La revue du SNKG - des adhérents
20 pages
Français

La revue du SNKG - des adhérents

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La revue du SNKG - des adhérents

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 106
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

orAl  ,TPSH iol al eds necaars ler tecoarcenhert n toe deeuvr dochefb susdrod seot eexs ètégqus lee  eédrcpyp ieend  à grand tententva aéencle, s  eit-oénébilelar
S yndicat N ational des K inésithérapeutes de G roupe « La vérité est toujours du côté de la minorité » Søren Kierkegaard S ommaire Les contes de la cour ........................ 2 Action Syndicale ............................. 3-5 Marc Viard ................................................ 5 Libre opinion ......................................... 6 Kinésiologie ............................................. 7 Le doigt de savoir ....................... 8-11 Cybersyndicalisme ................. 11-13 Kinépanorama .................................... 13 En bref .............................................. 13-14 Ok kiné ............................................ 14-15 La Louarme à l’œil ................. 15-16 La pierre à Briquet .......................... 16 Pourvu qu’on soit livresque ... 17 Imprimé par Imprimerie Nouvelle Quimperlé Siège Social et Présidence (Bretagne) Robert MARCHAND Kerfourcher 29300 TRÉMÉVEN Tél./Fax 02 98 96 25 39 robert.marchand29@orange.fr Trésorerie (Champagne-Ardennes) Marc VIARD 24, avenue Président-Auriol 08000 CHARLEVILLE-MÉZIÈRES Tél. 03 24 37 83 00 madevigi@wanadoo.fr Secrétariat Général Jean-Jacques REINIG 54, avenue de la Croix Rouge 13013 MARSEILLE jj.reinig@sfr.fr SNKG le seul Syndicat de Groupe ouvert aux praticiens individuels
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
états majors syndicaux constituent déjà des listes électorales, avant même dexposer leurs programmes : sous Sarkozy tout va plus vite !  Ces élections professionnelles, avatars de la dite loi, vont affirmer la représentativité de tel ou tel, à savoir celui qui sera désigné doffice pour engager toute la profession dans lécheveau des diktats venus den haut.  Les anciens se souviennent de la lue effrénée, naguère de nos représentatifs, pour être les premiers à signer les « quotas » de funeste mémoire, aujourdhui nommés « référentiels ».  On ne voit pas tout de suite lintérêt dun vote qui à priori ne devrait rien changer sinon léclosion de nouvelles baronnies régionales, et donc lavènement de nouveaux « égos ».  La néo démocratie que nous avons tant souhaitée sera financée par un nouveau prélèvement obligatoire sur nos revenus conventionnel de lordre de 0,1 à 0,5% du plafond de la sécu.  Le syndicalisme conventionnel obligatoire sans réelle capacité décisionnelle est une grande première, d autant quil permet dexclure toutes les communautés de pensées minoritaires, sommées de se joindre aux listes traditionnelles.  Un grain de sable sest toutefois glissé dans ce rouage pré-huilé, il sagit du syndicat Alizé, réfractaire à lOrdre, et dont le Ministère a souhaité garder les listes, en dépit de lavis négatif du-dit Ordre.  Bien que dans ce type délections étatiques les dés soient pipés, ces URPS sont un début de modélisation camériste que nous ne pouvons que saluer. Si daventure il fonctionne il amènera forcément les syndicats à reconsidérer leurs divisions infructueuses, et à les orienter vers de nouvelles conceptions de la défense professionnelle.  Nous engageons vivement les adhérents du SNKG qui souhaitent participer à la vie conventionnelle, à se présenter sur les listes de leurs régions, et ce avant la date limite du 11 Octobre 2010.Merci de nous contacter rapidement.
 Robert MARCHAND  Président National
É ditorial
J uillet - A oût - S eptembre 2010 Le Courrier desadhérents
URPS.......DU VAiN NoUVEAU ?
L es contes de la cour
genres de f arce, certaines lui coupaient lappétit et pourtant j euner nest pas r igolo. Avec sa p eine à l ire, il aurait préféré quon tire un trait d un seul coup .  Il détestait les traces de gl aise sur sa b otte, et craignait les sales n otes dans la tour m ente. Livre VII, Chapitre XI  Un seul mot dOrdre : On fait bloc Des ava n ies pour les pi r es face aux lations ». UN CA N ARD SUR LE F EU QUE DE FoUS DANS CE CoM PtoiR  Trahi par un él u de son c am p, li v ides  en serrant Dleasn ds e l n Utsn. iLoen , Coann anrad  palvuasi tq bur à ûlb é ra leduerr  p en sées obsédaient le Chevalier dAirain. camp et la p eine les m inait.  Le palmipède enchaîné le soupçonnait Jusquà présent ils avaient réussi à davoir airé des é cu s dans son t ron c et davoir engrangé un horrifiq u e bénéfi c e. Il aurait p asser au milieu des ch utes, aujourdhui, ils confondu di r ection et g estion. é meent dLeesu r c  o prarretcetniaoirnes .allait-il con fesser ses  Dénonçant des fo nd s c ur ieu x , le volatile était dé rou té devant les petits lpé rij e m ct e i s o, ns.achant que certains r ites amènent à pi stons. E anqués dans une mauvaise p ente,  Aujourdhui il avait du mal à se faire ils manquent de b onus et ils se t aisent. c oter laf fr eux, alors que dans son clan, tout le monde était d acc ord sur le b ut. Avec Rocky, ils subissent le j eu du n éant sans broncher. QCAUS êQtEU EEt CESoLLECtioN DE  genre de D tr é o so u rpme a?i sC, choezm emuexn, t pca o s m deb le d ro cnes  c oûteux, car on commençait à distinguer le  était bien vLee n s ufae,u bx iaenm iqsu ter jouusvqauiee nlàt , qleuse  csua m piu l les  f ond des c aisses, mais en même temps, on trouvait si p eu de mecs pour faire léq u ipe. n noe tleusi. avaient pas fait craindre de mauvaises  Allez les gars, il ne suffit pas de Le Xav lavait dailleurs fait déco r er, b ou der, il faut aussi p en ser.  quel ho nn eur ! En fait, il avait été dé cor é sans LES F oNDS DE C oLE  être ef euQréu.and il m et  sa ca squette dex- Berjolais nouveau avait appris à cal culer en cent leçons. Il se méfiait de la pà rbéosiudtepnot,r tila tnrt,o uetv iel  p se é  n siebnlte  b doe usilel foanirnee r t  i d r èers tulance des a eurs, qui au t ennis le ta p aient  très fort.  quon la cc Sua srea. ge lui servait de ver ve , « e acez Il craignait quon le bas cule sur le mon m alus » hurlait-il. terrain de l en quête car lui aussi avait puisé dans les f onds dé c ole, mais après tout, on ne fait pas la l ippe quand on p èche. MASQUER L’AFFAIRE  Les chi res le b assinaient, mais les  t racasjA lauberge du roi René, on avait du f onds diminuant, les c aisses restaient vides.  usqu au c ou. Son p ignon gardait royale m ine, avec  D habitude, il était plus facile de les élections, il pourrait sans doute toucher des isla fiaslilra lité b c i h eenl lqe upialsr  tloe m b abse. ntU snu jr oduer  goruo sl a d u é tlrites,  s ommes m ensuelles, reste à savoir où il allait vi cieu f ourrer les b illes. x. Parfois dé p assé par les l uttes, il  A présent le v eau gr as geint ! en plus il envisageait des c ieux beaucoup plus p âles.  m ent de b Eonu ts, ce r t u p t launst  ill e mg e a n rs t,,  ipll ussa vila i s to quiulel el.e Bien que nétant pas du genre à se c oucher sur la t ouche, il rêvait de s e re tirer en s ou pirant, vain cu resterait dans son co eur car sa g esse est non sans avoir aé les Fennecs, car ses biz u ths  source de f Coeit.te fois, ils ne pourront pas se restent dans le c ou p.  Il dé test ait les ri dicules et se méait contenter dune l ue p assive, que de b rouilles des p oisons qui t uent. Il ne souhaitait pas, à  en vue poLure  uroni  c Raes ndé hnoen g noeûutr a!it pas tous les son tour, monter à la dé f ense du m alus, quie à tourner son d o s aux goguen ar ds ! 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
C RiER LA V EU  A la SKUDERIA, on aimait les petits p a piers bien c on densés. On dé lait la co rde en se p assant le m ot.  On dénonçait les s orts f alots, ceux qui ra c olent des f onds véreux. On com ptait les points en exigeant que la v eu soit c rié.  Aucune pitié pour les r igolos qui sont â g és, et pour ceux qui ont f ailli sans c esse en allumant des c a s f u meux.  Ils r ient en ch icanant devant tous ces tyranneaux quils rêvent de faire dégo mm er grâce à lassaut dau d its.  Ils rêvent de t roupes sans vieilles bi qu es, on vi re les so ts et on les br û le dans la p en te.  Un vrai c o mité de sal u t public ces gaziers ! tENiR LE L itE EN B AiSSE  Bien qu elle naime pas la pr esse spécialisée dans le f oot, Roselyne prône les s a lles de sh oo t, garnies de bonne ch aise, cest b eau ! Mais où va- telle p êcher ces l ubies ?  Il nest pas toujours facile de prendre les ch oses en r iant, mais elle aime bien voir sh ooter les petits g ars : « Plus de b ut, plus de p èze » répétait-elle.  Malgré ses petites affaires, son n om était toujours bien c oté, mais il lui faudrait beaucoup de c ourage pour parvenir au b ut ; peut-être même devra-t-elle se retrou v er jusquau c entre.  Comme Rama, quand ça b ar dait, elle restait sur les d en ts. Avec son cu l ot, elle bran ch ait tout le monde, et elle tenait du coup, lé l ite en b aisse.  Elle savait rebondir, chaque ch ute lui dilatait la r ate, même quand son c am p était victime dun coup de sem on ce !  Certains la trouvaient bê t e à chauffer la bi l e, en fait, elle sarrangeait pour ne pas se s ouiller les m ains ; pour ça il faut être f erme  dans le sp ort .  Elle navait pas peur que len tr ain g êne, et avec Rama, elles aimaient quon mee l a cc ent sur leur sé m antique.  Bref, elle montrait la spér ité qui fait jaillir le cha rme, jusquà ce quon lui emboîte le pas avec con science, elle nest pas près de p asser la Rose l yne. Hercule Lakiné Muscléopathe
êÉÅçìîêÉê=ìåÉ=ÅÉI=ëäáë=ìç~Üíá=É=ÅíÐò=ÜÉë=äÉçÑéêá~íêÅ=ÉåáÇÐêáäáÄ=Éí=ÉãéëáåÉêáåÅä=êìèìÇÉêëÉí=äÉìèêÐÉ==ë=˛ÉêåíáÉçêÇåóë=Éä=Éãëáä~Åámene ttefc eisu amène o global,eic melltôtnfo les ie bsp eonérëÉá=ÉÅÇ=ÖêåÉåçÉîi~=ÅäëK=çååÉÉëëácehcéd tatsnoc=ìåÇë=ìÉëë=áÉëÇÐñì~ÅÉ`=Ká~íêÐ=ëåë=äìÐÑéêÉå¦êêÉí=íëêÉÜ=ãçJçí=ñÉìíÉäë=ëçáí=ëóåÇáÅ~=ëÉi=\=ëåçáíÅÉäÐlêä˛=ë=í=çåÉ=ÇêÉêÉãÐë¦îðíÐííåÐ==ê~å=äÉëóåÇáÖë=ë=ÇêÉ=ãÉëêíÅ~åí=ÉÑÑáÇåÉêÐáëëá=ëåçíÉ=ëáíì~íÉëK=`Éí~êíáé=êÉáíåçÇ=îÉäÉI=êÉêÇ=láíëçí=åç=ëäÉìíñÉíJáÄ=ëçáê=éçìîåëÐ=í=éÉÇåÐ=Ö=~ê=ÉÉä~Ñêáçã=ÅìííçêëÉì=äãÉêÐÜíáëÐå=ëÉíìÉé~=ã~ë=äÉëëJâáëÉìêÉéëêíí=ÉîáIÉÉéíÅ~ê=ãÉKÄê~å=aÅÉë=Ö=˛àÐî~êå~Ç=Éä=ëtout cela est ÇÐrépirhsase ,uq eÉê¦êÑåçÅ=ëÉåìÉà=çë=å~ê=éÐÉêíëÉÇÐàÐ=˛ÉäÇ=ååäÉëëçáêçÑÉëÉ=éÐÑÉåä~=ÇÇáìè=ÉÇ=çä~==IëêK=êÉáëj~~èìéáì=ííåÉêÇ=ÉÉîíåë=~ë=åÉ=éÉì=é~íáÉåí~ÇÉäÅëå~á=àå=ëíÉÅÉë=ìëíáÉI=~Éí=Å=ÉìÖêÉñÉ~Ñ=ÉÇ=íÉ~ãÇêå=žçI=ìÉáè~ííÐ=Ðì~~êã=ëáì=Éå=Ñçáë=ÉåÅçêÉ=Éå==qmpba=W^e`=pbarfp=mpKqbÉ==`ä=ÄÉ=quiI=ÅÉáÉ=Ÿçåçãsrp  eohin s gi=éÉëëíéáë=ÇÉ=É=ÅÐÇ=ëÉääÉáíåÉíç=oçëÉäóåÉ=ë~åíÐIíçÐ=çîìè=É~_ÜÅäÉí=~ìîÉåáéäì==Üìë¦áí~Ç=Éê=Kì~ã=åbåçäçî=ë¦êí=~êáêÅ=ëIÉêíá
A
Achat, Vente ou Expertises juridiques d’un Cabinet ou de parts de Cabinet, contactez l’AEECMK ( A ssociation des E xperts en E stimation de C abinet de M asso-K inésithérapie) ASSOCIATION LOI 1901 (sans but lucratif) CRÉÉE PAR DES KINESITHERAPEUTES POUR LES KINESITHERAPEUTES 81 Membres, répartis sur toute la France, tous MK libéraux. Pour connaître les coordonnées de l’expert le plus proche : AEECMK 54, avenue de la Croix Rouge - 13013 MARSEILLE Tél./Fax : 04 91 06 34 02 - http://www.aeecmk.net
=Ç=Ÿä~É=åÐdÐìñêÉíb==ëí~=íåÉ=ëÉÇëÉ=íáÉååçåë=èìÉ=ë=ÖìÐÖáêêÉ=IçåëìÇáë=äÉë=~å=ÇðíÐêíåá=Çå~êÖ=åì=ÐíáëìëÅ~=~==`ÉääÉ=>áÇ~Åë=åóåÉÉëÇ=ÑÐêííÉçã=ÉKÉíêå~a=í=~áë=é~ëíêÉ=äÉêíÉä=áÐÇ=ÉÉåÉÇêîÑÑÐêÉåíë=Å~ãéëI=kp=Éä=Iëëåáë=dhÉ==Ççå=ååÉÄáçãíê=ÉÉéíåÇ==ëíÉëåÉÐ=ê~éë=ÅÉÜÉãÉéêçÅçêÜÅêÉ=Kë==É~êééçåÇI=éäìpìê=äÉ=Ñtaté~ã s tne selÅ~Çá=˛ìñêëàçóå=ëçéåáÉì=ëÉìèäåçè=ÖáÉIê~íÐÉ=ëííë=ÇÉå=ÉëçÜÅJÇå~êÖ=ëáå=ëÉI~êÐé=ëÉë=äèìÉääÉë=äÉ=`~å~ê=ÇåbÜÅ~Ðåå=~áäí==Éë=ÇÉÉêèìäÉÉäÇ=ë=çÖÐëå~ëëÉä==a~åÅÉ=>íêÉ=ë=åçÇÐåÉêéÅÐêìáê=íçÅ~áÉêåíãÉëçë=é~í=Ç=ÇåçÑ=åêÉããçÅ=É2   1 54    351  61  71  81  19  20  =ii^=elf   67    89   01  11  12  13  14edalicndf[hm[m´Ys noitcun Ad]8Rn Mért,ujl\Yml]jffd]laga210)0oprutuosrenseignements:31015427606661766736w.wweri-ectnpec.hmtoomAvenirLetier,un MIOHETpPcnerteFnemaorporouseuqir&enoitoéhT3aneniqueClinoi ncitatrfiseCsCdetué din fdene(SIRAPàsruo