La French - Jean Dujardin & Gilles Lelouche - Dossier de Presse
23 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

La French - Jean Dujardin & Gilles Lelouche - Dossier de Presse

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
23 pages
Français

Description

Marseille. 1975. Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec femme
et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Il décide de s’attaquer à
la French Connection, organisation mafieuse qui exporte l’héroïne dans le
monde entier. N’écoutant aucune mise en garde, le juge Michel part seul
en croisade contre Gaëtan Zampa, figure emblématique du milieu et
parrain intouchable. Mais il va rapidement comprendre que, pour obtenir
des résultats, il doit changer ses méthodes.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 décembre 2014
Nombre de lectures 8
Langue Français

Exrait

GAUMONT
Présente

JEANDUJARDIN GILLESLELLOUCHE
CÉLINESALLETTE MÉLANIEDOUTEY
BENOÎTMAGIMEL GUILLAUMEGOUIX






UNFILMDECÉDRICJIMENEZ

PRODUITPAR
ILANGOLDMAN



SORTIELE3DÉCEMBRE2014
Durée:2h15


Tousleséléments(dossierdepresse,afficheetphotos)sonttéléchargeablessurlesitepresse
www.gaumontpresse.fr










DISTRIBUTION:GAUMONT RELATIONSPRESSE
CaroleDourlent&QuentinBecker ASCOMMUNICATION
30AvenueCharlesdeGaulle–92200Neuilly/Seine SandraCornevaux&AudreyLePennec
0146432314/cdourlent@gaumont.fr 8,rueLincoln–75008Paris
0146432306/qbecker@gaumont.fr 0147230002sandracornevaux@ascommunication.frSYNOPSIS

Marseille.1975.PierreMichel,jeunemagistratvenudeMetzavecfemme
etenfants,estnomméjugedugrandbanditisme.Ildécidedes’attaquerà
laFrenchConnection,organisationmafieusequiexportel’héroïnedansle
mondeentier.N’écoutantaucunemiseengarde,lejugeMichelpartseul
encroisadecontreGaëtanZampa,figureemblématiquedumilieuet
parrainintouchable.Maisilvarapidementcomprendreque,pourobtenir
desrésultats,ildoitchangersesméthodes.

































ENTRETIENAVECCEDRICJIMENEZ

REALISATEUR

Commentl'aventuredelaFrencha-t-ellecommencé?

IlanGoldmanquiavaitvuetappréciémonpremierfilm«Auxyeuxdetous»avoulume
rencontrer.Quandilaentendumonaccent,ilm’ademandés’iln’yavaitpasunehistoire
quejevoulaisraconteràMarseille.Là,jeluiaitoutdesuiteparlédel’histoiredelaFrench,
dujugePierreMicheletdeGaëtanZampa.J’avaisl’histoireentêtedepuistrèslongtemps.
J’étaisconscientqueleprojetétaitextrêmementambitieux,qu’ilrelevaitquasimentdu
rêve.Ilanm’arépondu:«Moijen’aimequelesrêves.Fonce!».Avecmaco-scénariste,
AudreyDiwan,nousnousysommesmislejourmême.

Pourquoicettehistoirevousétait-ellesifamilière?

Monpèreavaitunrestaurant–boîtedejazzsurlaplagedelapointerougeàMarseille.
Certainsvisagesdumilieupassaientparlà,detempsàautres.LefrèredeGaëtanZampa
tenaitd’ailleurslebarvoisin.C’estl’universdanslequelj’aiévoluéenfant.Etjemesouviens
trèsbiendujouroùonaapprisl’assassinatdujugeMichel.Lanouvelleasecouétoutela
ville.Atraverscettehistoire,jevoulaisaussiraconterMarseille.

Avez-vouschoisidèsledépartderacontercettehistoiredupointdevuedujuge?

Oui.Lejugeestunhéros,unhommeexceptionnelquiafaitpasserl’intérêtcollectifavant
sonintérêtpersonnel,cequiestraredanslemondedanslequelonvit.D’unpointdevue
psychologique,c’étaitunhommepassionné,enmissionpourunecausequ’iltrouvaitjuste.
D’ailleursàl’époque,lesjournauxlesurnommaient«lecroisé».Ildétestaitsincèrementla
drogue pour en avoir constaté les ravages sur les adolescents quand il était juge des
mineurs.Cethommeavaitsesdémonssansdoutemaissoncouragefou,sesconvictions
m’onttoujoursbeaucouptouché.Etpuis,connaissantbienlamentalitémarseillaise,je
trouvaisintéressantdetraiterlesujetautraversdupointdevued’un«étranger».Lejuge
venait de Metz. Ce procédé narratif permet au spectateur de découvrir avec lui le
fonctionnementdelaville,des’interrogersursescodessinguliersetdepercersessecrets.

EtGaëtanZampa?

AMarseille,toutlemondeconnaîtsonnom,ilestconsidérépartouscommeledernier
parrain;sonparcoursfutlefruitd’unfortdéterminisme,sonpèrelui-mêmeétantune
figuredumilieu.Zampaétaitcharismatique,intelligentetpleindeparadoxes.Mariaimant,
bonpèredefamille,ilauraitcertainementaspiréàuneautrevie.Maisilamarchédansles
pasdesonpère.Ilvivaitenbandeavecsafamilleetsesamisetgareàceluiquiosait
s’approcher deson clan. Deréputation, tout le monde savait qu’ilne craignait rienni
personne.Chaquetenancierdebar,chaquechauffeurdetaxipourraitvousraconterune
anecdotesurceluiquetoutlemondesurnommaitfamilièrement«Tani».
C’étaitunelégendedansleMarseilledelarue.
Quelaétévotrepartiprisdemiseenscène?

Jevoulaisqu’onvivecettehistoire«datée»auprésent,plongerlespectateurenimmersion,
enfaireletémoinintimedesévénements,qu’ilressentelesémotionsdespersonnagesen
mêmetempsqu’eux,qu’ilsoitdansleurpointdevueenpermanence.Quelquesséquences,
liéesàl’expositionducontexte,àl’introductiond’unnouveluniversouauxellipsesde
temps,comportentdesmouvementsdecamérafluidesettrèsliés.Maisilyafinalement
trèspeudescènes«installées»danslefilm.Jesouhaitaisquel’onrentresouventdansune
séquenceenétantdanslevifdusujet,del’actionetdel’émotion.C’estpourcelaquej’ai
beaucoup tourné en caméra épaule, entretenant une relation organique avec les
protagonistes.Lesacteurs,surleplateau,avaientunegrandelibertédemouvement.La
caméranedevaitjamaisprendreledessussurlasituationetsurlesémotions.Danslemême
soucideprivilégierlespersonnagesetleconfortdesacteurs,j’aidemandéàJean-Philippe
Moreaux, mon chef décorateur, de construire des décors à 360°, afin que les acteurs
puissentperdrel’impressiondedécorfictif.Mêmeprincipepourlalumière.Lechallenge
pourLaurentTangyétaitderéussiràsepasserdeprojecteursurleplateau.Salumière
devaitvenirdel’extérieuroudesourcesdiegétiques(lampes,bougies...)afinquerienne
perturbecettevolontéderéalismependantletournage.J’aivouluque«laFrench»soitun
filmvivantavanttout.

Est-cequevousavezimmédiatementpenséàJeanDujardinetàGillesLellouchepourles
rôlesprincipaux?

Oui.AudreyDiwanetmoi,avonsécritlescénariopoureux.Autoutdébut,IlanGoldmanm'a
demandé:«Quelseraittoncastingderêve?»Pourtouteréponse,jeluiaienvoyéunSMS
avecunmontagephoto.Onpouvaityvoirquatrevisages:ceuxdesdeuxpersonnages
principauxenfacedeceuxdesacteurs.LaressemblanceentreJeanDujardinetlejuge
Michelétaitindéniable.CelleentreGillesLelloucheetGaétanZampa,aussi.Maisbiensûrce
n’étaitpaslaraisonpremièredemonchoix:cesontsurtoutdeuxacteursextraordinaires.
Quandj’airencontréJean,j’aitoutdesuitevulejuge.Derrièrecesourireravageuretce
charmefou,ilyaunhommehabité,surinvestidanstoutcequ’ilfait.Jeanestunhomme
passionnéetcomplexe.Unperfectionnistetrèsrarementauto-satisfait.
Gilles a lui un comportement très méditerranéen, charmeur, explosif et d’une grande
générosité.J’aivitevuenluicetteâmedechefdebandequiétaitlepropredeZampa.

Lefilmestunpolarauxaccentsdetragédie.Jemetrompe?

C’étaitunevolontédedépart.LedestindujugeMichelestabsolumenttragique.Mais
surtout,AudreyDiwanetmoinoussommesviterenduscomptequecesdeuxpersonnages
opposéssesontentraînésl’unl’autreverslamortsansqu’aucunnetuel’autre.Nousavons
travaillésurcettemécaniquedudestin.Nousavonségalementvouluquelefilmneverse
pasdanslemanichéismequ’ilracontedeshommesaulieudetraiterdesarchétypes.Etre
dansleurintimité,c’estdécouvrirleurcomplexitérespective.Nousavonsdoncdéveloppé
leuruniversfamilial,danslequellesfemmesjouentunrôledéterminant.Ellessontlemiroir
deleursituation,souventlemoteurdeleurévolution.Ellesjouentdoncunrôleessentielet
charnièredansl’histoire.CélineSallette,danslerôledeJacquelineMichel,incarneunefemmemoderne,forte,capabledesoutenirsonmarimaisaussides’opposeràseschoixet
delemettrefaceàsescontradictions.
MélanieDoutey,dansceluideChristianeZampa,estunegrandeamoureuse,quiassumesa
positioncompliquéeavecpudeuretcourage.

Lefilmestportéparunerichebande-son.Commentl’avez-voustravaillée?

D’abord,concernantlesmusiquesexistante–àl’exceptionnotabledeLykkeLidanslascène
d’ouverture-jen’aichoisiquedesmusiquesquicorrespondaientàl’époque,lerocketla
variétédesannées70laissantprogressivementplaceàdessonoritésplusélectroniquesau
débutdesannées80.Beaucoupdecestitres,deMikeBrantàKimWilde,avaientétépensés
àl’heureduscénarioetintégrésdèsletournage.

Quant au score, Guillaume Roussel m’a tout de suite proposé de travailler sur une
dominantedeguitareacoustique,instrumentéminemmentméridional.L’idéem’apluetj’ai
vouluyajouterlaprésencedusynthé,pouryintroduireuneformedemodernitétouten
respectantl’atmosphèredel’époque.

Alafin,onréaliseàquelpointlavilledeMarseilleestplacéeaucentredel’histoire.
C’étaitimportantpourvous?

Evidemment,cetteville,jel’aimeetjelaconnaisparcœur.J’avaisenviedeluiêtrefidèle,de
retranscriresestraverscommesesqualités.Ellepeutêtreàlafoishospitalière,drôle,
fermée,bouillanteethostile.Elleaunrythmetrèsparticulier.Pourmoi,ilétaitprimordialde
faireappelàunmaximumd’acteursmarseillais,commeMoussaMaaskri,CyrilLecomteou
EricCollado.Passeulementpourl’accent…maisaussicarjepeuxreconnaîtreMarseilledans
chacundeleursgestes,danschacunedeleursphrases.Tournerdanscettevilleauraété
pourmoiuneémotionparticulière.Unsentimentdefiertéderacontercettehistoire,porté
parl’enviedelapartageravectous.


FILMOGRAPHIE

Réalisateur

2014 LAFRENCH
2012 AUXYEUXDETOUS

Scénariste

2014 LAFRENCHdeCédricJimenez-coscénaristeavecAudreyDiwan
2012 AUXYEUXDETOUSdeCédricJimenez-coscénaristeavecAudreyDiwan
2006 SCORPIONdeJulienSeri-coscénaristeavecSylvieVerheydeetJulienSeri

Producteur

2012 AUXYEUXDETOUSdeCédricJimenez2007 EDENLOGdeFranckVestiel
2006 SCORPIONdeJulienSeri







































ENTRETIENAVECJEANDUJARDIN

INTERPRETEDEPIERREMICHEL

Quelleaétévotreréactionàlalectureduscénario?

Jenel’aipaslâché;j’aiadmirélafaçondonttoutétaitdéjàenplace,etj’aiétéfascinéparle
jugeMichel.Quelbeaupersonnage!J’airencontréCédricJimenezetj’aisentiunréalisateur
totalementhabitéparsonhistoire.Ilconnaissaitsonsujetàfondet,cequiétaitimportant
pourmoi,ilavaitenviedelaisserdelalibertéauxacteurssurleplateau.

Commentavez-vousfaitpourrentrerdanslapeaudujuge?

J’aicommencéparrécolterunmaximumd’informations.J’ailulelivred’AlainLaville«Le
jugeMichel»quiesttrèsdenseetquidonnebeaucoupd’indicationssurlepersonnage.On
comprendquec’estun«juste»,un«croisé»,maisaussiunhommecomplexeavecdes
défauts.Ducoup,onévitecequipourraitêtretropmanichéen,avecleméchantmafieux
d’uncôtéetlebonjugedel’autre.Jemesuisnourridetoutpourensuiteessayerdetout
oublierpuisquedetoutefaçon,c’estmoiquil’incarne.Ilamavoix,monphysiqueetma
démarche.Onestaucinémaetilfautréinventerlepersonnage.Cen’estd’ailleurspastant
lejuged’instructionquejevoulaisjouermaisl’homme,l’époux,lepèreoul’ami.

CommentCédricJimenezvousa-t-ildirigé?C’étaitunpremiercontact,vousdeviezêtre
chacunsurvosgardes?

C’estvrai.Onacommencéparserenifler.Pendantlapremièrerencontre,onétait,lui
commemoi,enphasedeséduction,cequiestnaturel.Etpuis,onabeaucouptravailléen
amont. Pendant que je tournais « Monuments Men» à Berlin, on communiquait par
«skype».Jel’appelaispourundétail,jeluifaisaisuneproposition,c’étaitparfoistrèsbrefet
c’estcommecelaqu’onacommencé,petitàpetit.Onaaussibeaucoupparlécinéma,mise
enscèneetlibertédel’acteur.Jetenais,etilétaitd’accordsurcepoint,àavoiruneliberté
surleplateausansrisquerdemecognerdansunpieddeprojecteurouêtreenfermédans
uncadreetunelumière.

Commentças’estpassé,concrètement,pendantletournage?

Chacunyamisdusien.Lorsquec’estleréalisateurquiaécritlefilm,ilesttellementhabité
par le personnage qu’il peut avoir tendance, parfois, à rentrer un peu trop dans vos
chaussures.Leréalisateuretl’acteurontchacunleurvisiondurôleetdupersonnageetil
fautquechacunfasseducheminl’unversl’autre.Parailleurs,CédricJimenezestquelqu’un
desuffisammentfinpourdevinerl’humeurdesescomédiensetpours’enservir.Siunjour,
onestplusfragile,sionapeur,ondoitpouvoirutilisercettefragilitéetcettepeur.Comme
toutbonmetteurenscène,Cédricnousavolédeschosesetonaacceptéd’êtrevolés.


Vousparliezdelibertédel’acteur,comments’est-ellemanifestée?

Cédricnousl’aoffertecommeuncadeau,àtraversledécoretl’espacedanslequelon
pouvaitjouer.Sijesuisdansunvraibureaudejuge,çachangetout.Lorsqu’onaunesimple
feuillededécoretquetoutbougequandonfermelaporte,c’estcommesionétaitdans
«Authéâtrecesoir».Enrevanche,quandonjouedansunlieuréel,avecunecamérabien
placéeetunelumièrediscrète,c’esttrèsconfortable.Si,enplus,onestentouréd’excellents
acteursavecdessecondsrôlesremarquablesetmêmeparfoisunMarseillaisquin’ajamais
faitdecinémaetqui,endeuxprises,jouelascèneparfaitement,c’estformidable!

Quellesontétélesscèneslesplusdifficiles?

Toutestdifficilesuruntournage.Ilyalafatigue,l’humeurdupersonnagequifinitpar
déteindresurvous,leperfectionnismeduréalisateurquichercheàvousfairelâcherprise,ce
quin’estpassansconséquence.Parexemple,pourlascènedanslacabinetéléphonique,où
levernisdujugecraque,parcequec’esttroppourlui,parcequ’ilréalisequ’ilsebatcontre
unsystèmequivafinirparlebroyer,onafaithuitprisesetj’aidonnétoutcequej’avais.
C’estdouloureuxmaisc’estdelabonnedouleur.Etpuis,ilyaeudessurprises.Parexemple,
àunmoment,jemesuisdit:«Tiens,c’estdrôle,jesuisentraindejouermonpère».Ilétait
chefd’entreprisedansunesociétédemétallerieetjel’aivu,surleschantiers,parlerfort,
avecuneautoritésansfaille,pourdéfendresesgars.J’étaisenfantetj’avaispresquehonte.
Ilfaisaitçapourprotégersonentrepriseetsesemployés.Ettoutd’uncoup,cetteautorité
dujugeMichel,jen’aipluseubesoindelajouer,elleétaitenmoi.Mercipapa!

Parlez-nousdelascènedufaceàfaceentreleJugeMicheletGaétanZampa…

J’avaisunpetitproblèmeaveccetteséquence.Jecraignaisqu’onnesoitprisd’unfourire,
Gillesetmoi,cequines’estabsolumentpasproduit.C’estunevraiescènedecinéma,une
sortedepassageobligépourbiencalerlespersonnages.Ellesignifiequedanslavie,ona
deuxpistes:soitondécided’êtreuntruand,unfilou,unfuret,des’ensortirdecette
manièreetd’entirerduconfort,soitonsedit:«Ilfautquemavieaitdelagueule;j’aiété
bienéduquéetfinalement,l’honnêteté,çan’estpassimal!C’estunescènecourte,droite,
sèche,quiestlàpourmontrerquechacuncampesursespositions.Zampajoueaveclejuge
commeunchataveclasouris;etmoi,jenebougepas,jerestedroitdansmesbottes.Cequi
estdrôle,c’estqu’avecGilles,onafaitdeuxfilms«LesInfidèles»etla«LaFrench»,età
chaquefois,onnejouepratiquementjamaisensemble.J’espèrequelaprochainefois,on
auranotregrandfilmd’aventureànous.

LerôledujugeMichelestunrôlelourd,fortetimportantpuisquec’estlapremièrefoisque
vousjouezunpersonnagequiaréellementexisté.C’estuneétapedansvotreparcours?

Chaquefilmestuneétape;j’ensorsdiminuéougrandimaisàchaquefois,nourripar
l’expérience.Jepenseque,cettefois,j’avaisl’âgedurôleetunpeuplusd’expérienceetde
confiance.Sionm’avaitproposécepersonnageilyacinqans,j’auraispeut-êtrerefuséou,
entoutcas,j’auraiseuplusdedoutes.Plusj’avance,plusjelâchedeschosesetplusjesens
qu’ilnefautplusjouer.Maispourcela,ilfautavoirconfianceensoi.Sionestdéçuparune
scène,ilfautmettresonegodecôtéetsedire:«Net’enfaispas,ceseramieuxdansquelquesannées».QuandvousvoyezuncomédiencommeJean-PierreMariellesurscène,
avecsonassuranceetsonmétiervousvousdîtesquevousn’avezque40ansetquetoutest
perfectible.Onnefaitqu’avancer.Pour«LaFrench»,j’aiacceptédelivrermeszones
d’ombre.Entoutcas,jelesjouebeaucoupmoinsqu’avant.Ontendtousàcettepertede
contrôle.Onaimeraitpouvoirsortird’unepriseetnemêmepasentendre:«Coupez!».


FILMOGRAPHIE
CINEMA
Comédien
2013 LAFRENCH–CédricJimenez
THEMONUMENTSMEN–GeorgeClooney
THEWOLFOFWALLSTREET–MartinSCORSESE
2012 LESINFIDELES–E.Bercot,F.Cavayé,A.Courtès,J.Dujardin,M.Hazanavicius,
J.Kounen,E.Lartigau&G.Lellouche-(Filmàsketches)
2011 THEARTIST–MichelHAZANAVICIUS
Prixd’interprétationmasculine/FestivalInternationalduFilmdeCannes2011
Meilleuracteur/OSCAR2012
Meilleuracteur/BAFTA2012
Meilleuracteurdansunecomédie/GOLDENGLOBES2012
Meilleuracteur/IDEPENDANTSPIRITAWARDS2012
Globedecristaldumeilleuracteur/GLOBESDESCRISTAL2012
Meilleuracteur/SCREENACTORSGUILDAWARDS2012
Meilleuracteur/THELONDONCRITICSCIRCLE2012
2010 UNBALCONSURLAMER–NicoleGarcia
LESPETITSMOUCHOIRS–GuillaumeCanet
LEBRUITDESGLACONS–BertrandBlier
2009 LUCKYLUKE–JamesHuth
OSS117,RIONEREPONDPLUS…-MichelHazanavicius
2008 UNHOMMEETSONCHIEN—FrancisHuster
2007 CONTREENQUÊTE—FranckMancuso
99FRANCS–JanKounen
CASH—EricBesnard
2006 OSS117,LECAIRENIDD’ESPIONS—MichelHazanavicius
2005 ILNEFAUTJURERDERIEN—EricCivanyan
2004 LESDALTON—PhilippeHaîm
L'AMOURAUXTROUSSES—PhilippeDeChauveron
BRICEDENICE—JamesHuth
2003 LECONVOYEUR—NicolasBoukhrieff
MARIAGES—ValérieGuignabodet
2002 BIENVENUECHEZLESROZES—FrancisPalluaud
TOUTESLESFILLESSONTFOLLES—PascalePouzadoux
AH!SIJ'ETAISRICHE—MichelMunzetGérardBitton
Scénariste2004 BRICEDENICE—JamesHuth

Scénariste–Réalisateur
2012 LESINFIDELES–E.Bercot,F.Cavayé,A.Courtès,J.Dujardin,M.Hazanavicius,
J.Kounen,E.Lartigau&G.Lellouche-(Filmàsketches)

THEATRE

Comédien
2006 DEUXSURLABALANCOIRE—BernardMurat(ThéâtreEdouardVII)

TELEVISION

Comédien
1999–2002 UNGARS,UNEFILLE
MinisériepourFrance2

Auteur-Comédien
1998 NOUSCNOUS
1998 FARCEATTAQUE
1997–1998 FIESTA
1997 VUESURLAMER
1997 LABANDEDUCARREBLANC
1997 ETONNANTETDROLE
1996–1997 GRAINESDESTAR
3victoiresconsécutivescatégorie''grainedecomique''

COURT-METRAGE

Comédien

2001 AL'ABRIDESREGARDSINDISCRETS—HugoGelinetRubenAlves

CAFE–THEATRE

Comédien

1996–1998 LABANDEDUCARREBLANC

Auteur–Comédien

1996–1997 ONEMANSHOW
AuCarréBlanc-Paris