Elections régionales 2015
Intentions de vote – Rapport national
Vague 2 – Novembre 2015
CONTACTS BVA
DEPARTEMENT OPINION
Adélaïde ZULFIKARPASIC
Directrice
Tél : 01 71 16 90 96 - 06 17 45 78 98
Mail : adelaide.zulfikarpasic@bva.fr
Agnès BALLE
Directrice des études politiques
Tél : 01 71 16 87 37 – 06 03 24 06 17
Mail : agnes.balle@bva.fr
Erwan LESTROHAN LEVEE D’EMBARGO : DIMANCHE 29 NOVEMBRE A 03H
Directeur d’études
Tél : 01 71 16 90 93 - 06 46 67 38 22
Mail : erwan.lestrohan@bva.fr La méthodologieMéthodologie
Enquête réalisée par l’Institut de sondage BVA du 17 au 23
novembre 2015 par Internet.
Recueil
Echantillons régionaux de 10 842 personnes inscrites sur les
listes électorales, issus d’un échantillon de 12 681 personnes
représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
pour chaque région.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthodeEchantillon
des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge,
profession du chef de famille et de l’interviewé, région,
département de résidence et catégorie d’agglomération.
Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent, pour chacune d’entre elles, sur la base des personnes inscrites sur les listes
électorales, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote. Les résultats d’intentions de vote ne constituent pas un
élément de prévision du résultat électoral. Ils donnent une indication significative de l’état du rapport de forces à moins d’un mois de
er ndl’issue du scrutin, en fonction des différentes hypothèses envisagées pour le 1 et le 2 tour.
Les rappels figurant dans ce rapport sont relatifs à la première vague de ce dispositif, réalisée du 6 au 15 octobre auprès de
10 803 personnes inscrites sur listes électorales, issues d’un échantillon de 12 408 personnes représentatif de la population
française âgée de 18 ans et plus.
3Tailles d’échantillons par régions
Base : échantillons régionaux de personnes âgées de 18 ans et plus, desquels sont issus les échantillons d’inscrits sur
les listes électorales – Effectifs bruts
Détail - Anciennes régions
1043
933
989 1401
960
913 930
915
10811441
914
1161
Région non
interviewée
4Note sur les marges d’erreur
Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques.
Le tableau ci-dessous présente les valeurs des marges d’erreur suivant le résultat obtenu et la taille de l’échantillon considéré :
Intervalle de confiance à 95% selon le scoreTaille de
l’échantillon 5 ou 95% 10 ou 90% 20 ou 80% 30 ou 70% 40 ou 60% 50%
100 4,4 6,0 8,0 9,2 9,8 10,0
200 3,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1
300 2,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8
400 2,2 3,0 4,0 4,6 4,9 5,0
500 1,9 2,7 3,6 4,1 4,4 4,5
600 1,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1
700 1,6 2,3 3,0 3,5 3,7 3,8
800 1,5 2,1 2,8 3,2 3,5 3,5
900 1,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3
1 000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1
2 000 1,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2
4 000 0,7 0,9 1,3 1,5 1,6 1,6
6 000 0,6 0,8 1,1 1,3 1,4 1,4
10 000 0,4 0,6 0,8 0,9 0,9 1,0
Exemple de lecture : Dans le cas d’un échantillon de 1 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge
d’erreur est égale à 2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.
5Principaux enseignementsPrincipaux enseignements
Un peu plus d’un mois après notre précédente enquête, le contexte sécuritaire post-attentats rebat les cartes électorales
Des Français intéressés par les élections régionales mais plus réservés sur la campagne menée dans leur région dont le démarrage a été freiné par
l’actualité nationale dramatique
Notre sondage annonce des triangulaires compliquées : seules 4 régions semblent aujourd’hui à portée des listes d’union de la droite contre 3 pour les listes de
gauche, 2 pour le Front national alors que l’issue apparait grandement incertaine dans 3 régions
Dans 4 régions, les listes de la droite paraissent en mesure de remporter la majorité des suffrages au second tour.
 L’Île-de-France où l ’ é cart entre Valérie Pécresse (41%) et Claude Bartolone (36%) est de 5 points alors que la liste du Front national se situe à un niveau très
important (23%),
 Le Centre-Val-de-Loire où la liste LR-UDI-MoDem se maintient à un niveau élevé (39%, - 1 point depuis octobre) alors que le PS régresse (-3 points à 30%) et que le
FN voit sa base électorale s ’ é largir (+4 points à 31%),
 Les Pays de la Loire, ou malgré une progression à un très haut niveau sur ce territoire de la liste du Front national (+6 points à 24%), l’éc ar t reste important entre la
liste LR-UDI-MoDem de Bruno Retailleau (-3 points à 42%) et celle du Parti socialiste de Christophe Clergeau (-3 points à 34%),
ème L’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine où la liste de gauche serait en 3 position (26%), alors que l’éc ar t entre la liste de Philippe Richert (LR-UDI-MoDem : 39%)
et celle de Florian Philippot (FN : 35%) est réduit.
La gauche apparait en mesure de conserver 3 régions à l’issue de deuxièmes tours potentiellement compliqués, notamment en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.
 La Bretagne, région dans laquelle la liste PS-PRG de Jean-Yves le Drian baisse significativement (-4 points à 42%) mais maintient son avance sur celle de Marc Le Fur
(LR-UDI-MoDem) qui stagne (-1 point à 35%), alors q u ’ o n observe une forte progression de la liste du Front national (+5 points à 23%). Cette région reste
cependant susceptible d ’ ê tre frappée d ’ u n effet « défection » compte-tenu de l’in ce rtit u d e sur le rôle que jouera le ministre de la Défense dans la collectivité,
 Le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées où, en dépit d ’ u n e dispersion des voix de la gauche au premier tour, la liste PS-PRG de Carole Delga totalise 39% des
intentions de vote (score inchangé), sur fond de régression du score de la liste LR-UDI-MoDem de Dominique Reynié au second (-3 points à 26%) et alors que la liste
du Front national se situe à 4 points (+3 points à 35%),
 La région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes où la situation est plus incertaine, la liste PS-PRG d ’ Alain Rousset (-7 points à 39%) ne devançant la liste
LR-UDIMoDem de Virginie Calmels (+4 points à 37%) que de 2 points alors que l’éc ar t entre ces deux listes était de 13 points en octobre. Dans cette région, le score de
deuxième tour de la liste FN de Jacques Colombier progresse fortement (+3 points à 24%).
7Principaux enseignements
Dans la continuité de ce que nous mesurions en octobre, deux régions pourraient être dirigées par le Front national à l’issue du scrutin en cas de triangulaires.
 Le Nord-Pas-de-Calais-Picardie où la victoire du Front national paraît assurée en cas de triangulaire : Marine Le Pen recueille 44% des intentions de vote contre
30% pour la liste de Xavier Bertrand (LR-UDI-Modem) et 26% pour Pierre de Saintignon (PS-PRG). Dans l’h y p o t h è s e d ’ u n duel opposant une liste d ’ u n ion au Front
national, le rapport de force resterait favorable à la liste du Front national mais l’éc ar t serait très serré (51% pour le FN contre 49% pour une liste d ’ u n ion de la
droite soutenue par la gauche).
er La région Provence-Alpes-Côte-D’azur où Marion Maréchal-Le Pen voit les intentions de vote à son égard progresser de 6 points au 1 tour (42%) alors que le score
de la liste de Christian Estrosi régresserait de 4 points (28%). Dans le sillage de cette dynamique électorale favorable, une triangulaire assurerait la victoire du Front
national au deuxième tour (FN : 43% - LR-UDI-MoDem : 32% - PS : 25%) alors que l’is s u e d ’ u n duel entre le FN et une liste d ’ u n ion de la droite, en cas de retrait de
la liste de gauche, est au jo u rd ’h u i parfaitement incertaine (50% / 50%).
Sur la base d’une forte évolution des préférences électorales, l’issue du scrutin apparaît aujourd’hui incertaine dans 3 régions où les seconds tours annoncent des
triangulaires aux résultats serrés.
 La Normandie dans laquelle une baisse du score de la liste d ’ H e rv é Morin (-3 points à 33%) place sa liste LR-UDI-MoDem au niveau de celle de Nicolas Bay (+3
points à 33%) alors que le Parti socialiste se situe à un niveau équivalent, en maintenant son score d ’ o cto b re (34%),
 La Bourgogne-Franche-Comté, dans laquelle la liste d ’ Alai n Sauvadet voit les intentions de vote à son égard se dégrader légèrement (-1 point à 35%), sur fond de
progression du Front national (+5 points à 35%) au même niveau, alors que la liste PS-PRG de Marie-Guite Dufay se situe en retrait (-4 points à 30%),
 La région Auvergne Rhône-Alpes où la liste LR-UDI-Modem de Laurent Wauquiez pâtit d ’ u n e baisse des intentions de vote (-4 points à 36%), une régression qui
place son score au niveau de celui que pourrait atteindre la liste de Jean-Jack Queyranne (-1 point, 36%) alors que la liste du Front national progresse de 5 points à
28%.
Des Français intéressés par les élections régionales, plus réservés sur la campagne
62% des Français se déclarent aujourd’hui intéressés par les élections régionales, un score qui progresse de 6 points en comparaison à octobre. A titre de comparaison
historique, ce niveau d ‘in té rê t se situe très en dessous de celui mesuré en amont des élections municipales de 2014 (76%) et entre celui déclaré pour les élections
départementales de 2015 (64%) et celui relatif aux élections européennes de 2014 (60%). Dans le détail, c’es t dans les régions où l’is s u e du scrutin apparaît suspendue à
des décisions qui pourraient être prises dans l’en tre-deux-tours que l’o n trouve les taux d ’ in térê t les plus forts, en PACA (68%) et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (66%).
S’il est impossible de considérer que les attentats du 13 novembre n’auront aucun impact sur le vote des Français aux élections régionales, cet impact ne sera
cependant pas nécessairement conscient. 52% des Français déclarent q u ’ ils voteront en priorité en fonction d ’ e n jeu x régionaux contre 53% en octobre. Le seul point à
signaler est que la part de Français déclarant q u ’ ils voteront à ces élections pour sanctionner l’ex é cu tif régresse de 3 points à 24% alors que 9% voteront pour soutenir le
Président de la république et le gouvernement (+1 point).
8Principaux enseignements
Cette deuxième et dernière vague de notre dispositif d ’ e n q u ê te pour la Presse Régionale avait prévu de dresser un bilan provisoire de la campagne des Régionales. En
réalité, au moment où nous l’a v o n s réalisée, la campagne était suspendue et elle ne reprendra d ’ aille u rs que timidement. Elle n ’ a jamais vraiment eu l’o ccas ion de
démarrer et c’ e s t ce qui ressort de nos résultats. Seuls 50% des Français jugent que la campagne menée dans leur région aborde bien les sujets importants pour l’avenir
de leur territoire (45% uniquement en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine).
49% des Français déclarent que la campagne leur donne envie de voter, un taux qui évolue de 45% en Normandie, 46% en Bourgogne-Franche-Comté,
LanguedocRoussillon-Midi-Pyrénées et Pays de la Loire, à 56% en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et 57% en PACA
44% des interviewés estiment que la campagne est en phase avec leurs préoccupations, un taux qui ne se situe q u ’ à 40% en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine-et en
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et à 41% en Bourgogne-Franche-Comté. Enfin, seuls 42% des Français jugent que la campagne menée dans leur région est
intéressante, un taux qui indique une séquence plutôt mal perçue, mieux évaluée en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (47%) et en PACA (46%) et nettement moins bien notée
sur ce critère en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (39%).
En comparaison aux enquêtes d’opini o n menées avant les attentats du 13 novembre, les listes du Front national enregistrent une progression significative des
intentions de vote à leur égard dans toutes les régions et atteignent des niveaux quasi-inédits dans certains territoires. Cette progression se fait plus généralement au
détriment des Républicains mais également parfois du Parti socialiste. Cette redistribution des préférences électorales dans un contexte de triangulaires généralisées
écarte vraisemblablement la possibilité d’un retour à la « carte de 1992 » dans laquelle 20 régions sur 22 étaient dirigées par le RPR et l ’ UD F.
La droitisation des intentions de vote était l ’ u n des effets possibles des événements du 13 novembre, reste à savoir si cet effet sera durable et se traduira dans les
urnes également ou bien si cette progression du Front national est à mettre sur le compte de réactions « à chaud », dans un contexte émotionnel particulier, et
pourrait s’est om per d’ i c i au 6 décembre.
Si les résultats de notre sondage se confirmaient au soir du premier tour, la gauche serait par ailleurs face à un véritable dilemme. Dans certaines régions, le maintien
de sa liste assurerait le succès du Front national alors que son retrait ne garantirait pas pour autant la victoire d’un e liste d’un i o n de la droite. Le Front national
apparait susceptible de remporter deux régions et de perturber les triangulaires dans de plus en plus de territoires alors que les listes d ’ u n i o n de la droite seront
confrontées à des choix extrêmement stratégiques. En effet, pour maintenir leurs avances ténues de second tour, il leur faudra lutter contre une progression du Front
national dans certaines régions alors que leur principal adversaire sera le Parti socialiste sur d’aut res territoires.
9ndLes résultats de 2 tour sur la base des intentions de vote
mesurées* par BVA pour la Presse régionale
Rapport de force national au second tour
NORD PAS DE
Résultats de premier tour disponibles dans les pages suivantes
CALAIS
+ listes de + listes de NORMANDIE
droite
gauche IDF
ALSACE-CHAMPAGNEARDENNE-LORRAINE
33% 36% 31% BRETAGNE
PAYS DE
CENTRE VALLA LOIRE
BOURGOGNEDE LOIRE
FRANCHE-COMTÉ
+ listes de + listes de
gauche droite
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine 26 39 35
AQUITAINE-
AUVERGNEAquitaine-Limousin-Poitou-Charentes 39 37 24
LIMOUSINRHÔNE-ALPES
POITOU-Auvergne-Rhône-Alpes 36 36 28
CHARENTES
Bourgogne-Franche-Comté 30 35 35
Bretagne 42 35
23
LANGUEDOCPACACentre-Val de Loire 30 39 31
ROUSSILLONMIDI-PYRÉNÉESÎle-de-France 36 41 23
Non Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées 39 26 35
interviewés
Nord-Pas-de-Calais-Picardie 26 30 44
Normandie 34 33 33
Intentions de vote de second tour favorables aux listes…
Pays de la Loire 34 42 24
De gauche De droite D’extrême-droiteProvence-Alpes-Côte d'Azur 25 32 43
Ballotage entre Ballotage entre Ballotage entre la droite
la gauche et la droite gauche, droite et et l’extrême-droite
extrême-droite
*Résultats détaillés accessibles dans la presse régionale et dans les rapports dédiés à chaque région disponibles sur bva.fr