Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire) / The decoration of the painted gallo-roman pottery of Roanne (Loire) - article ; n°1 ; vol.34, pg 177-194

-

Documents
19 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue archéologique du Centre de la France - Année 1995 - Volume 34 - Numéro 1 - Pages 177-194
L'analyse des décors de la céramique peinte gallo-romaine, trouvée (et produite) à Roanne, permet de mettre en évidence une production traditionnelle, prolongeant un artisanat d'époque laténienne, tant par ses sources d'inspiration que par les procédés décoratifs mis en œuvre et sa faible normalisation. Le répertoire se répartit entre un nombre limité de modes de composition. Une extrême variété est néanmoins obtenue par le jeu de l'agencement, très diversifié, des motifs de remplissage.
Studying the decoration of the Gallo-Roman painted pottery found (and manufactured) in Roanne reveals a traditional craft, retaining strong links with the preceding La Tène industry in terms of its sources of inspiration as well as the techniques deployed and the lack of standardization. The decorative patterns can be sorted into a limited repertory of compositions, but a high degree of variation is nevertheless achieved by a versatile use of secondary infilling motifs.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de visites sur la page 201
Langue Français
Signaler un problème

Karine Grand
Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de
Roanne (Loire) / The decoration of the painted gallo-roman
pottery of Roanne (Loire)
In: Revue archéologique du Centre de la France. Tome 34, 1995. pp. 177-194.
Résumé
L'analyse des décors de la céramique peinte gallo-romaine, trouvée (et produite) à Roanne, permet de mettre en évidence une
production traditionnelle, prolongeant un artisanat d'époque laténienne, tant par ses sources d'inspiration que par les procédés
décoratifs mis en œuvre et sa faible normalisation. Le répertoire se répartit entre un nombre limité de modes de composition.
Une extrême variété est néanmoins obtenue par le jeu de l'agencement, très diversifié, des motifs de remplissage.
Abstract
Studying the decoration of the Gallo-Roman painted pottery found (and manufactured) in Roanne reveals a traditional craft,
retaining strong links with the preceding La Tène industry in terms of its sources of inspiration as well as the techniques deployed
and the lack of standardization. The decorative patterns can be sorted into a limited repertory of compositions, but a high degree
of variation is nevertheless achieved by a versatile use of secondary infilling motifs.
Citer ce document / Cite this document :
Grand Karine. Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire) / The decoration of the painted
gallo-roman pottery of Roanne (Loire) . In: Revue archéologique du Centre de la France. Tome 34, 1995. pp. 177-194.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/racf_0220-6617_1995_num_34_1_2727Revue Archéologique du Centre de la France, Tome 34, 1995.
Karine GRAND*
Le répertoire décoratif de
la céramique peinte gallo-
romaine de Roanne (Loire)
THE DECORATION OF THE
PAINTED GALLO-ROMAN
POTTERY OF ROANNE (LOIRE)
Mots-dés : Céramique peinte, Epoque romaine, Massif central, Roanne.
Key-words : Painted pottery, Gallo-roman, Massif central, Roanne.
Résumé : L'analyse des décors de la céramique peinte gallo-romaine, trouvée (et produite) à Roanne, permet
de mettre en évidence une production traditionnelle, prolongeant un artisanat d'époque laténienne,
tant par ses sources d'inspiration que par les procédés décoratifs mis en œuvre et sa faible normalis
ation. Le répertoire se répartit entre un nombre limité de modes de composition. Une extrême
variété est néanmoins obtenue par le jeu de l'agencement, très diversifié, des motifs de remplissage.
Abstract : Studying the decoration of the Gallo-Roman painted pottery found (and manufactured) in Roanne
reveals a traditional craft, retaining strong links with the preceding La Tène industry in terms of its
sources of inspiration as well as the techniques deployed and the lack of standardization. The decorative
patterns can be sorted into a limited repertory of compositions, but a high degree of variation is neverthel
ess achieved by a versatile use of secondary infilling motifs.
* Centre archéologique départemental, Musée Déchelette, 42328 ROANNE Cedex. 178 R.A.C.F. 34, 1995.
découvert est exceptionnellement abondant et révèle
l'existence de productions régionales dès le IIe siècle INTRODUCTION:
av. J.-C.
1. RÉPERTOIRE MORPHOLOGIQUE Le répertoire de ces céramiques laténiennes a 1,1 .Bols de Roanne - récemment fait l'objet d'études spécifiques, suscitées 1.2. Vases globulaires *
par la richesse de la décoration, qui intègre en parti1.3.piriformes
1.4. Couvercles • culier des motifs animaliers (bessou 1967 ; guichard
1987, 1994). La céramique gallo-romaine qui en est 2. RÉPERTOIRE DÉCORATIF
issue présente des différences notables. En effet, dès 2.1 ^Disposition du décor de base-
2.2. Disposition des décors surpeints le début du Ier siècle av. J.-C, le répertoire décoratif
2.3. Modes de composition des décors surpeints s'est appauvri — disparition des décors animaliers — 2.3.1, Registres multiples et secondaires*
et le répertoire morphologique s'est simplifié au 2.3.2. Registres principaux •>
2.4* Motifs de remplissage des décors surpeints -, profit d'une forme dominante, celle du "bol de
Roanne ", qui se stabilise dans la seconde moitié du 3. ANALYSE:
Ier siècle av. J.-C. (guichard, picon, vaginay 1991 : 3.1. Évolution du style décoratif*
3.2. Sources d'inspiration * 217).
3.3. Économie de la production - La céramique peinte, qui représente près de 20 %
du vaisselier roannais1 dans la seconde moitié du Ier CONCLUSION
siècle (Fig. l)2, a suscité une première étude de
■ BIBLIOGRAPHIE synthèse voici vingt ans (PÉRICHON 1974). L'augment
ation considérable du corpus documentaire, raffin
ement de la chronologie du matériel roannais (genin,
lavendhomme à paraître) et la meilleure connais
sance des productions laténiennes dont elle est issue INTRODUCTION
justifiaient le réexamen de son répertoire décoratif.
Dès la fin du XIXe siècle, les découvertes de cér Grâce à une large base documentaire provenant
amique peinte gallo-romaine dans le Forez et le Roann
ais attirent l'attention des chercheurs locaux
18 (DURAND 1890; DÉCHELETTE 1895). Rapidement,
1 16H l'intérêt porté à ces productions artisanales dépasse a> 14 le simple cadre régional, grâce à Joseph Déchelette a> 12 H qui les mentionne dans son Manuel d'archéologie
(DÉCHELETTE 1914: 1488-1494). L'expression " céra- Ë * ° 10 8 H
•o mique peinte de Roanne" apparaît au début des
6i ce années 1960. Depuis, l'appellation "bol de type 4 Roanne " est communément utilisée pour désigner 2i
une grande variété de céramiques peintes de la fin de
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 l'Âge du Fer et de la période romaine, ayant en 6,4 9,5 4,9 2,1 8,1 12 7,8 14 18 3,3 3,6 4,6
commun leur forme basse relativement ouverte, leur Horizons système de décoration et leur fabrication dans des
Fig. 1 : Évolution chronologique de la fréquence de la céramique régions ayant appartenu au monde laténien (Céra peinte dans le répertoire roannais du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle mique 1991). ap. J.-C, en % du nombre de vases par horizon (adapté d'après
Ces céramiques peintes gallo-romaines suscitent LAVENDHOMME, GUICHARD en préparation et GENIN, LAVEND
HOMME à paraître). un regain d'intérêt depuis trente ans, à la suite de la
mise en évidence, dans plusieurs régions, des
1. En nombre de vases. productions de la fin de la période laténienne util 2. Le cadre chronologique utilisé est celui mis en place par sériation
isant des techniques identiques et un répertoire décor du mobilier roannais (LAVENDHOMME, GUICHARD en prépara
tion ; GENIN, LAVENDHOMME à paraître) : Horizon 1 = 180-160/ atif comparable (un bilan de ces découvertes est 130 av. J.-C. ; Horizon 2 = 130/100 av. J.-C. ; 3 = 100/70 av.
donné dans Céramique 1991). L'importance du J.-C. ; Horizon 4 = 70/40 av. J.-C. ; Horizon 5 = 40/15 av. J.-C. ;
Horizon 6=15 av./15 ap. J.-C. ; Horizon 7 = 15/30 ap. J.-C. ; Horizon Roannais et du Forez — qui correspondent au terri 8 = 30/70 ap. J.-C. ; Horizon 9 = 70/110 ap. J.-C. ; Horizon 10 = toire de la cité antique des Ségusiaves — n'a cessé de 110/150 ap. J.-C; 11 = 150/180 ap. J.-C; 12 =
se confirmer en la matière. En effet, le matériel 180/230 ap. J.-C. répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire). 179 Le
Roanne3 — près de Aux Ier et IIe siècles ap. J.-C, le répertoire morpholuniquement du site de
3 700 tessons, représentant environ 900 vases —, le ogique de la céramique peinte est beaucoup moins
diversifié que celui de la période précédente. Le " bol présent travail4 tente de préciser les caractéristiques
de Roanne " représente à lui seul 96 % de notre masse du répertoire décoratif roannais, par la mise en place
d'un cadre descriptif plus détaillé que celui proposé documentaire6. Le reste, hormis quelques rares
formes résiduelles des IIe et Ier siècles av. J.-C, se par R. Périchon (périchon 1974).
Chronologiquement, notre étude va du milieu de répartit entre différentes formes connues seulement
à quelques unités : vases globulaires, vases piri- l'époque augustéenne, période où se stabilise le
répertoire gallo-romain, à la première moitié du formes et couvercles.
IIP siècle, quand disparaissent ces productions. Mais,
c'est surtout le milieu du Ier siècle qui fournit l'essent 1.1. Bols de Roanne
iel de notre documentation. La céramique peinte
recueillie dans des ensembles postérieurs au Ier siècle De forme basse ouverte, globulaire, le bol de
est toujours en grande partie résiduelle. Roanne (PÉRICHON 1974: forme 16; VAGINAY,
guichard 1988: forme 33ll) possède une lèvre en
bourrelet dans le prolongement exact de la panse et
un fond, plus ou moins soulevé, dépourvu d'anneau 1. RÉPERTOIRE MORPHOLOGIQUE
de pose (Fig. 2, nos la à le). Ce type apparaît vers
La céramique peinte de Roanne appartient à la 40-30 av. J.-C. dans le sous-sol roannais et se
catégorie des céramiques fines. Les vases sont rencontre jusqu'au début du IIP siècle. La mise au
jour en 1987 d'un four producteur de bols peints tournés, cuits en mode A (réducteur-oxydant). La
pâte, non calcaire, est claire et oscille du beige pâle à (inédit) confirme définitivement l'hypothèse avancée
l'orangé et au brun. Généralement bien épurée, ce par Déchelette sur l'existence d'une production roann
qui témoigne du soin apporté à sa préparation, elle aise. D'autres centres de production sont toutefois
présente cependant quelques fins dégraissants identi attestés. Des ateliers d'époque augustéenne ont été
repérés à Saint-Romain-en-Gal (arcelin 1981) et à fiables à l'œil nu, essentiellement du mica, très abon
dant en surface, du quartz, du feldspath et peut-être Aoste (LAROCHE 1988). D'autres ateliers de Gaule
de la chamotte. Sa composition élémentaire a été centrale en ont sans doute fabriqué : Lezoux sûre
mise en évidence par spectrométrie de fluorescence ment, Nevers probablement (bols retrouvés récem
ment en contexte d'atelier ; aimable information de X (VICHY, PÉRICHON, PICON 1981)5.
M. Joly). Mais aucun de ces centres n'a suscité une
consommation aussi importante que celle observée à 3. Hormis quelques vases peints découverts au XIXe siècle et
conservés au musée Déchelette de Roanne, cette étude repose Roanne, et plus largement en territoire ségusiave, au
uniquement sur du mobilier issu d'ensembles clos de chantiers roan Ier siècle ap. J.-C. nais récents : Hôpital (1979), Fosse 3 (Horizon 8) et Fosse 4 (Horizon
Au cours des deux siècles et demi ou trois siècles 9?); Place De-Lattre-de-Tassigny (1959-62), Fosse 9
5/début Horizon 6 ?) et Fosse 5 (Horizon 8) ; 25, rue A.-Thomas de son existence, le bol de Roanne connaît une (1961), (Horizon 12 ?) ; 47, rue A.-Thomas (1988), Fosses E4, E7 et FI constante évolution morphologique. La forme, très (Horizon 8) et C15 (Horizon 6) ; Rue B.-Malon (1986), Fosse 13 9/Horizon 11) ; 49, rue de Charlieu (1965), (Horizon 8 ?) ; globulaire à l'époque augustéenne (Fig. 2, n° la),
45, rue de Charlieu (1979), Fosses 8 et 5 (Horizon 8 ?) ; 28, rue des s'évase progressivement pour atteindre sa forme Aqueducs (1984), Fosse 3 (Horizons 7 et 8) ; Rue Gilbertès (1966-69) : n° " classique " (Fig. 2, " sondage G2 ", Fosses 1 et 2 (Horizon 8), " sondage G3 ", Fosse 2 qui évolue à la fin du Ier lb),
(Horizon 6/Horizon 7 ?), " sondage G4 *, Fosses 1 et 2 (Horizon 8) ; 5, n° siècle le). ap. J.-C. vers une forme très ouverte (Fig. 2, rue Gilbertès, (1987), Fosse 15 (Horizon 6), Fosse 22001 7),
Fosses 26 et 49 (Horizon 8), Fosse 14 (Horizon 10).
4. Il est issu d'un mémoire de maîtrise préparé au département d'His La forme est issue d'un répertoire de jattes apodes toire de l'Art et d'Archéologie de l'université Lumière - Lyon II sous et fermées qui se met en place à La Tène D2, pour la direction de A. Pelletier (GRAND 1993). Nous tenons à remercier
A. Pelletier et V. Guichard de leurs conseils et de leur soutien lesquelles on ne trouve aucun précédent dans le
pendant sa préparation. Ce travail a pu être mené à bien grâce au répertoire régional plus ancien ou parmi la vaisselle soutien technique du Service Régional de l'Archéologie de Rhône-
importée des régions méditerranéennes, sauf peut- Alpes, qui a mis à notre disposition les moyens du centre archéolo
gique départemental de la Loire, dont nous tenons à remercier être les très rares bols hellénistiques à relief. La finichaleureusement la responsable, M.-O. Lavendhomme, qui nous a tion soignée et la décoration de nos récipients inviégalement permis, avec M. Genin, d'utiliser le manuscrit de leur
étude inédite (GENIN, LAVENDHOMME, à paraître). tent à les associer à la présentation de la nourriture
5. Ces analyses ont permis d'identifier des groupes producteurs de
céramique peinte de type Roanne, dans le Roannais, dans le Rhône,
dans l'Allier et dans la région de Lezoux. 6. En nombre de vases. R.A.C.F. 34, 1995. 180
Fig. 2 : La céramique peinte gallo-romaine de Roanne : répertoire morphologique.
plus qu'à sa préparation. Peut-être s'agit-il de vases à 1.3. Vases piriformes
boire, comme les céramiques sigillées Drag. 29 et
Drag. 37 (marichal 1988: 88-89) qui les ont sans Ces vases (périchon 1974 : forme 9) présentent, à
doute en partie remplacés sur la table roannaise de la mi-hauteur ou au tiers inférieur, une panse élargie
fin du Ier siècle. En revanche, les diamètres d'ouver qui s'étrangle progressivement jusqu'à l'ouverture,
ture des bols de Roanne, approximativement sans posséder un col dégagé. La lèvre en gouttière
semble conçue pour recevoir un couvercle. La base, compris entre 8 et 27 cm, suggèrent une certaine
polyvalence d'utilisation, plus que ces bols à décor soulevée, possède un discret anneau de pose (Fig. 2,
moulé en céramique sigillée. n°3).
Comme les précédents, ces vases ont été produits
en petit nombre au cours de la période 30-70 ap. J.-C. 1.2. Vases globulaires
On en dénombre sept sur le site-même de Roanne et
Ces vases (périchon 1974 : forme 17) possèdent une deux autres dans sa région proche, sur Y oppidum du
panse sphérique et une lèvre en saillie formant un Crêt-Châtelard (Loire) (périchon 1974 : pi. 18, Fig. 4
léger bourrelet arrondi, identique à celle des bols. et 5). Nous avons également pu en recenser un à Brive
(Corrèze) (objet inédit; aimable renseignement de Toujours soulevé, le fond est marqué par un discret
bourrelet de pose (Fig. 2, n° 2). La similarité du F. Moser), de provenance apparemment non-roann
diamètre d'ouverture et de celui de la base confère à aise.
cette forme un aspect très équilibré et symétrique.
À ce jour, seul le sous-sol roannais a livré des cér 1.4. Couvercles
amiques de ce type, et en très petit nombre : moins
Produits au Ier siècle ap. J.-C, les couvercles peints d'une dizaine. Les plus beaux exemplaires provien
nent de la nécropole, installée à environ 800 m au sud (périchon 1974 : forme 20) se présentent sous la forme
de cônes très évasés surmontés d'un petit bouton de du bourg antique.
préhension (Fig. 2, n° 4). Trois exemplaires de petite Le contexte de découverte de ces céramiques
taille — entre 9 et 10 cm de diamètre — semblent permet, quant à lui, de situer leur utilisation durant la
période 30-70 ap. J.-C. adaptés aux vases piriformes. Un seul, de diamètre Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire). 181
Fig. 3 : La céramique peinte gallo-romaine de Roanne : disposition des couleurs de fond.
nettement plus élevé — 25 cm — a pu servir à couvrir 2.1. Disposition du décor de base
un bol.
Ce décor consiste en registres alternativement
blanc et rouge, qui épargnent généralement la base 2. RÉPERTOIRE DÉCORATIF
du vase et une partie de la lèvre. Les plus anciens bols
La technique d'ornementation poursuit une tradi présentent une large bande rouge encadrée par deux
tion déjà connue à la fin de l'époque laténienne. blanches plus étroites (Fig. 3, n° la) mais le blanc
Préalablement lissée, la surface extérieure du vase prend rapidement une place prépondérante et le
reçoit avant cuisson un décor de base, soigneuse n° lb), vraisemblaschéma inverse s'impose (Fig. 3,
ment poli ensuite : pigment argileux rouge, constitué blement pour des raisons pratiques, car le décor
surpeint — généralement limité à la bande centrale — d'hématite, ou blanc, constitué d'argile kaolinique
dépourvue de fer. Le décor est ensuite tracé, après gagne alors en lisibilité. Quelques exemplaires
cuisson, avec un pigment brun organique témoignent cependant d'expériences isolées. Sur l'un
(GUICHARD, GUINEAU 1991). de nos vases, les bandes rouges ont été remplacées
Alors que dans son analyse typologique des par une couverte brune, apparemment de même
décors de bols peints, Robert Périchon avait privi nature que le pigment des décors surpeints et qui
légié les motifs (PÉRICHON 1974 : 22-41), nous préfé recouvre toute la partie inférieure du récipient. Sur
rons procéder différemment. Nous allons organiser trois autres vases, une bande blanche unique orne la
panse (Fig. 3, n° le). notre étude suivant les étapes supposées de la
conception et de la mise en place du décor:
disposition du décor de base (cf. 2.1.), délimitation Le décor de base des céramiques peintes roan
des registres (cf. 2.2.), organisation du décor au sein naises est donc très rarement uni, sauf dans le cas des
de chaque registre (cf. 2.3.) et variété des motifs de vases globulaires, qui sont uniformément peints en
n° 2). remplissage (cf. 2.4.). blanc (Fig. 3, R.A.C.F. 34, 1995. 182
répertoire roannais, évoque les godrons qui ornent Les vases piriformes présentent, comme les bols,
une succession de bandes blanches et rouges, qui souvent les calices Drag. 11 et les bols Drag. 29 en
céramique sigillée ; ce registre est surmonté par un occupent la moitié supérieure du récipient (Fig. 3,
nos 3a et 3b). Le blanc prend également sur ces vases registre secondaire au décor végétalisant, également
une place prépondérante, mais le rouge continue à original.
recevoir parfois un décor surpeint complexe. L'espace disponible sur les vases piriformes favo
rise la multiplication des registres (Fig. 13, nos 4 à 6), Les couvercles sont ornés eux aussi de bandes
nos 4a et 4b), rouges et blanches concentriques (Fig. 3, dont la hiérarchisation semble préservée (Fig. 13,
auxquelles se superpose, au moins dans un cas, un n°5).
n° 7). Enfin, le seul fragment de couvercle décoré dont décor surpeint (Fig. 13,
nous disposons (Fig. 13, n° 7) est trop fragmentaire
pour que l'on puisse trancher entre ces deux types de 2.2. Disposition des décors surpeints
décoration.
Le décor surpeint s'organise en registres success
ifs, dont les limites, matérialisées par des traits hori 2.3. Modes de composition
zontaux, se superposent le plus souvent à celles des des décors surpeints
différentes plages colorées du décor de base.
La grande homogénéité des décors permet de Deux systèmes sont employés sur les bols. Le
premier présente une succession de registres non proposer un classement unique, indépendant des
hiérarchisés, de hauteur relativement homogène. formes qui les supportent. Les registres des vases à
Nous parlerons alors de registres multiples (M) décors non hiérarchisés (M) et les registres
(Fig. 11, n° 1 ; Fig. 12, n° 4). Dans le second système, secondaires des décors hiérarchisés (S) sont traités
un registre est privilégié par sa hauteur ou la complex ensemble et en premier lieu puisqu'ils présentent des
ité de son décor. Ce registre principal (P) peut être répertoires analogues et simples (cf. 2.3.1.). En
seul (Fig. 11, nos 4, 5 et 7) ou, plus rarement, encadré revanche, les registres principaux des décors hiérar
chisés (P), en grande partie différents et plus par des registres géométriques secondaires (S)
(Fig. 11, nos 2 et 6). élaborés, nécessitent un second classement (cf.
Toujours hiérarchisé, le décor des vases globu 2.3.2.).
laires s'étage sur toute la hauteur du récipient Dans ces deux cas, les modes de composition sont
(Fig. 12, nos 7 à 9 ; Fig. 13, nos 1 à 3). La partie la plus répertoriés numériquement. Cette typologie
demeure donc ouverte, puisqu'elle peut intégrer renflée de la panse reçoit généralement le registre
éventuellement de nouveaux modes de composition. principal (P). Le nombre et l'aspect des registres
secondaires, disposés de part et d'autre, varient et Ce classement typologique permet une systémati
sation de la description des décors en partant conven- donnent ou non une impression de parfaite symétrie.
Deux vases (Fig. 13, nos 2 et 3) présentent un trait tionnellement du sommet du vase. Cette descrip
ement particulier : la panse est recouverte par un très tion peut se présenter par exemple sous la forme :
large registre dont le décor, sans comparaison dans le M7/M6/M2/M10 (pour le vase illustré par la Fig. 11,
4 v\00\0^0VOO>N 7 10 urnimi
77.
» 3a 'CCCCUC
» XXI
Fig. 4 : La céramique peinte gallo-romaine de Roanne : répertoire des registres secondaires et multiples. répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire). 183 Le
n° classement permet d'ordonner l'ensemble des décors 1) n° 2). ou Pour : S2/P7a/S2 les registres (pour principaux, celui illustré on peut par la éventueFig. 11, des vases peints gallo-romains de Roanne, à l'exclu
llement préciser entre parenthèses la nature des sion d'un seul, fragmentaire (Fig. 12, n° 6), dont la
composition apparemment complexe s'explique motifs de remplissage utilisés (cf. 2.4.), soit la
peut-être simplement par un raccord fantaisiste dans description complète pour le même exemple:
une frise de mode de composition classique P5a. S2/P7a(R3a, R8)/S2.
La fréquence relative des différents modes de
2.3.1. Registres multiples et secondaires (Fig. 4) composition est résumée sur un tableau de dénom
brement (Fig. 8). Ml et SI : traits horizontaux.
Plus ou moins épais, isolés, doubles, voire triples, ils délimitent PI : damier.
ou soulignent le registre central. C'est le seul décor surpeint P2 : métopes.
attesté parfois sur les bandeaux rouges des bols. Le registre est découpé en compartiments rectangulaires déliM2 et S2 : échelle horizontale. mités par des séparations verticales plus ou moins élaborées :
Très fréquent, même sur les vases globulaires et les formes simple trait rectiligne ou motif plus complexe, issu du répertoire
hautes, ce décor présente de nombreuses variantes, selon l'incl des registres secondaires (Fig. 4 : S2 et S10). Les compartiments
inaison, l'épaisseur ou la distance des barreaux. font l'objet d'un remplissage également très variable : M3 et S3 : damier. P2a : pas de remplissage.
Particulièrement fréquente sur les bols, cette composition peut P2b : remplissage géométrique simple (ligne ondée, hachures...) être formée de rectangles pleins ou hachurés. La première solu P2c : composition en croix aux branches obliques. tion est seulement utilisée sur les vases globulaires et la seconde P2d : structurée par deux arcs de cercles verticaux
sur les vases piriformes. adossés.
M4 et S4 : hachures obliques interrompues. P2e : composition par deux arcs de cercles horizontaux
Relativement fréquente sur les bols à décor non hiérarchisé, cette adossés.
composition est aussi connue sur un vase piriforme, en tant que P2f : structurée par quatre arcs de cercles adossés.
registre secondaire. P2g : composition par deux arcs de cercle en vis-à-vis, M5 et S5 : frise de triangles délimités par des faisceaux de traits parallèles à une diagonale du métope.
parallèles. P2h : structurée par trois arcs de cercles adossés.
Fréquente sur les bols, cette composition orne également des Pour les variantes d à h, les triangles curvilignes délimités par les vases globulaires et piriformes. arcs sont toujours pleins.
M6 et S6 : quadrillage oblique. P3 : frise de médaillons circulaires.
Ce décor est employé sur des bols et sur des vases piriformes. P3a : médaillons délimités par des arcs de cercle adossés filM7 : frise de pyramides à gradins sur un côté, de sens alterné. iformes.
Cette composition ne se rencontre que sur les bols. P3b : séparés par des motifs pleins formés par deux
M8 : frise de losanges pleins. arcs de cercles adossés. Ce décor n'a été observé que sur un bol tardif. P4 : frise de losanges curvilignes.
M9 : composition mixte. Ces losanges sont formés de deux rangées d'arcs de cercles hori
Elle présente deux motifs employés conjointement : des petits zontaux adossés. Ils sont toujours pleins. rectangles pleins et des rectangles hachurés obliques. Elle orne P5 : compartiments triangulaires alternés. un bol du Ier siècle ap. J.-C. Le remplissage des triangles présente deux solutions :
M10 et S10 : composition en métopes : ligne ondée verticale P5a : un triangle curviligne plein occupe le sommet du compartiencadrée de séparations rectilignes. ment.
Cette décoration est assez fréquente sur les bols. P5b : l'espace est meublé par deux triangles curvilignes pleins qui
SU : frise de volutes. déterminent une palmette simplifiée en réserve. Rencontrée sur plusieurs vases globulaires, cette composition P6 : frise de palmettes enchaînées. semble caractéristique de cette forme, puisqu'elle n'a jamais été L'alternance de triangles curvilignes pleins, de sens opposé, déli
observée sur un bol. mite une frise en réserve de palmettes enchaînées — au sens où
512 : frise végétalisante. chaque pétale appartient à deux successives ouvertes, Connue uniquement sur deux vases globulaires, cette frise se l'une vers le haut, l'autre vers le bas — .
compose d'une double ligne ondée, sur laquelle se greffent de P7 : frise de triangles horizontaux.
part et d'autre de fines volutes. Comme les trois suivants, ce mode de composition se caractérise 513 : parenthèses opposées et accolées par leur milieu. par l'absence de plan vertical de symétrie : la frise est orientée. Connue sur les bols sous la forme d'un registre principal (P3a), Deux variantes peuvent être discernées :
cette composition apparaît en position secondaire sur les vases P7a : les triangles sont curvilignes et pleins. piriformes. P7b : les ont la forme de feuilles de lierre.
P8 : frise de postes.
La base des postes forme un triangle curviligne qui est toujours 2.3.2. Registres principaux (Fig. 5 à 7) plein.
P9 : frise d'esses enchaînées.
Le classement qui suit résulte de la prise en La frise apparaît en réserve, délimitée par des triangles curvili
gnes pleins asymétriques. compte des seuls motifs qui, appliqués en premier P9a : les triangles sont appuyés sur les bords du registre.
sur la surface du vase, ordonnent l'architecture du P9b : les flottent dans le champ du registre.
P10 : rinceau. décor. L'adjonction ultérieure de divers motifs Ce mode de composition se caractérise par un rinceau qui fait supplémentaires peut conduire à une grande variété office de tige pour une composition végétale orientée.
PlOa : la tige porte des pousses en forme de volutes, auxquelles se d'aspect des décors de même mode de composition,
greffent des triangles curvilignes. comme en témoignent les exemples de réalisation PlOb : la tige porte des feuilles en réserve délimitées par des
proposés pour chacun (Fig. 5 à 7 : 3e colonne). Ce trapèzes curvilignes. '
184 R.A.C.F. 34, 1995.
Compositions Variantes Exemples roannais
PI
P2
II
vî^n. ^n ^\\\ 1 | HI 11 - -~
Fig. 5 : La céramique peinte gallo-romaine de Roanne : répertoire des modes de composition des registres principaux des décors hiérarchisés.
Chaque mode est complété de ses éventuelles variantes (deuxième colonne) et des exemples de réalisation (troisième colonne). Le répertoire décoratif de la céramique peinte gallo-romaine de Roanne (Loire). 185
Compositions Variantes Exemples roannais
P3
lis P4
P5
P6
Fig. 6 : La céramique peinte gallo-romaine de Roanne : répertoire des modes
de composition des registres principaux des décors hiérarchisés (suite).