Le vent nous emportera de Abbas Kiarostami

Le vent nous emportera de Abbas Kiarostami

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Le vent nous emportera "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 55
Langue Français
Signaler un problème
Le vent nous emportera The wind will carry us de Abbas Kiarostami FICHE FILM Fiche technique
Iran/France - 1999 - 1h58
RÈalisation, scÈnario et montage : Abbas Kiarostami dÕaprËs une idÈe de Mahmoud Ayedin
Photo : Mahmoud Kalari
Musique : Peyman Yazdanian
RÈsumÈ Critique InterprËtes : Behzad Dourani Trois Ètrangers arrivent dans le petit villa-LA POESIE NOUS EMPORTERA (lÕÈtranger) ge de Siah Dareh, dans le Kurdistan ira-avec les habitants du vil-Toi, toute verdoyante,nien. L'un d'eux, son appareil photo sous le bras, se lie d'amitiÈ avec un petit garÁon,Pose tes mains-ces souvenirs ardents-lage de Siah Dareh qui lui sert bientÙt de guide. L'Ètranger,Sur mes mains amoureuses venu de TÈhÈran, s'intÈresse tout particu-Et confie tes lËvres, repues de la chaleur liËrement ‡ une vieille femme mourante,de la vie, dont il ne manque pas de prendre des nou-Aux caresses des mes lËvres amoureuses velles. A ceux qui l'interrogent, il rÈpondLe vent nous emportera ! qu'il cherche un trÈsor...Le vent nous emportera !
Comme dansLe Go˚t de la cerise, le der-nier film d'Abbas Kiarostami s'ouvre sur un mystËre: la raison de la prÈsence de trois Ètrangers dans un petit village du nord de L'Iran. Mais cette fois, le rÈalisateur ne donne pas de rÈponses, pas plus qu'il ne filme la grande partie des personnages impliquÈs dans l'intrigue. Son film est tout entier fondÈ sur l'inconnu, l'absence et la mort. RÈalisÈ par un autre, Le vent nous emporteraaurait pu n'Ítre qu'un film contemplatif : mais l'humour et
L EF R A N C E www.abc-lefrance.com
1
D O C U M E N T S
la poÈsie de Kiarostami (une femme-arbre, un tÈlÈphone portable qui ne fonctionne qu'au prix d'une folle course jusqu'au sommet de la colline..) en font aussi une oeuvre tendre, un film grave sans Ítre trop sÈrieux. MalgrÈ la prÈsen-ce inÈvitable de l'enfant, les femmes sont ‡ l'honneur: un peu rebelles, un peu moqueuses, elles donnent une image nouvelle de leur condition ; elles souli-gnent aussi la beautÈ du paysage: dignes d'un tableau des Fauves, ce sont leurs silhouettes sombres qui subliment l'ocre des murs. Au mÍme titre qu'une promenade sans but,Le Vent nous emporteravaut le voyage, mÍme si peu de rÈponses atten-dent ‡ l'arrivÈe. Mathilde www.ecrannoir.fr
L'intrigue est tÈnue : un groupe de cita-dins, dont nous ne connaÓtrons jamais les principales fonctions, se rend dans un village du Kurdistan. L'un d'eux, un ingÈnieur, essaie de mener ‡ bien une mission qui le pousse ‡ errer parmi les habitants de ce village, ‡ la recherche d'on ne sait quoi. " Le cinÈma est une fenÍtre qui donne sur nos rÍves gr‚ce auxquels nous arri-vons ‡ mieux nous connaÓtre ". Telle est la devise de ceVent nous emportera. Construite comme une Ènigme, la narra-tion ne perd jamais de vue le principal intÈressÈ, le spectateur. Kiarostami dÈpose quelques indices, quelques touches personnelles qui fournissent ‡ toutes ces historiettes un lÈger charme et une profonde richesse picturale.Le Vent nous emporteraest un film-concept. Il dÈgage une atmosphËre de solitude perpÈtuelle. Le spectateur qui plonge dans l'univers kiarostamien se trouve seul, seul ‡ rÈsoudre cet aura de mystËre qui plane sur les films du cinÈaste iranien.Au travers des oli-viers(1994) nous livrait dÈj‡ un aperÁu
de ce cinÈma. Faut-il enregistrer plate-ment la rÈalitÈ, ou la rÍver ? " Abbas Kiarostami est un de ces met-teurs en scËne qui, tout en restant un fidËle rÈvÈlateur de son propre cadre culturel - l'Iran dans ce cas -, explore et pousse les traits de son peuple jusqu'au point o˘ ceux-ci se dissolvent dans une conscience universelle ". Le mot conscience est peut-Ítre trop sage pour regrouper ces quelques thËmes (la mort, la vie, l'amour, la soli-daritÈ, l'enfance...) jamais ÈpuisÈs, vers lesquels convergent tous les Ítres, toutes les cultures ; mais ce mot reprÈ-sente, nÈanmoins, l'accËs le plus direct qui soit ‡ la pluralitÈ humaine. Documentaire et fiction sont ainsi conju-guÈs, invitant le spectateur dans une quÍte ‡ travers le village. Bien s˚r, s'ou-vrir un chemin entre les ruines de la fic-tion se prÍte ‡ de fortes mÈtaphores ; cependant, il ne faut pas aller si loin pour tirer profit de ce film, car les rÈcits les plus touchants sont ceux que le met-teur en scËne puise dans son parcours. L'alter ego de Kiarostami (jouÈ par Behzad Dourani), est sans cesse en mouvement, comme si le destin de l'Homme Ètait de se dÈplacer d'un pÙle ‡ un autre. Faut-il comprendre que l'art (et en particulier le cinÈma) doit toujours privilÈgier l'originalitÈ, comme cette pomme qui roule sur un sol infini, sans jamais trouver d'Èquilibre... Dans un dÈploiement esthÈtique qui figure ‡ merveille celui du paysage ira-nien, dÈpouillÈ, rustique, le film s'Ècoule en Èpisodes frappants. Les sentiments de perte et de douleur sont suavement remplacÈs par les forces de la vie... qui doit continuer. Chaque personne croisÈe donne une partie de son identitÈ au film, tisse le film. Et l'on apprend, comme a d˚ l'apprendre l'ingÈnieur, que pour mieux comprendre, il vaut mieux Ècou-ter. Samir Ardjoum www.fluctuat.net
Peu de films donnent ‡ ce degrÈ le sen-timent de la richesse et de la simplicitÈ, on dirait presque de la facilitÈ. C'est que le dispositif rÈsulte d'une seule pensÈe et lie des soucis nombreux ‡ un procÈdÈ cinÈmatographique radical. La continuitÈ de la reprÈsentation spatiale est l'unique objet duVent nous emportera, mais ce titre d'une parfaite clartÈ, celle de la poÈsie, I'affirme assez nettement, cet objet enveloppe l'huma-nitÈ elle-mÍme : nous, soit que cette communautÈ se constitue comme intimi-tÈ, soit qu'elle se guinde dans la com-munication mÈdiatique. Le comique de rÈpÈtition, doublÈ d'un protocole absur-de, suffit ‡ disqualifier cette derniËre : le protagoniste, qui passe assez long-temps pour un ingÈnieur du tÈlÈphone, se voit sans cesse obligÈ de se prÈcipi-ter dans un itinÈraire bizarre, de quitter le village en auto, de gravir une colline ÈloignÈe, de se placer au bord d'une falaise qui surmonte l'ancien cimetiËre, le tout pour recevoir, sur son portable, des appels tÈlÈphoniques de TÈhÈran. Ces conversations se limitent gÈnÈrale-ment, de part et d'autre, ‡ noter que rien n'a changÈ. La plus significative ? Il lui faut y prÈtendre quÕil ne saurait assister ‡ des obsËques. Ces trajets obliques et h‚tifs vers n'importe quelle hauteur entraÓnent une spatialisation rÈpÈtitive et abstraite : le prÈtendu ingÈnieur ne vient l‡ que pour parler avec des interlo-cuteurs indiffÈrents et comme absents. RÈpÈtition indiscrËte d'une trajectoire qui viole le paysage et soulËve la pous-siËre, insensible ‡ la beautÈ des lieux. S'Èlever jusqu'au pur Èloignement, jus-qu'‡ l'absence d'horizon : I'utopie est cruelle et bouffonne. Or c'est bien la recherche d'un lieu, Siah Dareh, qui occupait d'abord notre homme. On voit une auto, la sienne, tra-verser d'immenses campagnes sur des routes sinueuses. Elle disparaÓt par ins-tants dans un repli des collines ; mais elle ne s'enfonce jamais dans le paysa-ge. Quoique les conversations qu'on entend, sans connaÓtre les passagers qui
L EF R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 2 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.32.07.09
D O C U M E N T S
les tiennent, n'Èvoquent jamais le pays qu'ils traversent, ce monde, entretenu dans la gracieuse continuitÈ que sou-tient la prÈsence ineffaÁable du vÈhicule qui poursuit sa route, en dÈpit des pro-pos sceptiques des voyageurs ÈgarÈs, se donne comme un espace ouvert ‡ la vision, inÈpuisable pour nos regards, inlassablement vaste et neuf. L'ingÈnieux cache-cache de la voiture avec l'objectif, I'invisibilitÈ des person-nages et leur impatience d'arriver accentuent la transparence parfaite de l'espace : merveilleusement intelligible, il est seul ‡ se prolonger, et nous savons que rien ne pourra rompre les enchaÓne-ments qui l'offrent ‡ notre contempla-tion. Le plaisir de l'espace naÓt prÈcisÈ-ment de la rencontre entre l'errance des hommes et la disponibilitÈ inaltÈrÈe de la nature. Le lieu ? Ce sera le village. Le voici, ÈtagÈ sur la colline, puissamment singu-larisÈ par sa situation et sa configura-tion, pittoresque et propre. Son annonce coÔncide avec les premiers contre-champs : des paysans, puis un enfant, Behzad, I'indiquent aux automobilistes. Ainsi s'interrompt, dans des plans plus rapprochÈs, la vaste continuitÈ de la vision - en plans larges et durables, en travellings ou en panoramiques latÈraux - qui faisait la beautÈ de l'introduction. ¿ l'instant, on entre dans la reprÈsenta-tion concrËte d'une histoire. Le paysage s'humanise. Les prises de vue y dÈcou-vrent une nouvelle direction, et un hori-zon nouveau. PerchÈ comme il l'est, le village appelle en effet la plongÈe : c'est d'en haut qu'on dÈcouvre le protagoniste au moment o˘ il l'aborde, et lui faudra sans cesse monter et descendre, pÈnÈ-trer dans des caves, gravir des escaliers et se hisser sur des terrasses. Que de profondeurs ! D'autre part, la figure du champ-contrechamp dÈvoile, clÙturant les lieux, la prÈsence aux fenÍtres, aux balcons, au fond des cours ou des cel-liers d'un regard tout autre, celui des femmes : I'horizon de Siah Dareh est rÈsolument fÈminin, et, comme tel,
voilÈ. L'espace a perdu sa transparence : il ne s'ouvre que sur un secret, et le commerce intime que les villageoises entretiennent rÈsume tout ce qui se dÈrobe ‡ l'homme moderne fÈru du por-table. Les habitants savent toujours d'avance ce qui lui Èchappe, et devinent plus qu'‡ moitiÈ ce qu'il voudrait cacher. C'est l'horizon qui assure la possibilitÈ de l'Ècho, de l'Èchange, de l'intimitÈ, du secret. (É) ¿ cetitre, le village manifeste l'Ètendue : I'infini s'ouvre dans chaque fragment. L'enfant dÈsigne la fenÍtre aux huisseries bleues, qu'il ne voit pas ; quand on lui demande le chemin de l'Ècole, il indique deux directions oppo-sÈes : c'est la mÍme. Dans l'Ètendue, tout est partout. Et l'ingÈnieur ne pÈnËtre dans la plus noire des caves que pour y entendre un poËme de Forough Farrokhzad qui parle du vent, de la lune, de l'ardeur du dÈsir : ces vers mÈnagent un passage mÈtaphorique entre ce sou-terrain obscur et le trou que creuse Yossef, l'invisible amoureux de la jeune fille qui les rÈcite. Seuls les compa-gnons du hÈros demeurent reclus : on ne les aperÁoit jamais, derriËre leur croisÈe fermÈe, et ils ne rÈpondent qu'‡ lui, et encore ! Cela souligne la facilitÈ des Èchanges, multiples, divers, qui animent l'Ètendue secrËte du village. Il faudrait en dÈtailler toutes les formes : passages d'objets, de regards, de dialogues, sÈpa-rÈment ou tout ensemble ; visions incomplËtes ou complÈmentaritÈ du champ-contrechamp. Que de subtiles progressions ! Que d'inventions dÈli-cates ! La jeune fille de la cave refuse de laisser voir son visage ‡ l'ingÈnieur ; mais sa lampe Èclaire une coquette robe ‡ fleurs tandis qu'elle redresse le trayon d'un geste sensuel pour lui prÈparer du lait, et, aprËs le don du poËme, nous la verrons surgir furtivement dans la cour derriËre la porte qui se referme. Quoi ? L'Ècole elle-mÍme n'est pas un cloÓtre : elle communique avec le monde par la fenÍtre, et l'ingÈnieur pourra glisser des antisËches ‡ son ami Behzad, pendant
l'examen (ce qui permet au passage de caricaturer l'instruction religieuse : Behzad n'hÈsitait guËre ‡ ch‚tier les Bons plutÙt que les MÈchants !). Le vil-lage incarne en somme une parfaite et continuelle prÈsence ‡ soi-mÍme, contre l'opinion rÈpandue dans les villes, qui aiment ‡ exagÈrer le renfermement et la division des campagnards. C'est donc une Ètape dÈcisive qui voit l'ingÈnieur transporter aux champs l'inti-mitÈ du commerce villageois. Au volant de sa voiture, il va de l'un ‡ l'autre, de parcelle en parcelle, pour annoncer l'ur-gence de secourir Yossef, victime d'un Èboulement. La vision intimiste de l'Ètendue propice aux Èchanges, voici qu'elle est devenue son ÈlÈment et qu'elle fait partie de son caractËre : il est entrÈ dans la fraternitÈ paysanne. Cela explique assez qu'il se refuse ‡ la rompre en y introduisant la mÈdiation, et le mÈdiatique : au moment o˘ trÈpasse la vieille dame dont il guettait la mort pour photographier d'Ètranges rites funÈraires, on s'assure qu'il n'est pas ingÈnieur des tÈlÈcommunications, prÈ-cisÈment parce qu'il s'en va, dÈfiant l'Èthique obscËne des paparazzi. Il vient de traverser la campagne sur la moto du mÈdecin. SÈquence capitale au regard de la mise en Ïuvre spatiale, les prises ÈloignÈes s'ouvrent ‡ la grandeur de l'espace naturel, mais les deux hommes s'enfoncent, ‡ la faveur de cadrages en profondeur et parmi la haute vÈgÈtation, dans le paysage qui devient ainsi leur ÈlÈment : les chemins de traverse favorisent une conversation amicale, mais interdisent l'accËs ‡ la spatialisation abstraite du tÈlÈphone mobile ; I'intimitÈ du lieu n'empÍche pas d'Èvoquer et de prÈsenter l'ouverture de l'Ètendue. Le vent, I'infiniÉ C'est le sommet du style spatial de l'Ïuvre, la rÈunion de ses bonheurs. La beautÈ du film tient donc ‡ la conjonction attentive et discrËte de la rÈflexion sur la communication et du traitement de l'univers visuel. Un petit nombre d'oppositions suffit ‡ penser ‡
L EF R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.713 Fax : 04.77.32.07.09
D O C U M E N T S
la fois la vision de l'humanitÈ et la miselibertÈs, il parvient ‡ construire uneMoi aussi je peux en scËne spatiale : le secret et la trahi-oeuvre humaniste, qui est aussi unRang Ha1976 son, I'Èchange et la transmission mÈdia-questionnement permanent sur le cinÈ-Les couleurs tique, I'intimitÈ et le lointain, I'horizon etma : en 1994, dansAu travers des oli-Lebassi baraye arossi l'Èloignement, le proche et l'abstrait.viersLe vÍtement de noce, il s'interroge plus particuliËre-C'est dans cet ordre de la pensÈe que sement sur l'articulation entre rÈalitÈ etGozaresh1977 comprennent intrigues et arguments :mise en scËne. Connu et distinguÈ dansLe rapport que vient faire un soi-disant ingÈnieur ‡le monde entier, il obtient la Palme d'orRah-e hal1978 Siah Dareh ? pourquoi demande-t-il ‡ undu Festival de Cannes 1997 pour sonSolution no 1 enfant de guetter les progrËs d'une ago-filmLe Go˚t de la cerise, marquÈ parQuazih-e sekl-e aval, quazih-e nie ? quel trou Yossef creuse-t-il ?une nouvelle rÈflexion sur le doute, Èga-shekl-e dovom1979 RenonÁant ‡ suivre les obsËques d'unlement prÈsente dansLe vent nousCas n∞1, Cas n∞2 proche, un journaliste veut surprendreemportera. C'est la quatriËme foisBehdasht Dandan1980 des funÈrailles folkloriques, puis aban-qu'Abbas Kiarostami filme les rÈgionsLa rage de dents donne cette idÈe. Un ingÈnieur conquiertdu nord de l'Iran, nous offrant une vueBetartib, ya bedone tartib1981 l'amitiÈ d'un enfant, qui se sent trahi. Unsomptueuse du Kurdistan. Il obtient leAvec ou sans ordre Ètranger porte secours ‡ un villageoisGrand Prix de la Mostra, Venise, 1999.Harnsorayan1982 enfoui. Que la seule mise en scËnewww.ecrannoir.frLe chÏurs rÈponde des liens entre ces ÈlÈmentsHarnshahri1983 narratifs disparates et discrets, celaLe concitoyen montre non seulement que nous Longs-mÈtrages sommes au cinÈma, mais encore que celui-ci est fait pour restaurer le senti-Mosafer1974 ment spatial de l'unitÈ. Ou pour en pro-Le passager curer l'illusion ? En tout cas pour en Avvaliha1985 manifester la possibilitÈ. …lËves de premiËre annÈe Alain Masson Khamye doost Kojast1988 Positif n∞466 O˘ est la maison de mon ami ? Kloz ap1989 Close up Mashq-e shab1990 Les devoirs du soir Zondegui va digar hitch1991 Et la vie continue Zir e Darakhtan È zeyton1994 Au travers des oliviers Le rÈalisateurFilmographieLe go˚t de la cerise1997 Le vent nous emportera1999 NÈ ‡ TÈhÈran en 1946 et diplÙmÈ de laABC Africa2001 Courts-mÈtrages facultÈ des beaux-arts, AbbasTen2002 Kiarostami fonde en 1961 le dÈparte-Nan va Koutcheh1970 ment cinÈma de l'Institut pour le dÈve-Documents disponibles au France Le pain et la rue loppement intellectuel des enfants. Ces Zang e tafrih1972 derniers sont au coeur de ses longs Revue de presse importante La rÈcrÈation mÈtrages, en particulierLes ÈlËves du Cahiers du CinÈma n∞539, 541, 542 Tadjrebeh1973 cours prÈparatoire(1985) ouDevoirs RepÈrages n∞9 ExpÈrience du soir(1990). Souvent proches du Dow rahe bal baraye yek rnassa-documentaire, les films d'Abbas Pour plus de renseignements : leh1975 Kiarostami interrogent le public, qui tÈl : 04 77 32 61 26 Deux solutions pour un problËme devient acteur autant que spectateur. g.castellino@abc-lefrance.com Man ham Mitonar Dans un pays marquÈ par l'absence de
L EF R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.714 Fax : 04.77.32.07.09