Le Carrosse d

Le Carrosse d'Or de Jean Renoir

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Le Carrosse d'Or "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 151
Langue Français
Signaler un problème
Le Carrosse d'Or F de Jean RenoirFICHE FILM fiche technique France 1952 1h40 Réalisateur : Jean Renoir Scénario : Jean Renoir Giulio Macchi d'après la pièce de Prosper Mérimée Musique : Antonio Vivaldi Interprètes : Anna Magnani dans Le Carrosse d'Or Anna Magnani Duncan Lamont Odoardo Spadaro Résumé Analyse de l’œuvre Paul Campbell Une colonie espagnole d’Amérique du Sud, Jean Renoir avait opté avant-guerre pourRicardo Rioli au XVIIIe siècle, va être perturbée par l’engagement social, à implications sati- l’arrivée d’une troupe de la Commedia riques ou humanitaires. A la suite de son dell’arte. La vedette, Camilla (à la scène exil américain, et d’un séjour en Inde, il a Colombine) une maîtresse femme, va évolué vers une vision du monde plus séduire tour à tour le vice-roi, prêt à quitter généreuse et plus désenchantée. Il va exal- le trône pour elle, et un célèbre torero, ter, dans la dernière partie de sa carrière, idole des indigènes. Gens de cour, gens du les arts et une morale du divertissement, théâtre et gens du peuple vont se trouver de la comédie italienne au caf'conc'. Son pris dans un fol imbroglio, tandis que dans dernier film, en 1969, s’intitulera significa- la coulisse les Indiens sont sur le pied de tivement Le petit théâtre de Jean guerre. La situation sera sauvée par le Renoir. Au dernier plan, avant que le geste généreux de Camilla, sacrifiant le rideau ne tombe, les acteurs du film vien- seul bien matériel qu’elle possède - un nent saluer le public. somptueux carrosse offert par le vice-roi- Librement inspiré d’une pièce de et retournant à sa seule vraie passion: le Mérimée,Le carrosse d'or, nous dit théâtre. Renoir, est d'abord un hommage fervent au théâtre, à ses décors de carton, où il a Cahiers du Cinéma N° 21 cependant ménagé, pour le plaisir du L E F R A N C E 1 D O C U M E N T S contraste, quelques plages de réalisme. dialogue, mais il ne faut pas sortir du représentation. J’essayais, si vous vou- Il y entremêle à plaisir les jeux de la vie dialogue, il faut en faire exactement une lez, d’effacer les frontières qu’il y a et ceux de la scène, la vérité présumée espèce de jeu de tennis où les balles entre la représentation de la réalité et la des sentiments et l’artifice consenti du sont remplacées par des mots. A mon réalité elle-même.J’ai essayé d’établir spectacle "L'art et la nature prennent avis, ce n’est pas tout à fait cela qui une espèce de confusion entre ce qui ainsi figure de deux miroirs qui se ren- convient à un film. Alors je leur ai dit est le jeu sur une scène de théâtre et ce voient indéfiniment leur image." (Eric que j’acceptais, à la condition qu’on me qui est le jeu dans la vie. Je ne sais pas Rohmer.) Et la comédienne pose la ques- permette de bouleverser le sujet, et très si j’y suis vraiment parvenu, mais en tion clé: "Où est la vérité ? Où commen- gentiment ils ont accepté. Alors je suis tout cas ça a été réellement intéressant ce la vie, ou donc finit le théâtre ?" Dans allé en Italie, j’ai fait la connaissance - de l’essayer. Ie travail avec Magnani a ce chatoyant jeu de dupes, le rôle de et je m’en félicite - d’Anna Magnani, été particulièrement passionnant, sur- l’artiste est précisément fixé: il n’est pas qui est un personnage extraordinaire, tout lorsqu’elle était fatiguée. fait "pour ce qu’on appelle la vie", sa qui est non seulement une grande actri- Lorsqu’elle était fatiguée, elle m’arrivait place est "parmi les acrobates", les ce sur l’écran, mais qui est une grande le matin dans un état épouvantable. Elle mimes. Ies clowns, les saltimbanques"; bonne femme dans la vie. Et pour com- avait probablement passé la nuit dans son bonheur, il le trouvera "chaque soir, mencer, nous nous sommes mis des bistrots et elle arrivait évidemment pendant deux heures", en s’oubliant d’accord sur le fait que je pourrais avec l’air assez fatigué, elle se regardait soi-même. essayer de sortir du style naturaliste, du dans une glace, et alors on appelait Cahier du Cinéma N° 21 style dit "réaliste" qui avait été le style Claude, elle disait: "Mais dis-donc de la plupart des films tournés Claude, tu crois que je peux tourner, jusqu’alors par Magnani. mais regarde ma tête, j’ai les yeux àEntretien avec Jean Renoir hauteur de la bouche, c’est pas possible, J’ai proposé de m’appuyer sur la com- tu ne peux pas me photographier commeLe Fleuve, qui avait été tourné en cou- media dell’arte et de faire de Magnani ça !" Alors moi je disais: "Ecoute Anna,leurs, avait reçu quelques éloges, cer- un personnage de la commedia dell’arte. on ne te photographiera peut-être pas,taines personnes avaient pensé que les Cette proposition a été acceptée.J’ai mais on va tout de même répéter." Et oncouleurs étaient bien. Et ça m'avait donc commencé à étudier la commedia commençait à répéter. On commençait àdonné une très grande envie de pousser dell’arte et j’ai cherché une musique - répéter avec les autres acteurs, et à laplus loin l'expérience couleur avec mon c’est très commode d’avoir une musique première répétition c’était assez lamen-neveu Claude. Alors, à ce moment-là, un qui vous aide, même à écrire un table. A Ia deuxième répétition, ça allaithasard heureux fait que des producteurs screen-play, ça vous met dans un certain un petit peu mieux, et à la troisièmeitaliens m’ont proposé de tourner un film état d’esprit - et à ce moment-là un nom répétition, les mots commençaient àen langue anglaise, un film destiné au a surgi, s’est imposé à mon esprit et sortir de sa bouche, à prendre une sono-marché anglo-américain avec Anna immédiatement j’ai demandé à cet rité, et puis elle commençait à les absor-Magnani, qui d’ailleurs ne parlait pas illustre personnage d’être mon collabo- ber, à les faire siens et son visage sel’anglais à ce moment-là. La proposition rateur dans la composition du film, j’ai transformait. A la quatrième ou cinquiè-était de tirer ce film du Carrosse du nommé Vivaldi. D’ailleurs, c’est très me répétition, Anna avait exactementSaint-Sacrement. J’ai tout de suite pré- commode d’avoir comme collaborateur l’air d’une jeune fille. J’aime bien racon-venu ces producteurs, qui étaient des un personnage qui est mort depuis plu- ter cette histoire-là, parce que c’est çagens extrêmement compréhensifs et sieurs centaines d’années parce qu’il ne qui caractérise le grand acteur ou laextrêmement intelligents, extrêmement proteste jamais, il est toujours de votre grande actrice. Son art est plus fort queagréables pour collaborer, je les ai tout avis. Vivaldi a été très gentil. Alors, en son physique, le spirituel prend le pasde suite prévenus que je serais proba- me basant sur les rythmes de Vivaldi, sur le matériel.blement obligé de ne pas suivre l’histoi- j’ai essayé d’écrire un scénario - ce quere de Mérimée, la pièce de Mérimée, j’ai fait avec la collaboration de plu- Je dois vous dire d’ailleurs qu’Annaparce que ce qui me semblait intéres- sieurs camarades. C’est un film que j’ai avait un grand mérite parce qu’elle nesant dans ce sujet, c’était de remonter fait avec le plus d’aides parmi tous les parlait pas l’anglais, comme je vous l’aiaux sources. C’était d’aller chercher films que j’ai tournés dans toute ma vie, dit. Elle l’a appris pour ce film, et ledans certaines histoires dont s’était ins- c’est un film difficile. C’est un film dans résultat dans la version anglaise... Je nepiré Mérimée une histoire peut-être un lequel j’essayais de faire entrer une pense pas que ce soit la version quepetit peu plus cinématographique. La représentation à l’intérieur d’une autre vous entendrez et je le regrette, parcepièce de Mérimée est une merveille de L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 2 77.32.76.96 Fax:77.25.11.83 D O C U M E N T S que dans la version anglaise son parler traiter de l’intérieur le périlleux sujet du par Malraux dans sa Psychologie du est absolument délicieux, son accent théâtre, et selon la formule plus généra- cinéma. Dans Le Carrosse d'or au italien est très poussé, très fort, et cela le de Jean Renoir: I’art, le métier du contraire l’image est reine, le plan a son donne aux mots anglais une sonorité spectacle. Tombé le dernier rideau, les autonomie. Tout le film est une suite. A absolument imprévue, inattendue, et je boîtes sont rentrées les unes dans les chaque geste, chaque attitude, suffit crois que c’est une des raisons pour les- autres "I’intéressant jeu des boites" est son plan. quelles la version anglaise est bonne. terminé et si le public n’a pas compris le Renoir glisse de l’un à l’autre sans C’est le contraste entre cet accent ita- "message" c’est que l’auteur l’a voulu heurt, comme on feuilleterait un album lien et cette langue anglaise. ainsi. Le message du Carrosse d’or, il d’esquisses. Au lieu de partir de l’immo- nous l’a donné lui-même : "Ce désir de bilité, à l’attitude prise, adoptée. Le Le Carrosse d'or est un film que j’ai pu civilisation était le grand moteur qui message du Carrosse d ‘Or est aussi conduire jusqu’au bout, grâce à la m ‘a poussé dans la fabrication du car- dans sa forme. Le "jeu de boîtes" n’est patience et à la gentillesse des produc- rosse." pas qu’extérieur. teurs, avec une extrême minutie. C’est "Si, par la construction du scénario, son C’est ainsi qu’il en va du Carrosse d'or un film dans lequel Claude et moi avons extraordinaire ingéniosité, Le Carrosse comme de Paludes; on en peut donner pu étudier les contrastes de couleurs d’Or nous apparait comme absolument toutes les définitions possibles sans se avec vraiment beaucoup de soin. Il nous neuf la mise en place, la forme, la mise tromper. Tout est dans Le Carrosse est arrivé par exemple de ne pas tourner en scène enfin, ici plus qu’ailleurs rigou- d’Or. C’est par exemple l’histoire de parce que des costumes ne se trou- reusement inséparable du sujet, partici- quatre personnages qui cherchent leur vaient pas en rapport exact avec le fond pent de cette nouveauté, de cette signification et la trouve par la souffran- du décor. Il nous est arrivé de faire modernité" a pu écrire Jacques Rivette. ce et l’apaisement; le vice-roi aura repeindre entièrement des décors, chan- Bien avant que l’emploi en fût générali- appris à souffrir de jalousie "comme un ger des perruques, changer des fonds de sé par Hollywood en 1940 (Orson Welles homme normal". Felipe trouvera la paix maquillage. Le résultat, je crois, au point Wyler...), Jean Renoir avait coutume dans l’exil volontaire, Ramon retournera de vue couleurs, peut intéresser certains d’utiliser dans ses films toute la profon- dans l’arène et Camilla comprendra que d’entre nous. deur de champ possible. La Règle du sa place est sur les planches puisqu’elle Jean Renoir Jeu (1939) marque l’aboutissement de "n‘est pas faite pour ce qu‘on appelle la Cahiers du Cinéma cette technique portée à sa perfection. vie". Il ne faut pas oublier le carrosse, S’il existe de nombreuses similitudes objet d’ornement et de convoitises qui entre La Règle du jeu et Le Carrosse tombera entre les mains les meilleurs: d’Or (une femme et trois hommes, une celles de l’église et qui de cette manièreThéâtralité du cinéma poursuite, maîtres et valets, etc.), la servira enfin à quelque chose. mise en scène est rigoureusementUn critique américain compara Le contraire. Dans Le Carrosse d'or, pas Francois Truffaut Carrosse d‘Or à ces boîtes que l’on de travellings ou imperceptibles, pas Art - 29 decembre 1954ouvre à l’intérieur desquelles on trouve deune autre boîte que l’on ouvre, on trouve "quatrième côté", pas de pivotement deune autre boîte et ainsi de suite. l’objectif. La caméra est fixée face à laLe début du Le Carrosse d’Or nous pré- scène du théâtre ou face à la scène à fil-sente un rideau qui se lève sur un mer et elle enregistre. Le Carrossesecond rideau qui se lève à son tour, sur d’Or est absolument plat (Je veux direun escalier à trois paliers, I’entresol que la mise en scène en est plane maisn’étant autre chose que la scène du non plate). C’est un film à deux dimen-théâtre. sions. Tout s’y installe et se met enNous sommes à ce moment spectateurs place par la hauteur -grâce à l’escalier-de théâtre. Un travelling nous entraîne et par la largeur. Cette mise en scènede notre fauteuil sur la scène puis, au qui contredit si parfaitement les théoriespremier étage, dans les appartements critiques récentes du plan-séquence, deroyaux. Alors seulement nous sommes la continuité, etc... n’en marque pasau cinéma. Le Carrosse d’Or avec sa pour autant un retour à la vieille tech-longue et admirable séquence des répé- nique: "cinéma art du montage" lancéetitions est sans nul doute le seul film à L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 3 77.32.76.96 Fax:77.25.11.83 D O C U M E N T S Swamp Water (1940)Filmographie L'étang magique This Land Is Mine (1943) La fille de l’eau (1924) Vivre libre Nana (1926) Salute to France (1944) Charleston (1927) The Southerner (1945) L'homme du Sud Marquitta (1928) The Diary of a La petite marchande Chambermaid (1946) d’allumettes (1928) Le journal d'une femme de chambre Tire-au-flanc (1928) The Woman on the Beach (1946) La femme sur la plage Le tournoi (1929) The River (1950) Le bled (1929) Le fleuve On purge bébé (1931) Le carrosse d’or (1952) La chienne (1931) French Gmcan (1954) La nuit du carrefour (1932) Elena et Ies hommes (1956) Boudu sauvé des eaux (1932) Le déjeuner sur l’herbe (1959) Chotard et Cie (1933) Le testament du Dr Cordelier (1959) Madame Bovary (1934) Le caporal épinglé (1961) Toni (1934) Le petit théâtre de Le crime de M. Lange (1935) Jean Renoir (1971) La vie est à nous (1936) Partie de campagne (1936-1946) Les bas-fonds ( 936) La grande illusion (1937) La Marseillaise (1938) La bête humaine (1938) La règle du jeu (1 939) L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 4 77.32.76.96 Fax:77.25.11.83