Le nouvel observateur – février 2009 l
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Le nouvel observateur – février 2009 l'élysée et la rue

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

Le Nouvel Observateur – février 2009 L’Élysée et la rue Pierre Rosanvallon Le 29 janvier, les salariés étaient massivement dans la rue pour protester contre

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 107
Langue Français

Exrait

Le Nouvel Observateur
– février 2009
L’Élysée et la rue
Pierre Rosanvallon
Le 29 janvier, les salariés étaient massivement dans la rue pour protester
contre la politique sociale du gouvernement. C’est maintenant autour des
universitaires d’exprimer leur colère. Commentaire du maître de l’Élysée : « En
démocratie, ce n’est pas celui qui crie le plus fort qui décide ». Certes, et
heureusement. Mais cette répartie n’en exprime pas moins une fort préoccupante
conception de la démocratie. Elle traduit en effet le refus de distinguer majorités
électorales et majorités sociales. Or celles-ci ne sont pas de même nature. Les
majorités électorales font les gouvernements, elles leur donnent une légitimité
fonctionnelle et globale que nul ne saurait contester. Mais l’action gouvernementale
implique de son côté de recueillir dans chaque action particulière une sorte
d’assentiment informel des personnes concernées. Il n’y a pas ainsi de réformes
possibles sans qu’existent des « majorités sociales » correspondantes. Le problème
est que contrairement aux majorités électorales, elles ne sont pas d’ordre strictement
arithmétique (ce à quoi renvoie en revanche la notion de « majorité silencieuse »),
même si les sondages leur donnent parfois cette allure (69% des français se sont
ainsi sentis solidaires des manifestants du 29 janvier). L’intensité et la détermination
des protestations sont en la matière des coefficients naturellement multiplicateurs :
c’est l’essence même d’une manifestation ou d’une grève. Dans un régime de liberté,
que cela leur plaise ou non, les gouvernants ne peuvent se contenter de se draper
dans leur légitimité électorale, acquise une fois pour toute. Ils doivent aussi tenir
compte des majorités sociales en permanente recomposition.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents