europe. vitrine pour ses actvités, un service de plateforme de blogs est dis-
ponible. Enfn, une campagne d’adhésion sera lancée à la rentrée.
Une année d’acton dans la majorité
Université d’été, conventon Europe : le MRC sur le pont
C’est parce que nous faisons entendre notre voix, une voix unique
à gauche, que nous sommes utles à la majorité. Dans le cadre de Le MRC est également au travail sur le plan des idées. Notre Uni-
notre liberté de vote, nous avons soutenu les mesures de redres- versité d’été se déroulera cete année à Coudekerque-Branche les
sement de notre appareil productf prises par le Gouvernement 14 et 15 septembre sur le thème « Redresser la France en réo-
(CICE, emplois d’avenir, contrats de génératon, sécurisaton de rientant la constructon européenne ». Vous en trouverez le pro-
l’emploi) mais nous nous sommes opposés au TSCG, à la règle d’or gramme et le bulletn d’inscripton dans ce Citoyens Militants.
et n’avons pas approuvé le programme de stabilité. Notre conventon sur l’Europe est également en cours, avec un
Notre message est clair : la France ne pourra sortr de la crise texte d’orientaton adopté par notre Conseil natonal du 30 juin, à
qu’en réorientant l’Europe et en se défaisant de l’emprise du l’initatve de Marie-Françoise Bechtel et que vous trouverez dans
Triple B (Bercy, Bruxelles, Berlin). Dans un contexte économique les pages suivantes. Prenant pleinement appui sur les comités lo-
et social dégradé, l’assainissement des fnances publiques ne doit caux, elle a vocaton à l’élaboraton d’ici la fn de l’année 2013 d’un
pas être une obsession ni un objectf prioritaire sur la lute contre véritable projet pour l’Europe en vue des électons de 2014.
le chômage. Les résultats cinglants des huit électons législatves
Tel est notre programme de travail pour les prochains mois : aider la partelles qui se sont succédées cete année sont autant d’averts-
majorité à sortr la France de la crise, consolider notre structure sements adressés au Gouvernement.
politque pour parler fort lors des prochaines échéances électo-
rales et faire vivre la famme de la République. Plus que jamais le Congrès de Paris : un cap confrmé
MRC est sur le pont et a besoin de vous.
Le Congrès de Paris a permis le renouvellement de nos instances
Jean-Luc LAURENT,
Président du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC)
SOMMAIRE
• Livre blanc sur la défense - Page 2/3 • Députés MRC : un an d’action - Page 4/5
• Une autre Europe - Page 7/11 • Université d’été - Page 12/15 FO •
CUS
LivRe bLanC : MainteniR notRe effoR t de défense
ans ces temps de grande disete budgétaire, nous qui obligera l’Europe, dans l’avenir, à pourvoir davantage
apprécions que vous ayiez su obtenir du pré- à sa défense. D
sident de la République le mainten à son niveau Or force est de constater que la plupart des pays euro-
actuel de notre efort de défense, c’est-à-dire 31,4 mil - péens, à l’excepton de la Grande-Bretagne et de la
liards d’euros pour le budget de la Défense en 2014. France, se sont installés dans un climat de fausse sécurité.
Le risque de déclassement stratégique a été écarté aussi Les menaces de la faiblesse, notamment en Afrique,
par l’éclatante démonstraton d’efcacité qui a été faite me paraissent autrement plus graves. C’est de ces me-
par nos soldats, appelés à sauvegarder l’intégrité, la sou- naces que la plupart des pays européens n’ont pas pris
veraineté et la liberté de la République du Mali. conscience.
Pour maintenir une France forte, le président de la République L’Europe serait bien avisée d’aider à la formaton d’ar-
a estmé le chifre de 365 milliards d’euros sur la pé- mées africaines opératonnelles et à la consttuton, à
riode 2014-2025 réaliste. Il faudra faire avec. l’échelon régional, de forces de réacton rapides afri-
J’approuve par ailleurs le recentrage opéré par le Livre caines, à partr d’états-majors permanents capables
blanc 2013 sur l’Afrique, notamment sahélienne, de la d’entraîner régulièrement des unités professionnelles
défniton de notre zone d’intérêts prioritaires. Je l’avais dédiées dans chaque pays. Je constate que la France
déjà réclamée, mais en vain, lors du débat du 15 juillet contribue pour la moité à la force européenne, d’ail-
2009. Certaines orientatons positves du Livre blanc leurs insufsamment calibré, de formaton des forces
de 2008 ont été confrmées comme l’accent mis sur la maliennes.
connaissance et l’antcipaton. Dans l’immédiat, vous avez conjuré, Monsieur le Ministre
Nous sommes évidemment concernés par la montée de la défense, le risque d’un déclassement stratégique de
des tensions en Asie, ne serait ce que par le pivotement la France. Mon groupe vous en sait gré.
des forces américaines, de l’Atlantque vers le Pacifque,
Page 2 www.mrc-france.org
©DRMais ce risque n’est pas écarté pour toujours par l’arbi- moins de 300 têtes, c’est-à-dire beaucoup moins que la
trage du président de la République. Je ne parle pas seule- Russie et même que la Chine. Le principe de la stricte suf-
ment des recetes exceptonnelles -5,9 milliards - qu’il fau- fsance nous interdit de descendre en dessous de quatre
dra trouver et, je l’espère, autrement que par la liquidaton sous-marins lanceurs d’engins et de deux escadrons aé-
des partcipatons de l’Etat dans le secteur des industries riens. Si les armes nucléaires tactques américaines étaient
de défense. retrées d’Europe, nous serions le seul pays, en dehors de
la Russie, à disposer d’armes nucléaires sur le contnent.
Non, je veux surtout parler de la dégradaton de notre C’est une garante de l’équilibre et de la paix sur celui-ci.
situaton économique et par conséquent budgétaire, qui C’est pourquoi nous ne sommes pas membres du « groupe
résulte de la mécanique mise en place par le traité dit des plans nucléaires » de l’OTAN, et devons contnuer à
TSCG, dont les efets récessifs, en Europe, risquent de se nous en tenir à l’écart.
faire sentr durant une longue période.
Sans doute, avez-vous raison d’afrmer l’objectf d’une
En efet, les moteurs de la croissance - consommaton,
défense européenne, comme le croyant l’existence de
exportatons, investssement - y sont en panne, sauf
Dieu. Mais la volonté politque chez nos partenaires fait
peut-être, encore que faiblement, en Allemagne. Celle-ci
aujourd’hui défaut. Comme le dit le Traité de Lisbonne de
consacre d’ailleurs à sa défense des crédits légèrement
2008, les pays de l’Union européenne membres de l’OTAN
supérieurs aux nôtres, en volume. L’Allemagne a entrepris
contribuent à l’élaboraton et à la mise en œuvre de leur
de professionnaliser, à son tour, son armée. Ses capacités
défense dans le cadre de cete alliance. Même après avoir
en seront accrues, mais dans le cadre de l’OTAN. Celle-ci
rejoint, en 2012, l’organisaton militaire intégrée de l’OTAN,
vaut, aux yeux de son opinion, fondamentalement paci-
la France ne peut renoncer à assurer elle-même, en ultme
fste, comme une sorte de traité de réassurance, contre
ressort, le soin de sa défense.
des dangers qu’elle a d’ailleurs de la peine à discerner.
C’est la conditon de notre indépendance et donc du main-
ten de l’esprit de défense dans le pays.
La dissuasion nucléaire est garante par les déclaratons du
président de la République, mais pour combien de temps ?
La République française est aujourd’hui confrontée au déf
de l’islamisme radical. Il ne faut surtout pas confondre celui-
ci avec l’Islam qui est la religion de 1200 millions d’hommes
et de femmes. Nous devons tout faire, au contraire, pour L’éclatante démonstration d’efcacité
aider les peuples musulmans, dans le respect de leur au-qui a été faite par nos soldats, appelés
thentcité, à trouver leur place dans le monde moderne. à sauvegarder l’intégrité, la souverai-
neté et la liberté du Mali • A ce déf, la sophistcaton des armements n’est pas une
réponse sufsante. La bonne réponse est d’abord humaine
et politque.
On entend de plus en plus s’élever des voix qui se plaignent
A cet égard, je ne saurais trop approuver le principe de la de l’efet d’évicton qu’elle exercerait sur les crédits atri-
diférentaton des forces posées par le Livre blanc. Evitons, bués aux forces conventonnelles. Ces critques à courte
par une course excessive à la technologisaton, de réduire vue oublient que la dissuasion est l’outl de notre autono-
encore le nombre des hommes dans les armées. mie stratégique et politque et qu’elle seule peut garantr
le mainten d’une diplomate indépendante et nous tenir à
Nous avons besoin de soldats qui comprennent d’autres l’abri de guerres qui ne seraient pas les nôtres.
civilisatons que la nôtre. C’était jadis une des traditons de
l’armée française. Elle a donné les Lyautey, les Gallieni, les Le Président Obama vient d’afrmer sa volonté d’aller plus
Charles de Foucauld, et combien d’autres ! Il serait temps loin que le Traité New Start dans la voie du désarmement
de réinvestr dans la formaton des ofciers le champ de nucléaire. A tous ceux qui se laisseraient porter par l’opi-
la compréhension humaine, et de favoriser l’apprentssage nion, je veux rappeler que les Etats-Unis disposent au-
des langues, orientales et africaines. Cela coûterait moins jourd’hui de 1654 têtes nucléaires déployées, sans comp-
cher que les missiles guidés avec précision, mais ce ne se-ter les milliers de têtes non déployées qui n’ont jamais été
rait pas de l’argent perdu ! incluses dans un accord. En regard, la France dispose de
Jean-Pierre Chevènement
www.mrc-france.org Page 3
Les déPUtés MRC : Un an d’aCtion aU sein de La MaJoRit é
e Mouvement Républicain et Citoyen agit pour la réussite de la gauche au pouvoir. Notre discours est unique à
gauche : celui d’un souten responsable et réaliste au Gouvernement sans perdre de vue les impératfs de réorientaton L
de l’Europe et de réindustrialisaton de la France.
Une liberté de vote pour faire progresser le débat
Nous avons approuvé et accompagné la grande majorité des mesures présentées par le Gouvernement :
• Emplois d’avenir et Contrats de génératon ;
• Pacte de compéttvité et Crédit d’impôt compéttvité emploi (CICE) ;
• Créaton de la Banque Publique d’Investssement (BPI) ;
• Loi de sécurisaton de l’emploi ;
• Loi bancaire ;
• Embauche de 60 000 enseignants ; priorité donnée à l’école primaire ;
• Renforcement du logement locatf social et de la loi SRU ;
• Interventon au Mali.
Nous avons également, lorsque c’était nécessaire, fait savoir nos réserves ou notre oppositon sur des sujets essentels :
TSCG, «règle d’or» : discipline et austérité européenne
La queston européenne est, à nos yeux, fondamentale. À travers nos votes sur cete queston, nous avons souligné la
nécessité d’une réorientaton de la constructon européenne. « Le TSCG a pour seul but d’organiser la rigueur en Europe.
Ses procédures méprisent la démocrate délibératve comme la souveraineté budgétaire du Parlement. Ses objectfs sont
dangereux pour les économies européennes. » (Communiqué de Jean-Luc Laurent, 9 octobre 2012.)
Abstenton sur le Programme de stabilité des fnances publiques 2013-2017 : « Ce programme n’est ni opportun, ni réa-
liste [...] Le rythme soutenu auquel le redressement structurel est mené s’avère désastreux. »
Le MRC, force de propositon et d’infuence
En cete première année de législature, le MRC a partcipé actvement au fond du travail législatf sur de nombreux textes.
EMPLOI
Sécurisaton de l’emploi : cete loi est un compromis réussi entre les solides garantes apportées aux salariés (mutuelle
pour tous, droits rechargeables au chômage, homologaton par l’État des plans de sauvegarde de l’emploi) et une geston
plus souple de l’entreprise face aux difcultés nées de la crise. Par le biais de Christan Hutn, nous avons soutenu ce texte
et pointé des amélioratons possibles par voie d’amendement : abaissement du seuil aux entreprises de 50 salariés pour
la représentaton au CA (au lieu de 5000), surveillance de l’usage fait par les mutuelles des fonds générés par ces nouveaux
contrats.
Page 4 www.mrc-france.org
Un an d’aCtion
Reprise de sites industriels rentables: l’impératf de reindustrialisaton est un des thèmes forts portés de longue date par le
MRC. Dans le cadre d’un travail concerté entre parts de la majorité, nous avons pris part actvement à l’élaboraton de cete pro-
positon de loi pour laquelle Jean-Luc Laurent et Marie-Françoise Bechtel fgurent parmi les premiers signataires. Christan Hutn
est également signataire de cete propositon.
FINANCE
Loi bancaire : dans le cadre de l’examen de ce projet de loi, dont l’objectf était de compartmenter actvités de dépôt et
d’investssement, Jean-Luc Laurent a insisté sur la nécessité de renforcer le dispositf sur le plan juridique pour aboutr à
une séparaton concrète . Il a, par ailleurs, annoncé son intenton de déposer une propositon de loi en ce sens.
Budget 2013 : l’examen du budget 2013 a été l’occasion pour le MRC de faire valoir son souten à la politque du Gouvernement
sur le plan économique et à ses premières mesures de justce fscale. Néanmoins, une réforme fscale plus ambiteuse est
nécessaire, comme l’a pointé et proposé Jean-Luc Laurent lors de ses interventons.
EDUCATION
Refondaton de l’Ecole : approuvant absolument la volonté du Ministre de l’éducaton de donner la priorité à l’école primaire,
les députés du MRC ont apporté leur souten à ce texte à travers leurs prises de paroles et présence en séance.
Marie-Françoise Bechtel a, par ailleurs, fait savoir notre oppositon ferme au renforcement des enseignements en lan-
gues régionales et notre atachement aux missions fondamentales de l’école de la République.
Au delà du travail efectué sur les textes législatfs, nous nous sommes impliqués dans les travaux de commissions d’en-
quête (sidérurgie, Cahuzac) et groupes de travail (amiante).
Faire face aux véritables défs de l’An II
La première année de la majorité a permis de metre en place les premières mesures nécessaires au redressement de notre
pays. Nous les avons soutenues. Néanmoins, pour faire de ce quinquennat une réussite, il faudra s’engager sur 3 axes
majeurs que le Mouvement Républicain et Citoyen entend promouvoir en cet «An II».
1. RÉORIENTER L’EUROPE
L’Europe ne peut avoir pour tout projet l’austérité généralisée. Les cures de rigueur successives imposées aux peuples
européens par la Commission ont fait la preuve de leur nocivité. La France doit parler haut et fort afn d’amener nos
partenaires européens à considérer les solutons réalistes pour sortr de l’impasse : révision des objectfs de la BCE
pour intégrer la croissance, fn de la politque de l’euro cher, mise en place d’un véritable gouvernement économique,
emprunt européen en vue d’un grand plan d’investssement. Au delà, nous considérons qu’il faut préparer la mutaton de
la monnaie unique en monnaie commune.
2. REMETTRE SUR PIED NOTRE APPAREIL PRODUCTIF
Dans ce contexte économique dégradé menaçant la viabilité de notre modèle social, les eforts du Gouvernement en
matère de sauvegarde de l’emploi et de préservaton de notre tssu industriel sont à saluer. Nous appelons à poursuivre
sur cete voie et soutendrons les mesures visant à inverser la courbe du chômage et remetre la France sur le chemin
de la croissance.
3. RÉFORMER LA FISCALITÉ
Si les mesures prises sur le plan fscal en cete première année vont dans le sens de la justce, une réelle reforme de notre
fscalité est nécessaire. Les eforts demandés aux Français ne peuvent s’additonner au fl des mois sans qu’une cohé-
rence leur soit donnée. Il convient donc de mener en cet «An II» la grande réforme fscale annoncée pour aller vers plus de
lisibilité et assurer le fnancement de notre modèle social.
Page 5www.mrc-france.org www.mrc-france.orgUn site inteRnet R énov é PoUR Le MRC www.mrc-france.org•
Le site Internet du MRC a été entèrement rénové :
- nouvelle charte graphique
- nouvelle arborescence
- présentaton plus complète du part et de ses parlementaires
- refonte des pages du MRC sur les réseaux sociaux : Twiter,
Facebook, Google+
- adhésion possible en ligne
- possibilité de demander un blog sur la plateforme ofcielle du MRC
Vous pouvez retrouver le MRC sur internet et les réseaux sociaux :
MRC : Facebook.com/mouvementrepublicainetcitoyen
Jean-Luc Laurent : Facebook.com/depute9410
MRC : @MRC_France
Jean-Luc Laurent : @jluc_laurent
Marie-Françoise Bechtel : @MFBechtel
Les Jeunes du MRC : @JeunesMRC
Jean-Luc Laurent : www.jeanluclaurent.fr
Marie-Françoise Bechtel : www.mfechtel.fr
Christan Hutn : www.christanhutn.fr
Les Jeunes du MRC : www.jeunes-mrc.fr
Le MRC a besoin de voUs Maintenant •
Adhérer au MRC, c’est rester libre !
Comité local (éventuellement)Département
Je soussigné(e) NOM Prénom
Adresse
Ville CP
Profession Lieu professionnel
Syndicat (pour partcipaton éventuelle au secteur monde du travail)
Téléphone Portable
Courriel
Mandat(s) électf(s) éventuel(s)
Souhaite adhérer au MRC renouveler son adhésion au MRC
La cotsaton natonale 2012 est de 55 € minimum + cotsaton libre selon revenus,
et joint un chèque de €, à l’ordre de AFMRC intégrant une part natonale d’au minimum 55 € et une part destnée aux struc-
tures locales. Un reçu fscal sera fourni pour bénéfcier d’une réducton d’impôts
de 66% du montant de la cotsaton. Pour les personnes au RSA, en recherche
d’emploi, étudiants de moins de 25 ans, la cotsaton est de 25 €.
Fait à Le Signature
BULLETIN A RETOURNER ACCOMPAGNE DU CHEQUE A : MRC - 3 AVENUE DE CORBERA - 75012 PARIS
Page 6 www.mrc-france.orgCONVENTION NATIONALE DU 30 NOVEMBRE 2013
Une aUtRe eURoPe
Projet de texte d’orientaton présenté par le conseil natonal de la croyance aveugle. C’est là d’ailleurs un trait marquant
réuni le 30 juin 2013. de la politque française au tournant des années 1990 :
Maastricht aura sanctonné la rencontre des deux princi -
our le Mouvement Républicain et Citoyen, l’Europe paux parts de notre pays autour de l’Europe et du marché.
est un enjeu majeur. C’est une des clés de l’avenir de Or il sera impossible de dessiner un « futur européen » si P
la France. D’autant que nous ne confondons pas ces l’on ne prend la mesure de ces défauts. C’est le principal
deux avenirs. Oui, à nos yeux le futur de la France, comme obstacle auquel se heurte toute véritable avancée euro-
celui des autres natons de l’Union Européenne, si elles le péenne.
décident, doit être pensé en premier lieu pour lui-même.
La France, naton politque, nourrie d’un passé dans lequel Si l’UMP n’a pas changé d’un iota depuis le choix de la
elle a su montrer la voie de l’émancipaton des peuples, soumission à la volonté allemande fait par le président
n’est pas « fnie », ainsi que Jean-Pierre Chevènement a Sarkozy, on sent au Part Socialiste plus de déchirement
su le montrer dans une approche combinant l’histoire loin- devant les développements néfastes les plus récents de
*taine, l’histoire proche et l’analyse politque . la constructon européenne. Mais il lui reste beaucoup à
Cela veut-il dire que l’Europe ne jouerait pas un rôle essentel clarifer : peut-on metre sa foi dans un budget fédéral qui
dans la constructon de notre futur ? Certainement pas. sanctonnerait une intégraton plus poussée alors que les
Mais la seule approche qui vaille de la queston euro- besoins de fnancement des diférents pays sont structu -
péenne est celle d’une lecture à la lumière de chacune des rellement diférents de par leur démographie, leur système
natons qui la composent. de transferts sociaux ou tout simplement leur situaton
économique ? Peut-on se contenter de pointer au passage
Nous touchons là à un identfant essentel de notre mou- les efets négatfs de l’euro cher – prise de conscience nou -
vement depuis sa créaton en 1992. Pour le MRC, la ques - velle et en elle-même positve – en évitant d’analyser les
ton européenne, fondamentalement liée à la queston erreurs de la monnaie unique et la profondeur de la crise
de la souveraineté, est indissociable de la queston de la qui frappe la zone euro ?
Naton. Corollaire : c’est en l’Etat que réside selon nous le
pouvoir légitme de représenter le peuple et de négocier Répondre à ces questons par des avancées vers « plus d’Eu-
en son nom. Il y a là une positon fondatrice, celle-là même rope », plus d’Europe « fédérale », une Europe de l’« intégra-
qui distngue le MRC des autres parts de gauche que ce ton solidaire » ne conduit qu’à l’impasse. Il s’agit d’une fuite
soit le PS, EELV, le PC, le Part de gauche ou le PRG. en avant : on connaît le remède avant de poser le diagnostc.
De cete positon de principe découlent nos analyses, notre On voit bien se dessiner à gauche une alternatve à l’euro-
engagement et nos propositons. Nous avons une ambiton péisme du PS – tous courants confondus. C’est l’approche
pour l’Europe. Mais cete ambiton n’est pas un rêve dé- par « l’Europe des peuples » du PCF, de J.L. Mélenchon et
connecté des réalités. Nous voulons nous confronter avec d’une parte d’EELV. Mais où mène cete Europe réduite
les faits sans pour autant en trer la conclusion que seuls la au sans frontérisme – avatar de l’internatonalisme – des
résignaton ou l’irréalisme seraient possibles. travailleurs et des laissés pour compte de la crise ? Cete
Tel est le pari du MRC. approche pèche par manque de perspectve politque et,
quoique fondée sur une juste critque de l’euro, elle ne
I/ Il y a une queston européenne : elle ne devrait débouche sur aucune propositon alternatve crédible. De
plus être niée par qui que ce soit. même que l’européisme socialiste nie la naton, l’ « Europe
sociale », et « ant-patriarcale » du Front de Gauche nie
Nous nous trouvons aujourd’hui à un tournant historique
l’Etat en refusant d’y voir le protecteur naturel des plus
qui se fonde sur un paradoxe : en France, et à rebours de
faibles et le porteur légitme de la souveraineté natonale.
l’opinion majoritaire, les parts sont pour l’essentel dans le
Pour qui veut faire une Europe des peuples l’Etat est un
déni.
passage obligé : voilà ce qui nous diférencie de l’approche
Les parts européistes, en premier lieu le PS et l’UMP, sont si
du Front de Gauche.
longtemps restés dans la dénégaton des vices fondamen -
taux de la constructon européenne qu’ils peinent à sortr * La France est-elle fnie ?, Fayard 2011.
www.mrc-france.org Page 7Une aUtRe eURoPe
Quant au PRG, inutle d’épiloguer sur sa vision constante date de cete période, avec les arrêts de la Cour de Jus -
d’une Europe fédérale « plus intégrée, plus citoyenne » tce des communautés européennes reconnaissant que la
dotée d’un gouvernement et notamment d’un ministre des constructon européenne consttue « un ordre juridique
afaires étrangères européen qui persisterait à prolonger souverain qui s’impose aux Etats natonaux ».
l’idéal des pères fondateurs. Comme les mouvements cen- Dérive seconde : l’élargissement au-delà de 15 aux 27, puis
tristes du Modem et de l’UDI, il ne parvient toujours pas à aux 28, intégrant des zones appelées à se faire une véri-
trer les conclusions pourtant évidentes des résultats réels table concurrence interne**, sans réelle recherche d’une
d’une constructon européenne rêvée. On remarque certes cohésion économique et sociale, avec des pays de l’Est tout
aujourd’hui un doute chez une parte des centristes, ceux tournés vers le grand large comme l’a montré la guerre
qui étaient atachés à la cohérence d’une Europe faite pas d’Irak et producteurs d’une immigraton incontrôlée soit à
à pas par l’harmonisaton progressive des systèmes. Mais la source soit comme zones de passage. Ils sont aujourd’hui
cete critque de l’état actuel de l’UE est le fait de cercles de les plus âpres défenseurs avec le Royaume-Uni, du libre-
pensée et rarement des parts eux-mêmes. échangisme total. Cet élargissement est ainsi le contre-
On voit enfn se dessiner à droite une alternatve à l’euro- modèle de l’Europe « de l’Atlantque à l’Oural » à laquelle
péisme de l’UMP. Le Front Natonal, dans sa version « Bleu l’histoire n’a pas – et c’est grand dommage – consent.
Marine », devenue dominante, s’alimente au constat de Dérive troisième, la plus grave : la créaton d’une mon-
l’échec européen. Il y trouve toutes les denrées néces- naie unique, absurdité qui a ligoté des économies à la fois
saires au véritable détournement des valeurs patriotques hétérogènes et concurrentes, endommagé gravement la
auquel il se livre de façon de plus en plus systématque : compéttvité des pays du Sud, dont la France, et conduit
la promoton des marchés fnanciers par les instances de aujourd’hui dans une course efrénée vers un improbable
l’UE lui permet de renouer non sans gourmandise avec la salut. Le « sauvetage de la zone euro », dont on ne sait plus
détestaton des élites mondialisées qui fut un des fonds de s’il relève de la doctrine de la foi ou des intérêts politques
commerce de l’extrême-droite avant 1940 ; l’ouverture des de l’Allemagne, précipite l’Europe ou ce qu’il en reste dans
frontères lui ofre un boulevard pour se concentrer sur les l’impasse de la récession.
dangers de l’immigraton ; le déclin des valeurs natonales, Encore faut-il ajouter à ce constat le poids décisif qui a été
telle la laïcité, accentué par leur diluton dans un « espace » celui du triomphe du capitalisme fnancier . Appuyés sur le
sans identté, est l’occasion permanente de stgmatser vent puissant de l’idéologie libérale, boostés par l’efondre-
l’islam. En bref si l’UE n’était pas ce qu’elle est, jamais le FN ment de l’URSS, les marchés « ouverts » ont installé une
n’aurait l’audience qu’il a dans notre pays. Et cela vaut pour prédaton sans frein qui a asphyxié l’économie réelle.
la montée de l’extrême-droite dans toute l’Europe. La « concurrence libre et non faussée », élargissant les mar-
chés, ouvrant les entreprises européennes aux OPA de toute
Nous sommes, nous, au contraire, pour une analyse sans nature, prohibant sévèrement les interventons publiques,
concession des graves dérives qui ont marqué la construc- cassant les services publics, a achevé la déconstructon des
ton européenne. Nous pouvons parler aujourd’hui Etats natons. Ce biais puissant de la mondialisaton libérale
d’un véritable tournant historique, celui de la prise de qui ne résulte pas directement des structures insttuton -
conscience par une majorité de nos concitoyens que l’évo- nelles de l’Europe s’est ajouté à leur efet négatf. Plus de
luton de la constructon européenne, cela ne va pas. L’opi- naton, plus d’Etat mais, aux commandes, une élite hors sol
nion sent confusément que le système complexe auquel les dont on ne sait plus si le modèle anglo-saxon la rend plus
Etats on consent n’est pas le bon. C’est pourquoi il faut nocive que la crispaton germanique sur les dangers de l’in -
analyser cete évoluton historique et, c’est un devoir mili - faton et la courte vue sur les conditons de la prospérité
tant, la rendre lisible. de demain.
Dérive initale , celle de l’Europe des pères fondateurs*: la
« méthode inductve » qui devait conduire à une intégra-
ton de pays comparables par leur niveau économique et
social a débouché sur un édifce complexe dans lequel la * J.-P. Chevènement, La faute de M.Monet.
** Sans compter l’intégraton en 1972 du Royaume-Uni, cheval de Troie de bureaucrate de la Commission a rapidement pris le pas.
l’atlantsme devenu le principal pourvoyeur idéologique du libéralisme et du capi -
N’oublions pas que la tentaton de subordonner les Etats talisme fnancier qui devait faire tant de mal à l’Europe à compter des années 80.
Page 8 www.mrc-france.orgUne aUtRe eURoPe
L’Europe a ainsi été « construite » depuis plus de trente ans d’« intégrer » des actons autres que mineures dès lors
sur un triple déni : déni de souveraineté, déni de prospérité que les intérêts natonaux des Etats membres ne sont pas
et déni de démocrate. convergents voire compatbles.
Mais est-ce d’une Europe réorientée dont nous avons be-
Et ce serait cete Europe-là que l’on demanderait aux soin aujourd’hui ou devons-nous concevoir une ambiton
peuples d’accepter ? Passe encore, si l’on est cynique, plus forte ? La queston mérite d’être débatue.
que la démocrate des décisions y perde si la prospérité
était assurée. Mais le referendum sur la « Consttuton A. Des vertus d’une Europe réorientée
européenne » l’a bien montré : notre peuple – comme Il s’agirait d’abord de traiter l’urgence : la crise de la zone
d’autres sans doute – a bien compris que l’un et l’autre y euro.
perdraient gravement et simultanément. Fait remarquable
: cete prise de conscience a été majoritairement celle de 1. L’objectf premier, en cas de nouvelle crise de l’euro (en
la tranche d’âge des 18-25 ans. Espagne ou en Italie par exemple) serait de faire intervenir la
La prise de conscience de l’opinion française trouve un BCE pour acheter directement des ttres de dete publique à
écho de plus en plus fort dans l’eurosceptcisme qui monte dix ans (en tout cas l’annoncer aux marchés pour dissuader
en Europe, chez des peuples soumis à des gouvernements la spéculaton), lancer une politque du quanttatve easing*
sans pouvoir dans une Europe sans gouvernement. pour faire baisser le cours de l’euro, artculée avec un plan
de relance à l’échelle européenne, donner d’autres objec-
Conclusion : connaître la force des obstacles tfs à la BCE que le contrôle de l’infaton, en matère de
souten à l’actvité économique (et donc à l’emploi).
Avec J.-P. Chevènement, nous avons analysé depuis 20 ans
les erreurs, les blocages et pour fnir, depuis le Traité sur la 2. Si aucun accord ne se dessinait pour faire de la BCE une
croissance et la gouvernance (TSCG) adopté – contre notre banque centrale comme les autres, il deviendrait néces-
vote – en 2012 , les tendances suicidaires d’une Europe qui saire de négocier avec tous les partenaires européens-
s’enfonce dans le crépuscule des idoles fnancières, d’une et d’abord l’Allemagne qui détent la clé d’une opératon
technocrate sans vision, sans ambiton et sans patrio - « ordonnée » de mutaton de l’euro, de monnaie unique
tsme, fût-il européen. Une Europe qui organise sa propre en monnaie commune, en se fxant l’objectf pour celle-ci
impuissance dans un monde où jamais la souveraineté de d’une quasi-parité avec le dollar. Au sein d’un SME bis de
natons puissantes ou l’infuence d’aires de civilisaton n’a nouvelles parités seraient fxées pour corriger les écarts de
été plus impérieuse. L’« Europe européenne » du général compéttvité (réévaluaton pour l’euromark, dévaluatons
de Gaulle, est-elle un rêve dépassé ? plus ou moins limitées pour les autres monnaies).
Nous préférons rechercher avec quels moyens la construire Un plan d’aide correspondant à une tranche du MES (à
demain même si nous savons que l’UE d’aujourd’hui se fxer) serait mis en œuvre pour aider les pays les plus fra-
caractérise par une interdépendance dont il faut aussi giles à supporter le choc d’une dévaluaton.
prendre la mesure. Il s’agit d’un double ajustement, rétablir les monnaies na-
tonales au sein de la zone euro qui fuctueraient entre elles
II/ Notre Europe, c’est une autre Europe mais seul l’euro serait convertble avec les autres devises.
Ainsi, les monnaies s’ajusteraient à la compéttvité réelle
La « confédératon européenne » du plan Fouchet était, de chaque pays. Cela permetrait à certains pays, dont le
nous l’avons souvent souligné, une idée forte. Elle a trouvé nôtre, de retrouver un niveau de prix concurrentel à l’ex -
un écho afaibli dans l’idée de « coopératons renforcées » portaton.
censée ofrir une alternatve intergouvernementale aux Compte tenu des politques d’assouplissement monétaire
solutons de type fédéraliste. menées par les grandes puissances, en partculier par les
Il y a certainement là une piste pour une réorientaton de Etats-Unis, préserver l’économie européenne requiert né-
l’Europe. L’exemple du « deuxième pilier», celui de la PESC cessairement de retrouver un cours de l’euro compéttf.
(défense et politque étrangère) est parlant : on voit très
bien comment il a été impossible – et fort heureusement – * Acquisiton d’actfs par une banque centrale.
Page 9www.mrc-france.orgUne aUtRe eURoPe
Si l’Allemagne refusait aussi bien le plan A (revoir le rôle et puissance économique mondiale. Pays central dans tous
de la BCE) que le plan B (mutaton ordonnée de l’euro de les sens du terme, elle s’appuie sur sa réunifcaton, ses
monnaie unique en monnaie commune), elle prendrait la relatons privilégiées avec l’Europe orientale et une crois-
responsabilité d’un éclatement sauvage de la zone euro. sance portée par sa puissance exportatrice. Les Allemands
Si l’Espagne était contrainte à la sorte (avec une dévalua - payent, pour cela, un prix certain jusqu’ici consent. Dans
ton compéttve), la France devrait l’accompagner dans ce l’UE et la zone euro, ils défendent leur intérêt natonal.
choix. Ce serait la survie de notre industrie qui serait en jeu. La France doit, elle aussi, assumer son intérêt natonal,
Si l’Allemagne refusait une remise en ordre négociée dans pour son peuple, pour son avenir mais aussi au bénéfce,
l’intérêt européen, les autres pays seraient amenés à en à moyen et long terme, de l’Europe, de l’Allemagne elle
trer les conséquences même et de la paix. Elle doit parler franc et fort à l’Alle-
magne : c’est la garante de l’indispensable travail commun.
3. Il conviendrait ensuite de procéder à une révision des Elle sera d’autant plus convaincante qu’elle saura avancer
Traités européens qui : fermement sur la voie de la réindustrialisaton, dévelop-
• promouvrait les coopératons renforcées. Elles permet- per ses atouts propres et trouver des alliés en Europe et à
traient d’adopter – par un mécanisme revu de celles-ci –, un l’extérieur autour de la nécessaire croissance à retrouver.
plan de relance pour l’ensemble de la zone euro et permet-
traient à certains Etats de conduire ensemble des projets 1. Une réécriture plus fondamentale que celle envisagée
d’envergure (modèle : Airbus) en matère de développe- ci-dessus des traités européens rechercherait une Europe
ment économique, de recherche, d’infrastructures (avec des remise sur ses pieds pour obtenir une Union intergou-
ambitons partculières au niveau des énergies décarbonées vernementale : décisions prises à l’unanimité du Conseil,
« made in Europe »), des transports ou encore de la surveil- réducton de la Commission à un organe d’exécuton, main -
lance des côtes. ten du Parlement comme émanaton des Parlements na -
• reviendrait, dans le cadre d’un traité modifcatf, sur cer - tonaux, suppression de la COUR DE JUSTICE EUROP ÉENNE
taines clauses des traités actuels : et remplacement par une cour arbitrale pour les confits
- En s’assurant d’une prévalence du Conseil sur la Commission ; entre États. La révision des statuts de la BCE dépend quant
- En revoyant le mode d’adopton des décisions les plus impor- à elle des diférentes hypothèses de crise de la zone euro
tantes avec restauraton de la règle de l’unanimité ; mais la sorte programmée de la zone euro (plan B) fait
- En révisant la police budgétaire atribuée à l’Union européenne naturellement parte de cete Europe « autre ». Il ne faut
par le TSCG, le « six pack* » et le « two pack** », avec prise cependant pas s’interdire une révision des mécanismes
en compte des exigences partculières de certains pays en insttutonnels de l’UE dans le cas où l’euro serait maintenu
matère de défense natonale (dissuasion nucléaire, pays à avec au minimum mise en œuvre du plan A : sans celui-ci,
frontères fortement vulnérables à l’immigraton clandes - refaire une Europe insttutonnelle n’aurait aucun sens.
tne ou pays ayant des frontères avec des pays en belligé- Une refonte large des Traités consttutfs, qui a déjà été
rance). Au-delà il faut aussi obtenir que les investssements entreprise avec le concours de militants du MRC, pourrait
d’avenir soient exclus du calcul des défcits publics. servir d’appui à notre réfexion: que ne pouvons-nous plus
accepter en Europe ? Avec quels éléments du Traité peut-
B. Une Europe autre, tout autre on trouver un compromis ? Un atelier « Pour un nouveau
C’est l’alternatve la plus ambiteuse. Elle est au niveau Traité européen » devrait être mis en place sur cete base.
de nos exigences et, osons-le dire, de nos analyses de
longue portée. Elle peut être portée par une crise, envisa-
gée ci-dessus, qui proviendrait du refus de l’Allemagne de
négocier dans le sens de l’intérêt européen. En tout état
de cause, quel que soit l’état de crise ouverte ou larvée
* 5 règlements et une directve de l’Union européenne datant de 2011 et contrai -
comme aujourd’hui que vit l’EUROPE, convaincre l’Alle- gnant ses Etats-membres à appliquer une politque libérale de stricte rigueur
budgétaire, à défaut de laquelle ils sont lourdement sanctonnés.magne est un passage obligé.
** 2 règlements de l’Union européenne datant de 2011 et obligeant les Etats de L’Allemagne aujourd’hui a (re)trouvé la place à laquelle elle
la zone euro à soumetre à la Commission européenne leurs projets de budget,
aspire depuis si longtemps : première puissance d’Europe avant de les faire valider par les parlementaires natonaux.
Page 10 www.mrc-france.org