Les contes de la nuit - Dossier de presse

Les contes de la nuit - Dossier de presse

-

Documents
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Photos et dossier de Presse téléchargeables sur www.studiocanal.comDans les salles équipéesDurée : 1h24SOrTIe Le 20 jUILLeT 2011PreSSeDISTrIBuTION ROBERT SCHLOCKOFFSTUDIOCANAL ET JESSICA BERGSTEIN COLLAY1, place du Spectacle 9, rue du Midi92130 Issy-les-Moulineaux 92200 Neuilly-sur-SeineTél. : 01 71 35 08 85 Tél. : 01 47 38 14 02Fax : 01 71 35 11 88 rscom@noos.frL’ÉLUe De LA VILLe D’Or Le GArÇON QUI Ne MeNTAIT j AMAIS a u cours d’une grande cérémonie, on offre une jolie un cheval qui parle, c’est étonnant, moins fille à un être étrange, pour qu’il la mange, et donne cependant qu’un garçon qui ne mentirait jamais. l e en échange de l’or à la ville. la fille a bien sûr un roi du t ibet parie qu’on ne fera jamais mentir son amoureux, qui n’accepte pas un tel marché – mais jeune palefrenier ; son cousin parie l’inverse. c’est les contes la créature est in-vin-cible. que celui-ci a une arme secrète redoutable : sa fille, irrésistible et impitoyable.de la nuit Présentés P ar michel ocelotLe LOUP GArOUdeux sœurs sont amoureuses du même beau chevalier. c’est l’aînée qui emporte le cœur du GArÇON TAMTAM LA FILLe-BICHe eT Le FILS De L’ArCHITeCTejeune homme, laissant la cadette à son désespoir. un garçon tambourine toute la journée, sur n’im- un jeune homme voit son amoureuse transformée en mais le chevalier idéal a un terrible secret… porte quoi, et casse les oreilles des gens. il rêverait biche sous ses yeux, par un sorcier jaloux.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 23 février 2012
Nombre de visites sur la page 210
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
DSTTN STUDIOCANAL 1, le du Sele 9210 ssy-les-Mulineu Tél. : 01 1  0   : 01 1  11 
D : 1h24
SOrTIe Le 20 jUILLeT 2011
PSS ROBERT SCHLOCKOFF ET JESSICA BERGSTEIN COLLAY 9, rue du Midi 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. : 01 4  14 02 rsns.r
Dans les salles équipées
l c d l i Péé P michl cl
Le LOUP GArOU deux sœurs sont aoureuses u êe eau eaer. c’est ’aîne u eorte e œur u eune oe assant a aette à son sesor. mas e eaer a a un terre seret…
TI jeAN eT LA BeLLe-SANS-CONNAÎTre ux ntes un arçon ontrat se roène en sflotant. i nètre ans une rotte esen esen esen eauou us on ue e u’ ouat aner. mas ren ne eut ’aoer n entaer son ao.
L’ÉLUe De LA VILLe D’Or u ours ’une rane rone on ore une oe fie à un être trane our u’ a ane et onne en ane e ’or à a e. la fie a en sûr un aoureux u n’aete as un te ar – as a rature est nne.
GArÇON TAMTAM n arçon taourne toute a ourne sur n’ orte uo et asse es orees es ens. i rêerat ’aor un ra tata ou eux enore e ta ta aue u at anser u ’on eut.
Le GArÇON QUI Ne MeNTAIT j AMAIS n ea u are ’est tonnant ons eenant u’un arçon u ne entrat aas. le ro u et are u’on ne era aas entr son eune aerener  son ousn are ’nerse. c’est ue eu a une are serète reoutae  sa fie rrsste et toae.
LA FILLe-BICHe eT Le FILS De L’ArCHITeCTe n eune oe ot son aoureuse transore en e sous ses eux ar un sorer aoux. coent renre sa ore uane à a oe mau  i  a  en a e es caresses u sat are es oses as ee est s en ae…
c c michl cl   éli
LeS CONTeS De LA NUIT n nînn nn  n n n  n  è é  é     n Cn  -   ’ae e one es stores et ’en a eauou à raonter. ’aas tout un ensee rêt. e es routeurs et es oaorateurs nous aons u ees u nous araent e us et u en outre oraent e eeur otente en ree. ’en a auss rt une nouee reteent en onton es ossts e e ree. outes es fiatons ’ntressent tous es asaes tous es arts et en sûr toutes es oues. ’ae ’hstore. ’a os ar exee es ntes à ause ’un onte tratonne u ’a u. c’tat auss ’oason e are e os ors ae es antes troaes ue ’ae. ’a aeent une store e fie sarfie nsre e ’rue as ue ’a
stue ans ’rue atèue. c’est une uture u nous a oert une rearuae arteture as u a auss attu es reors e ruaut. ’a asso ’orreur e e es sarfies à a eaut es œurs ue ’anas oe eux e er crstan mare e oosteur a at es erees. er es ants anfiues et es oses ouantaes e re et e eeur tat ntressant et s’est à at en ra… mon suès onateur ae ’store ’un  aran e ousse à reenr e tes à autre à e ontnent nor ae une ette ose oe e «garçon ata» ou e us ranes oe es nouees aentures e ii sur esuees e traae en e oent. n troue auss notre saton ae eux ontes stus au moen Âe. «le ou arou» oue a fin e ette roe. les ostues sont nsrs u  
e sèe à a our e bourone ae ses oures anfiues ont ee e ’ouse e aues cœur. e «la fiee et e fis e ’artete» ’a r notre uture otue u iiie sèe. ’ae oner ae es ontes e artout ’ sus à ’ase.
Cn é-  Q n  nn 
le onte est on anae. ’ sus oe un osson ans ’eau. cea s’est eo eu à eu. uan ’tas ett ’tas à «un artste» et ’a eu a ane ue tout e one s’aore sur e ont. ’nentas et e roas e es x ots ae seaux raons enture. ’a oen très tôt et à esure ue ’âe est enu ’a eu e us en us ene e raonter es stores. ’tas on en raton  antôt ’store ue e onte est oèteent ornae tantôt ee use es es ans es ontes tratonnes. ous es uners et toutes es oues ’ntressent. e sus oe un ouran ans une onfisere.
V n ’ ’ é n   n  n n       n    ’n  ’…
le rna est ’aor ueue ose à re. e oene touours ar ’ntreur – e sentent êe s e sus aros ’aor nsr ar
’extreur – a eaut raue. l’store ot ’aroer. Par exee ’store u «g arçon tata» ent e es oseratons ans es ones e a raton. u’ s’asse e neaux en artre ou e oes eretonns  ne aut as en are une fixaton e u era a uat e ’œure ’est ’artste u eut se asser ’un out oûteux ou erner r. V fi ’    é   nn n  n  âé n n né Cn - éfin  n   n  n é      -ê     c’tat un ue ooe our raonter tout e ue e ouas en toute ert. ’a es sentents ras et e traae sur e seu atrau. mas en us ’ae en ontrer oent e as oent ’ arre. ’ae nter es setateurs à ouer ae o à are «oe s». i s’at u oût es stores et u etae. ’a auss e seret esor e suster es oatons. e souate ue es enants soent ats u’s rennent es raons et es seaux utôt ue e rester aas eant a t. t us entueeent enouraer e noueaux nastes. n e oent a rane e ’anaton est rante. les tuants ranças ’anaton et eurs oes seent es eeurs u one. dans es estas sass
es ranças sont êe tro noreux au aarès et ’est un roèe. ’a u un esta où  a au trer sur es rsutats our ue ’autres natonats ussent  être stnues. mas  ne aut as ue es anateurs  aut auss es auteurs.
A   fi  n  é    ê  n   né n   n n    éâ… le reau roue e aeau ea ans un eau aer ’est asouent nessare. c’est ’attente au tâtre ou au na. i  a un ore et ans e ore un trsor reste à ourr. À         -   i  en a eauou  ’a un eu e a à anaser es traaux ea ne ’ntresse as. mas arès ou e eux trouer ue en nra es ros sont es nnoents u ne se assent as are. is saent rsster à ’aus e ouor à a anet à a sottse à a suerstton. ouent s sont auss nreux. e souate are u en et transettre e onnes oses. e ous transets es onnes aresses ’a ars toutes sortes e oses e ous es onfie. e as aeent u en en essaant e raser ueue ose e eau e touant et e roo. ’ae ea et e ’a at toute a e eus
ue e sus tout ett. e as es fis ae toutes es eçons ue ’a oetes urant on exstene ont e tre es aes.
V ê n  n   ’ nn…
u ut ’tas aa e ’tuette «enants» u ’tat oe sous rtexte ue e asas e ’anaton. mantenant ee ne e êne us. c’est un useent u e eret ’aroer es autes sans eer eur fiane et e es touer. e onstate ue tous es âes sont runs ans es saes e na eant es fis et ue tous ue ue sot eur âe ennent e reerer et e eanent e ontnuer. cea e ren eureux. ’a u asr à renontrer un u oèteent an oes et ees eux et eunes et antenant e one enter. e ens ar exee e reeor un ea ouant u ère ’un ett enant e ’asa rose et etoufl e anaes et e ourrure ersua ’être rou tout nor et tout nu 
A- ’n  n n   fi nn à n    nné  O ê- n  n   çn èn  e sus ans tous es fis ans useurs ersonnaes à a os. mas as ans tous. Pour
«le arçon u ne entat aas» e ourras être e arçon as as a rotante rnesse  on seueent e ne eux ’entfier as auss e n’auras as u nenter sa rnee ut. c’est ’ntrêt e s’nsrer ’autres ontes ’un as et ’un tes ontans. ’attens raent un «aeurs». ’a tout e êe s et orre onte ttan à a saue. l’orna est eauou us rotant  a ee u sut e aerener est ’ouse u ro. i n’ a auune trae ’aour sau e a art u arçon u toe aoureux ’ee usu’à tuer e ea. mas finaeent ’est eu u ne ent as u ane…
C n   n n  n     œ    n è  n ê          n   n éé ’…
l’at ’aour et a ort sont es tèes onaentaux. la ort est très rareent rersente ans es essns ans – à a rueur e on our es ants as as our es ents. dans «le arçon u ne entat aas» aener a ort tat ntressant. l’a se sarfie. la noton e sarfie est ntressante auss as  e sarfie est exess 
À n   n œ    néé  n   én n   nè D  à én   P- n    n  à  é  à  œ  outes es tenues sont ntressantes et aune aorte une oueur rente à e ue ’on at. mas ees restent un out ue e n’aore as. e nère es onnes stores et a eaut. tser a se en ree ’tat essaer un noueau ouet. Paraoxaeent ette tenue erner r e renoe à ’ae tee ue e a asas orsue e n’aas as ’arent. ’a touours at es ettes oses en ree es ouaes es oaes. cette aane tenooue ’a ers e retrouer un ertan enanteent e es uts u aat saru. cet enanteent tenat aux aers ous. uan e tournas es oestes fis en sous a ara une os ue ’aas tent a ae u essus et au a uère ar essous u ontreour e toas tout seent ans e onte e es. les etts antns taent nenants u or et e or tat en useurs neaux our a oot e a anuaton. ces ettes onstrutons e es a ontes ans es exostons ans es oîters e uère. cea aat un are extraornare. des ens u aaent ’aor u es etts tâtres
e uère en ra ’ont aros onfi aor t çus ar e fi sur ’ran at. t ’osere ue e are oère e noueau ae ette nouee erson en na strosoue u’ s’asse e ses setateurs ou e rans roessonnes. ’a reat e ue e oas ans es assons. lorsue ’a ouert es reères aes en ree ’a ouss un r ’ereeent oe un enant  ant ue e ôt aue susste  est ntressant ’utser ette tenue. T n n  én n  ê é fiè à   V n  ê  é n Cn n- ’néé   én n n  n  e sas e ue e eux et ’a oser es auts autour e o. ce u’on ren our on ste est ’asene e oens. u ut e n’aas as ’arent et ’a at e u ouat être at ae resue ren u aer ou. cette st ’aat tout à at. n a e ros ornateurs et e ros oes et on se retroue à are une ane o our e oe. e ne sus as à our ea. e eane eux ou tros oses à ’ornateur seueent e u eut ’être ute. e eux aer rot au ut 
On n n  n nn ’n… deux rasons e renent ouue e traa. d’une art ’a un retar à rattraer ar ’a t us ’une os ôeur sans aès aux outs aors ue ’auras ouu e tuer e traa et ’autre art e sus onsent e a ure te e a e u’ aut rer. e e saas à  ans as auour’u ’est ons torue. e snae à tout asar ue ’exstas aant ii  grâe aux etts fis ue e arenas à are e tes à autre ’tas onnu ans e rut es estas nternatonaux tous es fis aant es rx et est ar a roesson rane et traner. cette exstene artuère tat ntense. out à ou ’a aès à es outs tant srs. ’a so e es utser. en n n èn   n é ’n   n à ’é   énn C    n nfin Cn é-   n èn  i est ra ue raonter une store en souettes nores est ueueos un fi. n n’a as ’ae e a oueur e a taton e te ere u se troue eru ans e nor on a un esae très t êe ae e ree. c’est une sorte ’asèse. e ’a ras areent au ours ’une renontre rente uan un aître ’oe ’a t  «’a
essa e raonter une store en souettes ae es èes e e sus aerçu ue ’tat très fie et nous  aons renon en nous sant ue seu me eot saat e are.» i  a ueue ose e ’art ten ans ette tenue. n sfiant à ’extrêe en ne retenant ue a oure a us ure es étens ont sas a eaut axu. le torse est us eau et se e ae es aes es esses et a tête e rofi. c’est ans et esrt ue ’ae a souette nore. uo u’on asse ’est un sne très ort u rout une resson extrêe sur a rtne. le ren et e ar. Cn     CONTeS De LA NUIT  n èn n n fi  n n  Cn -   éfin  «» n  e sus our a art  ’a eson ’un oe et ’une ee our raonter es stores  ce n’est as orna. ’a oen   a nt ans ette oeton ’storettes ae un arçon et une fie e ontnue. e tens auss à touours onner une ae nente aux ees u’ees eraent aor natureeent. n eu artout ans e one es oes sont es tortonnares es ees es tes. n eut resue arer e noe. dès e ut e a e ’a eu a ane ’aor es ees ans a e une aan et une ette sœur ’tat en et ren ne ustfiat une rare. t us tar e n’a aas
eu ’aes u auraent eu une oston suaterne. bre   a es roïnes ans es stores. A LeS CONTeS De LA NUIT  n n      é    Q n   --  ’ae tous es orats. ’a traa sur eauou e orats et eauou e tes e roets sans autre te ue ee e on ene e raonter et e ontrer. Pourtant es us ranes otons e setateur sont eutêtre ues à es ourts traes ans es estas ’anaton. Pare ue es ourts traes ’anaton ue ’ae sortent es tres ’un nu à ot n oe o u sat u’ ne era aas ortune ae ses routons u seront ues ar reateent eu e one. i at un traa sans oros sans autre resson ue ee e son eson reux e rer. cet aset est très ort. n ourt trae at ae eu e one est très ntense. ne ansonnette eut être auss orte u’un ora. d’aeurs en es oras ont totaeent saru e notre souenr aors ue ’ues ansonnettes  eeurent. L   n    n   één n n  fi Cn  -  ’ae es aents are u’ae a erst on ne s’ennue as. ous soes rents et nous
nous orenons en. le ranças en ar ae un ett aent e aît eauou. dans l c d l i on troue ’aent antas et ’aent aran. Pour ii es routeurs ’aaent t ue e u n’aat as es aents et u’ aurat sousttrer. e eur a ru ue Pano a at sa arrère sur ’aent e marsee. t ouruo ’at os  Pare u’ a u une èe ère à bruxees où es bruxeos osaent arer ae ’aent ee  e e sus on tenu à on e et ès ue a ère e rou are tout e one est sous e are. l’aent aoute un aru une oueur et une e ue ’ae. les ox es rutaes et a usue sont essentes. ous aons au na ae nos eux et nos orees  ’a e très ons raorts ae es usens ue e as nterenr ès e ut e a araton. ous traaons a an ans a an. ’a auss ’exeents raorts ae es oens u ouent reent sous a reton as ne ont as e «ouae». ce sont es anateurs u suent eurs ox e u n’est as fie. le rutae est asnant ans ue a oneton et e ontae e ’ensee sonore. crstoe ossnon on routeur a une atue   se rsere un ett rôe ans aun es fis u’ rout. e e sus t ue ’aas u orr son reer rôe e essn an. mêe s’ n’a ue eux rases  s’en est arateent autt 
n enten auss ueueos a ox. i aut saor u’aant e tourner un fi e oene ar une esusse fie une suesson ’aes fixes ae a ox ans tous es rôes. cea s’aee ’anatue et eret e finr très rsent e roueent u fi aant u’ n’exste. lors e ’enrestreent es raes ox  arre ue e oue un es rôes ans esues e e sus sent très à ’ase as e sus surtout un ouetrou une rase e eà our un fiurant u anuat.
V n é n é P- n    n    én   n-  à n  A- n één  Pour o ’rture ’est es aanes. l’nenton nteetuee sans se retrousser es anes et se ettre à a tae e traa sue e a se en rt onsttue a ase a us ae et a us onortae. le traa oene une os e snaro rt. le essn rersente un traa us ou ue ’rture as u e assonne. i ’arre e essner our o eu as e tes . des nentons et es ersonnaes ue e ne ontre as our être totaeent re e are autre ose… c’est on aoratore. le na est anereux   aut être ors en une raton e seone et are. crtues et ournastes e ontrent oe un