Les anciennes maisons de Paris sous Napoléon III
524 pages
Français

Les anciennes maisons de Paris sous Napoléon III

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
524 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

AI--'^.iV,.^Af JI.ESANCIENNES MAISONS DE PARISsojjs :NrA.poj.]i;ojsr m.— IMPHLMEIUE" DE CASLMIU COOMANS.BRUXELLES.I-iKSANCIENNES MAISON!DE PARISSOys NAPOLÉON îîKPAKL'HISTORIOGRAPHE LEFEUVE.(ffîritiou internationale.TOME TROISIÈMEPARIS. 1 BRUXELLES,58. rue Neuve-Saint-iugusIin. 58. | 13. rue Duponl. 13.187.3de Pépinière et rue Alibalucei,Rue laNAGUÈREde la Pépinière, (t)De 1738 à 1861.La pépinière aux dépens de laquelle fut élargiRoule-en 1782 le chemin du aux-Porcherons, avait18 L'ancienmesuré arpens. chemin fut d'abordrue des Pépinières, parce qu'ilappelé en eut plu-ysieurs. La plus ancienne, c'est-à-dire celle dontsortirent les rues d'Angoulème-Saint-Honoré (i) etde Bei»ri, fut donnée au comle d'Artois, qui devintplus tard Charles X. Il eut même division dansyl'autre, qui se trouvait du côté de Saint-Philippe-du-Roule, dans le même faubourg, puisque la rueCourcelles passait d'outre ende outre. Onyélevait dans pépinières des arbresces et plantesexotiques, à la satisfaction des visiteurs, de làetvenaient les jeunes tiges d'arbres, les arbustes etNotice écrite en 1861. Neuf années après, on(1)d'undonnait le nom ma^strat, hcfmrae politique etgénéral, à la première moitié de lafils d'un rue dePépinière, largement séparée de la seconde moitiélapar deux nouveaux boulevards à leur point d'intersection.pratiquéL'élargissement aux dépens des façadesde chiffres impairs est complet jusque-là,numérotées ets'en faut de peu au-delà. De ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 49
Langue Français
Poids de l'ouvrage 22 Mo

Exrait

AI--' ^.i V, .^ Af J I.ES ANCIENNES MAISONS DE PARIS sojjs :NrA.poj.]i;ojsr m. — IMPHLMEIUE" DE CASLMIU COOMANS.BRUXELLES. I-iKS ANCIENNES MAISON! DE PARIS SOys NAPOLÉON îîK PAK L'HISTORIOGRAPHE LEFEUVE. (ffîritiou internationale. TOME TROISIÈME PARIS. 1 BRUXELLES, 58. rue Neuve-Saint-iugusIin. 58. | 13. rue Duponl. 13. 187.3 de Pépinière et rue Alibalucei,Rue la NAGUÈRE de la Pépinière, (t) De 1738 à 1861. La pépinière aux dépens de laquelle fut élargi Roule-en 1782 le chemin du aux-Porcherons, avait 18 L'ancienmesuré arpens. chemin fut d'abord rue des Pépinières, parce qu'ilappelé en eut plu-y sieurs. La plus ancienne, c'est-à-dire celle dont sortirent les rues d'Angoulème-Saint-Honoré (i) et de Bei»ri, fut donnée au comle d'Artois, qui devint plus tard Charles X. Il eut même division dansy l'autre, qui se trouvait du côté de Saint-Philippe- du-Roule, dans le même faubourg, puisque la rue Courcelles passait d'outre ende outre. Ony élevait dans pépinières des arbresces et plantes exotiques, à la satisfaction des visiteurs, de làet venaient les jeunes tiges d'arbres, les arbustes et Notice écrite en 1861. Neuf années après, on(1) d'undonnait le nom ma^strat, hcfmrae politique et général, à la première moitié de lafils d'un rue de Pépinière, largement séparée de la seconde moitiéla par deux nouveaux boulevards à leur point d'intersection. pratiquéL'élargissement aux dépens des façades de chiffres impairs est complet jusque-là,numérotées et s'en faut de peu au-delà. De plus, la placeil ménagée aux abords de la nouvelle gare de la rue Saint-Lazare prive la rue Abbatucci des maisons qui commençaient naguère la rue de la Pépinière. • rue d'Angouléme(2) Cette est présentement de Morny. 1 250-203 rt RUE DE LA PÉPINIÈRE ET RUE ABBATUCCI, les fleurs non-seulement du jardiu des Tuileries, mais encore, la plupart du temps, des jardins du château de Versailles et des autres châteaux royaux. Le cabinet d'histoire naturelle de l'abbé Nolin, directeur de la Pépinière, était facilement accessi- ble et placé au second étage, dans le bâtiment qui donnait rue du Faubourg-Saint-Honoré. Alors le bout de rue qui sépare la rue du Faubourg de la rue de Courcelles, s'appelait encore rue Neuve- Saint-Charles. Les maisons formant ày pâté, l'ombre de Saint-Philippe, étaient baillées â rente par la fabrique de cette église, nouvellement rebâtie. La rue des Pépinières comptait 19 maisons du côté de la rue de Courcelles, depuis cette rue jusqu'à celle du Rocher, et l'on remarquait lesy hôtels Puységur, d'Armaillé, Montmorin : noms sur lesquels se sont greffes depuis, dans les titres de propriété, plusieurs fois celui de Ségur, plusieurs fois celui de Bouille. La famille de Montmorin donnait vers cette époque un gouverneur de Fontai- nebleau et un ministre des affaires-étrangères, en dernier lieu de l'intérieur parmi les Puységur ; étaient en vue un officier de marine et un ministre de la guerre. Sur la même ligne que leurs hôtels, dans une caserne construite par Goupil, deux compagnies de gardes-françaises veillaient sur le magasin d'armes leur régiment.de De l'autre côté de la rue, Charles de Wailly, architecte du roi, auteur de l'Odéon, avait dessiné trois hôtels, quise suivaient immédiatement celui; du milieu pour M. Pajou, le n" 87. Ce sculpteur, auquel Louis XVI avait commandé les statues de Descartes, de Pascal, de Turenne, de Bossuet et de Buiïon, qui mirent le sceau k sa réputation, fut l'un des 48 premiers membres de l'Institut, nommés d'office pour procéder ensuite à l'élection des autres membres. Il mourut 1809.en M. Anatole Démidoff occupait la jolie maison de
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents