Histoire de l
871 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Histoire de l'Art. Chronologie

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
871 pages
Français

Description

Cette nouvelle édition de la Chronologie de l'Histoire de l'Art constitue la partie thématique du « Dictionnaire Chronologique d'Histoire de l'Antiquité et du Moyen-Age ». L'ensemble peut-être consulté par le lien de navigation: https://dicochrono-88.webself.net

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 22 décembre 2020
Nombre de lectures 4
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Exrait

QuickTime™ et un décompresseur sont requis pour visionner cette image.
HISTOIRE DE L’ART CHRONOLOGIE
par
Daniel Legrand
Liens de navigation :https://dicochrono-88.webself.net/
© D. LEGRAND
1
-2000
1 Les premiers signes d'écriture, encore symboliques, apparaissent en Egypte vers -3500 AV. J.-C.
2 (circa) Les premiers signes d'écriturecunéiformesont utilisés àSumer
(circa) Développement de la culture cananéenne (Byblos,Ougarit)
(circa) Diffusion de la culture polynésienne en Mélanésie et en Micronésie
1 Ce qui est convenu d'appeler l'écritureest un système de représentation graphique servant à noter un message oral aIn de pouvoir le Ixer ou le transmettre. Cependant, antérieurement aux tablettes datées d'environ -3500, les hommes ont utilisé des signes géométriques depuis environ 35.000 ans. C'est ainsi qu'il existe des signes semblables dans presque toutes les grottes ornées. Plus loin de nous encore, des incisions gravées sur des coquilles d'autruche, vieilles de 60.000 ans, ont été découvertes, ce qui suggère que la tentative de communiquer sous une forme physique est apparue très tôt. En Egypte, une fois établi, le répertoire des signes subira peu de modiIcation au cours des temps. Les Egyptiens écrivaient aussi bien en ligne qu'en colonne et, indiFéremment, de gauche à droite ou inversement.
2 Ce système d'écriture paraît être apparu dans les premières cités-états qui virent le jour au ïïïe millénaire, notamment àUruk. ïl sera utilisé dans un premier temps pour noter des informations comptables puis, à partir de -2700, pour écrire des textes littéraires et religieux. Les rois feront également noter leurs exploits et leurs grands travaux. Le système sera emprunté par de nombreux peuples parlant des langues diFérentes : Akkadiens, Babyloniens, Assyriens, Hurrites, Elamites, Perses, etc. Entre –3300 et -2800 un système d’écriture diFérent essaiera de s’imposer en ïran, mais il sera Inalement abandonné. Vers -2000 seront rédigées sur tablettes des « Lamentation » sur la destruction deSumeret d'Ur, décrivant les malheurs des cités. L'écriture cunéiformesera adoptée pendant tout le ïïe millénaire. Les dernières chroniques rédigées dans cette écriture le seront après -145 et le dernier texte connu est daté de 74-75 de notre ère. A noter l'apport considérable de l'écriture cunéiforme à notre connaissance des premières sociétés et du début des civilisations antiques du Moyen-Orient, du fait de l'emploi de l'argile comme son support principal, se conservant relativement bien.
2
3 (circa) Existence de peinture dite de style «Rayon-X»(X-ray style) chez les aborigènes
(circa) En Mésopotamie une tradition poétique se forme autour de l'Epopée deGilgamesh (littérature)
(circa) AUruk, production d'oeuvres d'art sculptées en ronde-bosse et en bas-relief.
(circa) Premières constructions àKarnakenEgypte
4 (circa) Début de lapériode de la céramique du Minoen moyen en Crète>-1600
3 Les aborigènes d'Australie semblent avoir développé ce style de peinture plusieurs millénaires auparavant. ïl consiste à représenter les os et les organes internes des humains ou des animaux. Elle est plus particulièrement présente dans le site d'Arnhem, et la tradition en continue aujourd'hui.
4 Lesminoensne sont pas les inventeurs de la céramique. On a découvert en République tchèque une Vénus paléolithique, dite de Dolni Vestonice, en argile cuite à basse température, qui serait d'environ 25.000 ans avant notre ère. Ont également été trouvés des objets cuits à basse température provenant des îles japonaises, datées de -12.000 avant notre ère. Le berceau de lacéramiqueparaît néanmoins provenir d'extrême orient. Les Chinois, vers -5000, avaient inventé le tour et produisaient des objets aux parois Ines assez élaborés. Les objets émaillés les plus anciens ont été découverts dans la vallée du Nil et sont datés également d'environ -5000. En Mésopotamie, vers -4000, furent produits les premiers émaux. Les premières céramiques produites en grande quantité appartiennent à la culture de Hassuna et à celle de Samarra dans la vallée du Tigre en ïrak, au ïVe millénaire avant notre ère. La céramique semble également avoir été utilisée au Gabon dès -3400 et au Congo vers -2500. Mais c'est enCrètequ'apparut la première production de céramique digne d'intérêt, elle aurait commencé vers la In du Néolithique Moyen. Les fouilles deCnossos(Knossos) ont livré de nombreuses céramiques rouges à décors blancs, ou blanches à décors noirs. Des Igurines humaines ou animales ont également été découvertes. La production atteindra un grand niveau de qualité avec le style dit de Kamarès(Camarès). C'estEvanslui-même, l'inventeur du site de Cnosssos, qui a divisé l'histoire de la Crète en trois périodes, les minoens anciens (jusque -2000), moyen (jusque -1600) et récent (jusque -1100). ïl fait concider le début du Minoen Moyen avec l'apparition de céramiques polychromes. Le Minoen Moyen est traditionnellement subdivisé en trois phases, ï, ïï, et ïïï, la première s'achevant aux environs de -1800 (1850) et la seconde avec la période protopalatiale vers -1700 (1750), chacune étant elle-même subdivisée d’après les variations dans la céramique en périodes A et B. De fait cette datation est, bien entendu, approximative et des céramiques minoennes de la In du ïïïe millénaire préIgurent celles de la première période
3
5 Période de la poterieJômonauJapon
(circa) Apparition de lacivilisation nuragique(nuragui, nurague) enSardaigne
-1999
6 (circa) Développement de la civilisation égyptienne(art égyptien)
du ïïe.
Minoen Moyen I -2050 à -1850 (1800) Minoen Moyen II -1850 (1800) à -1750 (1700) Minoen Moyen III -1750 (1700) à -1600
5 L'èreJômonremonte au Xe millénaire avant notre ère, vraisemblablement au peuplement d'origine du Japon, à l'époque où l'archipel n'était pas encore détaché du continent. L'archéologie distingue six ou sept phases dans cette période qui se prolongera jusqu'au ïïïe siècle av.J-C. Le ïïe millénaire se situe à la phase du Jômon moyen, s'achevant vers -1500. A cette époque, en l'absence de tour et de four, la poterie était réalisée en colombins, le potier superposant des boudins d'argile qu'il presse les uns sur les autres avant de laisser sécher dans la cendre. Les vases Jômons découverts semblent les plus anciens réalisés en Asie. Au Jômon moyen apparaissent descéramiquesdites « à dessins cordés » diversiIant les motifs décoratifs, notamment par l'ajout de ammèches sur les anses et les rebords. A la réalisation de poteries devait s'ajouter celle de petites Igurines. Jōmon naissant : -10 000 à -8 000  Jōmon primitif : -8 000 à -5 000  Jōmon ancien : -5 000 à -2 500  Jōmon moyen : -2 500 à -1 500  Jōmon tardif : -1 500 à -1 000  Jōmon înal : -1 000 à -300
6 Les rois de Thèbes, en venant s'installer plus au nord, ont subi l'ascendant de l'ancienne culture memphite. ïls l'ont assimilée plus encore que n'avaient fait les derniersMentouhotep. L'architecture s'ane et se diversiIe. Elle vise toujours à la grandeur, pour les dieux et les morts, mais à une échelle plus humaine que les massives constructions de l'Ancien Empire. ïl convient de rappeler que les pyramides de Kheops, considérées comme l'une des7 merveilles du mondeantique, remontent à environ -2800 (ïVe Dynastie). La statuaire, quant à elle, conserve les archétypes déInis en Egypte depuis la période préhistorique, les personnages masculins, debout, se tenant le pied gauche en avant tandis que les femmes ont les pieds joints. Les formes des membres ne sont pas complètement libérées du bloc de pierre.
4
7 (circa) Développement de la civilisationmésoaméricaine
8 (circa) L'introduction duchevalpar lesKassitesrévolutionne les stratégies guerrières
Nb: La date de -1999 est symboliquement choisie pour marquer le début du XXème millénaire mais les événements mentionnés peuvent avoir commencé un peu avant, ou après...
-1990
9 (circa) EnCrète, abandon progressif de la période de réalisation d'objets extravagants en céramique
La littérature, de son côté, atteint une Inesse et une variété inégalées jusque-là.
7 Cette civilisation présente des caractéristiques culturelles la distinguant des autres civilisations précolombiennes. Pour n'en citer que quelques-unes on peut noter une architecture rituelle comprenant des pyramides à degrés, des religions polythéistes avec la pratique des sacrifices humains, un système d'écriture, un système de numération, une agriculture basée sur le maïs. A noter également l'absence d'animaux domestiques, à l'exception du chien et du dindon. C'est autour de la civilisationMayaqu'ont été établies les subdivisions archéologiques, elles peuvent y correspondre ou être plus larges que pour celles-ci; elles restent en tout état de cause, comme toutes autres subdivisions de ce type, sujettes à controverses et interprétations mais permettent de retenir des comparaisons utiles. Préclassique -2500 à 200 Préclassique ancien -255 à -1200 Préclassique moyen -1200 à -400 Préclassique récent -400 à 200 Classique 200 à 900 Classique ancien 200 à 600 Classique récent 600 à 900 Postclassique 900 à 1492 ou 1500 (Conquista) Postclassique ancien 900 à 1200 Postclassique récent 1200 à 1492
8 Longtemps utilisé par les hommes comme gibier, le cheval paraît avoir été domestiqué en Europe centrale vers le milieu du ïVe millénaire AV. J.-C., auparavant on lui préférait les bovidés pour servir d'animal de trait. C'est vers cette époque qu'il commence à être attelé et monté. ïl ne sera diFusé dans le reste du continent qu'au ïïïe millénaire AV. J.-C. avec une innovation importante, celle de la roue à rayons, permettant la réalisation de chars légers tractables par des chevaux. Le cheval devient courant en Mésopotamie vers le XXïïïe siècle, les premières Igurations d'animaux montés en apparaissant vers -2000. Ce seront lesKassitesqui développeront leur utilisation en matière militaire, notamment avec le char de guerre, il faudra cependant attendre les Hittitespour voir se développer une véritable cavalerie engagée dans les batailles, devenant à cette époque une arme déterminante.
5
-1978
10 (circa) Epanouissement du style duNouvel EmpireenEgypte(art égyptien)
-1975
11 (circa) Début de lapériode de la céramique dite de Kamarès (Camarès) en Crète>-1700
9 Dès le XXVe siècle les crétois avaient commencé la réalisation d'objets usuels en terre dont les formes étaient extravagantes. C'est à partir du XXïe siècle que ces formes s'assagirent, jusqu'à un abandon progressif, au proIt d'oeuvres faisant intervenir la polychromie.
A Chypre, les potiers de l'âge du bronze ancien continueront la fabrication d'objets étranges et inhabituels pendant encore une centaine d'années.
10 Les nouvelles caractéristiques du style duNouvel Empireétaient apparues sous le règne d'Amenemhat Ier, mais elles devaient s'épanouir sous celui de son IlsSésostris, alors associé au trône. C'est dans le souvenir nostalgique des splendeurs de la ïVe dynastie que l'art puise alors son inspiration. En sculpture, tout comme à cette époque, les formes se font plus légères et plus naturelles, les cous plus amples et les têtes Ières, les épaules carrées et les corps bien faits. Par contre la sculpture royale devient plus imposante, le monarque étant représenté dans le but d'impressionner. Ces sculptures sont alors de grandes dimensions. De même la forme de la pyramide est rétablie dans les tombeaux et remplace les hypogées qui s'étaient imposées après l'Ancien Empire. Amenhemat et Sésostris les construiront à Licht, le premier en utilisant des pièces de monuments anciens, le Ils copiant le plan et la décoration du temple de Pépi ïï (Vïe dynastie) à Saqqarah. Trois autres rois de la Xïïe dynastie construiront des pyramides à Snéfrou. Les reliefs et les peintures tombales également réapparaissent. Elles représentent la vie quotidienne, mais elles reprennent des Igurations qui décoraient les mastabas de l'Ancien Empire, y introduisant simplement des coiFures et des costumes nouveaux. Par contre les scènes de luttes ou de batailles sont plus fréquentes, ainsi que les danses et les jeux.
11 EnCrète, dès les premiers palais la céramique peinte atteint avec le style dit de Kamarès (Camarès) une liberté et une souplesse exemplaires. La Inesse de la poterie est par ailleurs remarquable, surtout dans la période paléopalatiale, certaines réalisations pouvant avoir l'épaisseur d'une coquille d'oeuf (eggshell). ïl se distinguait par des décors polychromes et des associations de motifs. La surface est peinte en noir et, dessus, sont peints des motifs décoratifs géométriques ou oraux en blanc, jaune, orange et rouge.
6
-1970
12 (circa) Apparition du travail du bronze duLuristanenIran
13 (circa) «Le conte de Sinouhé», un des plus ancien texte delittératureégyptienne
-1950
14 (circa) Construction denavetasfunéraires dans les ïles Baléares
15 (circa) Développement des premiers palais enCrète
Les parois sont très Ines, ceci grâce au développement de nouveaux types de tours de potiers. Chaque vase a sa propre décoration. Les jarres à bec ponté (bridge-spouted) sont très répandues. Ce style, qui devait durer jusqu'à environ la In de la période dite protopalatiale, trouvera son apogée au Minoen Moyen ïï, période au naturalisme varié et aux formes plus élégantes. Le Minoen Moyen ïïï verra disparaître les décors polychromes, les dessins devenant blancs sur fond sombre, la décoration la plus typique étant alors la zébrure (tortoise shell ripple).
12 Cette civilisation, qui devait se développer surtout au Vïïïe siècle av. J.-C. à l’ouest et au sud-ouest d’ïspahan, correspond certainement à la civilisation mède.
Ces bronzes sont fabriqués selon la technique de la cire perdue. ïls sont décorés de chevaux ou de représentations de plusieurs animaux ou d'êtres fantastiques mi-humains mi-animaux.
13 « Le conte de Sinouhé » (Sinohé), peut-être inspiré de faits authentiques, raconte sous forme autobiographique les aventures d'un jeune homme amené à fuir l'Egypte. ïnstallé, puis marié en Syrie, il reviendra Inalement au service deSésostris Ieraprès nombre de péripéties. Cette oeuvre fut considérée par les Egyptiens eux-mêmes comme un classique, et utilisé à In pédagogique pour les scribes.
14 La construction des sépultures mégalithiques ditesnavetasest exclusive des îles Baléares. Ayant la forme de bateau renversé elles sont construites suivant une technique cyclopéenne, l’entrée est surmontée d’un linteau constitué de grandes pierres.
15 EnCrète, la construction d'ensembles architecturaux présentant des fonctions économiques, politiques et culturelles, sont proches des autres
7
16 (circa) Premières manifestation de l'existence de systèmes d'écritureenCrète
17 (circa) Le pharaonSésostrisIer établit un cordon de forteresses en paysKoush(Nubie)
(circa) En Egypte, le pharaonSésostrisune grande campagneIer entreprend de constructions et de restaurations des sanctuaires
18 (circa) Apparition d'unelittératuresuméro akkadienne de lamentation, sur tablettes en écriture cunéiforme
ensembles construits dans toute l'Asie antérieure. Aussi est-ce par facilité que leur est donné le nom de palais, bien que les historiens ne sachent rien du souverain qui les dirigeait.
Quoi qu'il en soit, la construction de ces « palais » devait modiIer profondément les données de la société minoenne. Avec eux existe alors une communauté contrôlant tous les biens sur un territoire déterminé. ïl s'agit bien alors d'un véritable royaume qui développera des ambitions et des exigences commerciales.
16 Parallèlement sera inventée une premièreécritureayant la fonction purement utilitaire d'enregistrer les biens des résidences palatiales. Les biens sont alors stockés et comptabilisés avant d'être redistribués à la communauté.
17 La ligne de défense deSésostris, établie en milieux hostiles, est constituée de diFérentes forteresses communiquant entre elles par un système de courrier. Bouhen, qui n'était qu'un comptoir, devient une place forte. Ses remparts de briques crues ont 5 m d'épaisseur et 10 m de haut. ïls sont surmontés de tours crénelées percées de meurtrières.
Le site se trouve aujourd'hui au-dessous du lac Nasser
18 ïl semblerait qu'une production littéraire soit apparue à la période paléo babylonienne, avant la In du millénaire, reprenant une tradition sumérienne. Avec la chute d'Ur se développe un genre particulier, celui de lamentations se rapportant au déclin des cités.
8
-1900
19 (circa) Construction de la citadelle deTroie V
20 Fin de la première période du Minoen Moyen enCrète(MMIA)
21 Fin du Chypriote Ancien et début du Chypriote Moyen (Chypre)
19 C’est à partir du XïXe siècle que commence la quête archéologique de la ville deTroie, connue depuis les textes homériques. Les fouilles commencèrent sur la colline d'Hissarlik pour tenter la réalité historique de l'existence de Troie. On a ainsi trouvé les restes superposés de neufs villes auxquelles, par commodité, fut attribué une numération, la Troie homérique du « royaume de Priam » se voyant attribuer le nom de Troie Vïï A.
Le site aurait été constitué vers -3000 (ï) et détruit par un incendie (invasions ?) vers -2500, époque à laquelle apparaît une seconde période (ïï) durant environ 300 ans. ïl semble que les destructions intervenues vers -2200 soient d'origine naturelle. ïl s'en suivra une reconstruction (ïïï), cette nouvelle cité subissant vers -2050 un nouveau tremblement de terre. La Troie ïV, qui se maintiendra jusqu'à environ -1900 étant moins prospère que les précédentes. La Troie V voit un nouvel essor, la ville étant entièrement reconstruite selon un véritable plan urbain où l'on voit se développer des demeures plus vastes qu'auparavant. La Troie Vï correspondra à l'âge d'or de la Cité, la Troie homérique orissante, avant les destructions. La Troie Vïï, qui peut correspondre à la guerre décrite dans l'ïliade, s'achève vers -1100, un incendie détruisant la cité, qui sera abandonnée pendant plusieurs siècles. C'est vers -700 que le site sera réoccupé, les niveaux Vïïï et ïX correspondant aux occupations grecques et romaines.
20 Alors que cette première phase appartient encore à la période prépalatiale, celle qui lui succède (MMïB 1900-1800) représente le début de l'époque protopalatiale, l'âge des premiers palais. La diFérentiation est surtout fondée sur lacéramique.Alors que la période qui s'achève a été monochrome avec une production surtout élaborée à la main, la nouvelle est polychrome avec une production utilisant le tour de potier rapide, apparu vers le dernier quart du XXe siècle.
21 L'île deChypresemble avoir été colonisée depuis l'Anatolie depuis le Vïïïe millénaire(site de Choirokoitia -Unesco) maisquasi désertée de la In du Vïe millénaire au milieu du Ve. Dès le ïVe millénaire, les Chypriotes semblent avoir exploité le cuivre, mais le nombre de sites augmente au Chypriote Moyen. La céramiquepeinte blanche fait son apparition. Mais c'est au Chypriote Récent que le commerce va s'intensiIer et que va se développer une culture de qualité. Chypriote Ancien -2300 à -1900
9
22 Elaboration d'un grand ensemble d'ouvrages hydrauliques dans le royaume deMâri
(circa) Début de l'utilisation croissante du fer et du cheval dans la plaine Indo-Gangétique>-1300
23 Dernières utilisations des signes de «l’écriturede l’Indus»
-1887
SousSésostris III, l'élite gravitant autour du pharaon se fera statuîer dans son apparat de prestige.
24 Représentation du défunt dans la pratique funéraire égyptienne
Chypriote Moyen Chypriote Récent
-1900 à -1625 -1625 à -1450
22 Il est possible que les premiers travaux d'irrigationdeMâriremontent à la fin du III millénaire mais, dans le palais du IIe millénaire, il existait un réseau de canalisations faites de briques cuites collectant l'eau de pluie des terrasses pour l'amener dans un réservoir, mais également un réseau d'assainissement. L'aménagement du pays sera fait grâce à de grands travaux hydrauliques, dont un grand canal d'environ 35 Km et d'autres plus petits. Il résulte de documents épistolaires retrouvés à Mâri que jusqu'à 2000 personnes purent être rassemblées pour la réalisation de ces travaux. Il est à noter qu'il semble que l'on y ait pratiqué la pisciculture, certains bras morts de l'Euphrate ayant été aménagés à cet effet. Un grand canal de navigation, le nahr Daourin, de 1 à 11 m de large sur une distance de 120 Km permettait en outre le transport des matières pondéreuses nécessaires à la métallurgie du bronze.
23 Apparus vers la moitié du ïïïe millénaire avant notre ère, ces signes constituent la troisième manifestation de l’apparition d’une écriture, après celles des égyptiens et des sumériens et avant celle de la Chine. Apparus dans la vallée de l’ïndus en ïnde et au Pakistan, quelques 400 signes ont été répertoriés, mais n’ont jamais été déchiFrés. Leur utilisation disparaît après -1900 sans que l’on sache à quelle langue ces signes appartenaient.
24 C'est à partir du règne deSésostris IIIque commence l'usage de la représentation des morts. Jusqu'à cette époque ils étaient représentés vivants et valorisés par leurs fonctions ou leurs tâches quotidiennes.
10
25 (circa) Le roi Sumu-El deLarsafait détourner un bras de l’Eufrate (irrigation)
26 (circa) Le roi Erishum Ier fait construire le temple d'Assour(Assur)
-1879
(circa) Le pharaonSésostris IIIfait creuser un canal à Séhel pour faciliter le passage des rapides de la première cataracte
-1850
27 (circa) Modiîcations du réalisme des sculptures dans l'art égyptien
28 (circa) Apparition àChyprede nouvelle figurines en argile à forme de planche
25 Ces travaux, qui durèrent une vingtaine d’année, permirent l’irrigation de nouvelles terres agricoles. ïls devait néanmoins être très préjudiciables à la Cité d’Isinqui était auparavant alimentée par ce cours d’eau.
26 Successeur du fondateur de la dynastie assyrienne, Shalim-ahum, Erishum régnera jusqu'à environ -1851. Son Ils ïkunum qui lui succédera entreprendra également des travaux importants dans la cité état d'Assour, capitale du royaume. 27 Les formes des statues marquent une tendance au formalisme. Le torse n'est plus modelé que sommairement avec des pectoraux simplement décoratifs, le nombril étant placé à la base d'un sillon ventral. Ce style de sculpture s'imposera tout au long du règne d'Amenemhat III .ïl ne s'appliquera cependant pas aux monuments funéraires, qui continueront à représenter le défunt de manière idéaliste, sur les modèles hérités de la ïVe dynastie. A noter, dans ce répertoire, l'adoption dans les représentations du pharaon assis, de la position des deux mains du souverain reposant sur les cuisses, attitude jusque là réservée pour les statues de femmes assises, canon qui s'imposera désormais. Un sourire naissant commence à se dessiner sur la bouche du monarque. Les statues de femmes et de reines deviennent plus courantes. A partir de la moitié de la Xïïe dynastie apparaîtront des statues de reines représentées en sphinges.
28 Ces Igurines de forme quadrangulaires, placées dans des tombeaux, imitaient grossièrement l'image humaine. Le nez et les oreilles sont façonnés et les autres traits du visage incisés. La poitrine est en général ornée de colliers également incisés. Ces objets possèdent assez souvent deux têtes, rappelant en cela l'usage des Igurines de « divinités jumelles » de la période chalcholithique (-3000 à -2300).
11