Nature en ville : 1 million de m2 d
20 pages
Français

Nature en ville : 1 million de m2 d'espaces verts

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

DOSSIER DE PRESSE ! 2 1 milion de m d’ espaces verts Une autre manière d’aborder la place de la nature à Paris JEUDI 21 NOVEMBRE 2013 nkmparis.fr 
 2 Paris est l’une des villes au monde qui compte le moins d’espaces verts : à peine 14,5 m 2 2par habitant contre 36 m à Amsterdam et même 321 m à Rome. Ce déficit de verdure a des conséquences directes sur la qualité de vie des Parisiens.! ! Les politiques menées ces dernières années n’ont pas permis de répondre au problème. ! Tous les derniers jardins et parcs de Paris se sont en effet construits en lisière de la ville, sur des emprises assez grandes. C’est le cas, ces 20 dernières années, du parc André 2 2Citroën (130 000 m ), du parc de Bercy (140 000 m ), du jardin Martin Luther King aux 2 2Batignolles (43 000 m à ce stade) des jardins d’Eole (42 000 m ). Ces lieux offrent des espaces de promenade très agréables le week-end  : mais ils ne changent pas la vie quotidienne de ceux qui n’habitent pas à proximité. ! En complément de ces grands parcs et jardins, il s’agit d’exploiter tous les espaces laissés aujourd’hui à l’abandon pour développer partout dans Paris de petits espaces verts de proximité et créer, au cœur de chaque quartier d’habitation, des lieux de respiration et de détente. ! ! 2 " Au moins quatre types d’aménagement peuvent être envisagés : !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 21 novembre 2013
Nombre de lectures 484
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

DOSSIER DE PRESSE
!
2 1 milion de m d’ espaces verts
Une autre manière d’aborder
la place de la nature à Paris
JEUDI 21 NOVEMBRE 2013
nkmparis.fr

2 Paris est l’une des villes au monde qui compte le moins d’espaces verts : à peine 14,5 m
2 2par habitant contre 36 m à Amsterdam et même 321 m à Rome. Ce déficit de verdure a
des conséquences directes sur la qualité de vie des Parisiens.!
!
Les politiques menées ces dernières années n’ont pas permis de répondre au problème.
!
Tous les derniers jardins et parcs de Paris se sont en effet construits en lisière de la ville,
sur des emprises assez grandes. C’est le cas, ces 20 dernières années, du parc André
2 2Citroën (130 000 m ), du parc de Bercy (140 000 m ), du jardin Martin Luther King aux
2 2Batignolles (43 000 m à ce stade) des jardins d’Eole (42 000 m ). Ces lieux offrent des
espaces de promenade très agréables le week-end  : mais ils ne changent pas la vie
quotidienne de ceux qui n’habitent pas à proximité.
!
En complément de ces grands parcs et jardins, il s’agit d’exploiter tous les espaces
laissés aujourd’hui à l’abandon pour développer partout dans Paris de petits espaces
verts de proximité et créer, au cœur de chaque quartier d’habitation, des lieux de
respiration et de détente.
!
!
2
"Au moins quatre types d’aménagement peuvent être envisagés :
!
La création d’« ilots de verdure », notamment en piétonnisant quelques bouts de •
rue
L’élargissement des squares et parcs existants •
La création de nouveaux squares, sur les nombreuses petites places parisiennes •
qui sont aujourd’hui entièrement minérales
L’ouverture des squares aujourd’hui inaccessibles au public •
!
Mon objectif est simple  : mettre à disposition des Parisiens jusqu’à un million de
2 nouveaux m d’espaces verts, prioritairement dans les quartiers qui en sont le plus
dépourvus. Un million de mètres carrés à reconquérir sur l’asphalte et le bitume,
simplement en utilisant mieux les espaces délaissés.
!
Impossible ? Beaucoup me l’ont dit. Alors pour éprouver le réalisme de cette proposition,
eje me suis rendue avec Delphine BÜRKLI, dans le 9 arrondissement, l’arrondissement le
plus dépourvu d’espaces verts, avec un objectif  : identifier suffisamment d’emprises
pour doubler les espaces verts de proximité dans cet arrondissement.
!
Après quelques semaines de travail, nous avons la conviction que l’objectif peut être
atteint. Dix possibilités d’aménagements ont été identifiées. Elles permettront, sans
engager des dépenses excessives, de tripler la superficie des espaces verts dans cet
arrondissement. »
!
!
Nathalie Kosciusko-Morizet
3


"Nature en ville : source de bien-être
!
1 Malgré une densité parmi les plus importantes au monde , Paris a toujours ménagé une
place à la nature. Avant même l’urbanisme haussmannien, à l’origine de la création de
nombreux parcs, de vastes jardins ou esplanades structuraient l’espace de Paris.
!
Aujourd’hui hors Bois, les parcs et jardins publics représentent 580 hectares (soit 7% de
la superficie de Paris intra-muros). Sur les 840 jardins publics entretenus par la Ville
de Paris, 190 restent inaccessibles au public représentant une surface de 39
2 hectares .
!
Les espaces naturels urbains, qui représentent également un enjeu patrimonial de
premier plan pour Paris, ont une triple fonction :
!
sociale : lieux de détente, de jeux, de convivialité, •
écologique  : ces écosystèmes structurés en réseau sont indispensables à la •
préservation de la biodiversité. Les arbres d’alignement contribuent à la création de
continuités écologiques permettant la circulation des espèces animales.
climatique : ils permettent de lutter efficacement contre les effets d’îlots de chaleur •
et constituent des puits de carbone. Enfin, ils servent à diffuser la fraicheur, par
grande chaleur et améliore la qualité de l’air.
!
Hélas, la part de la nature à Paris n'a pas progressé ces dix dernières  années
notamment dans le centre de Paris. La place de la République illustre ce triste bilan. Son
projet d’aménagement s’est soldé par la suppression de deux espaces verts de proximité
au profit du tout béton.
!
1 2 20 980 hab. par km
2 Source : étude de l'APUR, page 42. A comparer aux 650 squares et jardins ouverts aujourd’hui, qui
représentent une surface de 541 hectares.
4
"""Vers une nature ouverte à tous
!
Le projet de Nathalie Kosciusko-Morizet vise à réhabiliter la place de la nature à Paris via
le développement d’espaces verts de proximité intégrés au cœur de chaque quartier, de
chaque arrondissement et de chaque pâté de maison.
!
Il s’articule autour de trois objectifs :
!
Mettre à disposition des Parisiens jusqu’à un million de nouveaux m² d’espaces •
verts (soit en les créant, soit en les rendant accessibles) ;
Garantir à 95% des Parisiens la proximité d’un square à moins de 250 mètres de •
leur domicile ;
Planter systématiquement des arbres d’alignement sur tous les grands axes de •
la capitale qui en sont aujourd’hui dépourvus.
!
L’approche proposée repose sur la participation de tous les Parisiens, appelés à devenir
les acteurs du verdissement et de l’embellissement de leur ville. Dans chacun des
121 quartiers de Paris, ils pourront proposer eux-mêmes de rendre piéton ou de
végétaliser une portion de rue, de transformer un espace laissé à l’abandon en
minisquare, etc. Les meilleurs projets seront réalisés par les mairies d’arrondissement
grâce à une enveloppe spécifique allouée chaque année.
!
Parallèlement à cette démarche, le projet «  nature en ville  » de NKM comprend
également :
La transformation de la «  petite ceinture  » avec la réalisation sur cette ancienne •
voie ferrée de la première boucle cycliste intégrale autour de Paris.
La reconquête des deux poumons verts de Paris, les bois de Vincennes et de •
Boulogne.
!
!
Note : le million de mètres carrés supplémentaires d’espaces verts pourrait se décliner
de la façon suivante :
12 hectares de nouveaux petits espaces verts de proximité. •
34 hectares par la réouverture de jardins publics fermés. •
40 à 50 hectares grâce à l’aménagement de la Petite Ceinture. •
!
5
"eZOOM sur 10 projets pour le 9 arrondissement
!
Aimer Paris, c’est d’abord la regarder. Etre attentif à tous ces petits détails qui en font le
charme et le merveilleux. Repérer aussi tous ces lieux qui pourraient être davantage mis
en valeur, pour rendre la vie quotidienne de chacun plus agréable.
!
Qui mieux que les Parisiens, que les habitants de chaque quartier, serait capable de
repérer ces dizaines, ces centaines de lieux délaissés au fil des ans ?
!
C’est pour cette raison que les maires d’arrondissement se verront confier une
enveloppe annuelle destinée à réaliser des projets de nouveaux jardins publics, ou
d’agrandissement de jardins publics, qui seront identifiés par les habitants de chaque
quartier.
!
La priorité sera donnée aux quartiers de Paris dans lesquels le « déficit de nature » est le
3 plus patent. Ces quartiers correspondent aux zones mises en évidence sur la carte ci-
dessous :
3 Ils correspondent aux secteurs pour lesquels existe un maximum de carences en espaces verts (à peu
près absence de square à moins de 250 m).
6
""
e 4 Le 9 est l’un des arrondissements les plus minéraux de Paris avec 60 275 habitants et
une densité dépassant les 27 000 habitants/km². Il dispose d’une superficie très réduite
d’espaces verts.
!
Dix opérations d’aménagements possibles ont été identifiées. La liste n’est évidemment
pas exhaustive : il ne fait aucun doute que s’ils étaient sollicités, les habitants auraient
eux-mêmes d’autres idées qui, au cours de la prochaine mandature, viendraient enrichir
cette première liste d’actions.
!
1. Cité Trévise
2. Square Berlioz/rue de Bruxelles
3. Place Adrien Oudin
4. Place de Budapest
5. Rue de Maubeuge (croisement rues Pierre Semard x Condorcet x d’Abbeville)
6. Cité Charles Godon
7. Rue Ambroise Thomas
8. Cour Cadet
9. Place José Rizal
10. Rue de la Rochefoucauld
!
Les projets Square Berlioz/rue de Bruxelles et rue de la Rochefoucauld ont un impact sur
le stationnement des véhicules particuliers et des emplacement réservés aux deux-
roues motorisés (respectivement suppression de 4 places dont une pour personnes
handicapées et de 5 places).
Les places supprimées seront compensées localement par un redéploiement sur le
quartier et par les mesures proposées en matière de création de stationnement
(création de 130 000 places par la mobilisation des parkings des entreprises le soir ou le
week-end). Les emplacements réservés à la livraison ne sont pas concernés puisqu’elles
seront autorisées sur ces deux aménagements.

ECOÛT DU PROJET POUR LE 9 ARRONDISSEMENT
!
Le coût total de ces dix opérations est évalué à moins de 1,5 millions d’euros
d’investissements, auxquels, naturellement, il faudra ajouter chaque année l’entretien
des ces nouveaux espaces. (cf. annexe). L’amélioration de la qualité de vie des habitants
nous paraît largement mériter une telle dépense.
!
4 Source Insee 1er janvier 2011
7
""1. La Cité de Trévise (quartier La Fayette – Richer)
!
eLa cité de Trévise est très représentative du charme des vieilles voies du 9 , avec ses
vieux pavés, ses façades nouvelle Athènes, et surtout sa fontaine, si romantique. Cet
endroit exceptionnel doit être préservé, mais sans en changer la physionomie, il peut
être mieux mis en valeur pour permettre aux Parisiens d’en apprécier toute la beauté.
!
Autour de la fontaine, la place de Trévise offre des espaces qui peuvent accueillir des
espaces de gazon, avec des bancs, permettant aux Parisiens de profiter de cet espace
exceptionnel alors qu’il n’est aujourd’hui qu’un axe de passage qu’empruntent de peu
nombreuses voitures.
!
300 mètres carrés peuvent ainsi être aménagés pour créer un espace privilégié de
calme et de verdure.
!
Les trois photos ci-dessous illustrent les possibilités de mieux utiliser l’espace autour de
la fontaine, en réduisant le secteur de circulation sur un côté et en aménageant, de
l’autre côté, des espaces végétalisés de respiration en ville, avec des bancs qui
permettent aux passants de profiter de ce site remarquable.
8

"2. Square Berlioz/rue de Bruxelles (quartier Clichy – Trinité)
Le square Berlioz est un des cinq squares du 9e
arrondissement, situé sur la place Adolphe Max, un
peu à l’écart de l’agitation des boulevards. Tout
autour de ce square, un vaste trottoir assez mal
entretenu et plus mal exploité encore, offre la
possibilité d’élargir considérablement l’enceinte du
square et d’en faire ainsi un espace beaucoup plus
convivial pour les riverains, dans lequel les aires de
jeux pour enfants, d’activité, de repos, seraient bien
organisés
!
Le petit square qui fait aujourd’hui 800 mètres
carrés pourrait voir sa surface presque tripler,
pour être portée à plus de 2100 mètres carrés.
Et cela sans entraîner aucune gêne, ni pour le trafic
automobile, ni pour la circulation des piétons.
!
Un projet de déplacement de l’enceinte du
square, en conservant dans la mesure du possible
les arbres, et jusqu’à la limite actuelle de la
chaussée pourrait être élaborée rapidement afin
d’être instruite dans les meilleurs délais par les
architectes des bâtiments de France.
!
Il y a quelques années, les « Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et
Paysager  » (ZPPAUP) ont été remplacées par les «  Aires de mise en valeur de
l’architecture et du patrimoine ». C’est bien cette notion de « mise en valeur » que nous
préconisons ici par un projet qui ne touche pas à l’essence du lieu, mais qui en permet
une bien meilleure.
!
!
9
"Dans la continuité de cet aménagement, la rue de Bruxelles, entre la rue de Clichy et le
square serait également réaménagée en « rue jardin » s’ouvrant sur le square Berlioz.
Les enfants qui fréquentent les deux écoles maternelle et primaire de la rue en seraient
les premiers bénéficiaires.
!
L’aménagement consisterait en une mise à niveau des trottoirs et de la voie de
circulation, la limitation de la vitesse à 20 km/h, la mise en place d’une chaussée
écologique récupératrice des eaux pluviales, la pose de pavés enherbés, la végétalisation
des espaces, ainsi que l’installation d’un éclairage suspendu peu énergivore. Le résultat
est illustré dans le schéma ci-dessous :
10

"