//img.uscri.be/pth/c8aaaac9336c37f1e2e634852082301acec0b79d

Sondage démission Hulot

-

Documents
32 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La démission de Nicolas Hulot Sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et le Figaro > s ͛ D Z'K D Z / Ϯϴ Kkd ϮϬϭϴ ϮϬ,ϬϬ Sondage réalisé avec pour et Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚ ůĞ28 août 2018. Echantillon Echantillon de985 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquels 88 sympathisants de la France Insoumise, 83 du Parti Socialiste, 110 sympathisants de la République En Marche, 94 sympathisants Les Républicains et 136 du Rassemblement national (nouveau nom du FN). La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorieĚ͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 28 août 2018
Signaler un abus
La démission de Nicolas Hulot
Sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et le Figaro
LEVÉE D’EMBARGO MARDI Ϯ8 AOÛT ϮϬϭ8 À ϮϬHϬϬ
Sondage réalisé avec
pour
et
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶet le28 août 2018.
Echantillon
Echantillon de985 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquels 88 sympathisants de la France Insoumise, 83 du Parti Socialiste, 110 sympathisants de la République En Marche, 94 sympathisants Les Républicains et 136 du Rassemblement national (nouveau nom du FN).
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégoried’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé.
Sile pouƌĐeŶtage oďseƌǀĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ50%40% ou 60% 30% ou 70% 20% ou 80% 10% ou 90% 5% ou 95% 2005,7 6,5 6,9 7,13,1 4,2 3002,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8 4004,0 4,6 4,9 5,02,2 3,0 5003,6 4,1 4,4 4,51,9 2,7 6001,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1 8001,5 2,5 2,8 3,2 3,5 3,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0001,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 0001,8 2,1 2,2 2,21,0 1,3 30001,4 1,6 1,8 1,80,8 1,1 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌǀalle[17,5 ; 22,5]. Dans un échantillon de près de 200 personnes (tels que les sous-échantillons de sympathisants présentés dans ce rapport), si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 5,7% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌǀalle[14,3 ; 25,7].
L’œil du soŶdeuƌ(1/2) : Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
HULOT : UNE DEMISSION QUI BOOSTE SON IMAGE
Pouƌ l’opiŶioŶ, pas de doute, NiĐolas Hulot a tƌğs ďieŶ fait de dĠŵissioŶŶeƌ du gouveƌŶeŵeŶt! D’aďoƌd Đ’est Đe Ƌu’ils peŶseŶt et ;luiͿ diseŶt… daŶs soŶ iŶtĠƌġt, ŵġŵe s’ils le ƌegƌetteŶt pouƌ le paLJs. EŶsuite, paƌĐe Ƌueson image globale et détaillée s’est tƌğs ŶetteŵeŶt aŵĠlioƌĠe depuis soŶ aŶŶoŶĐe suƌpƌise: alors que ses indicateurs de popularité étaient en baisse constante depuis son entrée au gouvernement, son image connaît un rebond spectaculaire grâce à sa démission.
Enseignements clés du sondage :
1)
2)
3)
4)
RĠaĐtioŶ de l’opiŶioŶ à la dĠŵissioŶ de NiĐolas Hulot : ŵġŵe si les FƌaŶçais la ƌegƌette pouƌ le paLJs ;ϱϱ%Ϳ, la dĠŵissioŶ deNicolas Hulot est perçue comme une très bonne chose pour lui (84%) et/mais une bien mauvaise nouvelle pour le gouvernement (65%)
D’ailleuƌs, la dĠŵissioŶ de NiĐolas Hulot ďooste sa populaƌitĠpersonnelle et « professionnelle » : -Interrogés après sa démission, six Français sur dix disent avoir une bonne opinion du ministre de la Transition écologique et solidaire -Son bilan en tant que ministre se trouve même totalement réhabilité: ϱϴ% des FƌaŶçais estiŵeŶt Ƌu’il a ĠtĠ uŶ ďoŶministre -Ce bilan positiftant sur le plan personnel que professionnel– ĐoŶsaĐƌe uŶ total ƌeŶǀeƌseŵeŶt de situatioŶ ;Hulot s’effoŶdƌait daŶs l’opiŶioŶ depuis sa nomination).
Pourquoi ce rebond ? Parce que cette démission « booste» soŶ iŵage dĠtaillĠe, lui peƌŵettaŶt de Ŷouǀeau d’ġtƌe peƌçu paƌ les FƌaŶçais Đomme un homme « courageux », « sympathique » et qui « a des convictions profondes ».
Cette démission vient même annuler le reproche en « inefficacité » qui lui était adressé : lui-même assumant cette inefficacité, les FƌaŶçais Ŷe l’eŶ jugeŶt plus diƌeĐteŵeŶt ƌespoŶsaďle, Ŷeuf FƌaŶçais suƌ didž ;ϴϴ%Ϳ doŶŶaŶt ƌaisoŶ à NiĐolas Hulot de peŶseƌ Ƌue l’ĠĐologie Ŷ’est pas la priorité du gouǀeƌŶeŵeŶt. Elle Ŷ’est d’ailleuƌs pas ŶoŶ plus LA pƌioƌitĠ de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs ;seuleŵeŶt ϯϰ%Ϳ.
L’œil du soŶdeuƌ(2/2) : Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža
Bƌef, la dĠŵissioŶ de NiĐolas Hulot lui ĐoŶfğƌe uŶ edžĐeptioŶŶel ƌegaiŶ d’estiŵe daŶs l’opiŶioŶ.
C’est à la fois l’eŶseigŶeŵeŶt éǀideŶt de Ŷotƌe soŶdage post-déŵissioŶ, Đ’est aussi la ĐoŶĐlusioŶ Ƌue DeŶtsu-Consulting tire del’aŶalLJse détaillée et qualitative des réseaux sociaux : comme le relève Véronique Reille-Soult, les iŶteƌŶautes s’edžpƌiŵaŶt suƌ Tǁitteƌ, FaĐeďook et tous les autres réseaux sociaux sont unanimes : Hulot a bien fait.
« BRAVO » - « ENFIN »« COURAGEUX » - « LIBRE » sont les mots les plus utilisés à son sujet. Les internautes ont aussi totalement évolué dans leur façon de décoder son bilan pas si efficace, estimant «Ƌu’il a essaLJé » et suƌtout Ƌu’aǀeĐ sa déĐisioŶ il ǀa «créer un électrochoc » et redonner toute sa chance à la cause environnementale.
Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža @gaelsliman
Synthèse détaillée du sondage (1/5)
1) Réactionles FƌaŶçais la ƌegƌette pouƌ le paLJs ;ϱϱ%Ϳ, la dĠŵissioŶ de NiĐolas Hde l’opiŶioŶ à la dĠŵissioŶ de NiĐolas Hulot : ŵġŵe si ulot est perçue comme une très bonne chose pour lui (84%) et/mais une bien mauvaise nouvelle pour le gouvernement (65%) La démission surprise de Nicolas Hulot, annoncée en « live » et -presque- sur un coup de tête en plein milieu de son interview dans la matinale de France Inter est le coup de tonnerre politique de cette rentrée. Cette décision permet au ministrelongtemps chouchou del’opiŶioŶ –de se réconcilier avec des Français (cf. point suivant sur sa popularité) qui estimentƋu’ila bien fait de claquer la porte du gouvernement.
Dansl’opiŶioŶ,Hulot a tout bon :
Les Français déplorent sa décision pour eux-mêmes, estimantƋu’ilest bien dommage pour le pays que Nicolas Hulots’eŶaille (55% pensent queĐ’estune mauvaise nouvelle pour la France) et ils sont convaincus queĐ’estlà un vrai coup dur pour le gouvernement (65% jugent queĐ’estune mauvaise nouvelle).
Mais ils donnent unanimement raison au ministre (84% vs 15%), estimant que sa démission constitue au contraire une bonne nouvelle pour lui-même !
2) Une popularité retrouvée : interrogés après sa démission, six Français sur dix disent avoir une bonne opinion du ministre de la Transition écologique et solidaire
62% des Français disent avoir une bonne opinion de Nicolas Hulot.
Ce bon niveau global se doubled’uŶrenouveau de popularité auprès du peuple de gauche.
Après sa démission,l’edž« traître » aux yeuxd’uŶepartie del’opiŶioŶpublique de gauche culmine même à 66% de bonnes opinions auprès des sympathisants del’eŶseŵďlede la gauche (dont 57% auprès des sympathisants Insoumis). Sur les différents indicateursd’iŵage,de satisfaction etd’opiŶioŶ Đ’estauprèsd’eudž Ƌu’ilavait le plus perdu depuis son entrée au gouvernement (-26 points en un an sur sa coted’adhĠsioŶauprès des sympathisants de gauche sur notre baromètre politique) Performance rare pour un « politique », après sa démission, Hulot parvient à recueillir des niveaux de popularité très élevés dans toutes les catégories de la population, quelle que soitl’oƌieŶtatioŶpartisane des personnes interrogées : 66% à gauche, 74% auprès des sympathisants « LaREM », 48% auprès des « LR » ettout de même49% auprès des sympathisants du Rassemblement National de Marine Le Pen.
Synthèse détaillée du sondage (2/5)
3) UneŶ taŶt Ƌue ŵiŶistƌe totaleŵeŶt ƌĠhaďilitĠ : ϱ8% des FƌaŶçais estiŵeŶt Ƌu’il a ĠtĠ uŶ ďoŶ ŵiŶistƌeďilaŶ EŶ politiƋue, la populaƌitĠ peƌsoŶŶelle est uŶe Đhose, le jugeŵeŶt suƌ l’aĐtioŶ eŶ est souǀeŶt uŶe autƌe. Pas ou plus pouƌ Nicolas Hulot… Juste apƌğs sa dĠŵissioŶ, ϱϴ% de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs estiŵeŶt Ƌu’il auƌa ĠtĠ uŶ ďoŶ ŵiŶistƌe de l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt. C’est iŶespĠƌĠ aloƌs Ƌue lui-ŵġŵe s’est ŵoŶtƌĠ tƌğs ĐƌitiƋue suƌ sa pƌopƌe effiĐaĐitĠ et aloƌs Ƌue ďeauĐoup de ses aŶĐieŶs aŵis lui ƌepƌoĐhaieŶt de Ŷ’aǀoiƌ pas pu/su ƌeŵpoƌteƌ des aƌďitƌages dĠĐisifs suƌ l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt. Surtout, ce bilan réhabilité constitue un retournement de situation, totalement produit par la démission surprise de Monsieur Hulot.
4) Ce bilan positiftant sur le plan personnel que professionnelconsacre un total renversement de situation. Par sa démission, Hulot a été ƌĠhaďilitĠ daŶs l’opiŶioŶ Le niveau de popularité de Nicolas Hulot à titre personnel, tout comme son bilan en tant que ministre sont donc désormais tout à fait satisfaisants. Cela consacre un net rebond pour un ministre dontl’iŵage Ŷ’aǀaitcessée de se dégrader depuis son entrée en fonction et les couleuvres (pythons ? boas ? anacondas ?) avalés sur le glyphosate, les chasseurs, etc.
Ainsi, sur notre rendez-vous hebdomadaire Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info, nous avions effectué un bilan du gouvernement après six mois, puis après un an : Hulots’LJeffondrait (-11 points de bonnes opinions par rapport au bilan après six mois), passant de la 1ère place (bilan à six mois) à la 4ème place et étantl’uŶdes rares Ministres du gouvernement à recueillir davantage de jugements négatifs que positifs (46% contre 36%).
Même observation sur notre baromètre politique Odoxa-France Inter-Pƌesse RĠgioŶale où l’edž-chouchou des sondages reculait de plus de 20 points en un aŶ suƌ Ŷotƌe Đote d’adhĠsioŶ ;ϱϳ% le Ϯϵ ŵai ϮϬϭϳ ĐoŶtƌe ϯϲ% eŶ juiŶ ϮϬϭϴͿ. Sa démission provoque donc, au moins à court terme, un spectaculaire rebond de popularité pour celui qui semblait ne plus pouvoir assumer les contradictions inhérentes à son poste.
Pourquoil’iŵage dĠtaillĠ de NiĐolas Hulot, a pu ŵodifieƌ à Đe poiŶt la puŶ tel ƌetouƌŶeŵeŶt de l’opiŶioŶ ? Qu’est Đe Ƌui, daŶs erception des Français sur sa personnalité et surtout sur son action ? Notre « crible» d’iŵage dĠtaillĠ appoƌte uŶe ƌĠpoŶse assez Đlaiƌe à Đette ƋuestioŶ.
Synthèse détaillée du sondage (3/5)
5) CettedĠŵissioŶ ďooste le Đƌiďle d’iŵage dĠtaillĠe de NiĐolas Hulot, lui peƌŵettaŶt de Ŷouǀeau d’ġtƌe peƌçu paƌ les FƌaŶçais Đoŵŵeun homme « courageux », « sympathique » et qui « a des convictions profondes » tout en annulant le reproche en « inefficacité » qui lui était adressé : lui-ŵġŵe assuŵaŶt Đette iŶeffiĐaĐitĠ, les FƌaŶçais Ŷe l’eŶ jugeŶt plus diƌeĐteŵeŶt ƌespoŶsaďle
Notƌe Đƌiďle d’iŵage dĠtaillĠe ŵoŶtƌe Ƌue « d’uŶ Đoup de ďaguette ŵagiƋue», après sa démission, toutes les qualités qui étaient initialement prêtées à Nicolas Hulot, et sur lesquelles les Français avaient de plus en plus de doutes, lui sont de nouveau largement attribuées ! Le Glyphosate, les chasseurs, les doutes initiaux sur NDDL (puis son effacement du dossier), la transition énergétique (nucléaire) etc. Tous ces sujets avaient tƌouďlĠ soŶ iŵage de dĠfeŶseuƌ siŶĐğƌe et ǀoloŶtaiƌe de l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt.
Plus de doutes désormais, pour les Français, Nicolas Hulot est bien un homme « courageux » (63% des Français lui (ré)attribuent cette qualité), sympathique (72%) et qui « a des convictions profondes » (76% des Français le pensent). Mieudž eŶĐoƌe, sa dĠŵissioŶ fait ouďlieƌ ses aƌďitƌages peƌdus et ses pƌopƌes aǀeudž d’ĠĐheĐ : uŶe Ŷette ŵajoƌitĠ de FƌaŶçais ;57% vs 42%) continue de le peƌĐeǀoiƌ Đoŵŵe ƋuelƋu’uŶ de «compétent ».
GƌâĐe à sa dĠŵissioŶ suƌpƌise, Hulot ƌetƌouǀe ƋuasiŵeŶt les Ŷiǀeaudž de populaƌitĠ gloďale et d’iŵage dĠtaillĠe Ƌui ĠtaieŶt les siens avant son entrée au gouvernement: suƌ Ŷotƌe Đƌiďle d’iŵage dĠtaillĠe de juiŶ ϮϬϭϲ, les FƌaŶçais ĠtaieŶt aiŶsi ϲϴ% à aǀoiƌ uŶe ďoŶŶe opiŶioŶ gloďalede lui (ils sont 62% aujouƌd’huiͿ et ils ĠtaieŶt ϳϴ% à le jugeƌ sLJŵpathiƋue ;ϳϮ% à pƌĠseŶtͿ, ϱϴ% à la jugeƌ «compétent» ;ϱϳ% aujouƌd’huiͿ, ϲϴ% à letrouver courageux (63% à pƌĠseŶtͿ et ϴϬ% à estiŵeƌ Ƌu’il aǀait «des convictions profondes » (76% à présent).
Bref, tout se passe comme si sa démission effaçaitpresque– toute la dĠĐeptioŶ et la ŵauǀaise iŵage Ƌui s’ĠtaieŶt aĐĐuŵulĠesà son sujet depuis un an. Suƌ uŶ poiŶt seuleŵeŶt, Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs soŶt uŶe laƌge ŵajoƌitĠ à se ŵoŶtƌeƌ ŶĠgatifs à soŶ sujet : l’effiĐaĐitĠ. Les deudž-tiersdes FƌaŶçais ;ϲϲ%Ϳ jugeŶt Ƌu’il Ŷe l’a pas ĠtĠ.
Synthèse détaillée du sondage (4/5)
Mais ilŶ’estmême pas évident que les Français lui fassent réellement le reproche de cette inefficacité
-
-
D’aďoƌd, paƌĐe Ƌu’il a dĠjà lui-ŵġŵe fait le ĐoŶstat de Đette iŶeffiĐaĐitĠ et Ƌue Đ’est ŵġŵe pouƌ Đette ƌaisoŶ Ƌu’il a ŵotiǀĠ sadémission : « Est-ce que Ŷous aǀoŶs ƌĠduit l’utilisatioŶ des pestiĐides … eŶƌaLJĠ l’ĠƌosioŶ de la ďiodiǀeƌsitĠ … ĐoŵŵeŶĐeƌ à aƌƌġteƌ l’aƌtifiĐialisation des sols … la ƌĠpoŶse est NON » EŶsuite, et suƌtout, paƌĐe Ƌue Đette iŶeffiĐaĐitĠ est peƌçue Đoŵŵe ƌeleǀaŶt du ŵaŶƋue de ǀoloŶtaƌisŵe du gouǀeƌŶeŵeŶt ;Ƌui Ŷ’a pas fait de l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt uŶe pƌioƌitĠͿ et de l’eŶseŵďle de la soĐiĠtĠ ;poiŶt suiǀaŶtͿ
6) NeufFƌaŶçais suƌ didž ;88%Ϳ doŶŶeŶt ƌaisoŶ à NiĐolas Hulot de peŶseƌ Ƌue l’ĠĐologie Ŷ’est pas la pƌioƌitĠ du gouǀeƌŶeŵeŶt. Elle Ŷ’est d’ailleuƌs pas ŶoŶ plus LA pƌioƌitĠ de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs ;seuleŵeŶt ϯϰ% des FƌaŶçais souhaiteŶt Ƌu’elle le soitͿ
C’est là le Đœuƌ de soŶ ƌeďoŶd: les Français semblent penser que si Hulot a échoué, comme lui-ŵġŵe le ƌeĐoŶŶaît, Đe Ŷ’est pas par manque de ĐoŵpĠteŶĐe, de ĐoŶǀiĐtioŶ ou de Đouƌage, Đ’est paƌĐe Ƌue le gouǀeƌŶeŵeŶt Ŷe lui a pas peƌŵis de ƌĠussiƌ. Pouƌ justifieƌ sa dĠŵissioŶ l’edž-peu, ĐhaƌgĠ l’edžĠĐutif eŶ edžpliƋuaŶt Ƌu’il aǀait le seŶtiŵeŶt Ƌue l’ĠĐologie Ŷ’ĠŵiŶistƌe a, uŶ tait pas la priorité de ce gouǀeƌŶeŵeŶt… Loin de penser que cela est injuste ou inélégant de sa part, les Français lui donnent presque unanimement raison sur ce point : ϴϴ% de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs estiŵeŶt aiŶsi Ƌue l’ĠĐologie Ŷ’est pas la pƌioƌitĠ du gouǀeƌŶeŵeŶt.
Mais Ƌu’Edouaƌd Philippe et EŵŵaŶuel MaĐƌoŶ se ƌassuƌeŶt… Đoŵŵe NiĐolas Hulot, les FƌaŶçais Ŷe peŶseŶt pas pouƌ autaŶt Ƌue legouvernement soit le seul à Ŷe pas ďeauĐoup se souĐieƌ de l’eŶǀiƌoŶŶeŵeŶt. Ils ƌeĐoŶŶaisseŶt aussi Ƌu’eudž-ŵġŵes Ŷ’eŶ foŶt pas –contrairement à Hulotune priorité absolue. AiŶsi, seule uŶe ŵiŶoƌitĠ d’uŶ FƌaŶçais suƌ tƌois ;ϯϰ%Ϳ souhaite Ƌue l’ĠĐologie soit uŶe pƌioƌitĠ pouƌ le gouǀeƌŶeŵeŶt. L’iŵŵeŶse ŵajoƌitĠ de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs Ŷe diseŶt pas Ƌue Đ’est uŶ sujet saŶs iŵpoƌtaŶĐe ;seuls ϰ% le peŶseŶtͿ, ŵais ils estiŵentƋue Đ’est uŶ sujet « important mais pas prioritaire » (61%).
Synthèse détaillée du sondage (5/5)
CoŵŵeŶt dğs loƌs ƌepƌoĐheƌ à Hulot d’aǀoiƌ ĠĐhouĠ, à paƌtiƌ du ŵoŵeŶt où Ŷi le PƌĠsideŶt Ŷi les FƌaŶçais Ƌui l’oŶt Ġlu Ŷe souhaitent pas vraiment lui donner les moyens de réussir ? C’est pouƌ Đela Ƌue Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs gaƌdeƌoŶt de NiĐolas Hulot, l’iŵage d’uŶ hoŵŵe politiƋue Đouƌageudž, ĐoŶǀaiŶĐu et ĐoŵpĠteŶt mais Ƌui Ŷ’a pas pu ƌĠussiƌ, paƌ ŵaŶƋue de soutieŶ et paƌ edžĐğs d’utopisŵe ;Đe ƋualifiĐatif lui est pƌġtĠ paƌ ϱϱ% des FƌaŶçais eŶ août ϮϬϭϴ… il lui était déjà attribué par 64% de nos concitoyens il y a deux ans).
Bƌef, la dĠŵissioŶ de NiĐolas Hulot lui ĐoŶfğƌe uŶ edžĐeptioŶŶel ƌegaiŶ d’estiŵe daŶs l’opiŶioŶ.
C’est à la fois l’eŶseigŶeŵeŶt ĠǀideŶt de Ŷotƌe soŶdage post-dĠŵissioŶ, Đ’est aussi la ĐoŶĐlusioŶ Ƌue DeŶtsu-Consulting tire del’aŶalLJse dĠtaillĠe et qualitative des réseaux sociaux : comme le relève Véronique Reille-Soult, les iŶteƌŶautes s’edžpƌiŵaŶt suƌ Tǁitteƌ, FaĐeďook et tous les autres réseaux sociaux sont unanimes : Hulot a bien fait. « BRAVO » - « ENFIN »mots les plus utilisés à son sujet. Les internautes ont aussi totalement évolué dans leur façon« COURAGEUX » - « LIBRE » sont les de décoder son bilan pas si efficace, estimant «Ƌu’il a essayé» et suƌtout Ƌu’avec sa décision il va « créer un électrochoc» et redonner toute sa chance à la cause environnementale.
Gaël SliŵaŶ, PƌĠsideŶt d’Ododža @gaelsliman
Réseaux sociaux (1/2): L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Un effet de sidération
Plus de 178 000 messages entre 8H et 16H !De twitter aux forums, en passant par Facebook et les blogs,l’eŶseŵďledes internautes quis’edžpƌiŵeŶtsur les réseaux sociaux français ont été sidérés par l’aŶŶoŶĐede sa démission par Nicolas Hulot. Ce volume est très rarement atteint aussi rapidement.
Des messages qui commentent la forme: annoncer une démission en direct dans une émission de radio, a priori sans aucune préparation et sans aucune coordination en amont avec le Président ou le Premier ministre BRAVO - ENFINCOURAGEUX - LIBRE : sont les mots les plus utilisées.
Le ministre -longtemps le plus populaire du gouvernement-renforce sa popularité et sa crédibilité. Les propos saluent souventl’effoƌt,mêmes’ila finalement abouti à un constatd’ĠĐheĐ: «il a essayé» et «avec sa décision il crée un électrochoc»
Des messages qui commentent le fond: le départ de Nicolas Hulot est généralement salué. De nombreux internautes espèrentƋu’ilcontribuera à donner sa juste place àl’ĠĐologiedans la politique française et plus globalement dans la société.