Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir

Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Boudu sauvé des eaux "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 130
Langue Français
Signaler un problème
Boudu sauvÈ des eaux
de Jean Renoir FICHE FILM Fiche technique
France - 1932 - 1h20
RÈalisation, scÈnario et dialogues : Jean Renoir
Co-scÈnariste : Albert Valentin
Production : Michel Simon - SociÈtÈ Sirius
dÕaprËs la piËce de RenÈ Fauchois
Musique :
Johann Strauss(extrait du "Beau Danube bleu")
LÈo Daniderff(chanson "Sur les bords de la Riviera")
InterprÈtation :
RÈsumÈ Michel Simon(Boudu) Charles Granval Boudu, un sympathique clochard parisien, que (Edouard Lestingois le libraire)la sociÈtÈ dÈgo˚te, tente de se suicider en se jetant ‡ la Seine. Il est repÍchÈ par un libraire Jacques Becker aux idÈes libÈrales, Lestingois, qui s'efforce de (le poËte sur le banc) le racheter socialement et de le civiliser. Mais Boudu prÈfËre passer le plus clair de son Jean DastÈ temps ‡ semer le dÈsordre dans l'appartement (lÕÈtudiant) de son bienfaiteur, ‡ flirter avec la bonne et surtout ‡ Èteindre les ardeurs refoulÈes de
Mme Lestingois, au moment mÍme o˘ son mari est dÈcorÈ pour son acte de bravoure... Afin de "satisfaire ‡ la morale des temps" tout en respectant "les lois divines de la nature", on dÈcide de marier Boudu avec la bonne. Les noces font l'objet d'une fÍte nautique sur la Marne, qui se termine en dÈroute gÈnÈrale. Boudu en profite pour s'Èclipser discrËtement. Jetant son froc de bourgeois aux orties, il repart au fil de l'eau...
L EF R A N C E www.abc-lefrance.com
1
D O C U M E N T S
Une protestation, le film l'est d'ailleurs Quelques gÈnÈralitÈsBoudu ‡ Beverly Hills tout entier. Satire d'un conformisme Le film fut produit par Michel Simon, qui petit-bourgeois, de cette crasse morale Le remake de film Ètranger repose sur avait dÈj‡ jouÈ la piËce originale sur o˘ s'engluent les derniers reprÈsentants un principe trËs diffÈrent : ce nÕest pas scËne (au thÈ‚tre des Mathurins, en d'une vie sordide aux intÈrÍts et aux un classique du patrimoine amÈricain 1925), et adorait le personnage. C'est le sentiments Ètroits - satire aussi (et c'est que lÕon juge pertinent de rÈaliser ‡ nou-quatriËme film qu'il interprÈta pour en deux rÈpliques d'un humour amer, un veau, mais une excellente idÈe de film, Renoir (aprËsTire au flanc,On purge des moments les plus saisissants du au contraire inconnu, que lÕon dÈcide bÈbÈetLa chienne), et ce fut un lourd film), satire de la charitÈ, rÈvÈlÈe ici dÕadapter Òen amÈricainÓ. Èchec commercial qui mit un terme ‡ dans ce qu'elle a de provocateur, dans leurs nombreux projets en commun. ce que, bien loin d'Ítre un lien entre les Alain Bernheim, un producteur franÁais Ce film fut, lors de sa sortie, un Èchec individus, elle les sÈpare. Cet aspect de Hollywood Ð gr‚ce auquel Pierre commercial complet ; il s'agit pourtant satirique deBoudu sauvÈ des eauxlui Boulle fut le seul Ècrivain franÁais adap-d'un des chefs-d'Ïuvre de Renoir, o˘ le a valu quelques difficultÈs, celle entre tÈ de son vivant par les studios amÈri-personnage du clochard, magnifique-autres qu'il rencontrait l'an dernier de la cains (La PlanËte des singes, ´ Le ment interprÈtÈ par Michel Simon, prend part d'un prÈfet, apprenant la projection Pont de la riviËre KwaÔ) Ð ‡ lÕorigine une dimension mythologique : Boudu est prochaine du film dans un cinÈ-club de de plusieurs remakes, juge que ´ sÕil nÕy un faune moderne. ´Je n'ai jamais vu un sa ville, la fit interdire. Tout le dÈbut et a pas vraiment de loi, lÕimportant, dans clochard aussi rÈussiª, s'exclame toute la fin, entiËrement en extÈrieurs, un remake de film Ètranger, nÕest pas la Monsieur Lestingois, au dÈbut du film, sont d'une beautÈ, d'une puretÈ et d'une qualitÈ de lÕÏuvre originale, ni son suc-lorsqu'il observe Boudu ‡ la lorgnette; et poÈsie, d'une fantaisie lÈgËre que l'on cËs initial, mais la force de son idÈe celui-ci, sauvÈ des eaux, pratique avec ne retrouve pas toujours dans les autres principale et la dÈmonstration, en une une tranquille insolence cette philoso-parties." simple projection, que cette idÈe pour-phie Èpicurienne dont le libraire ne JosÈ Zendel rait fonctionner si le public amÈricain go˚te que furtivement les plaisirs. Ecran franÁais (26. 11.1946) pouvait sÕidentifier au personnage cen-Fiches de monsieur CinÈma tral ª. Citations LÕimmense majoritÈ des remakes de Le charme de Boudu, c'est la glorifica-films non anglophones est adaptÈe tion de la vulgaritÈ. C'est la mise en D'abord je n' ai pas compris...J'ai lu la dÕÏuvres franÁaises. Une tendance ren-forme civilisÈe et nonchalante de la plus piËce...Mais enfin je ne voyais pas com-forcÈe depuis les annÈes 80, quand le franche lubricitÈ.Bouduest un film ment de cette piËce on pouvait faire un jeune Jeffrey Katzenberg fit redÈmarrer magnifiquement obscËne. film. Puis un jour Áa m'a semblÈ Èvident; la fiction chez Disney gr‚ce aux remakes AndrÈ Bazin Áa m'a sautÈ ‡ l'esprit: J'ai vu Michel de productions franÁaises. Simon en clochard...Simon Ètait non Le rÈalisateur Paul Mazurski eut lÕidÈe seulement un clochard parmi les clo-dÕadapter leBoudu sauvÈ des eaux chards, mais il Ètait TOUS les clochards de Renoir dans ce qui devintDown And Vous savez, il m'est arrivÈ avecBoudu du monde." Out In Beverly Hills(Le Clochard de ce qui m'arrive avec d'autres films. On Jean Renoir Beverly Hills, 1986). m'a reprochÈ des scËnes qui me sem-Mazursky nous en explique aujourdÕhui blaient bien innocentes. Je me souviens lÕorigine : ´ Je marchais dans une rue de de rÈactions de spectatrices trËs D'abord fort mal reÁu par le public et la Beverly Hills, et jÕai vu un mendiant "comme il faut". Ce qui les choquait, ce critique,Bouduest aujourd'hui considÈ-poussant un chariot de supermarchÈ, n'Ètait pas que Boudu sÈduise Madame rÈ comme un des films les plus originaux rempli de boÓtes vides, et suivi par un Lestingois... mais bien qu'il essuie le de Renoir. Une "complicitÈ euphorique" chien. Pour des raisons quÕil me serait cirage de ses chaussures dans le entre l'auteur et son interprËte confËre ‡ difficile de vous expliquer,Boudu couvre-lit en satin. Le voil‡ bien le crime l'ouvrage une saveur inoubliable. sauvÈ des eauxsurgit ‡ mon esprit. Je des crimes! (rire) L'esprit petit-bour-Claude Beylie lÕavais vu trËs longtemps auparavant, au geois, c'est bien de ne s'intÈresser MOMA, ‡ New York et jÕai soudain eu la qu'aux dÈtails. vision dÕun mendiant essayant de se sui-Jean Renoir cider non plus dans la Seine, mais dans Propos inÈdits (1976) une piscine de Bervely Hills. JÕai ainsi
L EF R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 2 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.32.07.09
D O C U M E N T S
voulu faire une satire des ÒnouveauxRÈvolution,Le mariage de Figaro.de Le rÈalisateur richesÓ de lÕendroit. JÕai vu le film deuxBeaumarchais. Bien des scËnes deLa fois en tout: vingt-cinq ans avant ce jourrËgle du jeusont devenues classiques : DeuxiËme fils du peintre Auguste Renoir et une semaine aprËs. Je nÕai rien reprisla danse macabre, la partie de chasse. et frËre de lÕacteur Pierre Renoir, il du dialogue, mais quelques idÈes deLa guerre surprit Renoir en Italie o˘ il se dÈcouvrit le cinÈma en 1902 avecLes lÕintrigue. Le film a eu du succËs et laprÈparait ‡ tournerLa Toscaqui fut aventures dÔAuto-Maboulpuis ce fut mode des remakes a ÈtÈ lancÈe. ªachevÈ par Carl Koch. Il se rÈfugia aux le choc causÈ parLes mystËres de Etats-Unis o˘ il acquit la nationalitÈ New Yorkde Gasnier et les Charlot. amÈricaine (son grand-pËre maternel Pourtant, aprËs avoir fait la guerre dans avait ÈtÈ IÕun des fondateurs du Dakota). lÕaviation, ce nÕest quÕen 1923 que A Hollywood, il se heurta ‡ de sÈrieuses Renoir abandonne la cÈramique pour le difficultÈs. Ni son film de propagande, cinÈma. This Land Is Mineavec Charles Son premier film estLa fille de lÕeau Laughton, ni son adaptation duJournal que joue sa propre Èpouse Catherine dÕune femme de chambremalgrÈ Hessling, ancien modËle de son pËre. Paulette Goddard, ni sonHomme du Nana, son premier long mÈtrage impor-Suddont les problËmes lui Ètaient trop tant, traduit lÕinfluence quÕeut sur lui Ètrangers, nÕemportent lÕadhÈsion. Stroheim. Parlant de cette pÈriode en 1952, dans Son inspiration va alors du vaudeville Les cahiers du cinÈma,il dit ses dÈcep-militaire (Tire au-flanc) ‡ la comÈdie, tions face aux contraintes imposÈes par de Feydeau (On purge bÈbÈ, jouÈ par le systËme holIywoodien. Retrouvant sa Michel Simon et Fernandel et qui fit libertÈ, il tourna aux Indes un film exal-sensation, en ces dÈbuts de cinÈma tant la vie et la beautÈ de la nature, un sonore, par le bruit de chasse dÕeau chef-dÕÏuvre Iyrique, bouleversant (la quÕon y entendait).La chiennedÕaprËs mort de lÕenfant) et exaltant tout ‡ la La FouchardiËre puisLa nuit du carre-fois,The Riverdont lÕinfluence fut pro-fourtirÈ de lÕun des meilleurs Maigret, fonde sur le cinÈma indien lui-mÍme. Il rÙle tenu par Pierre Renoir, ouvrent la convient de souligner la beautÈ des voie des chefs-dÕÏuvre :Boudu(ou images dues ‡ son neveu, Claude Michel Simon est admirable),Le crime Renoir. De retour en Europe, il sÕarrÍta de M. Lange(qui contient la scËne en Italie pour y mettre en scËne une fameuse de Jules Berry dÈguisÈ en curÈ libre version duCarrosse du Saint-et qui, mourant, rÈclame un prÍtre),La Sacrementde MÈrimÈe : ce fut partie de campagne(inachevÈ, mais lÕÈblouissant feu dÕartifice duCarrosse peut-Ítre le plus beau film de Renoir, o˘ dÕo.rIl ne retrouvera plus une telle maÓ-il retrouvait tout ‡ la fois lÕinspiration de trise. En dÈpit de leurs rÈfÈrences pictu-Maupassant et celle de son pËre),La rales aux maÓtres de lÕlmpressionnisme, Marseillaise(exaltation un peu mani-French Cancan, Elena et les chÈenne, mais bien filmÈe, de la hommes(IÕhistoire du gÈnÈral RÈvolution),La bÍte humaine(superbe Boulanger, curieusement transformÈe adaptation de Zola) et surtout les deux sans raison apparente) etLe dÈjeuner Ïuvres maÓtresses de Renoir,La gran-sur lÕherbedÈÁurent beaucoup, seuls de illusion, film pacifiste qui montrait les inconditionnels de Renoir proclamant Ègalement comment les affinitÈs de leur admiration. LÕadaptation duDr. classe se nouent par-dessus les diffÈ-Jekyll et Mr. Hydede Stevenson, propo-rences nationales (les liens entre lÕaris-sÈe sous le titre duTestament du doc-tocrate franÁais Pierre Fresnay et le teur Cordelier, paraÓt bien faible en hobereau allemand jouÈ par Stroheim) comparaison des versions de Fleming, etLa rËgle du jeu,Ïuvre prophÈtique, Mamoulian, Fisher ou mÍme Jerry comparable ‡ ce que fut ‡ la veille de la Lewis.Le caporal ÈpinglÈ, dÕaprËs un
L EF R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.713 Fax : 04.77.32.07.09
D O C U M E N T S
bon roman pourtant de Jacques Perret, est bien loin deLa grande illusion. Renoir paraÓt sÕintÈresser dÈsormais davantage au thÈ‚tre o˘ il donneOrvet, au roman (il publieLes cahiers du capi-taine Georgesen 1966) et ‡ ses souve-nirs (Renoir,une biographie de son pËre en 1962 ;Ma vie et mes films, en 1974). Sa derniËre Ïuvre filmÈe, initialement prÈvue pour la tÈlÈvision,Le petit thÈ‚tre de Jean Renoir, confirme ce dÈsintÈrÍt. Une remise en cause de Renoir a ÈtÈ tentÈe par des critiques comme Raymond Borde. Peut-Ítre certains de ses films ont-ils ÈtÈ en effet surestimÈs, mais il reste le cinÈaste de la lumiËre et des intentions gÈnÈreuses, celui deLa partie de campagneet deLa grande illusion. Jean Tulard
Dictionnaire du CinÈma
Filmographie
La fille de lÕeau1924 Nana1926 Charleston1927 Marquitta1928 La petite marchande dÕallumettes1928 Tire-au-flanc Le tournoi1929 Le bled On purge bÈbÈ1931 La chienne La nuit du carrefour1932 Boudu sauvÈ des eaux Chotard et Cie1933 Madame Bovary1934 Toni Le crime de M. Lange1935 La vie est ‡ nous 1936 Partie de campagne1936-1946 Les bas-fonds La grande illusion1937 La Marseillaise1938 La bÍte humaine La rËgle du jeu1939 Swamp Water1940 L'Ètang tragique This Land Is Mine1943 Vivre libre Salute to France1944 The Southerner1945 L'homme du Sud The Diary of a Chambermaid1946 (Le journal d'une femme de chambre) The Woman on the Beach La femme sur la plage The River1950 Le fleuve Le carrosse dÕor1952 French Cancan1954 Elena et les hommes1956 Le dÈjeuner sur lÕherbe1959 Le testament du Dr Cordelier Le caporal ÈpinglÈ1961 Le petit thÈ‚tre de Jean Renoir1971
Documents disponibles au France
Revue de presse importante Dossier PAO du CinÈma Le France
Pour plus de renseignements : tÈl : 04 77 32 61 26 g.castellino@abc-lefrance.com
L EF R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.714 Fax : 04.77.32.07.09