La dimension géo-énergétique de la guerre en Syrie

La dimension géo-énergétique de la guerre en Syrie

-

Documents
10 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les rivalités confessionnelles entre populations chiites et sunnites au Moyen-Orient constituent la dimension fondamentale de la tragédie syrienne, mais ce n’est pas la seule. Étonnamment, les spécialistes et les médias ne mentionnent que rarement les enjeux énergétiques sous-jacents à l’éclatement de cette guerre. À l’heure où, avec l’appui de l’Iran, la Russie lance une grande opération militaire de soutien à la Syrie de Bachar el-Assad, un bref retour sur la question gazière s’impose.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 05 mars 2016
Nombre de visites sur la page 678
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
OSINTPOL
La dimension guerre en Syrie
23/10/2015 par Yann Breault
géo-énergétique
Décryptage
de
la
Les rivalités confessionnelles entre populations chiites et sunnites au Moyen-Orient constituent la dimension fondamentale de la tragédie syrienne, mais ce n’est pas la seule. Étonnamment, les spécialistes et les médias ne mentionnent que rarement les enjeux énergétiques sous-jacentsà l’éclatement de cette guerre. À l’heure où,avec l’appui del’Iran, la Russie lance une grande opération militaire de soutien à la Syrie de Bachar el-Assad, un bref retour sur la question gazière s’impose.
Le marché gazier européen
Depuis la reprise en main par le Kremlin du secteur des ressources naturelles qualifié de « stratégique », les relations entre la Russie et les chancelleries occidentales se détériorent considérablement. Le point tournant est probablement l’emprisonnement de l’oligarque Mikhaïl Khodorkovski en 2003, et la liquidation subséquente de sa compagnie pétrolièreIoukos au profit de la sociétéRosneft, majoritairement contrôlée par l’État. En2006, l’État reprend aussi la main sur le géant gazierGazprom.
Fonds de dotation OSINTPOL
2
OSINTPOL
L’évolution de la réglementation européenne, dont la finalité est de créer une véritableunion de l’énergie,témoigne d’une volonté concertée decirconscrire 1 l’influencede Moscou dans ce secteur névralgique de l’. Ilactivité économique s’agit ni plus ni moins deaux consommateurs endogènes de dicter permettre unilatéralement aux fournisseurs exogènesles règles d’accès au marchéeuropéen, Le plus grand perdant dans ce projet est bien sûr la Russie.
Certes, les tensionsentre Bruxelles et Moscou n’ont pas empêché l’Allemagne et la Russie de construire une nouvelle voie de transport gazier, leNorth Stream, 2 reliant directement les deux pays via la mer Baltique , une voie dont on espère 3 pourvoir prochainement doubler la capacité de transport . Les exportations d’énergie et les investissements russes dans les infrastructures de transport en Europe ont continué de croître, là et ailleurs.
Seulement, les « guerres gazières » entreGazpromle transporteur ukrainien et Naftohazen 2006 et en 2009 ont brusquement porté à l’avant-scène le problème 4 de la sécurité énergétique européenne. Que l’Europedépende de la Russie pour environ le quart de ses approvisionnements énergétiques en gaz naturel pose problème, dès lors que la fiabilité du transport est remise en cause.
Par ailleurs, lUnion européenne (EU)s’inquiète de l’emprisedeGazpromsur les États pour qui le gaz en provenance de Russie,est essentiel à l’activité 5 économique. Pour éviter d’être exposés à la puissance du gaz comme « instrument de chantage », terme utilisé à compter de 2006 par l’ex-vice 6 président américain Dick Cheney , les Européens cherchent à développer des routes versde nouvelles sources d’approvisionnement.
Les regards se tournent vers les réserves enclavées de la mer Caspienne, avec des 7 succès limités , mais aussi nécessairement, à plus long terme, sur celles du Moyen-Orient. Après la Russie, ce sont en effetl’Iran et le Qatar qui détiennent respectivement les plus grosses réserves de gaz naturel au monde. C’est notamment là, dans le Golfe persique/arabique, à cheval sur le fond marin des 8 deux États, que se trouve le plus gros gisement gazier de la planète . Selon les
1  Alexï Lossan, «L’Union européenne de l’énergie, une menace pour la Russie»,Russia Beyond the Headlines, 23 mars 2015. 2 «Putin opens Nord Stream Baltic gas pipeline to Germany»,BBC, 6 septembre 2011. 3  James Marson, «Gazprom Signs Preliminary Deal to Expand Gas Pipeline to Germany », Wall Street Journal, 18 juin 2015. 4 Daniel Freifel, «The Great Pipeline Opera»,Foreign Policy, 22 août 2009. 5  Parmi les États-membre de l'UE, les trois États baltes, la Finlande, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et la Bulgarie dépendent de la Russie pour plus de 75% de leur consommation. Ambrose Evans-Pritchard, «Europe scrambles to break gas dependence on Russia, offers Ukraine military tie»,The Telegraph, 21 Mars 2014. 6 «Vice President's Remarks at the 2006 Vilnius Conference», Vilnius, 4 mai 2006. 7  Yann Breault, «La saga du South Stream: un tournant géopolitique pour l’Europe central et balkanique»,Note d’analyse d’OSINTPOL, 1 août 2015. 8 «Factbox: Qatar, Iran share world's biggest gas field»,Reuters, 26 juillet 2015.
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
OSINTPOL
3
estimations de l’International Energy Agency, le South Pars/North Dome3aurait 3 des réserves de près de 51 000 milliards de m .
Le Qatar possède près des deux tiers de ce gisement et a investi des sommes colossales pour accroitre sa production de gaz naturel liquéfiée (GNL), devenant en 2006 le premier exportateur mondial. Il collabore avec les investisseurs américains (Exxon Mobil, Conoco Phillips), japonais (Mitsui, Marubeni) et européens (Total, Royal Dutch Shell). Le pays compte déjà à lui seul pour 20% 9 des importations de gaz au Royaume-Uni .
Toutefois, pour espérer rivaliser avec les prix offerts parGazpromsur le marché européen, le Qatar devradévelopper une voie d’exportation terrestrerejoignant la méditerranée. Ils’agit d’une ambition lointaine, mais sa réalisation est une perspective aussi attrayantepour l’Europe qu’inquiétante pour Moscou. Nécessairement, la Russie cherche à contrer le projet. La relation privilégiée avec la Syrie est son principal atout.
La présence indésirable de Bachar el-Assad
La Syrie se trouve située sur la route des futures exportations gazières du Qatar, mais aussi des autres États producteurs du Golfe, dont l’Iran et l’Irak.milieu des années 2000, Au alors qu’ils cherchent des sources d’approvisionnement alternatives à la Russie, les Européens misent sur le projet de transport gazierNabuccoet ont la Syrie dans leur mire. L’Iran faisant l’objet de sanctions à compter de 2006, les relations se réchauffent entre l’Europe etAssad, au Bachar-el point où le président Sarkozy propose de jouer les médiateurs entre la Syrie 10 et Israël (qui occupe encore à ce jour le plateau du Golan).
En 2006, un accord auquel participe 11 la Roumanie est conclu avec Damas . Il s’agit de raccorder la Turquie au Arab Gas Pipeline, ce gazoduc qui
Arab Gas Pipeline
Source : Amirki, CC BY-SA 3.0 de
9 Andrew Critchlow «Qatar considers more UK energy investment»,Telegraph, 12 janvier 2014. 10  Steven Erlanger et Katerin Bennhold, «Sarkozy Helps to Bring Syria Out of Isolation»,New York Times, 14 juillet 2008 11 «Ministers agree to extend Arab gas pipeline to Turkey»,Alexander’s Gas and Oil Connections, 29 mars 2006
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
4
OSINTPOL
relie désormaisl’Égypte à la Syrie. Le volume prévu des importations turques en 3 provenance d’Égypte est(2 à 4 milliards de m /année). Or, la Turquie modeste rêve déjà de pouvoir prolongerl’Arab Gas Pipelineà des réserves de gaz (AGP) beaucoup plus importantes, celles du Qatar.À l’été2009, l’émirfait le voyage à Ankara et à Damas,et aborde la question d’un éventuelde raccordement de son pays à l‘AGP (via l’Arabie Saoudite et la Jordanie).
La Syrie accueille froidement la proposition.D’aucuns suggèrent que Damas s’oppose à un telprojet pour maintenir sa relation privilégiée avec la Russie (son 12 principal fournisseur d’armementQs) . uoi qu’il en soit, le régime se pose enobstacleà ceux qui souhaitent le développement d’une voie de transport gazier entre le Qatar et l’Europe. Si l’onsi fie au témoignagede l’ancien français ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, c’estprécisément à cette période, soit deux ans avant le début du mouvement de contestation populaire en 2011, que les Britanniques commencent à envisager l’organisation d’un changement de régime 13 en Syrie .
Beaucoup a déjà été écrit sur les facteurs internes ayant conduit les manifestants anti-régime à se radicaliser et à entreprendre la lutte armée. Il n’est pas question ici de minimiser la violence avec laquelle le pouvoir syrien a tenté de réprimer les forces d’opposition, attisant et portant à son paroxysme les rivalités confessionnelles préexistantes.
Néanmoins, il est difficile de ne pas suspecter un lien entre le début de guerre civile et la signature d’unenouvelle entente qui menaçait cette foisl’Europe et la Turquie d’êtredurablement isolée des émirats saoudien et qatari par un nouvel axe de coopération chiite entre l’Iran, l’Irak et la Syrie.C’esten effetà l’été2011 que les choses dégénèrent pour Bachar el-Assad, alors mêmeque l’onannonce la signature d’une entente de 10 milliards pour la construction d’une nouvelle voie gazière qui permettrait à l’Iran d’accroître ses exportationsen Syrie et de gagner 14 un accès à la mer Méditerranée .
Soutenant le nouveau « printemps démocratique » contre une dictature militaire, la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite s’ingèrent en Syrie en fournissant du matériel militaire aux rebelles. Bientôt, prétextant une attaque chimique attribuée aux autorités syriennes, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis se préparent à lancer une vaste offensive militaire contre la Syrie. C’est à ce moment, à l’automne2013, que la Russie entre en jeu.
12 Nafeez Ahmed, «Syria intervention plan fueled by oil interests, not chemical weapon concern», The Guardian, 30 août 2013. 13  Éric Martin, «Roland Dumas : les Anglais préparaient la guerre en Syrie deux ans avant les manifestations en 2011»,Nouvelles de France, 14 juin 2013. 14  Hassan Hafidh et Benoît Faucon, «Iraq, Iran, Syria Sign $10 Billion Gas-Pipeline Deal»,The Wall Street Journal, 25 juillet 2011.
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
OSINTPOL
Le retour de la Russie au Moyen-Orient
5
5
Certes, les Russes possèdent une petite base portuaire à Tartous (leur dernière située à l’étranger), La Syrie est aussi un client dansle domaine de l’armement.Mais la volonté de soutenir Bachar el-Assad est plus largement guidée par le désir 15 de circonscrire le champ d’action des principales puissances de l’OTAN. On peut faire remonter à l’été2007, lors d’uneconférence donnée à Munich, le moment précis où la résistanceà l’unilatéralisme américain est devenue un objectif 16 explicite de la politique étrangère russe . Les scénarios de partition territoriale (comme celui que l’on a imposé à la Serbie), ainsi que les attaques militaires et les exécutions sommaires dechefs d’État (Irak et Libye) ne doivent plus pouvoir se répéter. Il en va de la stabilité de l’ordre international. C’est un point de vue que la Russie partage avec la Chine et biend’autres, commel’Iran.
Dans le dossier syrien, la Russie souhaite certainement démontrer qu’elle a les moyens de défendre ses alliés, ce qu’elle fait d’ailleurs au Conseil de Sécurité de l’ONU enbloquant toutes les résolutions appelant à prendre des mesures contre 17 le régime de Bachar el-Assad . Mais les pressionspour qu’elle abandonne son meilleur ami dans la région sont fortes.
Au printemps2013, l’EU approuve l’importation d’hydrocarbures en provenance des régions contrôlées par les rebelles syriens, permettant ainsi aux combattants de renflouer leurs coffres. À l’été, l’influent prince Bandar fait le voyage de Riad à Moscou pour tenter de convaincre Poutined’accepter un changement de régime à 18 Damas. Selon une source journalistique britannique , le prince saoudien aurait proposédes contrats d’armements de 15 milliards de dollars, ainsi que des garanties que les rebelles tchétchènes (que l’on dit financés par l’Arabie saoudite)ne troubleraient pas la quiétude des Jeux olympiques de SotchiDans les semaines qui suivent, l’utilisationd’armes chimiquesdans les combats en Syrie accentue la pression sur Moscou : Elle place Poutine devant la sombre perspective de devoir soutenir un leader perçu en Occident comme un véritable criminel de guerre.
Comme nous le savons, l’opposition populaire au projet de guerre en Syrie est plus forte que prévu dans le monde anglo-saxon, et au final, Londres et Washington sont contraints de reculer. Au grand déplaisir de la France, qui est mise devant le fait accompli, une solution négociée entre Moscou et Washington permet à la Russie de jouer un rôle constructif dans le désarmement chimique de
15  Dimitri Trenin «Putin’s Syria Gambit Aims at Something Bigger Than Syria»,Carnegie Moscow, 13 octobre 2015. 16 «Putin's Prepared Remarks at 43rd Munich Conference on Security Policy»,The Washington Post, 12 février 2013. 17  The Associated Press, «Russia, China Veto UN Security Council Bid to Refer Syria to ICC», Haaretz, 22 mai 2014. 18  Ambrose Evans-Pritchard, «Saudis offer Russia secret oil deal if it drops Syria»,The Telegraph, 27 août 2013.
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
6
OSINTPOL
la Syrie, un résultat satisfaisant pour Moscou, puisque Washington met sur la 19 glace son projet de frappes militaires contre les troupes de Bachar el-Assad . C’est une importante victoire diplomatique pour le président Poutine : non seulement il prolonge la durée de vie de son allié, mais ils’arrogedu même coup 20 un rôle positivement perçudans l’opinion publique.
Mais alors que l’arme chimique n’est plus unemenace,voilà que l’on assisteen 21 2014à l’émergence rapide du groupe «état islamique » . Cette tournure dramatique des évènements donne finalement le prétexte aux États-Unis d’intervenir militairement en Syrie, sans l’accord du principal intéressé, et sans mandat onusien. La Russie dénonce, mais révèle une nouvelle fois son impuissance à changer le cours des choses.
Après plusieurs mois de frappes aériennes dans les territoires contrôlés par Daesh, la situation se présente cependant différemment. Car la menace que représentent les extrémistes islamistesn’est pas contenue, loin de là. Des effets inquiétants commencent à se faire ressentir, notamment dans la périphérie musulmane en Asie centraleet au Caucase, où l’ISIS recrute. À l’été 2015, la crise des réfugiés rappelle soudainement à l’Europe que la déstabilisation de Syrie l’affecte plus directement qu’elle ne le croyait, et queles États-Unis et leurs alliés ne semblent pas en mesure d’apporter une solution au problème. La Russie voit alorss’ouvrir lapossibilité d’entrer en jeu en proposant un plan de sortie de crise qui lui convient mieux.
Depuis l’annexion de la Crimée perçueen Ukraine comme un dangereux 22 Anschluss , Moscou a bien besoin de redorer son image internationale, et trouve certainement commode de pouvoirdétourner l’attention de cette guerre hybride peu glorieuse qu’elle a livrée au Donbass. Face à la menace de ces terroristes qui font preuve d’une cruautéspectaculaire littéralement , notamment à l’égard des populations chrétiennes, la Russie mobilise du matériel militaire haut-de-gamme (comme le nouveau chasseur bombardierSukhoiPoutine propose de Su-36). soutenir les seules forces potentiellement capables de défaire au soll’État islamique,c’est-à-dire celles de Bachar el-Assad. En contrevenant à la volonté de Washington, qui exigeait jusqu'alors le départ du dictateur syrien, la Russie démontre sa capacité des’opposer à l’hégémonie américaineet de s’imposer comme un acteur incontournable du dossier.
Cette confrontation déborde certainement la question dudéveloppement d’une route gazière entre le Golfe persique etl’Europe au Qatar, un projet qui dans l’état
19  «Framework for Elimination of Syrian Chemical Weapons»,US Department of State, 14 septembre 2013. 20  Jacques Léveques, «La Russie est de retour sur la scène internationale»,Le monde diplomatique, novembre 2013. 21  On parle ici indifféremment du groupe « état islamique», de l’ISIS (de l’acronyme anglais Islamic State of Irak and Syria) ou de Daesh (nom tiré de l’acronyme en arabe).22 Andrii Deshchytsia, ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, «Ukraine foreign minister: The world must reject Russia’s ‘anschluss’ in Crimea», 21 mars 2014.
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
OSINTPOL
7
actuel des choses,n’estpas réalisable dans un avenir proche. Mais la dim7ension géo-énergétique est tout de même là pour rester et ne doit pas être évacuée de l’analyse.
Et si la voie syrienne demeure durablementbloquée, l’Iran ne pourrait-il pas profiter de la levée des sanctions pour conclure des ententes ambitieuses avec l’Europe, via la Turquie, anéantissant l’importancegéostratégique de la Syrie ? Il s’agit d’une possibilité, mais ce ne serait pas la fin de l’histoire. En effet, si la faillite de la politique turque en Syrie devait se conclure par un nouveau partenariat énergétique avec l’Iran,il faudrait alors suivre de près la façon dont les choses évolueraient dans le Kurdistan turc, une région instable et potentiellement explosivequ’une telle voie de transport devrait obligatoirement traverser.
__________________
Photographie : Sukhoi Su-25 russes à Lattaquié en Syrie photographiés en octobre 2015 lors de l’intervention militaire russedans le conflit syrien. Crédit : Mil.ru, CC BY 4.0.
Pour citer ce document
***
Yann Breault, « La dimension géo-énergétique Décryptaged’OSINTPOL, 23 octobre 2015.
Lire par ailleurs
***
de la guerre en Syrie »,
Yann Breault, «La saga du South Stream : un tournant géopolitique pour l’Europe centrale et balkanique»,Note d’analysed’OSINTPOL, 12 août 2015.
Yannick Quéau : «La Turquie est un des membres de l’OTAN produisant l’effort relatif le plus soutenu en matière de défense», propos recueillis par Bruno Lancesseur,Décryptage d’OSINTPOL,22 octobre 2015.
***
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
8
OSINTPOL
L’intelligence du bien communLe Fonds de dotation OSINTPOL est un laboratoire didées outhink tank. Il accomplit une mission d’intérêt général en soutenant la recherche et la diffusion d’analyses en science politique, notamment sur les domaines liés à la paix et aux relations internationales. Il agit dans lintérêt du bien commun en conformité avec les valeurs humanistes qui sont les siennes et les idéaux de justice et de liberté énoncés dans la Déclaration universelle des droits de la personne. Les travaux d’OSINTPOL s’inscrivent pleinement dans les débats parcourant ses sphères dintérêt. La démarche est résolument critique et avant tout orientée vers la production et la diffusion aussi large que possible des savoirs relatifs à ses domaines dinterventions. OSINTPOL ne saurait accomplir efficacement sa mission d’information et de sensibilisation du public sans le soutien de donateurs motivés par la défense du bien commun. Rejoignez-nous sur osintpol.org.
Fonds de dotation OSINTPOL - Tous droits réservés 125 rue de Longchamp 75116 Paris Courriel : contact@osintpol.org Tel : +33 (0) 6 02 16 48 02 Site Internet : osintpol.org
ISSN : 2492-248X
Les opinions émises n’engagent que leurs auteurs et ne constituent en rien une prise de position d’OSINTPOL.
Décryptage|La dimension géo-énergétique la guerre en Syrie
OSINTPOL
Questionner, informer, éduquer, innover
L’action d’OSINTPOL est axée sur la production et la diffusion aussiétendue que possible des savoirs relatifs à la sphère politique au sens large. L’organisme participe pleinement via ses analyses aux débats contemporains parcourant ses domaines d’intervention. Un des objectifs poursuivis est de contribuer au renouvellement des idées politiques dans le monde francophone et même au-delà, en favorisant les échanges avec les chercheurs de tous horizons. Parce qu’innover c’est aussi inévitablement questionner l’ordre établi, la démarche d’OSINTPOL est résolument critique. Par son action, ce laboratoire d’idées au service de la société civile entend renforcer la capacité des décideurs politiques et de tous les citoyens à faire leurs choix.
OSINTPOL s’est donné pour premiers objectifs de couvrir les enjeux liés à la paix, à la défense et à la sécurité en croisant, entre autres, les domaines de la science politique, du droit, de l’économie, de la sociologie et de l’histoire. Les expertises indépendantes en cette matière sont d’autant plus précieuses qu’elles sont rares.
Quatre premiers observatoires ont ainsi été mis sur pied sur les enjeux :
de l’action de l’Union européenne en matière de sécurité; des armements conventionnels; de la dissuasion nucléaire; de la géopolitique énergétique.
Le soutien de citoyen(ne)s engagé(e)s
OSINTPOL ne saurait accomplir efficacement sa mission d’information et de sensibilisation du public sans le soutien de donateurs motivés par la défense du bien commun. En soutenant OSINTPOL, vous contribuez au renforcement d’une recherche indépendante et de qualité au service de la société civile sur de nombreux sujets qui sont parfois malheureusement monopolisés par des organismes publics ou privés en lutte pour leursbudgets ou leurs profits. Vous permettez aussi aux chercheurs d’OSINTPOL de s’investir dans laformation d’une relève étudiante, en fournissant un encadrement propice à la transmission des savoirs et, surtout, des compétences nécessaires à l’analyse critique des enjeux de société. Rejoignez-nous sur osintpol.org.
Fonds de dotation OSINTPOL