Camp de Thiaroye de Sembene Ousmane / Sow Thierno Faty

Camp de Thiaroye de Sembene Ousmane / Sow Thierno Faty

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 86
Langue Français
Signaler un problème
FICHE FILM
Camp de Thiaroye
www.abc-lefrance.com
D O C U M E N T
Critique
(É) Un film rÈalisÈ sans le soutien des bailleurs de fonds franÁais, exemplair par sa coproduction rÈussie entre plu sieurs pays africains (AlgÈrie, Tunisie SÈnÈgal), et dont la maÓtrise techniqu sera couronnÈe par le prix UNICEF et l Prix SpÈcial du Jury ‡ La Mostra d Venise 1988. Olivier Barle Les cinÈmas dÕAfrique noir Ed. LÕHarmatta
Le cinÈaste sÈnÈgalais SembËn Ousmane a tournÈ en 1988Camp d Thiaroye, film admirable qui fait songe auxSentiers de la gloirede Kubrick e qui, comme lui et malgrÈ quatre rÈcom penses ‡ Venise, ne sera jamais diffus en France(É). P. V
Le Canard EnchaÓnÈ n∞4029 - Janvie 199
Camp de Thiaroye, le film de Ousman SembËne, l'immense cinÈaste sÈnÈga lais, raconte ce chapitre fort peu conn de notre histoire coloniale. Sans pathos ni manichÈisme. Avec la verve, l'hu mour, l'humanitÈ qui caractÈrise l'´aÓnÈ des cinÈastes africains. RÈalisÈ en 1988 le film a subi de nombreuses pressions notamment de la part de l'armÈe fran Áaise qui survolait le plateau pendant l tournage. InÈdit en France,Camp de Thiaroy est enfin visible, gr‚ce ‡ l'acharnemen de Med Hondo, autre ´Grandª du cinÈ ma africain. Le rÈalisateur mauritanien distributeur des films de SembËne e France, est ‡ l'origine d'un hommag parisien, tout ‡ fait d'actualitÈ en ce temps de ´devoir de mÈmoireª. ´La guerre nous a appris davantage q
cent ans de colonisationª, dÈclarai Ousmane SembËne, l'´aÓnÈ de Anciensª en prÈsentant rÈcemment so film ‡ Paris. La proximitÈ dans le comba a rendu possible une ´grande dÈmystifi cationª, disait-il en substance, celle d la supÈrioritÈ du Blanc. Face ‡ la mort Blancs et Noirs se retrouvaient aussi dÈsarmÈs. ´Ceux qui nous faisaient peu dans nos forÍts, nos savanes et nos boi sacrÈs Ètaient aussi nus que nous ! ª CÕest parce que cette prise de conscie ce n'a pas toujours ÈtÈ rÈciproque qu de tels drames ont pu avoir lieu : d 1940 ‡ 1945, affirme Ousman SembËne, on a dÈnombrÈ plus de 5 rÈvoltes de Tirailleurs. ´Il ne s'agit pas de se venger mais nou n'avons pas le droit d'oublierª, dit enco re le fils de pÈcheur casamanÁais qui fu pendant dix ans docker ‡ Marseill (expÈrience qu'il relate dansLe Docke noir, PrÈsence africaine, 1981). Croissance - Janvier 199
Camp de Thiaroye. Ne cherchez pa dans les livres d'histoire, vous aure bien du mal ‡ trouver la mention de c lieu et de cet ÈvÈnement. En ce mois d septembre 1944, l'armÈe franÁaise, ave la bÈnÈdiction du pouvoir civil, massacr 380 Africains aux portes de Dakar. (É) Ce chapitre peu glorieux de l Colonisation, Sembene Ousmane, 7 ans, vieux lion du cinÈma africain, l raconte au travers d'un film rÈalisÈ e 1988, Camp de Thiaroye, et enfin visibl aujourd'hui sur nos Ècrans. Film qui rencontrÈ lÕopposition mÍme pas voilÈ de la France, qui, selon Semben Ousmane, ´a exercÈ de fortes pression sur les acteurs franÁais pour les dissua der de jouer et a fait survoler le platea par des avions de la base de Dakarª. La Vie - Janvier 199
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.32.07.09
Le cinÈma de SembËne Ousmane a la force de ne jamais tomber dans le rap-port de culpabilitÈ ramenÈ ‡ un seul camp ; ses scÈnarios sont efficaces ; quant aux ÈvÈnements, ils apparaissent toujours sous un Èclairage historique. Camp de Thiaroye(1988), en particu-lier, est une Ïuvre impressionnante. Ce film traite du problËme des tirailleurs sÈnÈgalais de 1944 qui sont rapatriÈs ‡ Dakar, base de leur dÈpart pour l'Europe en 1939. Ils ont participÈ pendant toute la Seconde Guerre mondiale ‡ la lutte contre l'occupation nazie et ont libÈrÈ la France. De retour en Afrique, ils sont traitÈs comme de bons colonisÈs, retran-chÈs dans un camp, dans des baraque-ments rappelant Ètrangement ceux o˘ lÕon rassemblait les esclaves avant la dÈportationÉ La lutte des consciences monte : SembËne Ousmane montre ici sa maÓtrise de la mise en scËne. Tous les plans cernent les personnages, fai-sant de chaque acteur un tÈmoin de l'histoire. Sa vision de l'homme est intelligente, sans concessions. Le cinÈaste sait de quoi il parle : des Africains dÕabord, il nous donne un paysage humain Èmou-vant et grave, sans folklorisme. Ce sont des soldats, hommes du peuple qui res-pectent la cause. Mais l‡ o˘ SembËne Ousmane nous donne une leÁon, c'est dans sa connaissance des armÈes fran-Áaises en Afrique mais aussi dans lÕHexagone. Dans le film apparaissent au grand jour les tensions entre l'armÈe coloniale, fas-ciste et proche des pÈtainistes et l'ar-mÈe de mÈtier qui, elle aussi, reste divi-sÈe entre des officiers qui ont partagÈ leurs idÈes avec PÈtain, et ceux qui croient ‡ ´la libÈrationª et ‡ la rÈsistan-ce. Ainsi, leCamp de Thiaroyen'est pas seulement un film sur les tirailleurs africains, mais aussi une rÈflexion sur l'aprËs-guerre. Dans le dÈbat public avec les spectateurs, SembËne Ousmane a parlÈ trËs clairement des pressions subies ‡ l'Èpoque du tournage,
D O C U M E N T
rendu un hommage Èmouvant aux comÈ diens ´blancsª (il s'explique avec affec tion et amour sur l'usage qu'il fait d terme, comme une contribution Ègalitai re au ´noirª et bien s˚r la salle rit et tan mieux !) en prÈsence de Marth Mercadier. LeCamp de Thiaroyees un film fondamental, pÈdagogique e lyrique, avec une force et une intensit qui lui donnent l'air d'un conte. On es subjuguÈ par l'histoire de ces homme venus de tous les coins d'Afrique, pa l'idÈe gÈniale qu'a eue SembËn Ousmane de transformer ce camp mili taire en village africain. Si on y cÙtoie l gradÈ occidental fascisant, on rencontr aussi le tailleur guinÈen avec sa machi ne ‡ coudre Singer ‡ pied. Ici, le dram et la catastrophe sont traitÈs avec poÈ sie et foi en lÕhomme. Ce film porte en lui une vÈritÈ qui concerne l'Europe et l'Afrique mais, sur tout, il montre bien le partage des res ponsabilitÈs face ‡ l'histoire. A voir d toute urgence. Delia Blanc TÈmoignage ChrÈtien - Janvier 199
(É) De formation philosophique et poli-tique marxiste, le cinÈaste sÈnÈgalai de Ziguinchor, en Casamance, ne reni rien de ses convictions ni de son enga gement. Il reste vigilant sur les rapports Nord Sud, convaincu que la dÈcolonisation encore, de nos jours, un grand chemin faire. Lucide, il pense que les responsa bilitÈs sont dans les deux camps et n'hÈ site pas ‡ condamner toute une class africaine d'hommes de pouvoir qui ´on fait de leur mieuxª pour conduir l'Afrique au dÈsastre. Cependant n'Èc tant que sa conscience, SembË Ousmane parvient sans peine ‡ no donner les ailes du courage : il refu tout abandon pessimiste, tout misÈra lisme, parce que sa foi se nourrit peuple, des gens et de la terre. Son p
mier acte de rÈsistance est de vivre en Afrique, malgrÈ tous les problËmes, les difficultÈs et le manque de moyens. ´Pour moi, c'est essentiel, je sui Africain ; je ne veux plus et ne peux plus vivre en dehors, j'ai besoin d'Ítre dedans, avec les miens. Pour moi, c'est trËs important de rencontrer les jeunes dans les Ècoles, les lycÈes, les collËges, les quartiers populaires et la brousse. La parole est un bien, c'est un instrumen chez nous, en Afrique.ª Il a une grande formation dialectique depuis sa jeunesse. Elle lui vient d'une confrontation directe avec la vie. TrËs jeune, il dÈbarque ‡ Marseille et exerc toutes sortes de mÈtiers pour survivre. Il cÙtoie les dockers du port de Marseille pendant dix ans. On sent en lui cette force que donne l'appartenance ‡ l classe ouvriËre de ces annÈes-l‡. Une formation ‡ l'Ècole de la vie, un engage ment dans le travail qui feront de ce cinÈaste un maÓtre dans l'art de traiter les rapports du rÈel et du rÍve. AprËs un grave accident, la semi-immo bilitÈ lui permettra d'ÈcrireLe docke noir(1956), roman au ton pamphlÈtaire considÈrÈ aujourd'hui comme un ouvra ge tÈmoin de la conscience africaine. C'est en prenant conscience de l'anal phabÈtisme qui sÈvit en Afrique quÕ dÈcide de faire du cinÈma pour ÒrÈveille les consciencesÓ. Sa filmographie est diverse et reflËte tous les questionnements de l'Afrique. Dans ses Ïuvres il soulËve des pro-blËmes majeurs, depuis l'histoire de la traite nÈgriËre (Ceddo, 1978), jusqu'a choc des cultures, et celui des spirituali-tÈs (Xala, .1976). TÈmoignage ChrÈtien - Janvier 199
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.32.07.09
Le rÈalisateur
Sembene Ousmane, cinÈaste sÈnÈga-lais, nÈ ‡ Zinguinchor (Casamance) en 1923. Il exerce toutes sortes de mÈtiers manuels (pÍcheur, maÁon, mÈcanicien puis docker sur le port de Marseille pen-dant dix ans). RÈduit ‡ une semi-immo-bilitÈ par un grave accident, il donne libre cours ‡ une vocation de romancier au ton pamphlÈtaire (Le Docker Noir, 1956 ;O Pays mon beau peuple !). Il dÈcide de faire du cinÈma en sÕaperce-vant que lÕanalphabÈtisme qui sÈvit en Afrique bloque la diffusion Ècrite de ses conceptions politiques et sociales. Il dÈbute ‡ lÕÈcran avec un court mÈtrage, Borom Sarret(1963).
Filmographie
Court mÈtrage Borom Sarret
Longs mÈtrages La Noire De Le mandat EmitaÔ Xala Ceddo Camp de Thiaroye Guelwaar
1963
1966 1968 1971 1976 1978 1988 1992
Prix SpÈcial du Jury ‡ La Mostra de