Les aventures de Pinocchio - Le avventure di Pinocchio de Luigi Comencini

Les aventures de Pinocchio - Le avventure di Pinocchio de Luigi Comencini

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Fiche technique du film " Les aventures de Pinocchio "
Produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 206
Langue Français
Signaler un problème
Les aventures de Pinocchio Le avventure di Pinocchio de Luigi ComenciniF FICHE FILM Fiche technique Italie - 1972 - 2h15 Réalisateur : Luigi Comencini Scénario : Suso Cecchi d'Amico Luigi Comencini d'après Carlo Collodi Musique : Fiorenzo Carpi Interprètes : Andrea Balestri (Pinocchio) Nino Manfredi (Geppetto) Franco Pranchi (le chat) Ciccio Ingrassia (le renard) Mario Adorf (le directeur du cirque) Gina Lollobrigida (la fée) Vittorio De Sica (le juge) Ugo d'Alessio Andrea Balestri et Nino Manfredi (Maître Cerise) RésuméLionel Stander (Mangia Fuoco) ainsi les vœux de la poupée et de son créa-Un pauvre menuisier, Geppetto, se voit Mario Scaccia teur. Mais elle prévient Pinocchio qu‘il rede-remettre par son voisin Cerise une belle viendra marionnette s’il n’est pas sage et nepièce de bois qui semble ensorcelée. Il déci-(premier médecin) va pas à l’école. Le petit bonhomme ne cessede d'en faire une marionnette. Une fée trans- pourtant pas d‘alterner bonnes et mauvaisesforme le pantin en petit garçon, comblant L E F R A N C E 1 D O C U M E N T S actions, passant donc régulièrement de phiquement en Toscane et historique- Voici enfin que nous est donné de voir la l’état d'être de sang à celui de bois. Ainsi ment à la fin du XIXe siècle et de ces version cinématographique (2h15) du plutôt qu‘aller en classe, il préfère un personnages éternels que sont les fées, fameux Pinocchio de Luigi Comencini, matin se rendre au cirque où il ne les magiciens, les animaux qui parlent.) dont nous avons pu voir la version télé- manque pas de reprendre son aspect de Conte de fée pour grands et petits, visée en six épisodes de 55 minutes à pantin. Il est aussitôt mis en cage avec Pinocchio est une incontestable réus- Noël 1972. Malgré la compression du les autres marionnettes de la troupe. Il site. récit et la brusquerie de certains enchaî- retrouve le Chat et le Renard, deux Mireille Amiel nements, c’est de nouveau un ravisse- redoutables compères qui tentent de le Cinéma 75 n°201-202 - Sept./Oct. 1975 ment : quelque satisfaisante que puisse déposséder de son argent. Il apprend être cette version cinéma, tous ceux qui bientôt que son père le recherche. Arrivé ont vu le film dans son intégralité à un port, il voit la barque de Geppetto regretteront en effet certains épisodes sombrer. Il rencontre alors Lucignolo, un L’adaptation de Comencini est exemplai- d’un conte en tous points merveilleux ; garçon plus âgé que lui avec qui il fait re. «Il a su trouver constamment un car cette réserve inévitable étant faite, il les quatre cents coups. Après un séjour équilibre quasi miraculeux entre la part reste que Comencini a parfaitement chez la fée qui l’a recueilli, Pinocchio de respect et d’admiration qu’inspire un réussi la "mise en images" du fameux fuit avec Lucignolo vers un pays où les tel chef-d’œuvre à tous ses lecteurs et conte de Collodi (écrit en 1880), et nous enfants ne travaillent jamais. Mais très la part d’interprétation personnelle, de introduit avec une magnifique aisance vite, ils sont transformés en ânes. C’est libre lecture inséparable du travail de dans ce monde du Merveilleux devenu si ainsi qu’il rejoint le bord de mer où son tout créateur adulte et digne de ce rare au cinéma : il faudrait peut-être maître le précipite… nom (...). Miraculeux, le mot n’est pas remonter à la version de Alice au pays trop fort non plus pour qualifier la des merveilles de Norman Mc Leod manière extrêmement subtile et créatri- (1933), ou à celle du Songe d’une nuit ce dont Comencini et son scénariste ont d’été de Max Reinhardt (1935) pourCritique résolu les problèmes sans nombre que trouver un équivalent. Il faut dire que, en pose la transcription visuelle de ne minimisant pas le moins du monde le Pinocchio, cette œuvre qui fait vivre rôle de Comencini, celui-ci a su s’entou-Quant à Pinocchio, c’est l’histoire concurremment un héros qui est une rer d’une fine équipe de techniciens etd’une éducation manquée, celle de la marionnette, des créatures surnatu- d’acteurs, dont les efforts conjuguésmarionnette par la fée, et d’une éduca- relles, un vaste bestiaire parlant et concourent à la perfection du tout. Ontion réussie, celle du père par son diversement humanisé ainsi que toute n’oubliera pas de sitôt les décors deenfant. Inversant la morale sermonneu- une collection d’humains normaux ou Piero Gherardi, surtout ceux de la fêtese de Collodi, Comencini a fait de qui semblent l’être, tirés de l’univers finale et de l’intérieur de la baleine,Pinocchio une incarnation de la liberté quotidien de l’ltalie de la fin du XIXe dont l’élégante beauté très «XVIII èmeanarchique, de l’instinct libertaire, face siècle. Signalons les qualités primor- siècle» est encore avivée par l’éblouis-à un monde adulte inaccompli, rétrogra- diales du film de Comencini et que sante photographie en technicolorde et béatement inepte. (...) Ce parti-pris l’auteur contre toute attente a eu à d’Armando Nannuzzi, dans des tonsd’adaptation est capital et révolutionnai- rendre compatibles : I’audace, la nette- chauds qui se font rares aujourd’hui,re. té, I’absence d’hésitation à trancher, à sauf peut-être en Italie justement. (...)Robert Benayoun couper dans le vif ; le respect de la plu- A ce degré de qualité et d’homogénéité,Positif n°157 - Mars 1974 part des inventions narratives et poé- il convient de louer ce superbe travail tiques de l’original ; enfin et par-dessus d’équipe qui nous repose un peu du tout un souci de cohérence qui a fait que cinéma d’auteur centripète tel qu’il est l’auteur, conduit à modifier telle ou telle pratiqué aujourd’hui sans frein.Il faut admirer chez Comencini cette partie architecturale de l’intrigue, a su Max Tessiercohérence parfaite dans l’adaptation. aussitôt tirer les conséquences de son Ecran°39, septembre 1975Choisissant une des lectures possibles intervention au plan du récit entier et dede l’œuvre, il parvient à mettre en scène son sens global» (Jacques Lourcelles insa représentation de l’univers de Collodi Fiction n° 238 - Octobre 1973).tout en respectant l’essentiel (et dans Alain Garelles épisodes narratifs et dans l’étrange Revue du Cinéma n° 298 - Sept. 1975cohabitation d’humains situés géogra- L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 2 77.32.76.96 D O C U M E N T S Comencini, dont l’œil est magistral, Comencini a sauvé le conte de Collodi Lattuada ou Pietro Germi. A partir montre une verve éblouissante et un de l’abominable traitement auquel les de 1947, il passe à la réalisation, pathos irrésistible. Devant les aventures contes de tous pays et de toute époque, d’abord de courts puis de longs picaresques de ce «Sans famille», on de la «Cendrillon» de notre Perrault au métrages tout en poursuivant une pense (plus qu’à Hector Malot) aux «Mowgli» de Kipling, de la «Blanche- collaboration avec différents jour- errants minables de la Strada ou aux Neige» de Grimm à l’«Alice» de Lewis naux où il est aussi bien critique de héros prolétaires de Miracle à Milan Carroll, pour peu que leur célébrité les cinéma que photographe. (De Sica est d’ailleurs présent au géné- expose à ce navrant péril, n’échappent Longtemps traité avec condescendance rique). Ce Pinocchio de la famine, qui se guère : le disneyfaction, avec, pour par la presse de cinéma qui ne voyait en mêle aux bagnards, aux gamins concen- conséquence rapide, une anémie perni- lui qu’un bon artisan de comédies à suc- trationnaires, aux marionnettes «exploi- cieuse compliquée de décalcification cès, comme la fameuse série des Pain, tées», est un contestataire de l’enfance, irréversible, la disneyose. Comencini a amour et…, Comencini a eu beaucoup et Geppetto un calamiteux chaplinien. guéri son compatriote Pinocchio du de mal à imposer son style fait de subti- Robert Benayoun vilain enchantement made in Hollywood lité et de fluidité ainsi que son regard Le Point - 18 Décembre 1972 dont il avait déjà été victime. (...) tendre et ironique sur la société italien- Comencini va le plus loin possible dans ne. Il faudra attendre 1969, avec la sor- la direction de cette complicité avec tie de Casanova, un adolescent à l’enfance. Il commence par prendre la Venise pour que l’on se décide à le féérie au sérieux. Le fantastique, c’est prendre au sérieux et à assurer en Le Pinocchio de Comencini n’est pas du surnaturel, auquel les grandes per- France la distribution de ses films dans édifiant. Il est intelligent, dur et résis- sonnes sont aveugles et sourdes, et le le plus total désordre. La belle de tant, il subit les transformations, il ruse surnaturel n’est que du naturel encore Rome, A cheval sur le tigre ou La mais ne cède pas. Il refuse d’être un inconnu. Respectant cette poésie telle grande pagaille et surtout ce chef- mouton et vient à bout de la fée. Si que la vivent les enfants (et non telle d’œuvre injustement boudé à sa sortie, condensée qu’elle soit pour le grand que la voient les grandes personnes, L’incompris. Plus tard, il affirmera sa écran, la fable reste claire, ainsi que sa comme les fabricants de la Disney and patte aussi bien dans des farces grin- morale. A côté de Pinocchio, Lucignolo Co), Comencini a tourné un film réaliste - çantes comme L’argent de la vieille exprime, avec plus de gravité sous sa néoréaliste même, à cause de la ten- que dans des mélodrames comme Un révolte, I’idée maîtresse de tous les dresse souriante de son populisme. vrai crime d’amour. A regarder cette films de Comencini : I’enfance est le Jean-Louis Bory œuvre dans sa continuité, on en seul moment de liberté pour l’individu... Le Nouvel Observateur - 25 août 1975 découvre avec stupéfaction la richesse Jacques Siclier et surtout l’unité. En effet le cinéaste Le Monde - 26 août 1975 s’est toujours passionné pour les pro- blèmes de l’enfance et de l’adolescence, de l’apprentissage de la vie, de la découverte du monde et de ses contraintes, et de la conquête de la Le réalisateurDerrière le conte écrit par Carlo liberté. Ainsi, traversant les époques et Lorenzini, dit Collodi, Luigi Comencini a les milieux sociaux, de L’incompris à vu autre chose qu’une fable : la peinture Marcellino, en passant parNé à Salo le 8 juin 1916, Luigi d’une paysannerie misérable et le por- Pinocchio, Cuore, Eugenio, La storiaComencini entreprend des études trait d’un enfant, plein de vitalité et de ou Un enfant de Calabre, nous convie-d’architecture avant de rencontrer, à la curiosité, en butte à une société répres- t-il en permanence à la rencontre defin des années 30, le futur réalisateur sive. «Rien n’a changé de nos jours», dit l’univers délicat et terrible de l’enfanceAlberto Lattuada et le critique Mario Luigi Comencini. et de ses multiples aspects. Rares sontFerrari, avec lesquels il fonde une ciné- Carole Sandrel les cinéastes qui ont, comme lui, perçumathèque privée et se consacre L’Express - 18-24 décembre 1972 entre gravité et pudeur les émois et sen-jusqu’en 1946 à réunir de vieux films. sations de cette période de la vie.Pendant la guerre et au lendemain de «Parmi mes «constantes», confiaitcelle-ci, il travaille comme assistant-réa- Comencini à Télérama, en 1975, il y alisateur et comme scénariste pour des la prédilection pour les enfants, le rap-cinéastes comme Mario Soldati, L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 77.32.76.96 D O C U M E N T S port toujours visualisé avec le père, et la Le sorpresse de l’amore Mio Dio, come sono caduta in mère toujours inexistante. C’est une basso ! chose très étrange qui n’est pas Tutti a casa 1960 Mon Dieu, comment suis-je tombée si bas ? consciente… Cette fixation sur les rap- La grande pagaille ports père-fils s’explique peut-être par La donna della domenica 1975 le fait que je n’ai pas eu de vrais rap- A cavallo della tigre 1961 La femme du dimanche ports avec mon père : il est mort quand A cheval sur le tigre je n’avais que dix-huit ans, et le rapport Signore e signori, buonanotte 1976 avec les enfants était «monopolisé» par Il commissario 1962 Mesdames et Messieurs, bonsoir ma mère.» Dossier Collège au Cinéma n°48 La ragaza di Bube 1963 Basta che non sisappia in giro ! La ragazza (épisode L’equivoco) Tre notti d’amore 1964 Quelle strane occasioni Episode Fatebenefratelli La fiancée de l’évêque (épisode L’ascensore) La mia signora Episode Filmographie Eritrea Il gatto 1977 Qui a tué le chat ? Le bambole Proibito rubare 1948 Les poupées L’ingorgo, una storia impossibile 1979 De nouveaux hommes sont nés (Episode il trattato di Eugenetica) Le grand embouteillage L’imperatore di Capri 1949 Il compagno Don Camillo 1965 Voltati Eugenio 1980 Don Camillo en Russie Eugenio Persiane chiuse 1951 Volets clos La bugiarda Cercasi Gesu 1982 Le partage de Catherine L’imposteur La tratta delle bianche 1952 La traite des blanches Incompreso 1967 Cuore 1983 L’incompris La tvaligia dei sogni 1953 La Storia 1985 Pain, amour et fantaisie Italian Secret Service 1968 Les Russes ne boiront pas de coca cola Un ragazzo di Calabria 1987 Pane, amore e gelosia 1954 Un enfant de Calabre Pain, amour et jalousie Senza sapere niente di lei 1969 La bohème 1987 Pane, amore et gelosia Infanzia, vocazioneeprime espe- rienze di Giacomo Casanova vene- Buon Natale, Buon Anno 1989 ziano Joyeux Noël, Bonne Année La bella di Roma 1955 Casanova, un adolescent à Venise La belle de Rome Le avventure di Pinocchio 1972 La finestra sul luna park 1956 Les aventures de Pinocchio Tu es mon fils Documents disponibles au France Lo scopone scientifico Mariti in città 1957 L'argent de la vieille Jeu de diapositives Positif n°157 - Mars 1974 Mogli pericolose 1958 Delitto d’amore 1974 Dossier Collège au Cinéma n°48 Un vrai crime d'amour Fiche et dossier Distributeur Und das am Montag morgen 1959 … L E F R A N C E SALLE D'ART ET D'ESSAI CLASSÉE RECHERCHE 8, RUE DE LA VALSE 42100 SAINT-ETIENNE RÉPONDEUR : 77.32.71.71 77.32.76.96