30 pages
Français

Les étrangers en France, étude géographique - article ; n°529 ; vol.95, pg 273-300

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1986 - Volume 95 - Numéro 529 - Pages 273-300
Immigration is in France a continuous phenomena, but during last decades its content changed. The ancient migrants of borderlands, Italy, Spain, now integrated, are replaced by natives from Northern Africa (Maghreb) and Portugal: 1416 000 and 764 000 among 3 680 000 immigrants (1982). The most recent arriving come from African south of Sahara or are refugees of south eastern Asia.
The geographical distribution is also permanent : the major part of immigrants is registered in the north eastern half of national territory and concentrated in urban and industrial areas : Paris, Lyon, Marseille and industrial eastern regions. But immigrants come always also in the south western agricultural region.
Inside great urban areas, the residence of migrants follows traditional process from initial establishment in outlying slums or derelicted buildings in the core of ancient city, to social housing in suburbs. On either case, the tendencies to closed areas (ghettos,) persist so long as the integration is not achieved.
L'immigration est, en France, une constante de longue date, mais au cours des dernières décennies, elle a changé de contenu. Les « voisins », Italiens et Espagnols, progressivement assimilés, ont été remplacés par les Maghrébins et les Portugais, respectivement 1 416 000 et 764 000 sur 3 680 000 étrangers d'après le recensement de 1982. Parmi les nouveaux venus, les « Africains noirs », mais aussi les réfugiés du Sud-Est asiatique.
La localisation reste aussi une constante : la majeure partie des immigrés est recensée dans la moitié nord-est du territoire et centrée surtout dans les régions urbaines et industrielles, région parisienne, région lyonnaise, Marseille, l'Est industriel. Une exception également traditionnelle, le Bassin aquitain.
A l'intérieur des agglomérations urbaines, la fixation des immigrés obéit à des processus classiques, passant des tristes « lieux d'accueil » initiaux, bidonvilles et taudis, à des résidences moins ingrates au fur et à mesure de l'intégration. Mais les différences culturelles contribuent à maintenir ou à développer le phénomène de « ghetto ».
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1986
Nombre de lectures 69
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

M. Pierre George
Les étrangers en France, étude géographique
In: Annales de Géographie. 1986, t. 95, n°529. pp. 273-300.
Citer ce document / Cite this document :
George Pierre. Les étrangers en France, étude géographique . In: Annales de Géographie. 1986, t. 95, n°529. pp. 273-300.
doi : 10.3406/geo.1986.20422
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1986_num_95_529_20422Abstract
Immigration is in France a continuous phenomena, but during last decades its content changed. The
ancient migrants of borderlands, Italy, Spain, now integrated, are replaced by natives from Northern
Africa (Maghreb) and Portugal: 1416 000 and 764 000 among 3 680 000 immigrants (1982). The most
recent arriving come from African south of Sahara or are refugees of south eastern Asia.
The geographical distribution is also permanent : the major part of immigrants is registered in the north
eastern half of national territory and concentrated in urban and industrial areas : Paris, Lyon, Marseille
and industrial eastern regions. But immigrants come always also in the south western agricultural
region.
Inside great urban areas, the residence of migrants follows traditional process from initial establishment
in outlying slums or derelicted buildings in the core of ancient city, to social housing in suburbs. On
either case, the tendencies to closed areas (ghettos,) persist so long as the integration is not achieved.
Résumé
L'immigration est, en France, une constante de longue date, mais au cours des dernières décennies,
elle a changé de contenu. Les « voisins », Italiens et Espagnols, progressivement assimilés, ont été
remplacés par les Maghrébins et les Portugais, respectivement 1 416 000 et 764 000 sur 3 680 000
étrangers d'après le recensement de 1982. Parmi les nouveaux venus, les « Africains noirs », mais
aussi les réfugiés du Sud-Est asiatique.
La localisation reste aussi une constante : la majeure partie des immigrés est recensée dans la moitié
nord-est du territoire et centrée surtout dans les régions urbaines et industrielles, région parisienne,
région lyonnaise, Marseille, l'Est industriel. Une exception également traditionnelle, le Bassin aquitain.
A l'intérieur des agglomérations urbaines, la fixation des immigrés obéit à des processus classiques,
passant des tristes « lieux d'accueil » initiaux, bidonvilles et taudis, à des résidences moins ingrates au
fur et à mesure de l'intégration. Mais les différences culturelles contribuent à maintenir ou à développer
le phénomène de « ghetto ».ANNALES DE
OGRAPHIE
529 XCVe année Mai-Juin 1986
Les étrangers en France
étude géographique
Membre Pierre de GEORGE Institut
La présence étrangers en France dans une proportion peu
près constante de de la population totale est un sujet
périodique de débat politique base sociologique est en fait
par excellence un sujet étude géographique qui pourtant
fait objet un travail de fond une seule fois en un demi-
siècle1 Sujet étude géographique dans la mesure où individu
migrant change de relation avec les lieux le terme de lieu étant
plus précis que celui espace parce il implique un capital
historique et apporte avec lui une part plus ou moins importante
de son patrimoine socio-culturel en entrant dans un autre milieu
Le contact avec ce milieu peut être absorbant ou conflictuel Le
premier thème étude géographique est donc celui du tracé du
flux migratoire et de son contenu démographique la charge
culturelle étant inégale suivant il agit hommes seuls ou de
familles Les apports se différencient selon leurs origines par leur
Georges Mauco Les Etrangers en France Paris A.Colin 1932 600p 274 ANNALES DE GEOGRAPHIE
spécificité et leur plus ou moins grande parenté ou similitude avec
la population accueil Ils sont caractérisés aussi par emprise de
la société et de Etat origine sur les migrants Il est évident
que le réfugié en quête asile ne sera pas dans la même position
vis-à-vis de la population réceptive que le ressortissant un Etat
qui se veut ou se proclame protecteur En revanche il est conduit
rechercher aide et sécurité au sein une collectivité subissant
ou ayant subi la même épreuve
Le second thème étude géographique est celui des lieux
installation des immigrants qui implique la prise en compte de
inégalité de apport migratoire suivant les lieux Ici intervient
comme dans toute approche la diversité du poids
des migrants des formes implantation et de relation suivant
échelle considérée celle de la région ou de la subrégion en
France le département celle du secteur rural de la ville ou de
agglomération celle enfin de unité habitation quartier îlot ou
immeuble où peuvent intervenir des formes isolai ghetto ou
cité Suivant les lieux et les cas image psycho-sociale de
étranger per ue par autochtone est variable comme elle est
variable selon origine des immigrants est-à-dire leur charge
culturelle Il en résulte une géographie des attitudes égard de
étranger et par voie de conséquence des comportements des
étrangers une focalisation des lieux de conflit une dispersion des
zones indifférence ou acceptation passive Reste incidence
historique qui échappe analyse géographique la variation de
la signification et de la perception de étranger suivant les
modifications multiformes des composants économiques sociolo-
giques politiques et juridiques du moment Il appartient autres
en traiter
Cinquante ans immigration continue mais changeante
immigration est une constante de histoire de la France et
atteint dès le milieu du XIXe siècle une importance plus grande
que dans les pays voisins du fait de la précocité du déclin de la
fécondité dans la majeure partie des régions fran aises Les réserves
de main-d uvre constituées par les populations rurales et en
dernier lieu par celles de Ouest ont plus suffi répondre aux
besoins de main-d uvre de industrie et des services multipliés
par les échanges et urbanisation1 Par ailleurs les frontières ont
Louis Chevalier La Formation de la population parisienne au XIXe siècle Paris Presses
Universitaires de France 1949 312p LES ETRANGERS EN FRANCE 275
toujours été perméables et les surplus de population des pays
voisins se sont régulièrement écoulés vers les provinces fran aises
voisines Belges dans le Nord et la moitié septentrionale du Bassin
parisien Italiens et Espagnols dans le Midi Seule la frontière
allemande était plus opaque en raison du contentieux laissé par
le traité de Francfort La tragique hémorragie de la première
guerre mondiale gravement accru le déficit de main-d uvre
une époque où le développement de économie reposait sur la
mobilisation massive du travail La période intermédiaire entre la
fin de la guerre et la crise des années 1930 est une période de
forte immigration environ millions entrées entre 1921 et 1931
soit les trois quarts de accroissement total de la population
pour la période considérée Les mines du Nord font appel aux
Polonais les grandes agglomérations de Marseille de Lyon de
Paris re oivent des Italiens et des Espagnols2 est aussi époque
où immigration italienne repeuple le Sud-Ouest déserté par effet
des migrations intérieures et le passage des populations rurales du
secteur primaire au secteur tertiaire3
afflux des étrangers en France cette époque accompagne
de deux caractéristiques majeures énorme prépondérance des
Européens et surtout la dominante des voisins méditerranéens
et la localisation des immigrés dans un croissant partant de la
région du Nord bordant les frontières orientales et infléchissant
le long des côtes de la Méditerranée pour dépasser le seuil du
Lauragais et atteindre les campagnes de la moyenne Garonne En
1931 les étrangers interviennent pour 66 dans la population
totale de la France 2714700 Les Italiens sont plus de 800000
30 de ensemble des étrangers Ils sont présents dans toutes les
régions immigration de la Méditerranée la Lorraine et la
région parisienne en passant par la région lyonnaise et stéphanoise
et les Alpes du Nord Le second groupe par ordre importance
est celui des Polonais 19 des étrangers) en majeure partie
concentrés dans le bassin houiller du Nord le reste dispersé dans
les grandes fermes du Bassin parisien Les Espagnols viennent en
troisième position avec 13 pour la plupart dans le Midi médi
terranéen actuelle région du Languedoc-Roussillon)
La présence de Maghrébins est plus difficile apprécier du fait
cette époque ils sont comptés part des étrangers et de la
population fran aise comme Fran ais musulmans une partie
Georges Tapinos Immigration étrangère en France 1946-1973 I.N.E.D. Travaux et
Documents Cahier 71 1975 151p Mauco op cit. et Anne-Marie Faidutti Immigration italienne dans le Sud-
Est de la France Gap Louis Jean 1964 399 Pierre George Les Italiens en France entre les
deux guerres mondiales Ecole de Rome 1986 20p
ce sujet Xavier Browaeys et Paul Châtelain Les France du travail Paris Presses
Universitaires de France 1984 273 276 ANNALES DE OGRAPHIE
entre eux étant issue de armée et des services qui ont travaillé
pour armée pendant la guerre On évalue leur nombre moins
de 100000 en 1931 soit moins de de la population origine
extérieure au territoire métropolitain Ils sont rassemblés en
majeure partie Marseille dans la région parisienne et dans la
région lyonnaise où ils sont employés en particulier les
industries chimiques
La crise des années 1930 et les événements politiques survenus
dans les pays voisins ont eu des effets modificateurs sur les flux
migratoires rapatriement une partie des ouvriers et mineurs
polonais réduction des migrations Italiens imposée par le gou
vernement fasciste en sens inverse afflux de réfugiés espagnols au
terme de la guerre civile Les effectifs baissent entre 1936 et le
début de la seconde guerre mondiale mais cette diminution est
due pour une part notable aux naturalisations dont ont bénéficié
des immigrés surtout origine méditerranéenne très rapidement
assimilés
La seconde guerre mondiale été suivie une pénurie de main-
uvre due moins aux pertes humaines aux destructions maté
rielles et la prise de conscience un grave retard dans ensemble
des équipements productifs et des équipements de service Cette
conjoncture ordre économique et technique accompagne une
inquiétude croissante des pouvoirs publics et des entreprises
égard de la récession démographique résultant des déficits de
naissances des deux périodes de guerre et de leurs effets cumulés
avec la réduction générale de la fécondité Le recours immi
gration devient un thème de politique économique immédiate et
de perspective démographique long terme2
Il agit donc dans esprit des réflexions et des décisions des
autorités concernées et consultées une immigration familiale et
définitive comportant terme assimilation et naturalisation
Restait trouver des partenaires acceptant cette règle du jeu
En 1946 on recensait 743 000 étrangers 853 000 naturalisés
et environ 40 000 Maghrébins issus de territoires sous administra
tion fran aise en 1954 553 600 un peu plus un
million de naturalisés 212 000 musulmans algériens au total
227 000 Maghrébins Quatre ans avant le Haut Comité consultatif
de la population recommandait entrée de 800 000 immigrés en
une dizaine années sous-entendant que cette immigration devait
être définitive et subsidiairement familiale
Pourtant deux éléments ordre également contradictoire
En 1936 2150000 étrangers contre 2715000 en 1931 mais 517000 naturalisés
Haut Comité consultatif de la population et de la famille Commissariat au Plan
Rapports cités par Tapinos op cit LES TRANGERS EN FRANCE 277
allaient modifier image du processus migratoire initialement sou
haité Le premier est la prolongation inattendue de la reprise de
la fécondité fran aise amorcée dès 1942 et accentuée après la
Libération Le second est le tarissement des sources traditionnelles
immigration et hésitation une partie des nouveaux immigrants
se fixer définitivement en France La stratégie immigration des
années 1950 été con ue en fonction de expérience de plusieurs
décennies immigration de voisinage associée pour le plus grand
nombre une installation définitive facilitée par une politique
assez libérale de naturalisation pour les ressortissants des pays
limitrophes surtout Italie et Espagne1 De fait ce sont encore des
Italiens qui ont largement contribué la remise en marche de
économie industrielle notamment en Lorraine et la recons
truction des villes sinistrées Mais les flux traditionnels épuisent
assez vite Le développement industriel de Italie bloque émigra-
tion Après exode des républicains espagnols la frontière pyré
néenne est pratiquement fermée emigration de masse Les
demandeurs de main-d uvre se reportent alors sur une immigra
tion temporaire qui ne met pas en cause avenir du marché de
emploi pour les jeunes générations fran aises nées après la guerre
La situation est pour un temps assez bref complètement
inversée par rapport aux programmes du début de la décennie
1950 En même temps son profil géographique est radicalement
différent immigration de peuplement puisant des sources
culturellement communes se substitue une immigration strictement
destinée aux divers secteurs demandeurs de main-d uvre de faible
qualification alimentée par les surplus de population âge actif
du Maghreb et plus particulièrement de Algérie en dépit de la
guerre et du changement des rapports juridiques résultant de
indépendance 1962)
Deux effets apparemment paradoxaux de la guerre Algérie
sont observés moins de dix ans intervalle Pendant la guerre
la privation de main-d uvre résultant du rappel une partie des
adultes actifs sous les drapeaux stimule le recours une immi
gration temporaire de travailleurs algériens Après les Accords
Evian en 1962 installation en France des rapatriés crée un
marché de emploi par accroissement de la demande de logements
de biens de consommation et de services nouveau on va puiser
dans le réservoir algérien immigration algérienne nette est de
111000 unités de 1962 1965 et on recense un demi-million
Algériens en 1968 mais le solde migratoire est relativement faible
Les immigrants issus autres pays notamment les Polonais ont été admis plus
parcimonieusement bénéficier de la nationalité fran aise ANNALES DE OGRAPHIE 278
par rapport au mouvement annuel en 1969 352 000 entrées et
près de 300 000 sorties image classique une noria de tra
vailleurs célibataires
Une nouvelle modification du mouvement et de la politique
immigration apparaît au début de la décennie 1970 en même
temps que les premiers signes de difficultés économiques rétrécis
sant le marché de emploi Les deux événements principaux sont
arrivée massive des Portugais et le remplacement progressif de
immigration masculine algérienne bloquée par la crise de emploi
et les mesures de rétorsion de la part du gouvernement algérien
la suite des manifestations de xénophobie survenues dans quelques
villes fran aises par arrivée de femmes et enfants consécutive
aux mesures administratives favorables au regroupement fami
lial Sur un plan théorique cette nouvelle phase de immigration
devrait rétablit la stabilité des apports migratoires en facilitant
une part accueil de populations facilement assimilables les
Portugais et en consacrant installation de travailleurs maghrébins
réfractaires aux offres indemnisation de rapatriement par la
reconstitution sur place de la cellule familiale En fait la majeure
partie de immigration portugaise est temporaire et intégration
une population musulmane porteuse un patrimoine culturel
spécifique soumise aux pressions idéologiques et politiques exté
rieures est pas globalement et surtout immédiatement assurée
titre de corollaire la même période est marquée par apparition
de deux flux origine beaucoup plus lointaine jusque-là très
minces celui des réfugiés asiatiques et celui des Africains noirs
partiellement officiels les réfugiés essentiellement) partiellement
clandestins
Sur le plan statistique et en contradiction avec la contraction
du marché du travail deux effets majeurs qui il est vrai se
neutralisent en partie en ce qui concerne offre de travail
accroissement important du nombre des étrangers 34 millions
en 1975 contre 22 millions en 1962 et la réduction de la
proportion des actifs consécutive arrivée des femmes et enfants
de travailleurs algériens et de familles portugaises avec leurs
la plupart des femmes portugaises étant actives la différence
des femmes algériennes Il convient ailleurs de noter que la
proportion des actifs en autres termes des demandeurs de travail
issus de cette nouvelle forme immigration tendance aug
menter dans le moyen terme du fait de arrivée des enfants
âge actif et de la généralisation de la tendance activité des
femmes de quelque origine elles soient
En 1982 on recensé 680 000 étrangers et 426 000 Fran ais
par acquisition est-à-dire naturalisés Le nombre étrangers LES TRANGERS EN FRANCE 279
publié au recensement est inférieur celui établi par le minis
tère de Intérieur après la distribution des titres de séjour
223 928 La marge erreur étant importante écart des chiffres
bruts un recensement autre un peu moins de 240 000
une signification toute relative
Les tendances dessinées au cours de la période précédente se
sont confirmées en 1982 réduction de la part des Européens de
17 accroissement de celle des Maghrébins de 28 dû en
majeure partie arrivée de forts contingents marocains portant
le nombre des ressortissants de ce pays résidant en France de
260000 en 1975 431 000 en 1982 tandis que celui des Algériens
ne est accru que de 12
Les nationalités les plus fortement représentées demeurent du
côté des Européens les Portugais 764 800 les Italiens 333 740
les Espagnols 321 400 Le nombre des Portugais presque pas
changé 759 000 en 1975 En revanche celui des Italiens et des
Espagnols diminué de plus un tiers réduction imputable pour
partie aux retours pour partie aux naturalisations Les Algériens
tout près de 800 000 sont toujours les plus nombreux des Magré-
bins 55 mais les effectifs de Marocains et de Tunisiens se sont
accrus plus vite respectivement de 65 et de 35 en sept ans Les
Africains noirs qui étaient très peu nombreux au lendemain de la
seconde guerre mondiale sont officiellement près de 140 000 en
1982 70 000 en 1975 La marge des clandestins est difficile
évaluer dans une population très mobile Les Turcs ont également
fait leur apparition depuis 1968 généralement en provenance
Allemagne 51 000 en 1975 123 540 en 1982 En pourcentage
les Maghrébins constituent 45 de effectif total des étrangers
les Portugais un peu plus de 20 Les contingents de immigration
traditionnelle Polonais et immigrants originaires des pays limi
trophes Italiens Espagnols subsidiairement Allemands et Belges
ne constituent plus que moins un quart des étrangers
Cet écart explique en partie par la sous-déclaration des immigrés notamment des
illettrés et par ambiguïté de certains cas notament celui des enfants Algériens nés en France
de parents musulmans Algérie avant 1962 et qui suivant les cas sont déclarés ou comptés
comme Fran ais ou Algériens quel que soit le choix de nationalité fait par les parents On
évalue le nombre des entrées entre 1975 et 1981 736000 dont 360000 au titre des
regroupements familiaux et un peu moins de 100000 asile aux réfugiés Le solde du
mouvement démographique naturel des étrangers élève 342000 515000 naissances 173000
décès Au cours de la même période environ 400000 étrangers ont acquis la nationalité
fran aise Le solde brut apparent serait donc voisin de 700 000 alors que écart entre les
chiffres des deux recensements est seulement de 238 000 ce qui impliquerait un nombre
apparent de départs de ordre de 450 000 65 000 par an ..) 280 ANNALES DE GEOGRAPHIE
1954 1975 1982
42 78l1 52 599 54273
Etrangers............................. 765 442 680
41 65 68
Nationalités origine
431 102 760
Allemands ........................... 54 43 44
107 56 50
289 497 321
Italiens .............................. 463 334 507
Polonais ............................. 269 94 65
20 759 765
17 70
229 192 574
2122 711 796
11 260 431
140 189
70 138
49 42 51
41 104 294
Les nombres sont donnés en milliers
Musulmans Algérie
Les événements politiques survenus dans le Sud-Est asiatique
ont fait de la France en raison des relations historiques et
linguistiques issues de la période coloniale un pays asile pour
les réfugiés fuyant les massacres et les exactions des nouveaux
régimes Ceux-ci constituent près des deux tiers des effectifs des
Asiatiques résidant en France une centaine de milliers entre eux
étant des Turcs
Les populations italienne espagnole et surtout polonaise sont
des vieillissantes Les Portugais et plus forte raison
les Maghrébins sont des populations jeunes Les regroupements
familiaux des Algériens ont stabilisé une grande partie de im
migration nord-africaine Sur trois étrangers recensés deux résident
en France depuis plus de dix ans et 20 des étrangers sont en
fait des enfants de familles étrangères nés en France ou amenés
en France installation de familles maghrébines accompagne
un transfert de fécondité Près de la moitié des familles magh
rébines ont trois enfants ou plus de trois enfants contre moins de
20 des familles portugaises et 8 des familles fran aises
Il en résulte une modification importante de la composition par
âges des collectivités immigrées posant des problèmes de logement
de scolarisation et de sécurité sociale
Les chiffres ensemble pour la totalité du territoire ont un
caractère abstrait du fait de la très inégale répartition des étrangers
En 1981 les naissances issues de mères étrangères ont représenté 107 du total des
naissances enregistrées en France contre 56 en 1975