Les amants de Venise, un mythe littéraireJean Courjon

-

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les amants de Venise, un mythe littéraireJean Courjon

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 198
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
artLe titre de cet exposé est emprunté à Charles Maurras, auteur du roman inspiré lit&térature par le séjour d'Alfred de Musset et de George Sand à Venise. Le premier coup de génie de Venise fut de s'installer sur les îlots de boue où personne n'aurait eu l'idée d'aller. Son second coup de génie fut de faire le contraire des autres Etats qui ne parlaient que d'amour de Dieu, de croisades et d'amour courtois, en ne songeant qu'à s'enrichir et à monopoliser le commerce de l'Orient via Constantinople et l'Adriatique. Venise anoblit ses commerçants les plus fortunés, faute de noblesse féodale. Les amants de Venise,tymnueirratéitlhe Jean Courjon -
26
LE ROTARIEN - AVRIL 2007
n -, -,
s. e. .
e
--George Sand Venise où il loue cependant une gondole. Dans son Journal de e plaint du caractère soupçonneux du gouvernement nise. La place San Marco et l'Arsenal lui semblent choses les plus remarquables. La vie n'y est pas chère puisqu'il n'y faut nul cheval" ! En 1739, le Président du Parlement de Bourgogne, Charles de Brossesdécrit "cette ville ouverte, sans portes, sans fortifications et sans un seul soldat de garnison, imprenable par mer et par terre, où règnent liberté et tranquillité". "L'affolement de cette nation pour la musique est inconcevable". Le résident s'intéresse aux aspects linguistiques de l'ita-n et consulte le "Tariffa della putane de Venezzia" ! -Jacques Rousseauarrive en 1743 à Venise comme Alfred de Musset ire du duc de Montaigu, nommé ambassadeur de France. Iapprécie peu le diplomate dédaigneux et brutal auquel il règle ses comptes dans Les Confessions. Cela ne l'empêche pas de s'adonner aux plaisirs de la musique et du sexe. "Je m'engouais très vite pour l'opéra", écrit-il.Avec passion il écoute les motets à grand chœur et grand orchestre dans les maisons pour l'éducation des jeunes filles et admire la fraîcheur et le piquant de la courtisane Zulietta "aussi charmante que vive, une brunette de 20 ans au plus". LE ROTARIEN - AVRIL 2007 27