table des matières étude Yann
7 pages
Français

table des matières étude Yann

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

RAPPORT FINAL BRUXELLES, RÉGION-CAPITALE POUR 450 MILLIONS DE CITOYENS YANN GALL BUREAU DE LIAISON BRUXELLES-EUROPE DÉCEMBRE 2004 Avant-propos De capitale nationale d’un pays comptant à peine 10 millions d’habitants, Bruxelles devient encore davantage un important centre de décision politique international. Bruxelles était jusqu’il y a peu le centre politique de 375 millions d’individus issus de 15 Etats membres. erElle est depuis le 1 mai 2004 et la naissance de l’Europe des 25, la capitale de 450 millions de citoyens européens. Tous les expatriés que l’Union européenne a attiré dans son sillage à Bruxelles, sans oublier leurs familles, constituent une richesse pour la Région, ils doivent se sentir accueillis par la Capitale de l’Europe afin de s’y intégrer et de véhiculer hors des frontières une image positive de celle-ci. L’objet de ce rapport, quelques mois après l’élargissement, est, d’une part, de faire une évaluation de l’impact de la présence européenne en Région de Bruxelles-Capitale et de dégager des pistes permettant de valoriser et de gérer au mieux cet atout et, d’autre part, de mener une analyse et une réflexion globale sur le caractère international de Bruxelles. Fort de son expérience, et conformément à ses missions statutaires, le Bureau de Liaison Bruxelles-Europe a plus que jamais un rôle central à jouer dans l’amélioration de la qualité des services octroyés aux expatriés ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 110
Langue Français

Exrait

R
APPORT FINAL
B
RUXELLES
,
R
ÉGION
-C
APITALE POUR
450
MILLIONS DE
CITOYENS
Y
ANN
GALL
B
UREAU DE
L
IAISON
B
RUXELLES
-E
UROPE
D
ÉCEMBRE
2004
Avant-propos
De capitale nationale d’un pays comptant à peine 10 millions d’habitants, Bruxelles devient
encore davantage un important centre de décision politique international. Bruxelles était
jusqu’il y a peu le centre politique de 375 millions d’individus issus de 15 Etats membres.
Elle est depuis le 1
er
mai 2004 et la naissance de l’Europe des 25, la capitale de 450 millions
de citoyens européens.
Tous les expatriés que l’Union européenne a attiré dans son sillage à Bruxelles, sans oublier
leurs familles, constituent une richesse pour la Région, ils doivent se sentir accueillis par la
Capitale de l’Europe afin de s’y intégrer et de véhiculer hors des frontières une image
positive de celle-ci.
L’objet de ce rapport, quelques mois après l’élargissement, est, d’une part, de faire une
évaluation de l’impact de la présence européenne en Région de Bruxelles-Capitale et de
dégager des pistes permettant de valoriser et de gérer au mieux cet atout et, d’autre part, de
mener une analyse et une réflexion globale sur le caractère international de Bruxelles.
Fort de son expérience, et conformément à ses missions statutaires, le Bureau de Liaison
Bruxelles-Europe a plus que jamais un rôle central à jouer dans l’amélioration de la qualité
des services octroyés aux expatriés installés en Région de Bruxelles-Capitale, mais aussi dans
la sensibilisation de la population bruxelloise aux enjeux européens, en insistant sur
l’importance de l’Union européenne, qui est à la fois un vecteur de paix et de bien-être mais
qui fait également partie de la vie quotidienne et de l’avenir de tous les Bruxellois.
Je tiens à remercier toute l’équipe du Bureau de Liaison Bruxelles-Europe pour son accueil
chaleureux, les fonctionnaires dirigeants des services population des 19 communes
bruxelloises, les responsables des services Privilèges et Immunités des institutions
européennes, de la Direction du Protocole du SPF Affaires étrangères et de l’Office des
Etrangers pour m’avoir accordé un peu de leur temps lors de fructueux entretiens.
Yann GALL
« Je ne puis vous accorder Bruxelles. Mon gouvernement serait renversé demain. »
(Paul van Zeeland, ministre belge des affaires étrangères, rapporté in Bromberger,
Merry & Bromberger, Serge. 1968.
Les Coulisses de l’Europe
. Paris : Presses de la Cité,
1968, p.155).
T
ABLE DES MATIÈRES
I.
L
A PRÉSENCE EUROPÉENNE À
B
RUXELLES
…………………………………………....1 – 38
1. Introduction………………………………………………………………………….....1 – 4
2.
L’impact sur le paysage urbain………………………………………………………4 – 12
a) La rupture moderniste
……………………………………………………...……………4 – 6
b) L’émergence du quartier européen
…………………………………………...…………6 - 9
c)
Gentrification
vs périurbanisation
…………………………………...…………….......9 – 11
d) L’impact de l’élargissement
……………………………………………………….....11 – 12
i. En terme de bureaux
………………………………………………………………...…11 - 12
ii. En terme de logement
………………………………………………………………..…….12
3. L’impact en terme de population…………………………………………………...12 - 23
a) Bref historique de l’immigration en Belgique
………………………………………..12 - 15
b) La mobilité en Europe
…………………………………………………………………......15
c) Historique de l’immigration européenne en Région de Bruxelles-
Capitale
……………………………………………………………………………..……16 - 20
d) Influence migratoire de l’élargissement
………………………………………………20 - 22
i. L’Union européenne à 25
……………………………………………………………...…...20
ii. L’élargissement et les migrations intra-européennes
……………………………........20 - 21
iii. L’élargissement et les migrations vers la Belgique
…………………………………..21 - 22
iv. L’élargissement et les migrations vers la Région de Bruxelles-Capitale
………...………..22
4. Les professionnels de l’Europe à Bruxelles………………………………………...23 - 39
a) La fonction publique européenne
……………………………………………………..23 - 25
i. Au service d’une organisation inédite
……………………………………………………...23
ii. Une surreprésentation des petits Etats membres
…………………………………..….23 - 24
iii. Au coeur des jeux d’influence des Etats
…………………………………………...…24 - 25
b) La localisation des fonctionnaires européens en Région de Bruxelles-
Capitale
……………………………………………………………………………..……25 - 28
i. La prépondérance de Bruxelles
………………………………………………………..25 - 27
ii. Le phénomène de
ghetto
……………………………………………………………....27 - 28
c) Les instruments de la politique d’accueil
…………………………………..…………28 - 29
i. Les pionniers
……………………………………………………………………..……..….28
ii. Le Bureau de Liaison Bruxelles-Europe
……………………………………………...28 - 29
iii. La
Task Force
Bruxelles-Europe
…………………………………………………….29 - 30
d) Intégration et participation
……………………………………………………………29 - 33
i. Une communauté ‘en apesanteur’ dans la ville ?
...........................................................29 - 30
ii. L’ambigüité du lien avec la communauté d’accueil
…………………………….…….30 - 31
iii. La crise du militantisme européen
……………………………………………………31 - 32
iv. Une période charnière
……………………………………………………………...…32 - 33
e) Renforcer la politique d’accueil et la compréhension mutuelle
………………............33 - 38
i. Promouvoir les espaces de rencontre
…………………………………………………..33 - 34
ii. Sensibiliser les Bruxellois indigènes aux bienfaits de l’UE
…………………………..34 - 35
iii. Promouvoir une citoyenneté bruxelloise
……………………………………………..35 - 36
iv. Davantage d’efficacité administrative
………………………………………………..36 - 37
v. Un partenariat Union européenne – autorités belges (Etat fédéral – Région –
Communes
)……………………………………………………………………………...37 – 38
II.
B
RUXELLES
,
GLOBAL CITY
……………………………………………………….…...39 - 51
1. L’importance croissante de la question urbaine…………………………………...39 - 40
2. Typologie des villes…………………………………………………………………..40 - 43
a) La ville de première génération
……………………………………………………………40
b) La ville de seconde génération
……………………………………………………......40 - 42
c) La ville de troisième génération
………………………………………………………42 - 43
3. Globalisation et mutations urbaines………………………………………………..43 - 44
4. Bruxelles et la
glocalisation
………………………………………………………….46 - 47
5. Au-delà de l’Etat nation……………………………………………………………..47 - 50
a) Une communauté imaginée
………………………………………………………….…......47
b) La crise de l’Etat nation
……………………………………………………………….47 - 48
c) L’émergence d’identités post-nationales
………………………………………….......48 - 49
d) Une Europe des régions et des cités
…………………………………………………..49 - 50
III.
C
ONCLUSIONS
………………………………………………………………………50 - 60
1. La présence européenne à Bruxelles…………………………………………………….51
a) L’impact sur le paysage
…………………………………………………………….....51 - 53
b) L’impact démographique
…………………………………………………………......53 - 55
c) Les professionnels de l’Europe à Bruxelles
…………………………………………...55 - 56
d) Bilan de l’européanisation de Bruxelles
………………………………………………56 - 57
2. Bruxelles,
global city
…………………………………………………………………57 - 60
a) Globalisation et mutations urbaines
…...……………………………………………...57 - 58
b) Bruxelles et la
glocalisation
………………………………………………………..…58 - 59
c) Le nouvel âge des cités-Etats ?
......................................................................................59 - 60
IV. B
IBLIOGRAPHIE
………………………………………………….………………….61 - 66
Ils s’étaient retrouvés sur la Grand-Place. Thomas avait suivi Jan dans sa descente méditative
vers le bas de la ville, irrésistiblement entraîné vers le coeur de Bruxelles, comme si Rubens le
lui avait enjoint pour mieux comprendre le sens du chemin, pour montrer à Thomas le
firmament mordoré de l’âme des Bruxellois, leur refuge, le lieu où ils viennent déambuler
pour oublier la ville, pour oublier tout ce qui, au fil des ans, est venu s’accumuler autour de la
Grand-Place et qui s’appelle la ville, cet enchevêtrement de grands boulevards, de maisons
bruxelloises traditionnelles, de trouées béantes ou d’énormes blocs de béton enserrant les
églises et d’autres restes de beauté, qui essaient encore de respirer.
Thomas oublia aussi, comme Jan, comme tous les promeneurs de la Grand-Place, il leva le
nez et ne vit plus que les frontons flamboyants, les arabesques baroques, étincelantes, folles,
rubéniennes, dorées à la lumière du soleil déclinant. Il eut une pensée pour l’architecte de
l’Hôtel de ville si désespéré de n’avoir point parfaitement centré la porte d’entrée qu’il se
jeta du haut de la tour.
A nouveau, Thomas vit dans l’oeil de Jan le souvenir de Prague, le souvenir, qui était aussi le
sien, de cette cascade de palais et de monuments magiques déferlant sur la ville de
l’empereur Charles depuis les hauteurs de Hradcany, s’infiltrant dans Mala Strana,
débordant la Vltava, et venant irriguer Stare Mesto jusqu’à la moindre des ruelles.
Il comprit pourquoi Jan n’avait eu aucun mal à devenir belge, à se fondre dans une terre et
un esprit si proches de sa Bohême natale. Il se souvint de ces Praguois qu’il avait vu
déambuler dans leur ville à peine délivrée de la galère communiste. Ils ressemblaient tous à
Jan, commençaient l’apprentissage de leur nouveau regard, redécouvraient l’autre sans
crainte d’y voir l’ennemi,[…].
Il adressa un clin d’oeil au buste d’un autre Charles, le roi d’Espagne, qui ornait l’entrée de
la maison du même nom. Il lui sembla que le roi lui rendait son clin d’oeil, comme une
invitation à franchir le seuil de l’établissement pour déguster une gueuze. Il se retourna pour
proposer à Jan d’accepter cette invitation mais le muet bohême avait déjà disparu
1
.
F.P. NIZERY,
Le manteau blanc du Berlaymont,
Editions du Pré aux sources, 2000.
1
F.P. NIZERY,
Le manteau blanc du Berlaymont,
Editions du Pré aux sources, 2000.