UMP : des propositions concrètes pour la France
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

UMP : des propositions concrètes pour la France

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français

Description

Argumentaire UMP - UMP : des propositions concrètes pour la France

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 18 juin 2013
Nombre de lectures 55
Langue Français

Exrait

FAMILLE, AUTORITÉ, FISCALITÉ, TRAVAIL DES PROPOSITIONS CONCRÈTES POUR LA FRANCE Depuis la fin du mois de janvier, quatre grandes conventions thématiques ont été organisées.Parce que le rôle de l’opposition est de dénoncer les mauvaises décisions prises par la gauche, mais aussi de faire des propositions concrètes pour la France, Jean-François Copé a confié à Hervé Mariton, délégué général au projet, à Valérie Debord et à Bruno Retailleau, délégués généraux adjoints, le soin de conduire une réflexion permanente sur le projet politique de l’UMP. Toutes les sensibilités politiques du mouvement ont été associées à l’élaboration des propositions. Famille, fiscalité, autorité et travail, quel bilan peut-on tirer de ces quatre mois de réflexion ?
Promouvoir la « famille durable »
Convention famille,Regrettant de voir le 24 janvier 2013. la gauche multiplier les attaques contre les familles (critique de la liberté éduca-tive des parents, remise en cause du quotient familial et des emplois familiaux, hausse des droits de succession, boule-versement des règles de la filiation avec la loi sur le mariage et l’adoption pour les personnes de même sexe), l’UMP rappelle qu’aucun des grands défis de la France ne peut être relevé sans les familles (crise de la confiance et de l’autorité, crise de l’édu-cation et de la transmission, crise du modèle social et défi démo-graphique, crise du logement et grande pauvreté). Outre la dénonciation des conséquences de la loi Taubira, l’UMP propose une politique familiale ambitieuse et pas uniquement fondée sur le versement d’allocations. Il s’agit notamment de permettre aux parents de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale en développant des solutions de garde innovantes et le soutien à la parentalité. Il faut également
rétablir la logique des droits et des devoirs en mettant l’accentsur la responsabilité des individus dans le mariage et sur celle des parents dans l’éducation de leurs enfants, notamment en réta-blissant la suspension des allocations familiales en cas d’absen-téisme scolaire.
Rétablir l’autorité pour rétablir la confiance
Pour répondre au Convention autorité, 4 avril 2013.besoin d’autorité et de protection renforcé par le laxisme et les échecs successifs de François Hollande, l’UMP propose 55 mesures pour que la France renoue avec la confiance. Il s’agit d’abord de responsabi-liser les familles en sanctionnant celles qui n’assument pas leurs responsabilités, par exemple en obligeant les parents à assister à l’audience lorsque leurs enfants sont poursuivis et en les impli-quant dans l’encadrement des travaux d’intérêt général lorsque leurs enfants sont condamnés. Pour redonner à l’école les moyens de transmettre, l’UMP réaffirme l’autorité du savoir et de la
www.u-m-p.org
compétence, du maître sur l’élève. Pour garantir l’autorité de la loi, la justice doit être efficace et rapide : les sanctions doivent être rapides, justes et systématiques pour les délinquants et les criminels. Le nombre de places de prison doit être augmenté, la justice des mineurs doit être réformée et une place centrale doit être donnée aux victimes. Les forces de l’ordre doivent être plus respectées, mieux organisées et davantage présentes sur le terrain. L’armée doit avoir un rôle renforcé dans l’insertion des jeunes en difficulté. Le laxisme de la gauche face aux ravages de la toxicomanie doit être combattu. En matière d’immigra-tion, l’UMP propose d’être plus exigeant : les étrangers qui ne respectent pas les lois, devront quitter le territoire national. Les enfants nés en France de parents clandestins ne doivent pas bénéficier du droit du sol. Chaque jeune Français doit suivre un parcours de citoyenneté et, pour devenir français, les étran-gers nés en France de parents étrangers, devront en manifester la volonté. La lutte contre les fraudes doit être dotée de moyens modernes et efficaces – carte sociale sécurisée, fichier natio-nal des fraudeurs –, avec des sanctions renforcées. Enfin, la vie politique doit être profondément renouvelée avec des élus moins nombreux et mieux reconnus, des citoyens davantage associés à la décision publique et à l’élaboration des normes.
Mettre notre système fiscal au service de la croissance
Convention fiscalité,Partant du constat que le niveau géné-21 mars 2013. ral des prélèvements obligatoires nuit à la croissance, que le rendement des impôts est de plus en plus décroissant, que l’instabilité du système fiscal pénalise les ménages et les entreprises et que son architecture complexe et déséquilibrée est un frein à la compétitivité, l’UMP propose de tout remettre à plat. En bais-sant le niveau des prélèvements obligatoires et en ramenant la dépense publique à 50 % du PIB. En mettant la fiscalité au service de la compétitivité en rééquilibrant notre mix fiscal qui pèse trop sur la production. En orientant l’épargne et les inves-tissements vers les entreprises qui créent de l’emploi. La fisca-lité de l’épargne et du patrimoine doit être attractive et inciter les épargnants à investir dans des actifs productifs et dans les PME. Pour un système fiscal clair, il faut faire le choix de la stabilité et de l’extrême simplicité : en réduisant le nombre de prélèvements obligatoires d’un tiers et en renforçant les droits
des contribuables. Les niches fiscales doivent être drastique-ment réduites et les taux d’imposition, baissés. Enfin, les règles fiscales doivent être stables et non rétroactives. Pour que la fisca-lité soit en phase avec le monde qui change, l’UMP propose de faire le choix de l’harmonisation fiscale européenne et d’adap-ter nos règles fiscales pour défendre nos intérêts.
Libérer le travail
Convention travail,Constatant que 25 avril 2013. l’organisation du travail date du siècle dernier et qu’elle ne répond plus ni aux besoins de l’écono-mie, ni aux aspira-tions des Français, l’UMP propose de changer totalement notre rapport au travail. Elle propose notamment de simplifier en profondeur les règles du travail et de les rendre plus adaptées à la réalité de l’économie, en définissant des principes généraux dans la loi et en renvoyant leur application au dialogue social, au niveau des entreprises et des branches, notamment en ce qui concerne la durée du travail. La participation des salariés dans l’entreprise doit être renfor-cée, en modernisant la représentation des salariés, en mettant à plat le financement des partenaires sociaux, en défendant la participation, dans son volet financier, après la remise en cause du gouvernement actuel. Elle propose également d’en finir avec la logique du chômage considéré comme un préjudice à indem-niser pour enclencher un accompagnement efficace et dyna-mique des chercheurs d’emploi : création d’une agence pour le travail, qui regroupe tous les services publics de l’emploi, de la formation et de l’orientation. Cette agence sera dotée de moyens supplémentaires, dégagés grâce à la dégressivité de l’indemni-sation du chômage. Les demandeurs d’emploi pourront choisir d’être suivis par des agences privées, agissant par délégation de service public. La lutte contre l’assistanat doit être poursui-vie, en plafonnant les montants des revenus de transferts et en investissant dans les entreprises d’insertion. Conçue comme la meilleure assurance contre le chômage, la formation doit être réformée en profondeur pour mettre en adéquation les compé-tences des travailleurs français avec les besoins de l’économie. Pour la formation professionnelle : l’offre doit être simplifiée, mieux orientée vers ceux qui en ont le plus besoin, avec un compte individuel crédité de manière inversement proportion-nelle à la formation initiale, et privilégier la qualification dans les secteurs qui embauchent. Pour la formation initiale, l’apprentis-sage, l’alternance et l’entrepreneuriat doivent être privilégiés.
›››Retrouver le détail de ces propositions sur le site des États généraux de la reconquête www.etats-generaux-ump.fr
www.u-m-p.org