L
21 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

L'Exposition universelle de 1867 : un événement architectural à travers la presse spécialisée - article ; n°1 ; vol.2, pg 71-88

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
21 pages
Français

Description

Livraisons d'histoire de l'architecture - Année 2001 - Volume 2 - Numéro 1 - Pages 71-88
Les Expositions universelles ont constitué pour les revues d'architecture un objet d'étude particulièrement important, notamment en 1867, grâce à la participation de tous les pays européens à la compétition. Si la présentation matérielle des articles ne variait aucunement de la production courante de ces périodiques, en revanche, les choix éditoriaux différèrent en fonction du public visé et de l'histoire des revues elles-mêmes. La Gazette des architectes et du bâtiment ainsi que les Annales du Génie civil se distinguèrent tout particulièrement par l'ampleur de leur relation de l'Exposition. Le palais construit sur le Champ de Mars sous la direction de Frédéric Le Play, Sébastien Krantz et Leopold Hardy concentra naturellement une bonne partie de l'attention des commentateurs, qui eurent à son égard une attitude d'autant plus critique qu'il avait été conçu sans faire appel à la profession par la voie du concours. L'analyse de ce bâtiment éphémère et singulier se mua donc en un plaidoyer favorable à une profession qui se sentait menacée par la concurrence des ingénieurs et qui cherchait les moyens de s'affirmer. Tout autre fut l'objectif de l'étude des pavillons disséminés autour du palais, même s'il s'en fallût de beaucoup que celle-ci fût exhaustive. Son intérêt fut directement pratique, tourné soit vers la présentation de constructions directement susceptibles d'aider des architectes confrontés à des programmes stéréotypés et modernes (théâtre, logements ouvriers), soit vers l'examen du rapport entre structure et ornement, dans la lignée des débats qui agitaient la profession depuis le début du siècle. Source irremplaçable pour l'histoire des Expositions universelles, les revues d'architecture orientèrent néanmoins leur analyse en fonction des débats de l'époque afin d'en tirer les conséquences les plus utiles à une profession en pleine mutation.
« The 1 867 Universal Exhibition : an architectural event through the architectural press », by Edouard Vasseur. The Universal Exhibitions offered important objects of study for the architectural reviews, especially in 1 867 thanks to the extensive participation of the European countries. If the material presentation of the papers did not differ then from the current production of these periodicals, in the other hand the editorial choices varied according to the targeted public and the story of the review itself. The width of their reports of the exhibition distinguishes particularly the Gazette des architectes et du bâtiment and the Annales du Génie civil. The Champ de Mars palace, erected under Frédéric Le Play, Sébastien Krantz and Leopold Hardy instructions, had naturally concentrated a great part of the commentators attention, commentators who were even more critical the building had been conceived without consulting the profession, through a public competition. The analysis of this temporary and peculiar building turned into a true speech for a profession, who threatened by the Engineers rivalry, was looking for a way to affirm itself. Very different was the goal of the study, far away to be exhaustive, of the buildings scattered around the palace. Its interest was directly practical : it presented or constructions providing immediate solutions for any Architect interested in stereotyped and modern programs (theater, social housing) or analyses of the relation structure/ornament, in the line of the debates that stirred up the profession since the beginning of the century. Unchangeable documentation for the Universal Exhibitions history, the architectural reviews had nevertheless orientated their analyses following the contemporary debates in order to reveal the most useful results for a profession facing deep changes.
« Die Weltausstellung von 1 867 : Ein architekturelles Ereignis im Spiegel der Fachpresse » von Edouard Vasseur Die Weltausstellungen waren fur die Architekturzeitschriften ein besonders wichtiger Untersuchungsgegenstand, vor allem 1867 dank der Teilnahme aller europäischen Länder. Auch wenn die Darstellungsform der Artikel sich nicht von der laufenden Produktion dieser regelmäßig erscheinenden Zeitschriften unterschied, wich doch die Auswahl der Herausgeber hinsichtlich des Zielpublikums und der Traditionslinie der Publikationen ab. Die Gazette des architectes et du bâtiment sowie die Annales du Génie civil stechen besonders durch ihre enge Beziehung zur Weltausstellung hervor. Vor allem der von Frédéric Le Play, Sébastien Krantz und Leopold Hardy auf dem Marsfeld errichtete Palast erregte die Aufmerksamkeit der Kommentatoren. Sie waren umso kritischer gegenüber als die Baumeister nicht über eine offentliche Ausschreibung envahit worden waren. Die Analyse des einzigartigen Gebäudes auf Zeit wurde deshalb immer mehr zu einem Plädoyer fur eine Berufsgruppe, die sich von der Konkurrenz der Ingenieure bedroht fühlte und die nach Mitteln der Selbstbehauptung suchte. Ganz anders dagegen gestaltete sich die Studien der um den Palast herumliegenden Pavillons, wenn sie auch nicht erschöpfend waren. Das Interesse daran war praktisch : einerseits wurden Konstruktionen pràsentiert, die den Architekten Lösungsmoglichkeiten fur moderne Gebäudetypen (Theater, Wohngebäude fur Arbeiter) aufzeigten, andererseits studierte man daran das Verhältnis von Struktur und Ornament, ein Diskussionspunkt, der die Berufssparte seit dem Anfang des 19. Jahrhunderts beschäftigte. Die Architekturzeitschriften stellen eine unerlässliche Quelle fur die Geschichte der Weltausstellungen dar, sie richteten ihr Interesse nach den jeweiligen aktuellen Diskussionn aus, um daraus nützliche Rückschlüsse fur einen Beruf zu ziehen, der sich im volligen Wandel befand.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2001
Nombre de lectures 104
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Édouard Vasseur
L'Exposition universelle de 1867 : un événement architectural à
travers la presse spécialisée
In: Livraisons d'histoire de l'architecture. n°2, 2e semestre 2001. pp. 71-88.
Citer ce document / Cite this document :
Vasseur Édouard. L'Exposition universelle de 1867 : un événement architectural à travers la presse spécialisée. In: Livraisons
d'histoire de l'architecture. n°2, 2e semestre 2001. pp. 71-88.
doi : 10.3406/lha.2001.884
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lha_1627-4970_2001_num_2_1_884Zusammenfassung
« Die Weltausstellung von 1 867 : Ein architekturelles Ereignis im Spiegel der Fachpresse » von
Edouard Vasseur Die Weltausstellungen waren fur die Architekturzeitschriften ein besonders wichtiger
Untersuchungsgegenstand, vor allem 1867 dank der Teilnahme aller europäischen Länder. Auch wenn
die Darstellungsform der Artikel sich nicht von der laufenden Produktion dieser regelmäßig
erscheinenden Zeitschriften unterschied, wich doch die Auswahl der Herausgeber hinsichtlich des
Zielpublikums und der Traditionslinie der Publikationen ab. Die Gazette des architectes et du bâtiment
sowie die Annales du Génie civil stechen besonders durch ihre enge Beziehung zur Weltausstellung
hervor. Vor allem der von Frédéric Le Play, Sébastien Krantz und Leopold Hardy auf dem Marsfeld
errichtete Palast erregte die Aufmerksamkeit der Kommentatoren. Sie waren umso kritischer gegenüber
als die Baumeister nicht über eine offentliche Ausschreibung envahit worden waren. Die Analyse des
einzigartigen Gebäudes auf Zeit wurde deshalb immer mehr zu einem Plädoyer fur eine Berufsgruppe,
die sich von der Konkurrenz der Ingenieure bedroht fühlte und die nach Mitteln der Selbstbehauptung
suchte. Ganz anders dagegen gestaltete sich die Studien der um den Palast herumliegenden Pavillons,
wenn sie auch nicht erschöpfend waren. Das Interesse daran war praktisch : einerseits wurden
Konstruktionen pràsentiert, die den Architekten Lösungsmoglichkeiten fur moderne Gebäudetypen
(Theater, Wohngebäude fur Arbeiter) aufzeigten, andererseits studierte man daran das Verhältnis von
Struktur und Ornament, ein Diskussionspunkt, der die Berufssparte seit dem Anfang des 19.
Jahrhunderts beschäftigte. Die Architekturzeitschriften stellen eine unerlässliche Quelle fur die
Geschichte der Weltausstellungen dar, sie richteten ihr Interesse nach den jeweiligen aktuellen
Diskussionn aus, um daraus nützliche Rückschlüsse fur einen Beruf zu ziehen, der sich im volligen
Wandel befand.
Abstract
« The 1 867 Universal Exhibition : an architectural event through the architectural press », by Edouard
Vasseur. The Exhibitions offered important objects of study for the architectural reviews,
especially in 1 867 thanks to the extensive participation of the European countries. If the material
presentation of the papers did not differ then from the current production of these periodicals, in the
other hand the editorial choices varied according to the targeted public and the story of the review itself.
The width of their reports of the exhibition distinguishes particularly the Gazette des architectes et du
bâtiment and the Annales du Génie civil. The Champ de Mars palace, erected under Frédéric Le Play,
Sébastien Krantz and Leopold Hardy instructions, had naturally concentrated a great part of the
commentators attention, commentators who were even more critical the building had been conceived
without consulting the profession, through a public competition. The analysis of this temporary and
peculiar building turned into a true speech for a profession, who threatened by the Engineers rivalry,
was looking for a way to affirm itself. Very different was the goal of the study, far away to be exhaustive,
of the buildings scattered around the palace. Its interest was directly practical : it presented or
constructions providing immediate solutions for any Architect interested in stereotyped and modern
programs (theater, social housing) or analyses of the relation structure/ornament, in the line of the
debates that stirred up the profession since the beginning of the century. Unchangeable documentation
for the Universal Exhibitions history, the architectural reviews had nevertheless orientated their analyses
following the contemporary debates in order to reveal the most useful results for a profession facing
deep changes.
Résumé
Les Expositions universelles ont constitué pour les revues d'architecture un objet d'étude
particulièrement important, notamment en 1867, grâce à la participation de tous les pays européens à la
compétition. Si la présentation matérielle des articles ne variait aucunement de la production courante
de ces périodiques, en revanche, les choix éditoriaux différèrent en fonction du public visé et de
l'histoire des revues elles-mêmes. La Gazette des architectes et du bâtiment ainsi que les Annales du
Génie civil se distinguèrent tout particulièrement par l'ampleur de leur relation de l'Exposition. Le palais
construit sur le Champ de Mars sous la direction de Frédéric Le Play, Sébastien Krantz et Leopold
Hardy concentra naturellement une bonne partie de l'attention des commentateurs, qui eurent à son
égard une attitude d'autant plus critique qu'il avait été conçu sans faire appel à la profession par la voiedu concours. L'analyse de ce bâtiment éphémère et singulier se mua donc en un plaidoyer favorable à
une profession qui se sentait menacée par la concurrence des ingénieurs et qui cherchait les moyens
de s'affirmer. Tout autre fut l'objectif de l'étude des pavillons disséminés autour du palais, même s'il s'en
fallût de beaucoup que celle-ci fût exhaustive. Son intérêt fut directement pratique, tourné soit vers la
présentation de constructions directement susceptibles d'aider des architectes confrontés à des
programmes stéréotypés et modernes (théâtre, logements ouvriers), soit vers l'examen du rapport entre
structure et ornement, dans la lignée des débats qui agitaient la profession depuis le début du siècle.
Source irremplaçable pour l'histoire des Expositions universelles, les revues d'architecture orientèrent
néanmoins leur analyse en fonction des débats de l'époque afin d'en tirer les conséquences les plus
utiles à une profession en pleine mutation.par Edouard Vasseur
L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1867 :
UN ÉVÉNEMENT ARCHITECTURAL
À TRAVERS LA PRESSE SPÉCIALISÉE
Confrontation mondiale d'hommes, de produits et de techniques, les Expositions
universelles ont constitué tout au long du XIXe siècle une source d'études inépuisab
les pour tous les spécialistes de la construction, architectes comme ingénieurs.
Véritables événements architecturaux, notamment par le programme extrêmement
original et ambitieux proposé à tous les spécialistes par les édifices nécessités par l'év
énement, elles étaient également le lieu où étaient présentés les plans et modèles des
constructions les plus récentes, les matériaux et les techniques nouveaux mis à la
disposition des constructeurs par la science et l'industrie réunies mais aussi des spéc
imens de décoration venus de tous les pays du globe. L'exposition de 1 867, plus qu'au
cune autre, en est le symbole, autant en raison de la participation exceptionnelle de
tous les pays européens à l'événement1, que de la prodigieuse transformation du
concept même d'exposition, marqué par l'apparition des pavillons qui sont désor
mais devenus le symbole de ces grandes foires.
Aussi les revues de construction se sont-elles tout particulièrement attardées sur
cet événement, à des degrés certes variables. Pour César Daly, rédacteur en chef de
la Revue générale de l'architecture et des travaux publics, « l'Exposition universelle, en
effet, est non seulement un concours public qui intéresse l'architecture, mais c'est le
concours international d'industrie, — nous n'oserons pas ajouter: et d'art, — le plus
vaste, le plus complet qui se soit jamais vu ou rêvé, et nous avons démontré longue
ment dans cette revue les conséquences heureuses des concours publics, même
modestes, techniques ou esthétiques, pour les progrès de notre spécialité » -'.
L'analyse du traitement de l'Exposition par les principales revues de l'époque
constitue donc une source passionnante pour la reconstitution de l'histoire même
de cet événement exceptionnel qui draina entre 11 et 15 millions de visiteurs à Paris
entre le 1" avril et le 3 novembre 1867 et pour les échos qui s'ensuivirent dans une
profession alors en cours d'organisation.
1. Il faut rappeler qu'en 1855, la Russie était absente de la compétition en raison de la guerre de Crimée
et qu'en 18^8 et en 1889, la majorité des monarchies européennes s'abstinrent de répondre à l'inv
itation Faite par le gouvernement républicain français. Il fallut attendre 1900 pour retrouver l'unani
mité qui avait existé en 1 867.
2. César Daly, « Introduction », Revue générale de l'architecture et des travaux publics* Paris, éd. Morel,
1867, vol. XXV, col. 1-8, col. 1-2.
LivraLiorw d'huuoire de l'architecture n°2 72 EDOUARD VASSEUR
Des stratégies éditoriales variées
S'il n'est aucune revue de construction qui n'ait échappé, au cours des années
1865-1870, à des références ou des études sur l'exposition universelle de 1867, il
s'en faut de beaucoup que le compte rendu de l'événement ait été uniforme et stéréo
typé3. Tout en conservant chacune leur stratégie éditoriale, notamment en matière
de présentation matérielle, et leur public spécifique, les revues de construction firent
des choix extrêmement diversifiés en la matière.
La forme des comptes rendus
Globalement, les revues de construction utilisèrent trois stratégies pour leurs compt
es rendus: des articles réguliers, étendus sur toute la période; des suppléments aux
numéros normaux de la revue pour l'année 1867 qui étaient regroupés à la fin de la
série dans des volumes spéciaux; enfin, le recours systématique à une autre forme de
publication, généralement une monographie publiée par le rédacteur en chef de la revue.
La Revue générale de l'architecture et des travaux publics de César Daly est sans doute
le meilleur exemple de la première catégorie, puisque les articles publiés dans la revue
sur l'Exposition s'échelonnent sur toute la période étudiée et même un peu au-delà.
Son ambition fut de tirer progressivement des conclusions utiles à la profession, dans
un esprit de synthèse et de tenir ses lecteurs régulièrement informés des conditions de
participation au concours international. Le, Journal des travaux publics adopta une stra
tégie légèrement différente, plus largement centrée sur l'exposé régulier, aVant même
l'inauguration de l'Exposition, des choix effectués par les organisateurs, mais, dans la
forme, la solution choisie est identique. Ces deux revues, créées sous la Monarchie de
Juillet, sont relativement anciennes et disposent d'un public suffisamment fidèle pour
opter pour une solution « lente », soucieuse de ne pas étouffer le lecteur par un flot
soudain d'informations, tout en le tenant régulièrement informé, pour ce qui concerne
la profession, des décisions utiles à une bonne participation au concours.
Tout autre fut le choix des deux revues professionnelles les plus récentes, lancées
l'une et l'autre deux en 1863 : les Annales du Génie civil ex. la Gazette des architectes
et du bâtiment. Dans ces deux cas, la rédaction manifesta une véritable ambition
éditoriale, en développant un système de suppléments aux numéros mensuels, et qui
furent regroupés à la fin dans des volumes spéciaux. L'échelle des solutions est néan
moins différente, puisque, si la Gazette des architectes et du bâtiment se contenta d'un
seul volume supplémentaire de 304 pages, contenant six sections complètes, le
supplément des Annales du Génie civil se composa d'un ensemble de huit volumes
3. L'étude présentée ici a porté sur les revues suivantes, au moyen d'un dépouillement systématique
portant sur les années 1 865- 1 870 : Annales des Ponts et (Chaussées : mémoires et documents relatifs à l'art
des constructions et au service de l'ingénieur; Annales du Génie civil; Gazette des architectes et du bâti
ment; L'Illustration ; Journal des travaux publics, de l'agriculture et du commerce; Le Magasin pittoresque ;
Le Moniteur des architectes; Nouvelles annales de la construction ; Revue générale de l'architecture et des
travaux publics. Cette liste a été établie d'après l'article de Bertrand Lemoine, « Les revues d'archi
tecture et de construction en France au XIX' siècle », Revue de l'art, 1990, n° 89, p. 65-71.
Livrauoné à' h и to ire àe L'architecture n° 2 L "EXPOSITION UXIXTRSELLE : US É\'ÉSEMEXT ARCHITECTl RAL 73
et de quatre-vingts articles, avec des domaines d'études nettement plus diversifiés !
Une telle politique est d'autant plus remarquable que ces revues avaient, comme les
précédentes, tenu leurs lecteurs régulièrement informés de la préparation de
l'Exposition. On peut y voir sans aucun doute une volonté nette de se positionner
sur le marché editorial et de profiter de cet événement exceptionnel pour accroître
leurs ventes, en fournissant de manière synthétique tous les matériaux théoriques et
pratiques nécessaires à l'exercice de la profession.
Les autres revues adoptèrent une stratégie encore plus radicale : elles s'estimèrent
incapables de rendre compte dans leurs colonnes de l'intégralité de l'Exposition et
décidèrent donc de recourir à des monographies. Tel fut le cas du Moniteur des archit
ectes et des Nouvelles annales de la construction qui limitèrent donc à une poignée
d'articles leurs comptes rendus internes4. Le cas le plus extrême est sans doute celui
des Annales des Ponts et Chaussées qui se contentèrent d'un seul article, rédigé par
Emile Cheysson, ingénieur des Ponts et Chaussées et directeur du service mécanique
de l'Exposition, où il est expliqué qu'une commission présidée par Léonce Reynaud,
inspecteur général des Ponts et Chaussées, avait décidé de ne pas utiliser la revue
professionnelle, mais de regrouper tous les rapports du jury international de
l'Exposition concernant l'ingénierie dans un volume particulier qui serait distribué
aux membres du corps des Ponts et Chaussées5. Il faut dire que les ingénieurs avaient
été particulièrement sollicités pour cette publication officielle, et qu'il ne servait à
rien de revenir dans les Annales sur leurs propos !
Le contenu des articles
Autant que par la forme, les comptes rendus des revues de construction diffèrent
par leurs choix d'analyse. Il n'était pas possible, en effet, de recenser toutes les créa
tions présentées à l'Exposition, puisque, avec 52 000 exposants et plus de 270 bât
iments construits sur le Champ de Mars où était organisée l'Exposition, l'événement
dépassait tout ce qui avait été connu jusque-là. L'éventail des sujets traités varia
cependant selon les revues, même si la tendance naturelle était bien évidemment de
décrire aux lecteurs les constructions réalisées sur le Champ de Mars, palais de
l'Exposition et pavillons.
Certaines revues ne se contentèrent pourtant pas d'un exposé aussi limité. La
Revue générale de l'architecture et des travaux publics s orienta par exemple sur quelques
thèmes connexes, mais fort timidement : quelques articles sur les bois, les ciments et
le matériel des chemins de fer furent publiés à partir de 1869, mais la guerre de 1870
4. Les deux monographies sont les suivantes : Alfred-Nicolas Normand, L'Architecture des nations étran
gères: étude sur les principales constructions du parc à l'Exposition universelle de Paris (1867), Paris, A.
Morel, 1870, 27 p. [pour le Moniteur des architectes] et Charles-Alfred Oppermann, Visite d'un ingé
nieur à l'Exposition universelle de 1867: notes et croquis, chiffres et faits utiles, Paris, J. Baudry, 1867,
528-XII p. [pour les Nouvelles annales de la construction].
5. Emile Cheysson, « Note sur l'installation de la galerie des machines dans le palais de l'Exposition
universelle de 1 867 et sur la plate-forme centrale de cette galerie », Paris, Annales des Ponts et Chaussées,
1869, t. XVIII, p. 174-206, p. 174.
Livraboiu à' hut taire de l'architecture n"2 74 EDOUARD VASSEUR
mit un terme à ce mouvement. L'ambition de la Gazette des architectes et du bâtiment
et des Annales du Génie civil fut, en revanche, à la mesure des moyens mis à la dispo
sition des chroniqueurs et de l'extension du champ d'investigation de la revue. Le
volume spécial de la Gazette est ainsi divisé en six parties successivement consacrées
à l'architecture du palais de l'Exposition, aux matières premières, au génie civil, au
mobilier et à l'orfèvrerie, à l'architecture des pavillons de l'Exposition et enfin aux
méthodes d'enseignement du dessin. L'accent fut mis en particulier sur les matières
premières, entendues comme tous les éléments constitutifs mis à la disposition de
l'architecte par l'industrie, depuis les pierres, les bois, les terres réfractaires et les
ciments jusqu'à la serrurerie et au chauffage. Le champ d'investigation des Annales
du Génie civil est encore plus large puisque toute l'Exposition en général fut passée
au crible, et pas seulement les sections qui intéressaient directement architectes et
ingénieurs. Un pareil choix fait de cette revue une des sources privilégiées de connais
sance des produits exposés, avec l'avantage non négligeable, par rapport aux treize
volumes du rapport du jury international, d'être abondamment illustrée, aussi bien
par des bois intégrés au texte lui-même que par des planches lithographiées rassem
blées dans des albums supplémentaires.
L'illustration
L'abondance de l'illustration présente dans les Annales du Génie civil ne doit
cependant pas faire oublier que les revues d'architecture dépendaient en grande
partie, pour appuyer leurs chroniques sur l'exposition universelle, de leurs choix
techniques en matière d'illustration et de leur politique en matière de détails présent
és dans leurs planches. La différence essentielle entre revues, conforme aux diffé
rences de politique éditoriale, repose, notamment pour les pavillons, sur le choix
entre dessin « technique » — où les bâtiments sont représentés en perspective linéaire,
totalement isolés de leur contexte, dans une perspective directement professionnelle
— et dessin « pittoresque » (ill. 1 et 2) — où le graveur manifeste toute sa virtuosité
imaginative et esthétique dans l'intégration de personnages à son décor6. Toutes ces
illustrations, aussi riches soient-elles pour la connaissance de l'Exposition, n'en sont
pas moins inaptes à rendre l'atmosphère d'entassement des constructions parsemées
sur le Champ de Mars, contrairement aux photographies conservées aux Archives
nationales, au département des estampes et de la Bibliothèque natio
nale de France et à la Bibliothèque historique de la ville de Paris.
Dans le domaine du dessin technique, les planches relatives à l'Exposition ne
diffèrent aucunement de celles utilisées couramment dans les revues pour la produc
tion courante. Ainsi, si la Revue générale de l'architecture et des travaux publics se
contente généralement des élévations, des plans et des coupes des bâtiments, sur plan
che simple ou double page, les Nouvelles annales de la construction axent leurs illus-
6. Les gravures de Lancelot, reproduites aussi bien dans L'Illustration que dans le Magasin pittoresque
relèvent de ce type: l'illustrateur n'hésite pas par exemple à placer, dans les pavillons arabes de
l'Exposition, des Orientaux en costume, dans leurs activités traditionnelles !
Livrauorw d'h'utoire de l'architecture n°2 L'EXPOSITION UNIVERSELLE: UN E\tNEMENT ARCHITECTURAL 75
111. 1 : Le pavillon français et Gramagnac (vue extérieure et plan). Revue générale de l'architecture et des
travaux publics, 1868, t. XXVI, pi. 52.
trations sur les détails pratiques de la construction, notamment pour les articles
concernant le théâtre et la gare du Champ de Mars et le cercle international. Ce choix
n'est aucunement original par rapport au reste de la production de ces revues. Le
seul regret des collaborateurs fut de ne pouvoir utiliser la couleur qui, malgré l'abon
dance de l'ornementation des bâtiments étudiés, était techniquement difficile à obten
ir. Seul le Moniteur des architectes donna quelques planches en chromolithographie,
mais ces dernières constituent une exception suffisamment rare pour être notée7.
Cependant, même si les auteurs ne pouvaient techniquement pas rendre compte de
l'extrême bigarrure des bâtiments construits sur le Champ de Mars, il n'en reste pas
moins que l'illustration des revues d'architecture constitue une source essentielle pour
se représenter ce que put être l'Exposition de 1867 et dans quelle mesure les archi
tectes purent en recevoir quelque écho.
Le palais du Champ de Mars: un objet de débats
Réduire pourtant l'apport des revues d'architecture à une simple description tech
nique ou pittoresque serait fallacieux : le débat technique et les principes déontolo
giques de la profession poignent toujours sous la plume des architectes. Le palais du
Champ de Mars en fut le symbole principal, objet d'études privilégié par son origi
nalité et son caractère exceptionnel, mais aussi objet de débats, en raison des choix
7. Le moniteur des architectes, 1868, t. 3, pi. 145-146.
ivraidoru à'hLi taire de l'architecture n° 2 76 EDOUARD VASSEUR
111. 2 : Le pavillon prussien vu par L'Exposition universelle de 1867 illustrée. L'Exposition universelle de 1867
illustrée, t. 1, p. 160.
opérés par la Commission impériale chargée d'organiser l'Exposition. En effet, le
palais du Champ de Mars, couvrant un peu plus de quatorze hectares, avait été
inventé en plan par Frédéric Le Play, ingénieur des Mines et commissaire général de
l'Exposition, conçu en élévation par Sébastien Krantz, ingénieur des Ponts et
Chaussées et réalisé sous la direction de ce dernier et de son adjoint, Leopold Hardy,
architecte sorti de l'école des beaux- arts. Le parti choisi par tous ces personnages fut
de tirer parti des échecs connus lors des précédentes Expositions, notamment celle
de 1855, et d'édifier simplement une grande halle qui fût la plus économique possi
ble, et qui répondît parfaitement au caractère temporaire de l'Exposition, la destruc
tion de l'édifice étant décidée dès le début des travaux. Tout le travail avait donc été
réalisé dans le secret des bureaux de la Commission impériale établie au palais de
l'Industrie, sans que jamais aucun appel au public ni aux spécialistes de l'architec
ture ne fût organisé. L'examen du palais par les revues d'architecture s'en ressentit
profondément.
L'examen technique du palais (ill. 3)
Dans son ensemble, la presse d'architecture se soucia tout particulièrement
d'analyser la conception architecturale du bâtiment, parfois avant même l'inaugu
ration de l'Exposition, pour attirer le public ou tenir ses lecteurs au courant des
Livrauotw d'histoire de l'architecture n° 2 L'EXPOSITION UNIVERSELLE: UN ÉVÉNEMENT ARCHITECTURAL 77
Illustration non autorisée à la diffusion
'тц пп irn г-л г* -м. *. т * t \ч
111. 3 : Le palais de l'Exposition universelle de 1 867 : plan, élévation et coupes. Gazette des architectes et du bâtiment,
1867, t. V bis, p. 6. Cl. É. Vasseur.
travaux titanesques réalisés sur l'ancien terrain de manœuvre militaire de l'ouest pari
sien — comme le firent par exemple le Journal des travaux publics, au moyen d'une
chronique hebdomadaire commencée le 4 octobre 1 866s, les Nouvelles annales de la
construction' ou la Revue générale de l'architecture et des travaux publics, avec un grand
article de l'architecte-ingénieur C. Détain, publié dans le volume de l'année 1 866,
à une date postérieure au 1 5 décembre10. La Revue générale de l'architecture et des
travaux publics consacra également au palais un grand article-bilan, publié en 1868
sous forme de chronique, écrit par la plume de l'ingénieur des Ponts et Chaussées
L.-L. Vauthier. La Gazette des architectes et du bâtiment ouvrit son volume spécial sur
une étude de Lawrence Chapron qui couvre près de 50 pages et s'efforce d'établir
des comparaisons utiles entre le palais du Champ de Mars et ses prédécesseurs des
Expositions de 1851, 1855 et 1862".
8. Cette chronique hebdomadaire, publiée tous les jeudis, fut poursuivie régulièrement sur toute la
période qui précéda l'inauguration de l'Exposition.
9. Agnès Antony, « Palais de l'Exposition universelle de 1 867, à Paris », Nouvelles annales de la cons
truction, 1866, t. 12, col. 106-112.
10. Cl. Détain, « L'Exposition universelle de 1867 », Revue générale de l'architecture et des travaux publics,
1866, t. 24, col. 163-172.
11. Lawrence Chapron, « Palais du Champ de Mars: étude générale et détaillée au point de vue de la
disposition et de la structure », Gazette des architectes et du bâtiment, t. 5 bis, 1867, p. 8-52.
Livrautoru» à'hiatoire de l'architecture n° 2