Festival de cannes 2012, dossier de presse

Festival de cannes 2012, dossier de presse

-

Documents
9 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Il y a plusieurs manières d’évoquer l’histoire du Festival de Cannes. On peut se référer aux livres qui lui
ont été consacrés ; on peut aussi consulter les journaux des différentes époques : la production est
abondante.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 09 janvier 2013
Nombre de visites sur la page 214
Langue Français
Signaler un problème
Le mot du Président
Il y a plusieurs manières d’évoquer l’histoire duFestival de Cannes. On peut se référer aux livres qui lui ont été consacrés ; on peut aussi consulter les journaux des différentes époques : la production est abondante.
Mais pour les images filmées, ce n’est pas du tout pareil. En 2000, nous réalisons qu’une perte irrémédiable est en train de s’instaurer. Irrémédiable, sauf si nous nous attelons à retrouver, analyser, répertorier, protéger, et - le moment venu - proposer à la consultation ce qui peut encore être sauvé. Nous décidons d’agir.
Au fil de cette reconquête, puis de filmages systématiques, nous avons rassemblé un corpus. Un corpus unique dans la mesure où nous avons tourné dans des endroits inaccessibles, par exemple les coulisses des cérémonies. Un jour - qui sait ? -les délibérations du jury… Et nous avons obtenu de notre partenaire, Canal+, la copropriété des images qu’il avait filmées.
Dès lors, il était tentant de montrer quelques-unes de ces images. Et de raconter l’histoire du festival par les deux bouts de la lorgnette : la petite histoiredans ses anecdotes les plus surprenantes, l’Histoire avec un grand H quand il s’agit de dévoiler les rites de Canneset surtout les grands artistes qui l’ont visité.Voici où je voulais en venir : Àce petit travail d’artisan, à cetteHistoire de Festival numéro 4,un documentaire qui sera présenté le jour de notre anniversaire, sous le titreUne journée particulière. Clin d’œil à Ettore Scola, mais aussi parce qu’elle raconte la venue à Cannes des 35 réalisateurs deChacun son cinémaen 2007. Particulière enfin parce qu’elle dévoile, en même temps que les rites dont je parlais, la naissance d’un groupe. Comment des réalisateurs qui se connaissaient à peine, se méfiaient peut-être, sont devenus des amis. J’ai profité de l’occasion pour évoquer leur univers par des extraits deChacun son cinéma-qui vous distrairont j’en suis persuadé. A vous de deviner lequel est de qui. Rendez-vous donc le 20 mai salle Debussypour ceux que la chose intéresse. Or, le passé prend d’autant plus d'intérêt qu’on y vérifie le futur. Que vont devenir les festivals alors que la cinéphilie elle-même s'est profondément transformée? À nous de rassembler le public que méritent les créateurs. Ànous de montrer que nous ne sommes pas dupes d’un environnement que nous avons tenté de canaliser : il se serait de toute manière développé sans nous. Ànous d’affirmer la persistanced’un cinéma différent cher au Président du Jury comme à celui du Festival. Un cinéma de création qui va de la reconnaissance intrinsèque de sa différence à l’innovation radicale sans laquelle il n’est pas d’avancée.Qu’est-ce qui a changé dans le cinéma? Tout. Disparition des pionniers et de l’innocence, manière de filmer, caméras, compréhension du public, durée, rythme, jeu... Il arrive aujourd’hui que l’écriture soit le sujet du film, Raoul Ruiz qui vient de nous quitter en est un
exemple parlant. C’est un cinéma debout, selon la formule de Jean-Louis Bory que la presse attend à Cannes, et pas seulement la presse, tous ceux qui considèrent le cinéma comme un art adulte. Un art qui, comme la peinture, l’architecture ou la poésie, a ses révolutions successives, en une alternance de jaillissements et de maturations, de modes contemplatifs et de brusques rebonds. Car ce qui n’a pas changé et ne changera pas, c’est que ce sont les créateurs qui font Cannes et no n pas l’éphémère ni l’écume des choses. Dans ce monde qui sacrifie au superficiel, au zapping, à la banalisation, à la fin du débat d’idées par indifférence, ce qui compte, ce qui fait notre force, c’est l’enracinement dans une passion pour le cinéma et pour ceux qui la portent : les grands auteurs.
La chance de Cannes c'est sa faculté de rassembler dans l’instant privilégié de la découverte d'un film. Un film qui, en un clin d'œil, invente, réveille, bouleverse, consacre. On vient du monde entier pour retrouver l'élan créateur, cette concentration magique irremplaçable. Les nouvelles technologies, Internet, le piratage, les sorties mondiales simultanées, les nouveaux formats, et tout ce qui viendra ensuite, n'y pourront rien car la passion collective réuni ficatrice est logée là, c'est ainsi. François Truffaut disait que bientôt on serait jugé par des gens n’ayant pas vu l’Aurore. Je confirme ! Si l’on interroge des jeunes gens de 15/20 ans, combien connaissent les noms de Murnau, d’Eisenstein, de Griffith,de Gance, de Stroheim, de Mizoguchi, de Satiajit Ray, de Buñuel... Et encore, je n’ai cité que leurs noms, alors les films… C’est dire qu’il nous reste, à tous, du pain sur la planche. Bon festival !
Jacques AUDIARD Leos CARAX David CRONENBERG
Ulrich SEIDL
Walter SALLES
16 au 27 mai 2012
Wes ANDERSON
Thomas VINTERBERG
John HILLCOAT
Claude MILLER
Andrew DOMINIK
HONG Sangsoo
IM Sangsoo
1h53
1h55 1h50 1h45 1h41 1h40 1h50 2h06 1h55 1h28
1h55 1h40 2h20
2h15
Film d’Ouverture :
1h50
1h46
Film de Clôture :
TH R SE DESQUEYROUX
2h00
Cristian MUNGIU
Lee DANIELS
Matteo GARRONE
1h34
2h35
2h06
1h49 1h46
2h07
H.C.
Michael HANEKE
Carlos REYGADAS
Abbas KIAROSTAMI Ken LOACH
Alain RESNAIS
Sergei LOZNITSA
Yousry NASRALLAH
Jeff NICHOLS
MOONRISE KINGDOM*** DE ROUILLE ET D'OSHOLY MOTORSCOSMOPOLISTHE PAPERBOYKILLING THEM SOFTLYREALITYAMOURLAWLESSDA-REUN NA-RA-E-SUH(IN ANOTHER COUNTRY)DO-NUI MAT (TASTE OF MONEY) LIKE SOMEONE IN LOVETHE ANGELS’ SHARE(LA PART DES ANGES) IM NEBEL(DANS LA BRUME)BEYOND THE HILLSBAAD EL MAWKEAA(APRÈS LA BATAILLE)MUDVOUS N'AVEZ ENCORE RIEN VUPOST TENEBRAS LUXON THE ROAD(SUR LA ROUTE)PARADIES : Liebe (PARADIS : Amour)JAGTEN (THE HUNT) ***
Ashim AHLUWALIA
Juan Andrés ARANGO
Nabil AYOUCH
Catherine CORSINI
Brandon CRONENBERG
Benicio DEL TORO, Pablo TRAPERO, Julio MEDEM, Elia SULEIMAN, Juan Carlos TABIO, Gaspar NOÉ et Laurent CANTET
Benoit DEL PINE, Gustave KERVERN
Xavier DOLAN
Michel FRANCO
Joachim LAFOSSE
Darezhan OMIRBAYEV
Moussa TOURE
Pablo TRAPERO
Sylvie VERHEYDE
Koji WAKAMATSU
LOU Ye
Benh ZEITLIN
16 au 27 mai 2012 MISS LOVELYLA PLAYALES CHEVAUX DE DIEUTROIS MONDESANTIVIRAL7 D AS EN LA HABANA
LE GRAND SOIRLAURENCE ANYWAYSDESPU S DE LUCIAAIMER PERDRE LA RAISONSTUDENTLA PIROGUEELEFANTE BLANCOCONFESSION OF A CHILD OF THE CENTURY(CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE)11.25 THE DAY HE CHOSE HIS OWN FATEMYSTERYBEASTS OF THE SOUTHERN WILD(LES BÊTES DU SUD SAUVAGE)
1er film
1er film
1er film
1er film
1h50 1h30 1h55 1h40 1h50 2h05 1h32 2h41 1h33 1h54 1h30 1h27 2h00 2h05 2h00 1h30 1h32
Hors Compétition : Bernardo BERTOLUCCI Eric DARNELL, Tom McGRATH
Philip KAUFMAN (dans le cadre de l’hommage qui lui est rendu et de la Leçon de cinéma)
Séances de minuit : Dario ARGENTO
Takashi MIIKE e 65 anniversaire :
Séances Spéciales :
Fatih AKIN Laurent BOUZEREAU
Ken BURNS, Sarah BURNS, David MCMAHON Sébastien LIFSHITZ
Claudine NOUGARET, Raymond DEPARDON Nelson PEREIRA DOS SANTOS
Gonzalo TOBAL
Apichatpong WEERASETHAKUL
16 au 27 mai 2012 IO E TEMADAGASCAR 3, EUROPE'S MOST WANTED(MADAGASCAR 3, BONS BAISERS D'EUROPE)HEMINGWAY & GELLHORN
DARIO ARGENTO'S DRACULAAI TO MAKOTOUNE JOURN E PARTICULI REde Gilles Jacob et Samuel FaureDER MÜLL IM GARTEN EDENROMAN POLANSKI: A FILM MEMOIRTHE CENTRAL PARK FIVELES INVISIBLESJOURNAL DE FRANCEA MUSICA SEGUNDO TOM JOBIMVILLEGASMEKONG HOTEL
1er film
1h37 1h30
2h34
1h46 2h14
53’
1h25 1h34 2h00 1h55 1h40 1h30 1h36 1h01
Alvaro APONTE-CENTENO
Eicke BETTINGA
Mohamed (dit Hamé) BOUROKBA
Bassam CHEKHES
Grainger DAVID
Zia MANDVIWALLA
Chloé ROBICHAUD
Michael SPICCIA
Emilie VERHAMME
L.Rezan YESILBAS
COMPETITION 16 au 27 mai 2012 MI SANTA MIRADAGASP(SOUFFLE)CE CHEMIN DEVANT MOIFALASTEIN, SANDOUK AL INTEZAR LIL BURTUQALTHE CHAIRNIGHT SHIFTCHEF DE MEUTEYARDBIRDCOCKAIGNE
SESSIZ-BE DENG(SILENCIEUX)
15’15’15’15’12’14’13’13’13’14’
DERRI RE MOI LES OLIVIERS RIYOUSHI LES RAVISSEMENTSSLUG INVASION TAMBYLLES MATTEUS TABĂRA DIN RĂZOAREDOROGA NA TERRA LOS ANFITRIONES THE BALLAD OF FINN + YETI HEAD OVER HEELS ABIGAIL RESEN PUDE VER UN PUMA
LA SÉLECTION CINÉFONDATION 2012
20’39’50’6’58’18’22’32’23’16’18’10’17’26’17’
ALBA Liban Tokyo University of the Arts Japon La fémis France The Animation Workshop Danemark FAMU République Tchèque Sint-Lukas Brussels Belgique UNATC Roumanie VGIK Russie CSC Italie EICTV Cuba UCLA États-Unis NFTS Royaume-Uni NYU États-Unis TAU Israël UCINE Argentine
Pascale ABOU JAMRA Shoichi AKINO Arthur CAHN Morten HELGELAND Michal HOGENAUER Leni HUYGHE Cristi IFTIME Taisia IGUMENTSEVA Piero MESSINA Miguel Angel MOULET Meryl O'CONNOR Timothy RECKART Matthew James REILLY Eti TSICKO Eduardo WILLIAMS
Hommage à PHILIP KAUFMAN
&
Leçon de cinéma
e C’est Philip Kaufman, scénariste et réalisateur américain, qui donnera laLeçon de cinémaFestivaldu 65 de Cannes. Après Martin Scorsese, Stephen Frears ainsi que Nanni Moretti, Wong Kar Wai ou Sydney Pollack, il va dialoguer avec Michel Ciment de sa pratique de réalisateur, son expérience du plateau, des difficultés et des plaisirs du métier, en un mot de la passion de cinéma.
A cette occasion, le Festival présentera son nouveau film :Hemingway & Gellhorn, présenté en Sélection Officielle Hors Compétition. Produit par HBO, avec Nicole Kidman et Clive Owen dans les rôles titres, ilrelate l’histoire passionnée et tumultueuse du grand écrivain et de sa troisième épouse , célèbre correspondante de guerre.
Philip Kaufman, né en 1936, fait ses études à l’Université de Chicago puis à Harvard avant de passer deux ans en Europe. De retour aux Etats-Unis, c’est une rencontre avec Anaïs Nin qui détermine sa vocation: il écrit et dirige son premier filmGoldsteinreçoit un prix de la Nouvelle critique à Cannes en 1964. Deux ans plus tard, Philip qui Kaufman est à Hollywood sous contrat avec Universal. Il développe l’histoire originale desAventuriers de l’Arche perdueavec Georges Lucas, signe le scénario deJosey Wales, hors la loi,finalement dirigé par Clint Eastwood (1976). Il réalisela Légende de Jesse James(1972) et c’est avecL’invasion des profanateurs(1978), remake de l’œuvre de Don Siegel (1958), qu’il connait son premier grand succès en salles. Après un nouveau succès avecles Seigneurs(1979), il enchaîne sur des projets plus ambitieux: l’Etoffe des héros (1983) lui vaut huit nominations et quatre Oscars etL’insoutenable légèreté de l’être(1988) avec Daniel Day Lewis, Juliette Binoche et Lena Olin recueille une pluie de récompenses internationales. Philip Kaufman réalise par la suiteHenry et June (1990), adapté des mémoires d’Anaïs Nin,Soleil levant (1993), d’après Michael Crichton, puisQuills(2000) où Geoffrey Rush incarne le Marquis de Sade. Son dernier filmInstincts meurtriers, est sorti en 2004.