Espaces et longue durée : Julien-David Leroy et l
14 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Espaces et longue durée : Julien-David Leroy et l'histoire de l'architecture - article ; n°1 ; vol.9, pg 9-19

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
14 pages
Français

Description

Livraisons d'histoire de l'architecture - Année 2005 - Volume 9 - Numéro 1 - Pages 9-19
Space and the longue durée : Julien-David Leroy and the History of Architecture, by Christopher Drew Armstrong In the 18th century, the idea that architecture could be created by the fusion of classical and Gothic principles was a major innovation in French theory ; Jacques-Germain Soufflot's church of Sainte-Geneviève in Paris came to be regarded as the embodiment of this ideal. The premise that such a fusion was a valid approach to design seems to have been questioned, however, by the theorist Julien-David Leroy, whose work on the history of architecture grappled with the nature and cause of change over time. Ignoring Gothic architecture altogether, he endeavoured to show the development of Greek principles and their adaptation to Christian church planning, culminating in Soufflot's project for Sainte-Geneviève. Rejecting the cyclical model of historical change that was central to the work of Vasari and Winckelmann, Leroy developed diagrams to represent the progress of architecture since the earliest Egyptian and Greek constructions. Based on contemporary principles of etymology, Leroy's architectural diagrams suggest that forms acquire meaning over time by their adaptation to changing needs and beliefs, and that the principle catalyst for change are the interactions and exchanges among peoples. What is most significant about Leroy's approach to architectural history is the importance of space and his notion of a dialectic to understand the fusion of traditions.
Space and the longue durée : Julien-David Leroy and the History of Architecture, by Christopher Drew Armstrong In the 18th century, the idea that architecture could be created by the fusion of classical and Gothic principles was a major innovation in French theory ; Jacques-Germain Soufflot's church of Sainte-Geneviève in Paris came to be regarded as the embodiment of this ideal. The premise that such a fusion was a valid approach to design seems to have been questioned, however, by the theorist Julien-David Leroy, whose work on the history of architecture grappled with the nature and cause of change over time. Ignoring Gothic architecture altogether, he endeavoured to show the development of Greek principles and their adaptation to Christian church planning, culminating in Soufflot's project for Sainte-Geneviève. Rejecting the cyclical model of historical change that was central to the work of Vasari and Winckelmann, Leroy developed diagrams to represent the progress of architecture since the earliest Egyptian and Greek constructions. Based on contemporary principles of etymology, Leroy's architectural diagrams suggest that forms acquire meaning over time by their adaptation to changing needs and beliefs, and that the principle catalyst for change are the interactions and exchanges among peoples. What is most significant about Leroy's approach to architectural history is the importance of space and his notion of a dialectic to understand the fusion of traditions.
« Raum und Zeit : Julien-David Leroy und die Geschichte der Architektur », von Christopher Drew Armstrong Im 18Jahrhundert war die Idee, dass Architektur aus der Fusion von klassischen und gotischen Prinzipien entstehen könne, in der französischen Théorie ein Hauptgedanke. Als Verkorperung dieses Ideals wurde die Kirche Sainte-Geneviève in Paris, erbaut von Jacques- Germain Soufflot, angesehen. Die Annahme einer solchen Fusion lehnte der Theoretiker Julien-David Leroy ab, indem er sich vornahm, Ursachen und Nätur der Entwicklung der Architektur im Verlauf der Zeiten zu untersuchen. Selbst die gotische Baukunst liefi er vollig aufier Acht und wies auf die Entwicklung der griechischen Prinzipien und deren Ubernahme in den chrisdichen Kirchenbau vom 4. Jahrhundert bis zu Soufflots Projekt fur Sainte-Geneviève hin. Leroy verwarf die zyklische AufFassung der historischen Entwicklung, die im Mittelpunkt der Theorien Vasaris und Winckelmanns stand. Er erstellte Tabellen, urn die Fortschritte der Architektur seit den ältesten Bauten der Agypter und der Griechen darzustellen. Gegründet auf die verbreiteten zeitgenässischen Prinzipien der Etymologie zeigten Leroys Tabellen, dass die Bauformen sich im Laufe der Zeiten je nach Bedarf und Glauben gewandelt haben und dass diese Entwicklung wesentlich von gegenseitigen Einflussen und dem Austausch zwischen den Volkern verursacht wurde. Das Bedeutsamste an Leroys Théorie der Architektur ist das AuBeigen der Bedeutung des Raums und einer Dialektik, die den Fusionsvorgang der Überlieferungen verstandlich macht.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2005
Nombre de lectures 96
Langue Français

Exrait

Christopher Drew Armstrong
Espaces et longue durée : Julien-David Leroy et l'histoire de
l'architecture
In: Livraisons d'histoire de l'architecture. n°9, 1er semestre 2005. pp. 9-19.
Citer ce document / Cite this document :
Armstrong Christopher Drew. Espaces et longue durée : Julien-David Leroy et l'histoire de l'architecture. In: Livraisons d'histoire
de l'architecture. n°9, 1er semestre 2005. pp. 9-19.
doi : 10.3406/lha.2005.993
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lha_1627-4970_2005_num_9_1_993Résumé
"Space and the longue durée : Julien-David Leroy and the History of Architecture", by Christopher Drew
Armstrong In the 18th century, the idea that architecture could be created by the fusion of classical and
Gothic principles was a major innovation in French theory ; Jacques-Germain Soufflot's church of
Sainte-Geneviève in Paris came to be regarded as the embodiment of this ideal. The premise that such
a fusion was a valid approach to design seems to have been questioned, however, by the theorist
Julien-David Leroy, whose work on the history of architecture grappled with the nature and cause of
change over time. Ignoring Gothic architecture altogether, he endeavoured to show the development of
Greek principles and their adaptation to Christian church planning, culminating in Soufflot's project for
Sainte-Geneviève. Rejecting the cyclical model of historical change that was central to the work of
Vasari and Winckelmann, Leroy developed diagrams to represent the progress of architecture since the
earliest Egyptian and Greek constructions. Based on contemporary principles of etymology, Leroy's
architectural diagrams suggest that forms acquire meaning over time by their adaptation to changing
needs and beliefs, and that the principle catalyst for change are the interactions and exchanges among
peoples. What is most significant about Leroy's approach to architectural history is the importance of
space and his notion of a dialectic to understand the fusion of traditions.
Abstract
"Space and the longue durée : Julien-David Leroy and the History of Architecture", by Christopher Drew
Armstrong In the 18th century, the idea that architecture could be created by the fusion of classical and
Gothic principles was a major innovation in French theory ; Jacques-Germain Soufflot's church of
Sainte-Geneviève in Paris came to be regarded as the embodiment of this ideal. The premise that such
a fusion was a valid approach to design seems to have been questioned, however, by the theorist
Julien-David Leroy, whose work on the history of architecture grappled with the nature and cause of
change over time. Ignoring Gothic architecture altogether, he endeavoured to show the development of
Greek principles and their adaptation to Christian church planning, culminating in Soufflot's project for
Sainte-Geneviève. Rejecting the cyclical model of historical change that was central to the work of
Vasari and Winckelmann, Leroy developed diagrams to represent the progress of architecture since the
earliest Egyptian and Greek constructions. Based on contemporary principles of etymology, Leroy's
architectural diagrams suggest that forms acquire meaning over time by their adaptation to changing
needs and beliefs, and that the principle catalyst for change are the interactions and exchanges among
peoples. What is most significant about Leroy's approach to architectural history is the importance of
space and his notion of a dialectic to understand the fusion of traditions.
Zusammenfassung
« Raum und Zeit : Julien-David Leroy und die Geschichte der Architektur », von Christopher Drew
Armstrong Im 18Jahrhundert war die Idee, dass Architektur aus der Fusion von klassischen und
gotischen Prinzipien entstehen könne, in der französischen Théorie ein Hauptgedanke. Als
Verkorperung dieses Ideals wurde die Kirche Sainte-Geneviève in Paris, erbaut von Jacques- Germain
Soufflot, angesehen. Die Annahme einer solchen Fusion lehnte der Theoretiker Julien-David Leroy ab,
indem er sich vornahm, Ursachen und Nätur der Entwicklung der Architektur im Verlauf der Zeiten zu
untersuchen. Selbst die gotische Baukunst liefi er vollig aufier Acht und wies auf die Entwicklung der
griechischen Prinzipien und deren Ubernahme in den chrisdichen Kirchenbau vom 4. Jahrhundert bis zu
Soufflots Projekt fur Sainte-Geneviève hin. Leroy verwarf die zyklische AufFassung der historischen
Entwicklung, die im Mittelpunkt der Theorien Vasaris und Winckelmanns stand. Er erstellte Tabellen,
urn die Fortschritte der Architektur seit den ältesten Bauten der Agypter und der Griechen darzustellen.
Gegründet auf die verbreiteten zeitgenässischen Prinzipien der Etymologie zeigten Leroys Tabellen,
dass die Bauformen sich im Laufe der Zeiten je nach Bedarf und Glauben gewandelt haben und dass
diese Entwicklung wesentlich von gegenseitigen Einflussen und dem Austausch zwischen den Volkern
verursacht wurde. Das Bedeutsamste an Leroys Théorie der Architektur ist das AuBeigen der
Bedeutung des Raums und einer Dialektik, die den Fusionsvorgang der Überlieferungen verstandlich
macht.Par Christopher Drew ARMSTRONG
ESPACES ET LONGUE DURÉE
JULIEN-DAVID LEROY ET L'HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE
« Celui-là serait un grand architecte qui saurait combiner la
beauté extérieure des palais de l'Italie avec les agréments de
l'intérieur des maisons de Paris. Celui-là serait un homme
d'un grand génie qui, dans la construction d'une église, sau
rait joindre la légèreté et la hardiesse gothiques à la beauté et
à la majesté de l'architecture grecque1. »
Ces quelques mots concluaient une notice écrite pour la Correspondance litté
raire du 15 octobre 1764, dans laquelle l'auteur décrivait l'état actuel de l'architec
ture en France et ses possibilités d'avenir. Ces réflexions étaient stimulées par un
événement capital survenu alors dans l'architecture française au XVIIIe siècle : la
cérémonie de pose de la première pierre de l'église Sainte-Geneviève par Louis XV
le 6 septembre 1764. Cependant, ce n'était pas le projet de Jacques-Germain Soufflot
qui était décrit dans cette notice2. L'auteur répondait à un livre publié pour la cér
émonie par l'académicien Julien-David Leroy, dans lequel l'église Sainte-Geneviève
était inscrite dans une plus vaste vision de l'histoire de l'architecture religieuse. Une
planche accompagnait le texte de Leroy et fonctionnait comme le résumé de ses
idées (ill. 1).
L'auteur de la notice de la Correspondance littéraire (probablement Diderot)
remarquait que Leroy ne parlait pas dans son livre des églises gothiques, « dont
1. Maurice Tourneux, Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal,
. Meister, etc., Paris, 1877-1882, vol. 6, p. 98.
2. On attribue d'habitude à Maximilien Brébion l'idée que le projet de Soufflot pour l'église Sainte-
Geneviève était « de réunir sous une des plus belles formes la légèreté de la construction des édifices
gothiques avec la pureté et la magnificence de l'architecture grecque » (lettre au comte d'Angiviller
le 20 octobre 1780, Arch, nat., O1 1694), cité dans Jean Mondain-Monval, Soufflot. Sa vie. Son
œuvre. Son esthétique (1713-1780), Paris, Alphonse Lemerre, 1918, p. 423 ; Michael Petzet, Souf-
flots Sainte-Geneviève und der franzosische Kirchenbau des 18. Jahrhunderts, Berlin, Walter de Gruy-
ter, 1961, p. 147-52 ; Jean-Marie Pérouse de Montclos, Jacques-Germain Soufflot, Paris, Monum,
2004, p. 102. Sur l'idée du « gréco-gothique », voir Robin Middleton, « The Abbé de Cordemoy
and the Graeco-Gothic Ideal », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 25, 1962, p. 278-
320 et 26, 1963, p. 90-123 ; sur l'église Sainte-Geneviève, voir Daniel Rabreau, « La Basilique
Sainte-Geneviève de Soufflot », Le Panthéon. Symbole des révolutions, Barry Bergdoll dir., Paris,
Picard, 1989, p. 37-96.
Livraiâonà d'h'uttoire de l'architecture n° 9 10 CHRISTOPHER DREW ARMSTRONG
Illustration non autorisée à la diffusion
Julien-David Ш. 1 : « Plan Leroy, des Églises Histoire les plus de la remarquables, disposition et bâties des formes depuis différentes l'an 326, que jusqu'en Us Chrétiens 1764 ont », planche données gravée, à leurs
Temples, depuis к Règne de Constantin к Grand, jusqu'à nous, Paris, 1764. Cl. Christopher Drew Armstrong
Livraùoru d'hiàtoire de l'architecture n° 9 JULIEN-DAVID LEROY ET L'HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE 1 1
toute l'Europe s'est cependant trouvée remplie »3. Ses remarques portaient sur le
mouvement général de l'architecture de l'époque pour l'imitation « servile » des
formes antiques. Suivant la pensée de Jacques-François Blondel, l'auteur insistait
sur le fait que l'innovation dans l'architecture moderne se trouvait dans la distribu
tion intérieure et dans l'ameublement des appartements. Il trouvait absurde la
situation contemporaine où la disposition des espaces intérieurs et la décoration
des façades extérieures des édifices étaient en conflit. Il pensait que, par leur aspect
extérieur, les édifices devaient annoncer leur fonction, et trouvait incompréhensible
l'idée de coller le portique d'un temple païen sur la façade d'une église catholique.
L'auteur avançait l'idée que l'architecture contemporaine ne trouverait sa voie
qu'en combinant les meilleurs aspects des architectures antique, gothique et moderne
afin de produire des solutions nouvelles.
L'idée d'une fusion des architectures gothique et grecque était étrangère à la
pensée de Leroy. Les deux systèmes étaient issus de mentalités tellement différentes
que l'un ne pouvait rien emprunter de l'autre sans compromettre son intégrité. Il
n'y avait aucune raison objective pour « préférer » un système à un autre sur ses
seuls mérites esthétiques, mais puisque l'architecture grecque faisait partie d'un plus
grand système de pensée, Leroy ne doutait pas qu'un homme éclairé du
XVIIIe siècle « serait affecté plus agréablement par les Monuments d'Architecture
Grecque, que par toute autre espèce d'Architecture »4.
Pour Leroy, les formes architecturales n'étaient pas statiques et il ne suggéra
jamais aux architectes de copier les monuments antiques. Par « architecture
grecque », il entendait un système basé sur des principes d'ordre et de proportion
qui s'adaptait aux conditions climatiques d'un lieu donné et se modifiant par les
besoins de chaque peuple, religion et période historique. Il semble que les
méthodes de construction des édifices gothiques, bien qu'admirées, n'aient pas pu
entrer dans son système parce que les innovations purement techniques n'étaient
pas une base suffisante pour la création de nouvelles formes dans le système grec.
La seule innovation technique qu'il admettait comme importante était le pendentif
comme manière de réunir la forme circulaire des coupoles avec la forme rectangul
aire des nefs, mais cette innovation répondait, pour lui, à un but esthétique. La
proposition inverse, une technique constructive à l'origine d'un effet esthétique,
n'était pas acceptable dans le système grec.
Les publications de Leroy
En 1764 et 1770, Leroy publia deux planches qui illustraient les « progrès » de
l'architecture depuis ses origines jusqu'aux temps modernes5. La première planche
3. Correspondance littéraire, vol. 6, p. 93.
4. Julien-David Leroy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 1758, 2e partie, p. ii-iii.
5. Werner Szambien, J.-N.-L. Durand, Paris, Picard, 1984, p. 27-30 ; Robin Middleton, « Introduc
tion », dans Julien-David Le Roy, The Ruines of the Most Beautiful Monuments of Greece, traduction
de D. Britt, Santa Monica (Californie), Getty Research Institute, 2004.
Lwraiàoru d'histoire de l'architecture n° 9 1 2 CHRISTOPHER DREW ARMSTRONG
parut dans un petit livre in-8° intitulé : Histoire de la disposition et des formes diffé
rentes que les Chrétiens ont données à leurs Temples, depuis le Règne de Contantin le
Grand, jusqu'à nous6. Les monuments illustrés dans la planche de 1764 sont des
églises rangées verticalement en ordre chronologique. Au centre de la planche, en
ordre descendant, Leroy plaça les coupes de quatre églises dessinées « à peu près
sur la même échelle »7, à savoir : la basilique Sainte-Sophie à Constantinople, la
cathédrale Sainte-Marie-des-Fleurs à Florence, l'église Saint-Augustin et la basilique
Saint-Pierre à Rome. Sur les deux côtés de la même page sont placés treize plans,
dont le premier représente une basilique romaine et les douze autres des plans
d'églises depuis la première basilique chrétienne jusqu'aux projets pour l'église
Sainte-Geneviève par Soufflot et celle de la Madeleine par Pierre Contant d'Ivry,
tous deux collègues de Leroy à l'Académie royale d'architecture. La première
esquisse de cette histoire est donnée dans Les Ruines des plus beaux monuments de la
Grèce (1758) où Leroy décrit le développement de l'architecture depuis les cabanes
primitives jusqu'à Saint-Pierre de Rome8.
La deuxième planche est parue dans l'« Essai sur l'histoire de l'architecture » de
la seconde édition des Ruines des plus beaux monuments de la Grèce (1770). Les
monuments représentés sur cette planche sont des temples rangés en ordre chrono
logique sur trois colonnes. Dans la colonne de gauche, Leroy place les plans et
quelques élévations de temples égyptiens, hébreux et phéniciens, dans la deuxième,
des temples grecs et romains, enfin dans la troisième colonne, les plans et coupes
de « » chrétiens. Parmi les monuments illustrés dans la troisième colonne,
on retrouve les coupes des quatre mêmes églises de la planche de 1764, mais ici le
premier élément du déroulement historique est un plan de catacombes et le der
nier, celui de la chapelle royale de Versailles (ill. 2)9.
Des précédents
Ces planches comparatives de monuments sur une même échelle n'étaient pas
sans précédent. Entre 1757 et 1761, Gabriel Heuquier publia deux grandes planches
intitulées : Parallèle général des édifices les plus considérables depuis les Égyptiens, les
Grecs jusqu'à nos derniers Modernes, composées de dessins exécutés avant 1750 par
l'architecte Juste-Aurèle Meissonnier 10. La première planche comprend les éléva-
6. L'approbation de l'ouvrage est datée du 11 août 1764. Un exemplaire fut présenté par Leroy à
Louis XV lors de la journée de pose de la première pierre {Mémoires de Trévoux, octobre 1764,
p. 936-38). Voir aussi Daniel Rabreau, op. cit., p. 76-85.
7. Julien-David Leroy, Histoire de la disposition et des formes différentes que les Chrétiens ont données à
leurs Temples, Paris, 1764, p. 6.
8.Leroy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 1758, lrc partie, p. ix-
xiv.
9. Julien-David Leroy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris, 1770, 1. 1, p. ix.
10. Peter Fuhring, Juste-Aurèle Meissonnier. Un génie du rococo 1695-1750, Turin et Londres, Umberto
Allemandi, 1999, vol. 2, p. 252-255 et 298-303.
Livraiionà d'hiàtoire de l'architecture n° 9 JULIEN-DAVID LEROY ET L'HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE 13
Illustration non autorisée à la diffusion
111. 2 : « Les Temples des Égyptiens, des Hébreux et des Phéniciens, Les Temples des Grecs et des
Romains, Les des Chrétiens », planche gravée, Julien-David Leroy, Les Ruines des plus beaux
monuments de la Grèce, Paris, 1770, t, 1, pi. I. Cl. Christopher Drew Armstrong.
IÂvraiéonà d'h'utoire de l'architecture n° 9 14 CHRISTOPHER DREW ARMSTRONG
tions de trente édifices, dont un obélisque égyptien, une pagode et une tour chi
noises, des temples romains et des églises gothiques, renaissance et baroques. La
deuxième planche est dominée par des élévations de palais et de places modernes
(château de Versailles, Louvre, etc.), avec une élévation de Notre-Dame de Paris et
deux coupes de la chapelle royale de Versailles. Dans ces deux planches, il y avait
seulement un plan, celui du temple de Mars dans le forum d'Auguste à Rome. Ces
deux planches sont des assemblages d'éléments qui témoignent d'un certain intérêt
pour l'architecture comme phénomène universel.
Les planches d'Heuquier furent pillées par l'architecte Gabriel-Pierre-Martin
Dumont qui publia deux planches intitulées : « Parallèle de Monumens sur une
même Échelle », souvent reliées dans son immense compilation de gravures : les
élévations, coupes et profils entiers de la basilique de Saint-Pierre du Vatican à
Rome (Paris, 1763). Outre la façade de Notre-Dame de Paris, les planches de
Dumont illustraient seulement des bâtiments avec des dômes. Le choix des bât
iments dans les planches de Dumont illustre plutôt l'idée de la variation que le
développement de l'architecture à travers l'histoire (ill. 3).
Le précédent le plus important pour les planches de Leroy fut la publication
en 1762 de la Nuova Descrizione del Vaticano par Giovanni Pietro Chattard. Dans
ce guide du Vatican, on trouvait une planche représentant les plans de Saint-Pierre
de Rome [A], des cathédrales de Milan [B], Saint-Paul de Londres [C] et de Flo
rence [D], de la basilique de Maxence à Rome [E], de Sainte-Sophie à Constanti
nople [F] et du Panthéon de Rome [G]. Le but de cette planche était de démontrer
aux voyageurs que la basilique de Pierre était le plus grand monument religieux du
monde (ill. 4)n. Les éléments étaient dessinés sur la même échelle, mais l'organisa
tion des monuments sur la planche n'a aucun rapport avec l'histoire. L'idée de
comparer l'espace intérieur de Saint-Pierre de Rome avec d'autres églises remonte
même au Voyage d'Italie de Maximilien Misson (Amsterdam, 1688), un guide de
voyage souvent réédité au cours du XVIIIe siècle. Pour aider le lecteur à mieux
juger de l'étendue de Saint-Pierre, Misson donnait les mesures intérieures et exté
rieures de la basilique indiquant que : « L'Église de S. Paul de Londres est un très-
beau, & très-noble Édifice ; mais il n'a guère que les deux tiers de la longueur de
celui de Saint-Pierre de Rome » n.
Ce que toutes ces planches ont en commun est la réduction des monuments à
quelques traits afin de permettre une comparaison de leurs principales dimensions.
Comme Chattard, Leroy s'intéressait aux effets spatiaux de l'intérieur des édifices,
mais seules les planches de Leroy sont disposées en ordre chronologique afin de
démontrer un principe historique. Le but que Leroy se proposait dans son « tableau »
de 1764, était d'illustrer les « changements que la forme de nos Églises a éprouvés »
11. Giovanni Pietro Chattard, Nuova Descrizione del Vaticano о sût délia Sacrosanta Basilica di S. Pietro,
Rome, 1762, vol. 1, p. x et p. 361-375.
12. Maximilien Misson, Voyage d'Italie, Amsterdam, 1743, vol. 2, p. 198-99.
Livraùoru d'hùtoire de l'architecture n° 9 JULIEN-DAVID LEROY ET L'HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE 15
jP(ira//e/e de /ttonumem sur une tneme Жс/и£1&
Illustration non autorisée à la diffusion
г* 5* ..-Vv -: i- ;'•* »'.'-
ФШтш ÎSf^
111. 3 : « Parallèle de Monumens sur une même Échelle », planche gravée, dans Gabriel-Pierre-Martin
Dumont, Détails des plus intéressantes parties d'Architecture de la basilique de St. Pierre de Rome, Paris,
1763. Cl. Christopher Drew Armstrong.
Livraiàotu d'h'utoire de l'architecture n° 9