//img.uscri.be/pth/f8dea371990db2cb8044738fbc34cd328e256ade
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

PDF - 2.3 Mo - Revue de presse 2nde2

De
7 pages

PDF - 2.3 Mo - Revue de presse 2nde2

Publié par :
Ajouté le : 05 juillet 2011
Lecture(s) : 93
Signaler un abus
Prise d’otages en haute mer
Les pirates sont de retour ! Le « Jolly Roger », drapeau noir à tête de mort, des flibustiers d’antan flotte sur le golfe d’Aden
et l’océan Indien.
Les pirates Somaliens prennent en otage navires, cargaisons et équipages lors de
coups de forces qui se chiffrent en millions de dollars. Les forbans ne se
cantonnent pas au golfe d’Aden où passent entre 16000 et 20000 bateaux par an,
mais s’aventurent jusqu’au Seychelles. Le coût de l’assurance d’un trajet via ce
golfe peut coûter jusqu'
à 30000 dollars. Si le bateau et sa cargaison valent plus de
3 millions de dollars, le bateau n’est plus assuré.
Mais les dégâts ne sont pas uniquement matériels : un voilier français, le «Tanit »,
à été pris en otage par des pirates Somaliens ce qui a déclenché une opération
commando de 6 minutes le 11 avril et a permis la libération de 4 otages.
Malheureusement l’un des otages, le propriétaire du voilier, a été tué pendant
l’assaut. L’année précédente, 6 navires français ont été attaqués.
La piraterie devient un grave fléau depuis que la Somalie est livrée au chaos et à
l’anarchie à cause de la chute du dictateur Siad Barré en 1991. Les navires de
commerce sont des proies sans défense qui passent vers la Corne de l’Afrique, où
vivent des populations pauvres et déshéritées. Un business très rentable pour les
plus audacieux.
Angel B. et Oriane B
.
Source :
Le Monde
et
Le journal du Dimanche.
Image
: Radio France international