les femmes ONU
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

les femmes ONU

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français

Description

no comment

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 janvier 2019
Nombre de lectures 3
Langue Français

Exrait

En effet à cette époque de la montée du fascisme et de l’extrémisme et des groupes misogynes ,il est plus que jamais de faire appel à la conscience du secrétaire général des nations unies de pouvoir non seulement de contrer les injustices à l'égard de la femme mais de promouvoir au sens de l'égalité des nombres ,des membres responsables au sein des nations unies.
Il est un fait d'observer l'acharnement des femmes du monde entier et en particulier de la femme arabe , l'égyptienne plus précisément, à s défendre bec et ongles contre le harcèlement sexuel qui est depuis toujours en Égypte comme politique d’État afin que l'égyptienne n’accède jamais à des vrais responsabilités. Je mets en exergue ces femmes égyptiennes coptes comme musulmanes comme athées telle Boutaina Kamel, Ada Ibrahim, Safae Higazi ,Rania Dib ou encore Yasmine Abdelaziz et j'en passe , qui se dressent tous les jours contre le ou les pouvoir(s) en place au Caire ,à la TV et publique et privée ,dans les entreprises d’État,...
Ces femmes exigent et demandent à Guterres de faire valoir cette donne de la femme afin qu'elles puissent l'utiliser dans leur combat quotidien . Car l'ONU est aussi cette instance supérieures où ses résolutions sont importantes ,en sus, de pousser les femmes à des postes de responsabilités .
J'insiste sur le fait qu'une au moins ,de ces égyptiennes choisies pour des responsabilités au sein de l'ONU aiderait énormément à la promotion politique . Par exemple Boutaina Kamel voulait briguer un mandat présidentiel en Égypte avait affronter un mur haut et large des voix des groupes misogynes égyptiens et du monde arabe .
Si Guterres fait un bout de chemin à l’intérieur de l'ONU, le dictateur Sissi ferait deux fois attention avant d'écarter les femmes égyptiennes des responsabilités de l’État. Car de l’Égypte est l'exemple typique, pris en considération dans tous les pays arabes et musulmans.
Il est donc un fait, que le harcèlement sexuel poussé ,engendre des maladies de sida et au lieu que Sissi visite les femmes harcelées il devrait promouvoir le rôle de la femme au sein de l’État et de bannir toute politique de l’État qui encourage le harcèlement sexuel et donc de voir de plus près ce que fait la police politique égyptienne dans les TV et que le général Amara avait osé mettre en accusation la TV privée CBC qui faisait de la désinformation concernant les femmes qui y travaillent et....
Et pour exemple, toujours, de ces femmes de presse qui donnent une certaine image de ce que subit la femme au sein de la société arabe , le pouvoir en place de Sissi met en place une poignée de femme qui sont harcelée tout le temps, à la TV telle Ada Ibrahim , Safae Higazi, Rania Dib...car Sissi fait partie de cette catégorie de genre humain qui ironise sur les autres ,par exemple de promouvoir le général de corps Zaki au grade de général d'armée, Sissi a fait venir des jeunes pour lui faire coller le grade de général d'armée …selon des observateurs Sissi est de mère juive !!
Si l'ONU fait attention de ce genre de petites choses qui s'accumulent tous les jours, les femmes seront mieux considérées . Mais ,il ne faut pas oublier non plus que la responsabilité engendre un compte rendu ,qui est donc passible des sanctions et donc une justice qui dira la loi à l'encontre des femmes qui manquaient à leur devoir pendant la période de leur responsabilité. Et c'est pour cette raison Sissi ne considère pas ses femmes ministres comme mûres et responsable et il ironise tout le temps sur Sahar Nacer …
le droit de la femme à la société politique est non négociable. L'ONU de Guterres devrait manipuler cette donne avec toute attention particulière. Et il faut donner la parole à ces femmes égyptiennes ,par exemple, quand l'ONU fait un sondage d'opinion ou d'analyse...