Regard des Français sur l

Regard des Français sur l'Europe

-

Documents
28 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

ZĞŐĂƌĚ ĚĞƐ &ƌĂŶĕĂŝƐ ƐƵƌ ů͛ ƵƌŽƉĞ > s ͛ D Z'K : h / ϰ sZ/> ϮϬϭϵ ϮϬ, Sondage réalisé avec pour et Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚles 3 et 4 avril 2019 Echantillon Echantillon de1 005 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorie Ě͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 avril 2019
Nombre de visites sur la page 8 590
Langue Français
Signaler un problème
Regaƌd des FƌaŶçais suƌ l’Euƌope
LEVÉE D’EMBARGO JEUDI 4 AVRIL ϮϬϭ9 À ϮϬH
Sondage réalisé avec
pour
et
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠchaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶetles 3 et 4 avril 2019
Echantillon
Echantillon de1 005 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
La représentativité del’ĠchaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégorie d’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠchaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé.
Sile pouƌĐeŶtage oďseƌǀĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ50%30% ou 70% 40% ou 60% 20% ou 80% 10% ou 90% 5% ou 95% 10010,04,4 6,0 8,0 9,2 9,8 2003,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1 3002,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8 4002,2 3,0 4,0 4,6 4,9 5,0 5003,6 4,1 4,4 4,51,9 2,7 6003,3 3,7 4,0 4,11,8 2,4 8001,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0001,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 0001,8 2,1 2,2 2,21,0 1,3 30001,4 1,6 1,8 1,80,8 1,1 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌvalle[17,5 ; 22,5].
Les principaux enseignements
EleĐtioŶs euƌopĠeŶŶes : le pouvoiƌ d’aĐhat seƌa le Đƌitğƌe ĐlĠ du vote d’ĠleĐteuƌs dĠsaďusĠs
Principaux enseignements : 1. Six Français sur dix (62% vs 37%) pensent quel’Euƌopesortira affaiblie par le Brexit 2. Plus globalement,l’Euƌopene fait plus rêver : 61% des Français percevaient la construction européenne avec espoir il y a 15 ansils ne sont plus que 29%aujouƌd’huine fait pas spécialement peur non plus (31% la perçoivent avec crainte) mais laisse désormais une. Elle majorité relative de Français (40%) assez indifférents 3. Pourquoil’Euƌopene fait-elle plus rêver ? ParceƋu’elleest jugée inefficace par une large majorité de Français (74% en moyenne) dans tous les domainesd’aĐtioŶtestés dansl’eŶƋuġteet surtout en matièred’eŵploi(80% inefficace),d’iŵŵigƌatioŶ(82%) et de fiscalité (82%) 4. Alors sur quoi motiver les Français pour aller voter aux élections européennes dans moins de deux mois ? Pas sur le thème de la ème construction européenne en tout cas : ce sujet ne comptera guère dans le vote (5 critère seulement).C’estsurtout sur le pouvoir er d’aĐhat(1 critère de vote) mais aussi surl’iŵŵigƌatioŶet la sécurité (à droite) ou encorel’eŶviƌoŶŶeŵeŶt(à gauche) que se fonderont les choix des électeurs
Dans son analyse des réseaux sociaux, Véronique Reille-Soult de DentsuCoŶsultiŶg Ŷote Ƌue le Bƌedžit Đoŵŵe l’Euƌope eŶ gĠŶĠƌal soŶt des sujets Ƌui ŵoďiliseŶt les ƌĠseaudž soĐiaudž : ϭ 3ϬϬ ϬϬϬ ŵessages suƌ l’Euƌope Đes 7 deƌŶieƌs jouƌs et pƌğs de ϭϬϬ MillioŶs de ŵessages suƌun an pour le Brexit. Le sujet du pouvoiƌ d’aĐhat ƌevieŶt tƌğs souveŶt, les iŶstitutioŶs euƌopĠeŶŶes appaƌaissaŶt la plupaƌt du teŵps daŶs les ŵessages comme inefficaces pour le défendre. Les iŶteƌŶautes ƌĠĐlaŵeŶt tous uŶ pƌojet ĐolleĐtif ĐohĠƌeŶt eŶ paƌtiĐulieƌ suƌ l’ĠĐologie et l’iŵŵigƌatioŶ. L’Euƌope seŵďle en effet être un échelon adapté à ces deux sujets et beaucoup considèrent que des solutions concrètes pourraient être apportées par nos représentants.
Gaël SLIMAN, Co-foŶdateuƌ et pƌĠsideŶt d’Odoxa
Synthèse détaillée du sondage (1/6)
1. Six Français sur dix (62% vs 37%) pensent quel’Euƌopesortira affaiblie par le Brexit
Le contexte du Brexit inquiète nos concitoyens qui se montrent fort pessimistes sur ses conséquences. Une large majorité de 62% de Français pensent ainsi quel’Euƌopesortira « plutôt affaiblie par le Brexit ». Seuls 37% jugent, àl’iŶǀeƌse,quel’UEen sortira « plutôt renforcée ».
Ce sentiment pessimiste est consensuel, tous les Français jugeant que le Brexit est une « bad news » pourl’Euƌope: 68% des « Insoumis », 71% des socialistes, 53% des LaREM, 62% des LR et 63% des RN partagent cette analyse.
Cela ne veut pas dire que les Français considèrent quel’Euƌopesera la principale perdante dansl’affaiƌe. Bien au contraire, dans notre baromètre économique mensuel publié ce jeudi 4 avril, 78% de nos concitoyens estiment quec’estle Royaume-Uni bien plus encore quel’UE(22%) qui aurait le plus à perdre de ce Brexit.L’eŶƋuġtemontred’ailleuƌsque le Brexit peut presque jouer un rôle de promotion pourl’UEtant les Français trouvent que la façon dont les choses se déroulent aurait plutôt tendance à dissuader plutôtƋu’àencourager les velléités de départd’autƌespays.
Pour autant le Brexit inquiète les Français et vients’iŶscƌiƌedans un trend global assez négatif et/ou pessimiste sur la trajectoire de la construction européenne depuis ces dernières années.
2. Plus globalement,l’Euƌopene fait plus rêver : 61% des Français percevaient la construction européenne avec espoir il y a 15 ansils ne sont plus que 29%aujouƌd’hui. Elle ne fait pas spécialement peur non plus (31% la perçoivent avec crainte) mais laisse une majorité relative de Français (40%) assez indifférents
La construction européenne est de moins en moins perçue comme une sourced’espoiƌpar nos concitoyens : En octobre 2003, 61% des Français la percevaient avec espoir ; ils ne sont plus que moitié moins (29%)aujouƌd’hui. Cela consacre un effondrement de 32 points enl’espacede 15 ans et demi. La baisse a été très nette entre octobre 2003 et décembre 2011 (-11 points), sans doute parce que les Français ont eu le sentiment quel’oŶ Ŷ’aǀaitaucun compte de leur vote lors du référendum de 2005 ; cette baisse detenu l’espoiƌsuscité parl’Euƌope s’estpoursuivie au même rythme dans la période suivante entre 2011 et 2013 (-12 points) ets’estralentie depuis.
Synthèse détaillée du sondage (2/6)
Maisl’ĠƌosioŶdel’espoiƌla construction européenne se poursuit toujours : on assiste encore à un recul de 2 points depuis juin 2016 poursuscité par atteindre le plus bas niveau depuis 15 ans.
Cela ne signifie pas pour autant quel’eŶǀiede quitterl’Euƌopefasse spécialement recette. Depuis des années on a vu que les solutions en « it » Brexit, Frexit, etc. ne faisaient guère recette auprès de nos concitoyens.
D’ailleuƌs,la part de Français considérantl’Euƌopecomme une source de crainte est aussi en recul : -4 points depuis juin 2016.
Ces Euro-craintifs sont à peu près aussi nombreux que les Euro-ptimistes : 31% vs 29%.
En fait, la majorité relative de nos concitoyens ne se situent ni chez les premiers ni chez les seconds, mais dans une troisième catégorieneutre: les Français ne voyant la construction Européenne ni comme une sourced’espoiƌni comme une source de crainte (40% ; +7 points en trois ans).
Cette réalité statistique « moyenne » masque, évidemment,d’iŵŵeŶsesdisparités selon les électorats quel’axegauche-droite classique est bien incapable de résumer oud’expliƋueƌ.
Ainsi, les sympathisants RN (57% ont peur vs 8% qui ont del’espoiƌͿet Insoumis (48% vs 16%) se retrouvent-ils pour majoritairement percevoir la construction européenne avec « crainte » plutôtƋu’aǀec« espoir », tandis que les sympathisants LaREM (68% « espoir » vs 12% « crainte ») et PS (57% vs 12%) convergent àl’iŶǀeƌsepour la percevoir avec « espoir » plutôtƋu’aǀec« crainte ».
Les sympathisants LR, eux, sont désormais dansl’eŶtƌe-deux (33% « espoir » vs 34% « crainte »).
Synthèse détaillée du sondage (3/6)
3. Pourquoil’Euƌopene fait-elle plus rêver ?
ParceƋu’elleest jugée inefficace par une large majorité de Français dans tous les domainesd’aĐtioŶtestés dansl’eŶƋuġteet surtout en matière d’eŵploi(80% inefficace),d’iŵŵigƌatioŶ(82%) et de fiscalité (82%)
PourquoiL’Euƌopene suscite-t-elle plusl’espoiƌcomme il y a 15 ans ? Pourquoi ne fait-elle plus rêver ? Tout simplement parce que les Français jugent que son action a été inefficace.
En effet, en moyenne, les trois-quarts des Français (74%) trouvent quel’actioŶdel’Euƌopea été plus inefficaceƋu’efficacedans chacun des 5 grands domainesd’actioŶque nous avons testés dans le sondage.
L’Euƌopeest considérée comme particulièrement inefficace en ce qui concerne la fiscalité,l’iŵŵigƌatioŶ(82% « inefficace » vs 18% « efficace » dans les deux domaines) etl’eŵploi8 Français sur 10 estimant que dans ces trois domaines, particulièrement importants à leurs yeux,(80% vs 19%), l’actioŶdel’Euƌopea été inefficace.
L’Euƌope Ŷ’estpas jugée tellement plus efficace en ce qui concernel’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt: 7 Français sur 10 estiment que dans ce domaine aussi, elle a fait davantage la preuve de son inefficacité (71%) que de son efficacité (29%).
Enfin, un domained’actioŶest relativement plus épargné : la lutte contre le terrorisme. Si, encore une fois, une majorité de nos concitoyens (56%) jugent quel’Euƌopea été inefficace dans ce domaine aussi, la minorité qui estime au contraireƋu’ellea su être efficace est nettement plus importante (43%) que dans tous les autres domaines. Auprès des plus « europhiles » de nos concitoyens, les sympathisants PS (60%) et LaREM (70%), on trouve même une large majorité de personnes jugeant quel’Euƌopea été efficace dans ce domaine.
Malgré ce bémol sur la lutte contre le terrorisme, le bilanŶ’estpas bonet il explique la forte déception (le « dés-espoir ») ressentie par nos concitoyens àl’Ġgaƌdde la construction européenne depuis ces dernières années.
Synthèse détaillée du sondage (4/6)
ème 4. Aux élections européennes, la construction européenne ne comptera guère dans le vote (5 critère seulement).C’estsurtout sur le pouvoir er d’aĐhatde vote) mais aussi sur(1 critère l’iŵŵigƌatioŶet la sécurité (à droite) ou encorel’eŶviƌoŶŶeŵeŶt(à gauche) que se fonderont les choix des électeurs
Alors comme ressusciterl’espoiƌ? Dans quels domainesl’Euƌopepeut-elle agir pour convaincre ? Quels sont finalement les thématiques qui mobiliseront les électeurs en mai prochain pour voter aux élections européennes ?
Pour y répondre, notre sondage a testé une dizaine de grands domaines / thématiques pour mesurer quels étaient ceux qui compteraient le plus dans le vote des Français àl’ĠlectioŶeuropéenne.
Il ressort del’Ġtudeque 4 grands domaines seront particulièrement prioritaires pour les électeurs Français en mai prochain.
1 domaine domine tous les autres et se détache nettement comme la priorité absolue des Français : le pouvoird’achat. Avec 36% de citations, il est la première motivation du vote aux européennes et devance de prèsd’uŶedizaine de points les autres domaines cités.
Sil’Ġcaƌt s’estcreusé par rapport aux autres préoccupations du vote (9 pointsaujouƌd’huivs 3 pts en septembre 2018), cette attente sur le pouvoir d’achat Ŷ’estpas du tout nouvelle.
Cette revendication des gilets jaunes était déjà depuis 9 mois la principale attente de nos concitoyens et était aussi déjà le sujet présenté comme le plus important dans leur vote par les futurs électeurs des Européennes : dans notre enquête de septembre 2018 sur le sujet, avec 35% de citations, les Français plaçaient ce domaine en tête de leurs motivations de vote aux Européennes.
Après le pouvoird’achat,3 autres préoccupations interviendront massivement dans le vote de nos concitoyens dans moins de deux mois.
Synthèse détaillée du sondage (5/6)
D’uŶepart, deux préoccupations liées àl’oƌdƌeet classiquement « de droite » :l’iŵŵigƌatioŶet la sécurité (et la lutte contre le terrorisme) arrivent ème ème en 2 et 3 position (ex-aequo) sur le podium avec, respectivement 27% et 24% des citations. Ces préoccupations, elles-aussi historiquement importantes (elles figuraient déjà sur le podium en septembre dernier) sont, logiquement, particulièrement fortes auprès del’ĠlectoƌatLR et RN.
L’iŵŵigƌatioŶest même la préoccupation qui comptera le plus dans le vote de ces électorats avec 62% de citations auprès des RN (le double des ème autres préoccupations citées) et 41% auprès des LR (12 points de plus que la 2 préoccupation).
A côté de ces préoccupations particulièrement fortes dansl’Ġlectoƌatde droite,l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶtse taille la part du lion dans celui de gauche.
ème Avec 24% de citations,l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶtarrive en 3 position (ex-aequo avec la sécurité) et prend place pour la première fois sur le podium : +2 pts depuis septembre alors que sécurité (-3 pts) et immigration (-5 pts) ont eu plutôt tendance à reculer.
Cette thématique sera absolument centrale, non seulement pour les électeurs écologistes (70% de citations auprès des sympathisantsd’EELVͿmais er ème ème aussi pour les électeurs LaREM1 critère de vote avec 40% de citationsex-aequo avec 21%).critère de vote avec 27%) et Insoumis (3 , PS (3
Al’iŶǀeƌsede ces 4 domaines très prioritaires pour les électeurs, il en est un qui, paradoxalement pour une élection européenne, comptera bien peu : l’Euƌopeet la construction européenne.
ème Cette thématiqueŶ’aƌƌiǀe Ƌu’eŶ5 position, à 5 points del’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt: seulement 19% des Français le citent comme un domaine qui comptera beaucoup dans leur vote.L’Euƌopereste toutefois une thématique prioritaire pour les électeurs les plus « europhiles », les sympathisants ème LaREM (ils la citent en tête avec 40%) et PS (2 domaine cité par 32%).
Enfin 5 autres domaines sont très minoritairement cités, recueillant, pour des raisons probablement bien différentes, entre 8% et 14% de citations.
ème Ainsi, pour le chômage (avant-dernier avec 11%),l’ĠducatioŶ(dernier avec 8%) ou la santé (6 sur 10 avec 14%) on saitƋu’il s’agitde priorités majeures pour les Français, mais il est probableƋu’ilsjugent, à tort ou à raison, que ceŶ’estpas àl’ĠcheloŶeuropéen que des solutions efficaces pourront être trouvées dans ces domaines.
Synthèse détaillée du sondage (6/6)
Concernant la fiscalité, le problème est encore différent :c’estaussi une priorité majeure pour les Français mais nos concitoyens estiment sans doute que dans ce domainel’Euƌopene peut êtreƋu’uŶproblème et jamais une solution;c’estle domaine où son action est par ailleurs jugée la plus inefficace dans notre sondage).
Enfin, le dernier domaine testé et fort peu cité– l’ideŶtitĠfrançaiseest un sujet, à la fois peu important pour ces élections européennes (antépénultième avec 12% de citations) et plus structurellement bien moins important aux yeux de la plupart des Français (à chaque élection) que ce que sa place médiatique et dans les discours politiques pourrait suggérer. Il intéresse toutefois davantage les électeurs RN qui, avec 23% de citations, ème en font leur 4 critère de vote. Mais ils sont les seuls à le placer si haut.
Gaël SLIMAN, Co-foŶdateuƌ et pƌĠsideŶt d’Odoxa
Réseaux sociaux L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Le feuilleton du Brexit renforce les exigences sur le projet collectif
Le Brexit commel’Euƌopeen général sont des sujets qui mobilisent les réseaux sociaux : 1 300 000 messages surl’Euƌopeces 7 derniers jours et près de 100 millions de messages sur un an pour le Brexit. Le feuilleton sur le départ du Royaume-Uni passionne particulièrementl’Euƌopedel’Ouest,mais aussi les habitants du monde entier.
Le spectacle donné par les Britanniques depuis des mois a douché les velléités de départs et la questionŶ’est généralement plus : « Avec ou sansl’Euƌope? » mais plutôt : «L’Euƌope,oui mais comment ? ».
Le sujet du pouvoird’achatrevient très souvent, les institutions européennes apparaissant la plupart du temps dans les messages comme inefficaces pour le défendre. Les internautes réclament tous un projet collectif cohérent en particulier surl’Ġcologieetl’iŵŵigƌatioŶ. L’Euƌopeun échelon adapté à ces deux sujets et beaucoup considèrent que des solutionssemble en effet être concrètes pourraient être apportées par nos représentants.
Véronique Reille Soult, CEO de Dentsu Consulting
Retrouvez les éléments détaillés del’aŶalLJsesur les réseaux sociaux à la fin de ce rapport