Rémy Comment
7 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Rémy CommentExtrait du Divergence FM - 93.9 FM - Montpellierhttp://divergence-fm.orgRémy Comment- Espace Expression Libre - Date de mise en ligne : samedi 6 avril 2002Divergence FM - 93.9 FM - MontpellierCopyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier Page 1/7Rémy Comment Rémy Comment photographie des villages la nuit, et c'est la lumière qui paradoxalementmarque son travail. La lumière et les jeux d'optique pour des clichés bien lointains de la cartepostale ensoleillée.La photographie : une vocation qui n'a pas souffert le compromis du metier de photographede presse... trop corrupteur au goût de l'artiste.G. G. : On pourrait peut-tre vous prsenter vous, avant de parler de cette exposition.Rmy Comment : Donc, a fait pas mal d'annes que je fais des photos, j'avais travaill comme professionnel, et je mesuis arrt de le faire il y a pas mal de temps dj. Depuis ca m'a toujours dmang de reprendre, et donc depuis unedizaine d'annes, je fais nouveau des recherches, du travail, des amusements exprimentaux sur des photos, traversun travail... non numrique, sur le procd argentique...G. G. : Vous avez plutt commenc tt, l'adolescence ?R. C. : Ouais, ouais... m'intresser ca, bricoler... en trouvant de vieux appareils dans des greniers, des chosescomme a. M'amuser surtout au niveau du travail de labo, principalement, qui m'intressait, puisque le travail de lachimie est amusant, passionnant. Voir la photo venir dans un bac, c'est quelque chose de toujours ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 74
Langue Français
Rémy Comment
Extrait du Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
http://divergence-fm.org
Rémy Comment
- Espace Expression Libre -
Date de mise en ligne : samedi 6 avril 2002
Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 1/7
Rémy Comment
Rémy Comment photographie des villages la nuit, et c'est la lumière qui paradoxalement
marque son travail. La lumière et les jeux d'optique pour des clichés bien lointains de la carte
postale ensoleillée.
La photographie : une vocation qui n'a pas souffert le compromis du metier de photographe
de presse... trop corrupteur au goût de l'artiste.
G. G. :
On pourrait peut-tre vous prsenter vous, avant de parler de cette exposition.
Rmy Comment :
Donc, a fait pas mal d'annes que je fais des photos, j'avais travaill comme professionnel, et je me
suis arrt de le faire il y a pas mal de temps dj. Depuis ca m'a toujours dmang de reprendre, et donc depuis une
dizaine d'annes, je fais
nouveau des recherches, du travail, des amusements exprimentaux sur des photos,
travers
un travail... non numrique, sur le procd argentique...
G. G. :
Vous avez plutt commenc tt,
l'adolescence ?
R. C. :
Ouais, ouais...
m'intresser
ca,
bricoler... en trouvant de vieux appareils dans des greniers, des choses
comme a. M'amuser surtout au niveau du travail de labo, principalement, qui m'intressait, puisque le travail de la
chimie est amusant, passionnant. Voir la photo venir dans un bac, c'est quelque chose de toujours excitant...
G. G. :
Ces dbuts prcoces vous ont permis de dmarrer une carrire professionnelle, alors pourquoi avoir arrt ?
R. C. :
J'ai arrt parce que je trouvais qu'il y avait une espce de sorte de corruption,
travailler et
gagner de l'argent
comme a...
G. G. :
Vous travailliez
l'poque pour la presse ?
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 2/7
Rémy Comment
R. C. :
Je travaillais pour la presse, oui. Je trouvais que je me salissais... la part de jeu, et la part d'amusement qu'il y
avait dans cette affaire s'teignaient petit
petit, au fur et
mesure que je gagnais de l'argent, au fur et
mesure, le
plaisir s'estompait.
G. G. :
Ca a dur longtemps, cette espce de drive et de prise de conscience ?
R. C. :
Non, a a t une usure... de type rosion naturelle...
G. G. :
Justement l'rosion naturelle... des fois a prend du temps !
R. C. :
Ouais, mais des fois, il se trouve qu'il y a des intempries un peu violente qui font que... l'argile s'effrite
rapidement...
G. G. :
Aprs cette interruption, comment vous avez vcu ?
R. C. :
J'ai travaill... j'ai fait plein de travaux diffrents, j'tais mcanicien auto, ou maonnerie, ou n'importe quoi. J'ai fait
de l'dition, j'ai cre une boite d'dition il y quelques annes de a, avec quelques soucis. Et bon, j'ai toujours russi
avoir
suffisamment de quoi survivre sans avoir
trop me salir par rapport
mes activits.
G. G. :
Du coup faire de la photo plus artistique... L'ide de faire de la photo artistique tait dj prsente quand
vous vous tes arrt ?
R. C. :
J'avais jamais arrt
titre personnel, comme jeux exprimental, au niveau chimie, manipulations optiques, jeux
de lumires etc... C'tait une chose qui m'avait toujours intress. Et puis il s'est trouv il y a quelque annes de a que j'ai
des amis qui ont vu ces photos que j'ai faites
l'poque, qui taient d'un milieu... artistique qui m'tait tranger, et qui m'ont
dit qu'il fallait que je dveloppe ce travail, que je fasse autre chose que de les garder dans un carton chez moi, ou que
je ne les montre qu' des amis.
G. G. :
On a hsit pour cette expo entre deux sries de photos : celle que l'on peut voir actuellement et puis une
autre srie sur la tauromachie. Quels sont les thmes qui attirent votre oeil photographique ?
R. C. :
Principalement le mouvement, puis il y toujours une espce de... d'arrire pense assez parodique par rapport au
sujet classique. C'est
dire, en ce qui concerne ce qu'il y a ici
Divergence, les villages, il y a une espce d'ironie ou de
parodie par rapport
la reprsentation qu'il y a des villages, notamment sur les cartes postales, avec les champs de
lavande etc etc... Pour ce qui concerne les taureaux, les aficionados aiment bien le trait crisp du taureau ou le trait fig
du torero... Moi je prfre de loin jouer sur le mouvement, jouer sur les masses en mouvement. Je m'amuse aussi
faire
des natures mortes assez caricaturales qui reprennent le style classique de la nature morte, mais toujours avec un
jeu d'optique, de lumire...
G. G. :
Faire une photo trs reprsentative, trs statique, c'est pas trop votre truc.
R. C. :
Non, pas tellement. D'autant qu'il y a aujourd'hui des techniques, des technologies qui le font beaucoup mieux
que qui que ce soit. Il suffit de passer par le numrique, un bon scanner, une petite machine, un coup de photoshop et
puis l'affaire est dans le sac. Non, a m'intresse pas tellement.
G. G. :
Le mouvement est prsent dans cette exposition, mme si elle reprsente des scnes statiques, des rues,
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 3/7
Rémy Comment
des maisons, des dtails d'architecture... Il y a aussi un ct surnaturel qui s'en dgage. On pourrait presque les
imaginer pour illustrer quelque histoire fantastique, y'a un ct assez mystrieux ou sombre. C'est l'effet
recherch ?
R. C. :
L'effet recherch, ce n'est qu'une simple exagration. Les villages, ils ont un caractre surraliste, ou extra naturel,
dans la mesure o par rapport
la vie qu'il y avait autrefois et par rapport
ce que l'on fait des villages, surtout dans le
sud-ouest ou le sud-est de la France... Rien qu' les regarder, ils ont dj un caractre surnaturel. Les pierres frottes, les
trottoirs compltement extravagants, les lampadaires affolants... c'est devenu quelque chose de compltement banal,
mais qui ont un caractre compltement surnaturel, surtout le caractre dsertique des villages. Simplement on peut dire
que je grossis le trait, j'appuie un petit peu, simplement, mais sans exagration, en fait, par rapport
l'aberration qu'il y
a souvent dans le paysage urbain des villages aujourd'hui.
G. G. :
Vous faites autant de travail sur la prise de vue elle mme que sur le travail de laboratoire ?
R. C. :
Il est
peu prs gal. Y'a beaucoup de travail labo, chimie, masquage, tirage...
G. G. :
L, c'est un village qui se trouve dans le Gard...
R. C. :
Ce sont plusieurs villages, principalement des villages du Gard. C'est vrai que j'ai fait des photos autour de
chez moi. Je ne fait pas partie des photographes qui partent dans la banlieue de Canton pour faire des photos
extraordinaires. C'est peut-tre pas la peine. Moi je vais
quelques kilomtres de chez moi, c'est ni mieux ni moins bien,
c'est aussi une manire de penser les choses au niveau local, puisque c'est trs
la mode en ce moment de parler
local.
G. G. :
Est-ce qu'elles sont toujours prises de nuit ?
R. C. :
Toujours oui. Parce que le caractre nocturne force l'tranget du.... renforce le... Par exemple dans un village,
c'tait marrant de voir... dj le jour il n'y a personne, et la nuit y'a encore moins personne ! Et il n'y a pas le show des
belles pierres sous le soleil, tous ces appts spcial touristes. On pourrait dire simplement que la nuit, il est encore plus
nu, si tant est que le jour il soit vraiment habill...
G. G. :
Mme si la nuit on dort dans les villages, y'en a des fois qui dorment pas forcment. Est-ce qu'il y a des
gens qui se demandent ce que vous faites ? Des photos, en pleine nuit, dans des petits villages...
R. C. :
Oui... les chiens m'interrogent beaucoup, mais il m'est rarement arriv de me trouver... quelque fois des
menaces, oui : "qu'est-ce que vous faites dehors, je vais appeler la gendarmerie !"... Mais j'ai jamais eu de rencontre
trs fraternelle dans les villages. Non, la nuit, rien de particulier... Ah si ! Hormis bien sur l'inscurit considrable qui rgne
dans les provinces !!
(rires)
G. G. :
C'est vrai !
R. C. :
Chacun sait que c'est incroyable ! C'est terrible et c'est effrayant. Et donc, je sais pas si je rentre dans les
statistiques des errants nocturnes dans les villages...
G. G. :
Vous utilisez aussi une focale particulire, un grand angle ?
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 4/7
Rémy Comment
R. C. :
C'est un bricolage optique. C'est
dire que j'ai utilis une optique de camra vido que j'ai fix sur un 50 mm.
G. G. :
Y'a vraiment un ct bricoleur chez vous...
R. C. :
Oui bien sr. Il faut qu'il y ait du bricolage, sinon c'est pas drle.
G. G. :
Est-ce que vous avez eu l'occasion de faire tourner cette exposition dans les villages o ont t prises les
photos ?
R. C. :
Je l'ai faite tourner dans des villes autour, mais pas dans ces villages... En revanche, j'en ai montr dans les
villages, notamment avec certaines communes, ou certains maires avec qui j'ai des relations. En gnral c'est un peu
regard comme quelque chose de... d'une manire un peu ethnographique, ou zoologique...
G. G. :
Est-ce qu'il sont sensibles
cette mise en situation d'un paysage,
l'oppos justement de la carte
postale et son village ensoleill ?...
R. C. :
Oui si la surprise peut-tre une sensibilit. Ils sont trs surpris en fait, ils ont un peu de mal
saisir. Y'a pas
d'apprciation ni positive ni ngative, ou sinon sur la personne et pas sur le travail
G. G. :
C'est peut-tre droutant pour eux, une manire d'asticoter la villageoiserie ?
R. C. :
J'ai aucune hostilit particulire vis
vis de la villageoiserie. Je vis dans un village et j'aurais du mal
pouvoir
imaginer actuellement de vivre dans une ville. L'asticoterie, c'est aussi la vie, quoi, c'est aussi la polmique, ou la
critique, la rencontre, la confrontation.
G. G. :
Une dmarche qui se retrouve dans les photos de ces villages du Gard. Ce rsultat un peu courbe, un
peu flou, un peu contrast... Est-ce que quand vous prenez le clich vous voyez dj le rsultat de ce que vous
recherchez
la fin ou est ce que c'est une espce d'laboration qui se fait au fur et
mesure du travail de prise
de vue et de laboratoire ?
R. C. :
On peut dire que le travail est divis en deux parties : y'a la prise de vue et puis aprs le labo. C'est vrai qu'au
moment du cadrage ou de la prise de vue, je ne suis pas assur de mon rsultat, dans la mesure ou je joue non
seulement sur la lumire nocturne, mais aussi sur des lumires incidentes ou parasites. Je peux mme m'amuser
mettre de petit lments sur l'optique elle mme afin que des lumires puissent attraper ces petits lments et
faire ce
qu'on appelle des flares. Comme sur celle du pont. Y'a toujours un effet de surprise, et il faut,
mon sens, il faut qu'il y
ait ce caractre de surprise. Je ne fais pas un travail scientifique, pas un travail figuratif o je cherche le dtail
hyperraliste. Au contraire il faut que je sois aussi surpris moi par le travail, que par le rsultat auquel j'arrive.
G. G. :
C'est une faon presque... ancienne de faire de la photo, parce qu'au premiers temps de la photo, on
bricole aussi beaucoup son appareil pour le faire marcher quand il tombe en panne ou pour l'amliorer parce
que l, les photographes ont parfois des ides que les constructeurs n'ont pas encore... Vous vous situez dans
une famille de photographes ?
R. C. :
Peut-tre certains le diront. Moi, j'aurais du mal
me situer. Je sais qu'il y a des choses que j'apprcie et d'autres
pas, j'ai pas de nom particulier en tte, mais c'est vrai que je n'ai pas non plus une passion pour les avances
technologiques et le progrs
tout va et la surenchre, et la course
l'infini,
la dernire nouveaut. C'est pas une chose qui
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 5/7
Rémy Comment
m'intresse, qui m'attire ou me passionne. J'ai plutt le sentiment que c'est une chose dans laquelle on se perd, plus
qu'on ne se trouve.
G. G. :
C'est peut-tre une leon que vous avez tir de l'poque ou bous travailliez pour la presse, parce que c'est
un peu un secteur o il fait avoir le dernier truc qui vient de sortir...
R. C. :
Par exemple. Et puis aussi, quand on travaille dans le domaine de la photo, on est finalement dans le
domaine du travail, c'est
dire des commandes, on doit rpondre
des consignes de travail etc... Donc on est plus du
tout dans le domaine de la cration, on fait finalement que de la manutention d'image. J'ai prfr abandonner pour me
retrouver dans un truc de cration, d'amusement, de jeux, de tentatives, d'exprimentation.
G. G. :
C'est quelque chose que vous auriez pu perdre, cette joie de le faire, en continuant...
R. C. :
C'est pour a que j'ai arrt, bien sr.
G. G. :
Pour revenir
ces photos, elles sont prises en pose B ?
R. C. :
Elles sont toujours prises avec des poses trs lentes, entre 15 et 30 secondes. Des fois je monte jusqu' la
minute, mais en gnral ce sont des poses trs lentes. Il m'arrive souvent d'attendre qu'il y ait une voiture qui passe,
mais du coup, il faut parfois attendre un petit moment, parce que dans les villages...
G. G. :
Quel est le dtail d'architecture ? ou de mise en scne qui va dclencher l'envie de faire la photo
tel
endroit ou
tel autre ? Parce que finalement, ce sont des photos assez varies.
R. C. :
Ce qui dtermine, c'est dj l'clairage. Il faut qu'il y ait au moins un lampadaire. Il se trouve que depuis
maintenant... quelque temps, j'avais commenc un systme pour avoir un clairage autonome. Pour pouvoir, ce qu'on
appelle peindre avec la lumire, des choses dans la nuit : des arbres ou des monuments, avec une grosse torche. Au
dpart, le travail qui est prsent actuellement, et qui a deux trois ans maintenant, c'est principalement l'clairage urbain
et aussi l'clairage des ftes extrmement joyeuses de Nol dans les villages ou il y a une dcoration blouissante et
merveilleuse qui permet encore de jouer beaucoup plus l'clairage de nuit.
G. G. :
En ce moment vous travaillez sur quoi ?
R. C. :
Rcemment j'ai continu un travail sur les taureaux. Hier j'tais en labo et j'ai fait pas mal de tirages sur les
taureaux, j'ai envie d'approfondir, de chercher l dedans.
G. G. :
Que ce soit pour ces photos ou celles de tauromachie, y'a aussi un travail sur le cadre, qui disparat...
en tout cas on sait pas trop o il commence.
R. C. :
L, c'est effectivement une srie d'o j'avais compltement chass le sol de l'arne pour justement que l'image
apparaisse comme une sorte de calligraphie impressionniste ou asiatique presque.
G. G. :
Ce serait aussi un domaine qui vous attirerait la calligraphie ?
R. C. :
Oui oui. C'est un truc qui me plat bien.
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 6/7
Rémy Comment
G. G. :
L'Asie ?
R. C. :
Non, pas l'Asie, mais le travail du noir et blanc, l'intensit du noir sur le blanc, c'est des choses que je trouve....
J'ai rcemment vu une exposition
Paris, d'un photographe italien qui fait des images de prtres jouant dans la neige, et
qui sont des types purement calligraphique et qui m'amusent beaucoup.
propos recueillis par Gilles Gouget
Copyright © Divergence FM - 93.9 FM - Montpellier
Page 7/7