Rythmes scolaires : Najat Vallaud-Belkacem ou le socialisme entêté
2 pages
Français

Rythmes scolaires : Najat Vallaud-Belkacem ou le socialisme entêté

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Tribune publiée sur le site du FIGARO le 2 septembre 2014.
Alors que le débat reste vif, la ministre de l'Education est restée ferme sur la réforme des rythmes scolaires. Une erreur, pour Camille Bedin, qui regrette la gestion hyper-centralisée du système scolaire.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 septembre 2014
Nombre de lectures 202
Langue Français
Rythmes scolaires : Najat Vallaud-Belkacem ou le socialisme entêté Tribune de Camille Bedin - 2 septembre 2014
FIGAROVOX/TRIBUNE - Alors que le débat reste vif, la ministre de l'Education est restée ferme sur la réforme des rythmes scolaires. Une erreur, pour Camille Bedin, qui regrette la gestion hyper-centralisée du système scolaire.
Camille Bedinrl'tjidgqesnahcéPMUo
.itevsnoéudac
Annoncée comme une brise de renouvellement Madame Vallaud-Belkacem a pour elle la printanier sur un ministère qu'elle décrit elle- rigidité de la loi: le texte, entré en vigueur, doit même comme une citadelle», Najat Vallaud- être appliqué. Personne, évidemment, ne lui Belkacem a vite révélé la vérité de sa politique: contestera l'argumentation juridique. Mais elle c'est un vent glacial qui soufe sur l'Education est bien placée pour savoir que gouverner ne nationale, celui du socialisme idéologique.consiste pas en l'application aveugle de la norme: la politique emporte une nécessaire A peine nommée, la brillante porte-parole, qui dose de compromis. La Loi est la Loi, mais la manie la langue de bois avec une virtuosité à réalité n'en disparaît pas pour autant.laquelle elle doit sa carrière ministérielle, a déclaré la La réalité est celles de communes Sa démarche jusque-guerre. Cette lutte, c'est celle et de parents qui souffrent et boutiste n'a aucun autre desrythmes scolaires. Rien peinent à s'organiser. Certains f o n d e m e n t q u e ne la fera dévier, pas même la sont peut-être de mauvaise foi, l'autoritarisme étatique : r é a l i t é d e m i l l i e r s d e mais les Socialistes sont les elle humiliera, s'il le faut, communes qui ne parviennent premiers à savoir que changer est d e s m i l l i e r s d ' é l u s pas à appliquer ce texte difficile. D'autres, l'écrasante l o c a u x , p o u r q u e a b s u r d e , p a s m ê m e l e s majorité, n'arrivent pas à faire l'idéologie socialiste ne angoisses de millions de entrer un carré dans un rond, parents qui se retrouventsoit pas reniée.même pour satisfaire la ministre, sommés de changer leur même pour éviter au Président de o r g a n i s a t i o n d e v i e . C o m m e s e s la République de se décrédibiliser une nouvelle prédécesseurs, la ministre prend les enfants fois.en otage: pour eux, ce sera l'adaptation forcée ou le trottoir.La réforme des rythmes scolaires est, en matière éducative, le symbole du socialisme Vaillant soldat, dernier combattant de la garde idéologique. Elle est la marque d'un système hollandaise, la ministre clame à qui veut scolaire organisé avec des structures et des l'entendre que la réforme des rythmes procédures d'un siècle passé. La faute scolaires sera appliquée, quoiqu'il en coûte, le originelle de cette réforme, ce n'est pas de recours au coup de force préfectoral fût-il vouloir modifier les rythmes des enfants: c'est nécessaire. Sa démarche jusque-boutiste n'a de le faire uniformément. Même convaincu par aucun autre fondement que l'autoritarisme ses propres arguments, quel ministre peut étatique: elle humiliera, s'il le faut, des milliers prétendre savoir organiser la vie de dizaines d'élus locaux, pour que l'idéologie socialiste ne de milliers d'écoles et de millions de famille soit pas reniée.selon une norme unique, non-négociable et rigide?
Ce socialisme éducatif est la marque de l'aveuglement. Il fait l'impasse sur la réalité, si plurielle, si riche et si variée, de nos établissements scolaires, qui exigerait au contraire d'octroyer une liberté au terrain! Est-il si compliqué de concevoir que, dans une ville, la communauté éducative pourrait choisir de rester à la semaine de 5 jours, quand, dans une autre on choisirait une organisation différente, pour le bien-être et la réussite de chaque élève, de chaque communauté éducative?Cette gestion hyper-centralisée, uniforme, assassine progressivement notre système scolaire. Tout le monde le sait. Les rapports s'accumulent, rien ne se passe. Les expertises
se multiplient, sans que le ministère ne r é a g i s s e . L e s i l l u s t r a t i o n s é t r a n g è r e s s'additionnent: comment notre Gouvernement peut-il encore ignorer que ces dernières décennies, à travers le monde, ce sont des choix radicalement inverses aux siens qui ont été faits, avec succès?La droite au Gouvernement n'était pas allée assez loin, mais au moins avait-elle essayé d'introduire de la diversité dans le système scolaire. Aujourd'hui, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem renouent avec le socialisme idéologique le plus entêté: celui qui voudrait que la réalité change, pour s'adapter aux dogmes scolaires d'une gauche d'un siècle dépassé.