Le Magazine de l

Le Magazine de l'Union - 61

Documents
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Sommaire : Impôts - le ras-le-bol fiscal des Français / Editorial de Jean-François Copé / Analyse - Réforme pénale : le laxisme du gouvernement / Le point sur - Rythmes scolaires : une rentrée sous tension

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 10 octobre 2013
Nombre de visites sur la page 25
Langue Français
Signaler un problème

ÉDITORIAL ANALYSE LE POINT SUR
JEAN-FRANÇOIS COPÉ, RÉFORME PÉNALE : LE LAXISME RYTHMES SCOLAIRES : UNE
PRÉSIDENT DE L’UMP P.  3 DU GOUVERNEMENT P.  8 RENTRÉE SOUS TENSION P.  14
LeMagazıne
de l’Unıon
www.u-m-p.org
IMPÔTS
LE RAS-LE-BOL
FISCAL
DES FRANÇAIS
NUMÉRO61 I JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE2013  
I5EUROS IISSN2117-0991
        Courrierdeslecteurs l
www.u-m-p.org
VOUSAVEZLAPAROLE
PAR LETTRE OU PAR COURRIEL, PAR TÉLÉPHONE OU SUR LE SITE
INTERNET, TOUS VOS MESSAGES CONTRIBUENT À FAIRE AVANCER L’UMP.
Nous savons que convictions, pour défair   e une fausse croissance  par tels que la Cour des
nous ne pourrons cette gauche qui est, pour  l’emprunt. comptes, les entreprises ”Jacques D., Nersacpas rembourser la moi, incapable, démagogique   publiques, les syndi-
dette avec M. Hollande. Il et pas du tout à la haut  eur cats, la magistrature, les
 Je ne comprends pas y a nécessité urgente de des responsabilités. médias, les administra-“” l’acharnement du gouverne-baisser le train de vie de Éric M., Cap-Ferret tions diverses, la majorité
ment envers les retraités du l’État, de baisser les impôts des collectivités locales,
 Ilf aut, pour réduire le défi- privé prétendument riches des contribuables, d’obtenir sont à gauche. La France “cit des retraites, que tout   leà partir de 2 000 €. Et sa des délais de nos créanciers est confisquée au profit de
monde bénéficie des mêmes   complaisance vis-à-vis des pour relancer l’économie et gouvernants qui ne pensent
avantages et des mêmes   fonctionnaires et des retrai-la croissance qui sont les qu’à renforcer leur domi-
inconvénients. Nous avons  tés privilégiés de la SNCF et seuls moyens pour retrou- nation en nommant des
besoin d’un même régime de autres.ver des impôts équitables et comparses dans tous les ” Christian S.retraite pour tous.rembourser la dette. organismes publics.”” ”Marie-Claude P., AnnecyClaude B. Christian L., Cestas
 Procéder à la déconstruc -“
 Les forces vives de   la tion inédite de tout ce   qui Dans les médias,  les  La gauche qui est   au““ “nation sont rongées, dé -vo avait été fait par le précéden  tsocialistes se pavanen   t, pouvoir continue la destruc -
rées par les intérêts de   la gouvernement, sans motif  font de l’autosatisfaction et tion de notre pays. Le ma- tra
dette et les privilèges insup- valable, ce jeu de massacr   ecritiquent tout ce que l’UMP  quage fiscal empêche la
portables des corporatismes   sans précédent est irrespon-a fait pendant cinq ans, car, consommation des ménages 
[…]. Ce ne sont pas des sable voire répréhensible.   Cecomme d’habitude, ils  ne et le développement de -l’éco
mesurettes qu’il nous faut,  n’est pas cela gouverner.sont responsables de rien. Ils nomie. Tout doit être fait pour ”mais un changement compl  et Marie-Josèphe G., n’ont qu’un objectif : déf  aire servir une leçon d’humilit  é,
Cherreaude nos structures, beaucoup  ce que vous avez fait. lors des élections de 201  4, à” trop lourdes et coûteuses Pierre G., cette gauche impertinent e,
 Vous êtes aujourd’hui pour notre situation d’indi-Bagnères-de-Luchon qui considère que tout ce  qui“
gence d’aujourd’hui. Il f aut le seul contre-pouvoir sert les dogmes du parti   est
 Je me battrai de tout  es pertinent , car toutes les créer de nouvelles sources de juste et moral.“
mes forces, de toutes  mes richesses et non pas financer  assemblées et organismes Pr D.-F.L., Paris
Lecoindulivrepolitique
60 MILLIARDSD’ÉCONOMIES !
Ce n’est plus 60 milliards d’euros d’économies
sur les dépenses publiques qu’il faut réaliser sur
la durée du quinquennat, comme l’a annoncé
François Hollande, mais 60 milliards chaque
année, si on ne veut pas voir notre système
s’effondrer ! Un rapport confidentiel de l’Ins-
pection des finances commandé avant l’alternance dressait
pourtant une liste des économies possibles pour redresser
le pays. Ce livre décapant s’attaque à la façon dont est géré
l’État en dévoilant la face cachée du secteur public.
➜ 60 milliards d’économies !, d’Agnès Verdier-Molinié,
Clind’œilAlbin Michel, février 2013, 18 €.
Les Éditions de l’Union, 238, rue de Vaugirard, 75015 Paris.
Directeur de la publication : Éric Cesari. Rédacteur en chef/conception graphique : Xavier Jacobi.
Ont participé à ce numéro : direction des Études. Service adhésion de l’UMP : 01 40 76 60 62
LeMagazıne Service abonnements : 01 40 76 27 16. Courriel : umpmagazine@club-internet.fr Abonnement annuel : 10 euros.
del’Unıon
eDépôt légal : 3 trimestre 2013. Commission paritaire : 0413 P 11080. ISSN 2117-0991.
Dessin de couverture : Xav Imprimerie de Compiègne : 2, avenue Berthelot, ZAC de Mercière - 60205 Compiègne Cedex
NUMÉRO 61   n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 20132
             l Éditorial
www.u-m-p.org
LIBERTÉ
PAR JEAN-FRANÇOIS COPÉ, PRÉSIDENT DE L’UMP
a politique socialiste asphyxie La liberté, c’est aussi celle d’aller et
notre pays. La France est entra- venir sans crainte pour sa vie ou ses biens.
vée par des chaînes que l’œil Or le laxisme du gouver nement a des L ne voit pas. La liberté d’entre- effets dévastateurs : l’insécurité explose
prendre et d’investir est enserrée par l’étau pour la première fois depuis 2002. Avec
des impôts, des normes, de la bureaucratie la réforme Taubira, la plupart des délin-
tatillonne. La liberté de réussir est passée quants échapperont à la prison ou seront
au crible d’une jalousie suspicieuse. La relâchés avant la fin de leur peine. J’ai
liberté de circuler, de disposer de ses biens, demandé le retrait de ce projet inaccep-
est menacée par l’explosion angoissante de table. Là encore, nous devrons montrer
l’insécurité. La liberté de penser est censu- l’exemple dans les communes, en promou-
rée par la bien-pensance. La gauche attache vant une fermeté implacable et en déve-
un boulet à chaque liberté au nom d’une égalité dévoyée en loppant la vidéoprotection comme les polices municipales.
un ultraégalitarisme qui tire vers le bas. La liberté, c’est enfin celle de s’exprimer sans subir
De plus en plus de jeunes ou de talents quittent ainsi la l’anathème du politiquement correct. Oui, n’ayons pas peur
France, ou baissent les bras, parce qu’ils considèrent qu’ils de nommer la réalité telle qu’elle est. Nous avons le devoir
ne seront pas libres d’y réussir ! Un pays où les jeunes voient de dénoncer l’échec de l’intégration, les ravages du commu-
leur futur ailleurs est condamné à mourir à petit feu. nautarisme et d’un intégrisme religieux qui sapent la Répu-
Je n’accepte pas que la France glisse sur la pente du déclin, blique. Oui, luttons contre l’assistanat qui déresponsabilise
condamnée à la nostalgie du passé et à la peur de l’avenir. et décourage la solidarité. Oui, assumons que la France a
Dans notre pays étouffé par la doctrine socialiste, nous avons besoin de remettre de l’autorité à tous les niveaux : à l’école,
devant nous un formidable chemin d’alternance et de succès à dans la famille… Oui, clamons notre fierté d’être français,
ouvrir avec les Français en menant ce combat pour la liberté. d’aimer notre pays, notre langue, notre culture.
La liberté est souvent caricaturée à gauche comme un Notre seule voie face à la gauche et au FN, ce n’est pas
ultralibéralisme qui tiendrait plus de la jungle que de l’État de nouer des alliances contre nature qui seraient suicidaires,
de droit. C’est un mauvais procès : la liberté, ce n’est pas c’est d’assumer ce discours de droite décomplexée qui dit
l’individualisme à outrance, l’égoïsme, le chacun pour soi. les choses, qui porte des propositions concrètes et qui nous
C’est accepter l’équilibre des droits et des devoirs. C’est engage à les mettre en œuvre. C’est ainsi que nous redonne -
une éthique de responsabilité. C’est cette conception géné- rons à nos concitoyens ce souffle de liberté auquel ils aspirent.
reuse et exigeante de la liberté que nous devons porter dès Avec la nouvelle génération UMP qui se lève, j’ai besoin
les élections municipales de 2014. de la mobilisation de tous pour partir à la reconquête des
La liberté, c’est d’abord celle d’entreprendre, d’innover, villages et des villes de France. Dès le premier tour des élec-
d’échouer aussi pour mieux repartir. La France doit redeve- tions municipales, nous devons voter et faire voter pour les
nir une terre de réussite. Cela passe par une réduction dras- candidats de l’UMP. Nous gagnerons parce que nous sommes
tique des dépenses publiques et des impôts. Nous devons les seuls à incarner un projet, une espérance et une alterna-
mettre la baisse des impôts locaux au cœur des municipales. tive crédibles face à la gauche, pour la France ! ❚
P. 8 : Analyse. Réformepénale :   P.11 : Défendre et agir. P.14 : Le point sur. RythmesSOMMAIRE
lelaxismedugouvernement Réformedesretraites   scolaires :unerentréesoustension
P. 2 : Courriers des lecteurs. 3questionsàAlexandreGiuglaris Haussedeladélinquance P.15 : Billet d’humeur.
P. 3 : Éditorial. P. 9 : International.Hollande P.13 :  Vie du mouvement. « Ihaveadream »
P.4 : Dossier.  navigueàvue,parBrunoLeMaire EntretienavecJonasHaddad   P.16 : La parole à.
Impôts :leras-le-bol   P.10 :  Vie du mouvement. Universitéd’étédesjeunes : Lesmouvementsdel’UMP
desFrançais Souscriptiondel’UMP :merci,   lesjeunesengagéspourla P.19 : En coulisse.
3questionsàPhilippeMarini parCatherineVautrin reconquête P.20 : Le Mouvement des idées.
Ce numéro comporte un encart jeté.
NUMÉRO 61   n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2013 3
                                                                                
DRDossier I
IMPÔTS
LE RAS-LE-BOL
DES FRANÇAIS
Les Français subissent le plus lourd matraquage fscal depuis la Seconde Guerre ➜
mondiale. Depuis son élection, faute de baisser les dépenses, François Hollande
a porté la pression fscale à son plus haut niveau historique. Cela a aggravé
la crise et a appauvri les Français. Un autre chemin est pourtant possible : une
baisse drastique des impôts donnerait un salutaire souffe de liberté à notre pays.
epuis son élection, François Le matra- Aucune des mesures qui ont été pris es ne peut faire baisser le chômage. À cause des hausses d’impôts la France
Hollande a fait le choix de quage
porter la pression fiscale à un risque de passer à côté d’une vraie r eprise. Non seulement le chômage ne baisse pas, mais la politique menée fscal de D niveau inégalé. La France a Hollande par M. Hollande nous met à côté de la repri se européenne.J ean-François Copé, RMC, le 26 septembre 2013.atteint en 2013 le taux de prélèvement
46,3 % : le niveau tristement « record » de 46,3 % du PIB.
historiquement Près de la moitié de notre richesse natio­ fiscale, en faisant exploser les prélève­
haut des prélè-
nale est prélevée par l’État. Parmi les pays ments obligatoires.vements obliga-
développés de l’OCDE, seul le Danemark Il a augmenté de 33 milliards d’euros toires en 2013.
a une pression fiscale supérieure, mais les impôts en 2012 et 2013. Il avait promis 4 milliards
d’euros ponc- pour des services publics de meilleure de frapper les « riches », mais ce sont
tionnés sur les qualité. Et dire qu’en 1926 John Maynard tous les Français, y compris les plus
heures supplé- Keynes affirmait qu’il était impossible que modestes et les classes moyennes, qui
mentaires des
les prélèvements obligatoires dépassent ont payé le prix de ce matraquage fiscal salariés.
25 % du PIB sans que l’on bascule vers inédit. Fiscalisation des heures supplé­
1,5 milliard
une société socialiste… mentaires, hausse des cotisations sociales d’euros de
pour tous, augmentation de l’impôt sur le hausse de l’impôt
sur le revenu Dépenses publiques :
pour 16 millions 57,1 % en 2013 LES PROPOSITIONS DE L’UMPde Français. Ce niveau d’imposition élevé
1 milliard d’euros Baisser drastiquement les impôts p our libérer la croissance et l’emplois’explique principalement par l’ampleur
de réduction du
des dépenses publiques en France : de quotient familial Nous proposons de réduire de 10 % la dépense
34,6 % du PIB en 1960, elles sont passées en 2014. 1. publique pour réduire la dette et les impôts, libérer
à 57,1 % en 2013. Ce niveau de dépenses la croissance et l’emploi.13,5 millions de
est le plus élevé de la zone euro : il est salariés concer-
Cela représenterait 130 milliards d’euros d’économies :nés par la hausse supérieur de 10,7 points à celui de l’Alle­ 2. l Réduction du nombre de fonctionnaires. Il y a du forfait sur magne, de 10 points à celui de l’Espagne
5,5 millions de fonctionnaires au total en France. Soit 20 % les mutuelles en et de 6 points à celui de l’Italie. de la population active. En Allemagne, la fonction publique 2014…
Une politique courageuse aurait représente 13 % des actifs. Si on descend à 16 %, cela fait
donc dû être consacrée à la baisse des 1 million de fonctionnaires en moins, toujours plus
qu’en Allemagne, et sans que la France soit sous-administrée.dépenses publiques. Mais il est tellement
l Augmentation du temps de travail dans la fonction plus facile d’augmenter un impôt que de
publique et non-remplacement de deux fonctionnaires sur supprimer une aide ou de s’attaquer à
trois partant à la retraite hors des secteurs régaliens.
un corporatisme… François Hollande a
l Fusion des départements et des régions.
donc choisi de charger encore la barque
NUMÉRO 61  n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 20134www.u-m-p.org
La France a atteint en 2013 
le taux de prélèvement 
tristement « record » de 
46,3 % du PIB.
Aucune des mesures qui ont été pris es ne peut faire baisser le chômage. À cause des hausses d’impôts la France
risque de passer à côté d’une vraie r eprise. Non seulement le ne baisse pas, mais la politique menée
par M. Hollande nous met à côté de la repri se européenne.J ean-François Copé, RMC, le 26 septembre 2013.
revenu, relèvement des droits de succes­ des heures sup, certains routiers ont pu LE CHIFFRE
sion, rabotage du quotient familial : ce perdre de 2 000 à 3 000 € par an !
sont les salariés, les ouvriers, les artisans, Ce choix désastreux a plongé la 50 les commerçants, les professions libérales, France et les Français dans une spirale
milliardsles entrepreneurs, les familles qui ont été négative. Le pouvoir d’achat est rogné :
C’est le montant ponctionnés en priorité. C’est la France fin 2012, il a reculé pour la première
minimal des qui travaille qui a payé la facture de la fois depuis 1984. Les entreprises sont
prélèvements lâcheté de François Hollande. asphyxiées : à la fin de l’année 2012, le
obligatoires 
Par exemple, un chauffeur routier fait taux de marge des entreprises se situait supplémen-
souvent plus de 30 heures supplémen­ à son niveau le plus bas depuis 1985. taires décidés 
par François taires par mois. Avec la « refiscalisation » Quand une entreprise n’a plus de marge,
Hollande depuis elle suspend ses investissements et ses
son élection : embauches. Notre économie s’est retrou­LES PROPOSITIONS DE L’UMP 33 milliards 
vée à l’arrêt et le chômage a explosé. Plus d’impôts Baisser drastiquement les impôts p our libérer la croissance et l’emploi d’un demimillion de Français ont perdu nouveaux  en 
2012 et 2013 ; leur emploi en quinze mois de présidence
l Diminution des concours financiers de l’État aux collectivi- environ 20 mil -de François Hollande.tés locales en modulant la dotation de l’État en fonction des liards pour 2014.
efforts de bonne gestion réalisés par les collectivités locales.
l Poursuite de la réforme des retraites pour garantir le Trop d’impôt tue l’impôt
financ ement des pensions, en repoussant l’âge de départ à la Ce matraquage fiscal a été justifié
retraite, en fusionnant les régimes privés, publics et spéciaux. par l’impératif de « réduire les déficits ».
l Suppression de l’aide médicale d’État pour les clandestins.
Mais le gouvernement n’a pas tenu son
l Lutte plus efficace contre la fraude fiscale et sociale…
objectif de réduction des déficits. Il y a un
an, François Hollande avait déclaré : « Je Sur ces 130 milliards d’euros, 65 seront consacrés 3. à la réduction de la dette et 65 milliards rendus aux confirme l’engagement pris par la France
Français sous la forme de baisse de prélèvements. de ramener le déficit public à 3 % en
2013 » (7 septembre 2012). Aujourd’hui,
Les candidats de l’UMP aux élections municipales
il apparaît que nous serons à 4,1 %, soit 4. s’engagent à ne pas augmenter les impôts locaux.
le même déficit que la Grèce pour
NUMÉRO 61  n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2013 5
­
DE NOYELLE/CORBISDossier I Impôts : le ras-le-bol des Français
ILS ONT DIT
IMPÔTS
Ce qui vous attend en 2014…
n A ugmentation de la TVA pour 6,5 milliards n Gel partiel des pensions des r etraités
d’euros. pour 600 millions d’euros.
n Rabotage du quotient f amilial pour n A ugmentation des droits de mutation ÉricWoerth,  
1 milliard. pour 1 milliard d’euros…le6 septembre
n Suppr ession totale de la réduction Et cela, en ne comptant ni la fiscalité écolo-2013
gique annoncée pour financer le crédit d’impôt pour les enfants scolarisés pour On est arrivé
450 millions d’euros. d’impôt pour les entr eprises pour un coût “ aujourd’hui à une de 3 milliards d’euros, ni les 6 milliards d’euros n Haus se des cotisations pour les salariés impasse. On a que le gouvernement va devoir trouver pour pour financer la non-réforme des retraites trop augmenté compenser les mesures fiscales 2013 dont pour 1 milliard d’euros.la fiscalité sur les le rendement va s’éteindre en 2014, ni le
n Haus se des frais sur les complémentaires dernières années. milliard d’euros de hausse des cotisations des
santé des salariés pour 1 milliard d’euros.Il y a une pres- entreprises. Au total, on risque de dépasser
sion fiscale qui n Fiscalisa tion de la majoration de 20 milliards d’euros de prélèvements
est insuppor- pension de 10 % des retraités parents supplémentaires. Plus de 50 milliards d’euros
table pour tous, de trois enfants pour 1,2 milliard d’euros. en moins de deux ans !
pour les entre-
prises, pour les l’année 2013. Démonstration est faite de l’aide médicale d’État, offrant aux
ménages… Il faut que trop d’impôt tue l’impôt. clandestins une couverture des soins
abandonner cet
Dans ce contexte, les élus locaux 100 % gratuite.outil, aujourd’hui
socialistes ont alerté François Hollande Le président de la République a il étouffe la
France. Il faut sur le vent de fronde fiscale qui se levait donc déclaré, le 30 août dernier, dans
au contraire en France. D’une part, les Français se le Monde : « Le temps est venu de faire
réduire la fisca- rendent bien compte de l’inefficacité – plus tôt qu’il n’avait été prévu – une
lité plutôt que de
du matraquage fiscal qui ne permet pas pause fiscale. » À peine prononcée, cette l’augmenter… ” de maîtriser la dette. D’autre part, ils promesse est déjà reniée.
ressentent un fort sentiment d’injustice, Il suffit de faire la liste des nouveaux
car, parallèlement aux hausses d’impôts, prélèvements prévus pour 2014 pour
François Hollande a refusé, par clienté­ comprendre que les impôts vont encore
lisme, de toucher aux régimes spéciaux augmenter lourdement pour tous les
Xavier de retraite et a, par idéologie, supprimé Français. Ils seront directement frap­
Bertrand,   la contribution de 30 € pour bénéficier pés par plus de 12 milliards de taxes de
le13 septembre
2013
Personne HOLLANDE AU 20 HEURES DE TF1“ ne croit à cette
prétendue pause Quand la « pause fscale » tourne au vaudeville
fiscale. Les Fran-
çais n’échappe- François Hollande était l’invité Jean-Marc Ayrault explique qu’« il s’agit d’un
ront pas à du 20 heures sur TF1, à l’hôtel de Marigny, ralentissement, pour aller à une pause fiscale,
un nouveau tour le 15 septembre dernier. effective en 2015 ». Le 19 septembre, Pierre
de vis, alors Moscovici a tenté d’expliquer sur Eur ope 1
même qu’on rançois Hollande a reconnu que la pres- qu’« il n’y a aucune contradiction d’aucune
a déjà dépassé Fsion fiscale pour les Français devenait sorte au sein de l’exécutif », « les prélève-
les limites du insupportable : « C’est beaucoup, ça devient ments obligatoires seront quasi stabilisés
supportable. trop. » Comme si cela n’était pas sa faute. en 2014 et totalement stabilisés en 2015 »…
Réduire les Mais il nous a expliqué qu’il fallait le remercier, On est passé de la pause en 2014 au ralentis-
dépenses est car les impôts en 2014 auraient pu augmenter sement de la hausse puis à la stabilisation en
plus compliqué plus qu’ils ne vont le faire : « C’est moins que 2015… Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup,
qu’augmen- si ça avait été plus » ! Par exemple, il voudrait comme disait Martine Aubry.
ter les impôts. qu’on l’applaudisse parce qu’il aurait « annulé Cette cacophonie dans la communication
Cela demande l’augmentation de la CSG qui était annon- traduit un malaise général au gouvernement,
surtout plus de cée ». C’est bien la première fois qu’on devrait car chacun sait que la « pause fiscale » est
courage ! se réjouir de l’annulation de quelque chose un leurre. Une pause, cela veut dire un arrêt, ”
qui n’existe pas. Il a enfin réitéré sa promesse or en 2014, comme en 2012 et en 2013,
de pause fiscale pour 2014. Le problème les impôts vont augmenter massivement et
est que le 18 septembre sur Metronews, ce sont les Français qui vont en payer le prix.
NUMÉRO 61  n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 20136
        
DR DRwww.u-m-p.org
n 3 QUESTIONS À PHILIPPE MARINI
Sénateur-maire de Compiègne,
président de la commission des Finances du Sénat
LE MAG : Quel bilan tirez-vous de Assurément, le
la politique fscale de François choc de simpli-
Hollande ? fication de François Hollande ne
PHILIPPE MARINI : Le gouver- se ressent pas dans le domaine
nement a fait voter depuis un an et fiscal !
demi une succession de mauvaises
mesures qui ne s’inscrivent dans LE MAG : Croyez-vous à la pause
aucun cadre cohérent, et les fscale annoncée ?
choses ne s’arrangent pas a vec P. M. : Avec la pause fiscale, le
le projet de loi de finances pour gouvernement est pris à son
2014. Ces mesures sont mauvaises propre piège. Le « ras-le-bol
aussi bien pour les familles qui fiscal » évoqué par le ministre des
vont subir la suppression des Finances montre que, à Bercy, la
demi-parts pour les enfants scola- gravité de la situation a été iden-
risés, que pour les travailleurs tifiée et qu’il est évident qu’il faut
modestes qui pâtissent de la refis- faire une pause fiscale. Mais, en toutes sortes (voir cidessus « Ce qui
calisation des heures supplémen- lançant ce slogan au moment où
vous attend en 2014 »). taires ou pour les les Français rece-
Ce sont encore et toujours les mêmes entreprises qui vaient le dernier
Le choc contribuables qui sont ciblés en priorité : voient les prélève- tiers prévision-“ ments supplémen- nel de 2013, où les de simplifcation les salariés, les retraités et les familles
taires s’accumuler. augmentations nombreuses ! de François Hollande
J’ajoute qu’en d’impôts prévues
ne se ressent pas dans matière de fisca- pour 2014 étaient
Les familles durement lité de l’épargne rendues publiques le domaine fscal ! touchées le gouvernement et où les annonces ”
actuel, notamment en taxant les en matière de fiscalité écologique Le cas des familles est particulière­
revenus du patrimoine au barème montrent que les augmentations ment frappant. Pour François Hollande,
de l’impôt sur le revenu, a porté ne sont pas près de s’arrêter, le les familles nombreuses imposables ne
les prélèvements à un niveau qui gouvernement s’est pris les pieds
lui sont pas électoralement acquises peut menacer le dynamisme de dans les incohérences de sa poli-
– ce sont elles qui ont manifesté en notre économie. Le projet de loi tique fiscale et les contradictions
nombre contre l’ouverture du mariage de finances pour 2014 fait machine qui traversent sa majorité.
arrière, en instituant des abatte-et de l’adoption pour les couples de
ments, tout en maintenant des LE MAG : Que préconisez-vous même sexe. Il choisit donc de les pres­
taux faciaux élevés, accentuant pour remettre notre fscalité au surer sans vergogne comme s’il avait
ainsi les travers de notre fiscalité. service de la croissance ?
une conception punitive de la fiscalité. Sur le plan de la méthode, les P. M. : À mon avis, il faut en
Car ce sont les mêmes personnes qui suites données à l’affaire des revenir à la TVA sociale votée à
sont concernées par le gel du barème de « pigeons » dans le projet de loi de la fin du quinquennat de Nicolas
finances pour 2014 montrent que, Sarkozy, et l’amplifier. Il faut aussi l’impôt sur le revenu, la hausse des coti­
lorsque le gouvernement réalise simplifier notre fiscalité, en sations salariales, la baisse du quotient
qu’il a commis une erreur, il refuse réduisant progressivement toutes
et la suppression de l’avantage pour les
de le reconnaître et préfère, pour les niches fiscales. Il en résultera
enfants scolarisés. Pour certaines de ces des raisons idéologiques, créer un élargissement des assiettes qui
familles nombreuses, la facture va dépas­ de la complexité pour organiser ouvrira la voie à une baisse des
le contournement de dispositions taux, et donc à l’amélioration de la ser plusieurs milliers d’euros sur un an !
dont il est lui-même à l’origine. compétitivité de notre économie.C’est une grave erreur, car ces familles
sont les forces vives de la nation : ce
sont elles qui travaillent, ce sont elles peuvent supporter. Il doit subir un désa­
qui élèvent nos enfants, ce sont elles qui veu massif aux municipales pour qu’il
sont endettées pour se loger, ce sont elles comprenne enfin qu’il faut en finir avec
qui payent les retraites, ce sont elles qui l’escalade fiscale. Pour réduire la dette,
consomment et investissent… Il faut les libérer la croissance et l’emploi, il faut
aider plutôt que les étouffer fiscalement ! baisser drastiquement les impôts. Le
Trop, c’est trop ! François Hollande temps est venu de faire primer la liberté
est allé audelà de ce que les Français sur la fiscalité ! ❚
NUMÉRO 61  n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2013 7
­­
DRAnalyse I
www.u-m-p.org
RÉFORME PÉNALE
LE LAXISME DU
GOUVERNEMENT
François Hollande a fait le choix d’une réforme ➜
pénale dangereuse qui privilégie l’angélisme envers
les délinquants plutôt que la protection des citoyens.
L’insécurité, déjà en explosion depuis mai 2012, risque
de s’aggraver, car les délinquants ont parfaitement
compris le message d’impunité envoyé par la gauche.
e braquage du bijoutier de Nice personnes…) n’iraient plus
n’est pas seulement un drame en prison mais bénéficieraient L humain, c’est aussi le procès de d’une peine de « contrainte
la réforme pénale du gouvernement. Le pénale » tandis que les peines
braqueur était un multirécidiviste, déjà planchers contre les multiré­
condamné 14 fois par la justice. Il venait cidivistes seraient abrogées.
de bénéficier d’une libération condition­ Ainsi, Christiane Taubira Centrepourpeines  
aménagéesdeGradignan.nelle en août et il est repassé à l’acte en et François Hollande veulent
septembre ! Or, c’est bien ce mécanisme limiter le recours à la prison renoncer à abroger les peines planchers.
de libération dite « sous contrainte », dont avec le projet de « contrainte pénale », À l’inverse, il faut faire preuve d’une
a bénéficié ce délinquant, que François et faciliter la sortie des détenus avant fermeté implacable. Aucun délit ne doit
Hollande veut généraliser pour la majo­ la fin de leur peine avec la « libération rester sans sanction. La priorité doit être
rité des détenus afin de vider les prisons. sous contrainte ». Ce message d’impu­ de construire les 20 000 places de prison
Avec ce projet, tous les délinquants nité risque d’entraîner une recrudes­ dont nous avons besoin pour que toutes
passibles de cinq ans d’empri son nement cence de l’insécurité. Le gouvernement les peines prononcées soient effecti­
(petits dealers, vols, violences aux doit retirer cette réforme dangereuse et vement appliquées. ❚
n 3 QUESTIONS À ALEXANDRE GIUGLARIS
Délégué général de l’Institut pour la justice
la révocation des peines de sursis en cas de récidive, LE MAG : Comment jugez-vous l’évolu-
ou libérations massives de détenus avec un système tion de la délinquance en France ?
de libération devenue quasi automatique à la moitié de ALEXANDRE GIUGLARIS : Malgré
la peine seulement.les polémiques, la tendance est claire, on
assiste à une hausse globale de la criminalité, particu-
LE MAG : Qu’est-ce qui, aujourd’hui, ne fonctionne pas
lièrement en zones gendarmerie, c’est-à-dire dans les
dans la chaîne pénale ? Et quelles seraient, selon vous, les
campagnes. Un chiffre : on compte plus d’un millier de
mesures à prendre pour renforcer la sécurité des Français ?
cambriolages chaque jour. Et les chiffres ne cessent
A. G. : Le principal scandale dans la chaîne pénale est d’exploser, avec des hausses de 6 à 14 % selon les zones
l’inexécution des peines qui nourrit le sentiment d’impu-
en un an seulement.
nité. En 2012, 99 600 peines sont en attente d’exécution
LE MAG : Quel regard portez-vous sur la réforme pénale et un quart d’entre elles ne seront jamais exécutées… Et
proposée par Christiane Taubira et en particulier sur les cela dure depuis très longtemps. Car il manque au moins
« peines de probation » ? 20 000 places de prison en France. Pallier ce manque,
A. G. : Cette réforme pénale m’inquiète au plus haut cela permettrait de redonner une cohérence à la chaîne
pénale. Bien d’autres mesures seraient nécessaires : point. On met en place une multitude de dispositifs
dont l’unique objectif semble être de vider les prisons mieux accompagner les victimes, créer des amendes
automatiques pour tout délit, renforcer la surveillance et d’empêcher à tout prix les incarcérations, même pour
les récidivistes. Mais le prix à payer existe pourtant, c’est des délinquants sexuels, sanctionner immédiatement et
plus fermement les mineurs délinquants… celui d’une hausse continue de la délinquance et du
nombre de victimes. La peine de probation n’est pas une Il y a tant à faire. Car, aujourd’hui, il ne faut plus se poser
la question : « Que fait la police ? », mais bien plus : vraie nouveauté. Elle ne sert qu’à cacher des mesures
bien plus dangereuses : fin des peines planchers, fin de « Que fait la justice ? » ❚
NUMÉRO 61   n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 20138
     
DR
FENOUIL/REAI International
www.u-m-p.org
POLITIQUE ÉTRANGÈRE
HOLLANDE NAVIGUE À VUE
PAR BRUNO LE MAIRE, DÉPUTÉ DE L’EURE
de Barack Obama, François Hollande sans être un exemple. Une nation ne Nos institutions font ➜
a commis une triple erreur. Il a affai­ peut pas prétendre convaincre les autres du président de la République
bli le Conseil de sécurité des Nations nations quand elle a perdu sa propre le seul véritable chef
unies, dont nous sommes un membre fierté.de la diplomatie. François
permanent. Il a remis entre les mains du Deuxième condition : reconstruire Hollande a su exercer ce rôle
Congrès américain la décision de recou­ le dialogue franco­allemand en saisis­en une occasion : le Mali.
rir à nos moyens militaires. Il a brouillé sant la chance de la réélection d’Angela
n décidant rapidement une inter­ enfin la voix de la France, en la privant Merkel. Nos différences avec les Alle­
vention militaire au Mali, Fran­ de sa singularité et de son indépendance mands font notre force commune. Les E çois Hollande a su repousser la de ton. Nous sommes devenus specta­ Allemands ont pour eux la qualité de
progression des forces rebelles radicales teurs de la crise syrienne. leur dialogue social, la compétitivité
et évité la chute de la capitale. Ce succès Même improvisation sur la question de leur économie, leur pleinemploi,
reste cependant une exception dans le européenne, même manque de leader­ leur réseau de PME exportatrices,
bilan diplomatique du président de la ship. Au début de son mandat, François nous avons pour nous notre démogra­
République. Le reste se caractérise par Hollande a cru judicieux de vouloir peser phie, notre politique familiale, la force
une grande improvisation, une incapa­ sur l’Allemagne, en cherchant des appuis de nos grandes entreprises, la qualité de
cité à définir les intérêts stratégiques de en Italie et en Espagne. Résultat : des nos infrastructures. À quelques mois
la France, et finalement par une des élections européennes, il est
navigation à vue. temps que le président de la Répu­La politique
En Syrie par exemple, blique clarifie son ambition pour
internationale la France aurait pu peser l’Europe.
pour aider les forces de Troisième condition : préser­de François Hollande
la résistance au début du ver la légitimité des instruments manque précisément
soulèvement. Au lieu de multilatéraux dont la France est
de clarté. Où veut-il quoi, la diplomatie fran­ membre, les Nations unies au
çaise est allée de déclaration en premier chef.emmener la France ? Personne
déclaration, sans jamais forcer Quatrième condition : affir­ne le sait. Quelles sont ses
la voie d’un règlement diploma­ mer la singularité de la voix de la
priorités stratégiques ? Aucune. tique. À plusieurs reprises, Laurent France. Le dialogue avec les pays
Fabius a prédit la chute de Bachar de la Méditerranée sera un enjeu Quelle est sa vision
alAssad, mais pour quel résultat ? économique et de sécurité majeur européenne ? Flou immense.
Les attaques chimiques de la fin des prochaines décennies. Nous ne ”
du mois d’août ont sonné le réveil pour concessions de pure forme de la chan­ pourrons poursuivre ce dialogue dans de
les démocraties occidentales. Mais quoi celière et un isolement croissant de la bonnes conditions que si la voix de la
de plus terrible que ces lignes rouges France. France reste singulière et claire.
qui ne dégagent aucune perspective Oui, il est temps que notre politique La politique internationale de Fran­
politique ? Pourquoi reprendre à notre étrangère retrouve une lisibilité et un çois Hollande manque précisément de
compte les conditions politiques de notre souffle ! Encore fautil pour cela que clarté. Où veutil emmener la France ?
allié américain ? La France et les États nous remplissions certaines conditions. Personne ne le sait. Quelles sont ses prio­
européens avec elle ne pouvaientils pas Première condition : le rétablisse­ rités stratégiques ? Aucune. Quelle est
définir seuls leurs propres objectifs poli­ ment de notre puissance économique. sa vision européenne ? Flou immense.
tiques de la région ? Qui ne voit pas que notre faiblesse écono­ Dans un monde où les questions
Les attaques de la fin du mois d’août mique nourrit notre faiblesse politique ? internationales peuvent bouleverser
sont un crime contre l’humanité. Elles Comment peuton proposer un avenir notre vie quotidienne, aucun citoyen
ne peuvent pas rester sans réponse, mais européen quand notre propre avenir est ne peut se satisfaire de cette situation.
une réponse qui soit conforme à nos inté­ bouché par la hausse du chômage et les Alors, monsieur le Président de la Répu­
rêts nationaux. En prenant la décision inquiétudes de nos compatriotes ? Une blique, dans ce domaine aussi, un peu de
lourde de mettre ses pas dans les pas nation ne peut pas proposer un modèle courage ! Un peu de vision ! ❚
NUMÉRO 61   n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2013 9
­­­­­­
DRViedumouvement I
www.u-m-p.org
SOUSCRIPTION DE L'UMP
MERCI !
PAR CATHERINE VAUTRIN, DÉPUTÉE DE LA MARNE, TRÉSORIÈRE DE L'UMP
responsabilité et détermination, celle de l’opposition à la La souscription lancée par notre président ➜
politique voulue par le président de la République et son Jean-François Copé, le 4 juillet dernier, le soir
gouvernement.de la décision du Conseil constitutionnel,
À l’occasion de cette souscription, 45 000 adhérents supplé-a été un véritable succès, et je tenais à vous
mentaires nous ont rejoints à l’UMP. Une nouvelle illustration dire toute ma reconnaissance.
que notre force réside dans le collectif, pour faire entendre
râce à vous, c’est à une mobilisation d’une ampleur notre voix dans le débat d’idées.
inédite pour un parti politique qui s’est produite, en Au moment où le pouvoir socialiste abîme notre unité G seulement deux mois 11 millions d’euros ont été réunis. nationale par le communautarisme, par la stigmatisation de
Quelle qu’ait été la décision du conseil, votre réaction, certains contribuables, par un matraquage fiscal qui confine à
votre mobilisation ont montré votre désir de démocratie. la confiscation de revenus, par l’injustice des mesures clien-
Vous avez prouvé que la voix de l’UMP ne s’éteindra pas. télistes ou corporatistes, par l’encouragement à l’assistanat et
Vous avez exprimé votre volonté d’un projet alternatif face à la remise en cause de la valeur travail, et par l’explosion de
la politique désastreuse menée l’insécurité encouragée par une poli-
par François Hollande. tique pénale laxiste, l’UMP doit orga-Vous avez prouvé
L’UMP incarne l’op- niser la résistance. que la voix de position, dont l’existence Ce travail de résistance, autour de
est inhérente à notre notre président Jean-François Copé, l’UMP ne s’éteindra
République. s’articule autour de trois axes :pas. Vous avez exprimé
lChaque souscripteur le Projet, avec les débats internes
votre volonté d’un peut être fier de son enga- et les conventions thématiques,
l gement et de l’importance de la dynamisation de notre Mouve-projet alternatif face à
son geste, qui oblige tous les ment, avec la préparation des échéances la politique désastreuse menée
responsables de notre mouvement. municipales,
par François Hollande. l Le rassemblement et l’esprit le travail d’opposition à l’exécutif.
d’équipe ont été les conditions Dans 6 mois auront lieu les élec-”
essentielles pour réussir ce pari. Nicolas Sarkozy, nos diri- tions municipales, première échéance électorale depuis le
geants, chacun a mesuré l’importance de participer à cette début du mandat du président Hollande.
mobilisation, pour la survie de l’UMP. C’est par la reconquête des territoires, de nos villes, que notre
Vous avez, par votre engagement, redit votre attente de mouvement doit s’affirmer, en dénonçant la mauvaise gestion
rassemblement et d’unité, qui doit seule guider notre action. et le matraquage fiscal des élus locaux et nationaux du PS.
Ce message de rassemblement, la trésorière de l’UMP C’est notre mission essentielle, nous parviendrons à la
que je suis, compte inlassablement le diffuser, pour conduire réussir unis et rassemblés, au service des Français et au nom
la mission première qui nous incombe, avec humilité, de l’intérêt général ! ❚
NUMÉRO 61  n JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 201310
   
DR
WITT/SIPA