Zarafa - Dossier de Presse

Zarafa - Dossier de Presse

-

Documents
27 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Sous un baobab, un vieil homme raconte aux enfants qui l’entourent une histoire :
celle de l’amitié indéfectible entre Maki, un enfant de dix ans et Zarafa, une
girafe orpheline, cadeau du Pacha d’Égypte au roi de France Charles X.
Hassan, prince du désert, est chargé par le Pacha de conduire Zarafa jusqu’en
France mais Maki, bien décidé à tout faire pour contrarier cette mission et
ramener la girafe sur sa terre natale, va les suivre au péril de sa vie.
Au cours de ce long périple qui les mènera du Soudan à Paris, en passant par
Alexandrie, Marseille et les Alpes enneigées, ils vont vivre mille péripéties et
croiser la route de l’aéronaute Malaterre, des étranges vaches Mounh et Sounh
et de la pirate Bouboulina…

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 06 février 2012
Nombre de visites sur la page 761
Langue Français
Signaler un problème
Prima Linea ProductionsetPathéprésentent
Réalisé parRémi BEZANÇONetJean-Christophe LIE
Avec les voix de
Simon ABKARIAN Thierry FRÉMONT François-Xavier DEMAISON Ronit ELKABETZ Déborah FRANÇOIS Mohamed FELLAG Vernon DOBTCHEFF Roger DUMAS Max RENAUDIN
SORTIE LE 8 FÉVRIER 2012 Durée : 1h18
DISTRIBUTION PRESSE Pathé Films AG Jean-Yves Gloor Neugasse 6, Postfach Route de Chailly 205 8031 Zürich 1814 La Tour-de-Peilz T 044 277 70 81, F 044 277 70 89 T 021 923 60 00, F 021 923 60 01 patrick.becker @ pathefilms.ch jyg @ terrasse.ch Incrivez-vous sur www.pathefilms.ch pour télécharger le dossier de presse et les photos
Lhistoire du film
Sous un baobab, un vieil homme raconte aux enfants qui l’entourent une histoire : celle de l’amitié indéfectible entre Maki, un enfant de dix ans et Zarafa, une girafe orpheline, cadeau du Pacha d’Égypte au roi de France Charles X. Hassan, prince du désert, est chargé par le Pacha de conduire Zarafa jusqu’en France mais Maki, bien décidé à tout faire pour contrarier cette mission et ramener la girafe sur sa terre natale, va les suivre au péril de sa vie. Au cours de ce long périple qui les mènera du Soudan à Paris, en passant par Alexandrie, Marseille et les Alpes enneigées, ils vont vivre mille péripéties et croiser la route de l’aéronaute Malaterre, des étranges vaches Mounh et Sounh et de la pirate Bouboulina…
2
La véritable histoire de Zarafa
RAPPEL DES FAITS HISTORIQUES
En 1826, l’envoi d’une girafe de l’autre côté de la ment adapté pour qu’elle puisse sortir sa tête et son Méditerranée est suggéré par Bernardo Drovetti (un cou, direction Marseille. À bord, trois vaches laitières font Piémontais qui représentait la France en tant que également partie du voyage, afin de la nourrir. Dès son Consul à Alexandrie) au Pacha d’Égypte, Méhémet-Ali. arrivée dans le port français, l’animal fait sensation. Le L’idée ne venait pas de lui. Elle lui a été soufflée par préfet de la cité phocéenne l’accueille dans sa propriété l’un de ses serviteurs, un Nubien prénommé Hassan. où elle séjourne plusieurs mois. Au printemps suivant, L’animal ainsi offert à Charles X, roi de France, per- Zarafa poursuit son périple jusqu’à Paris, mais par voie mettrait d’enrichir la ménagerie royale du Jardin des terrestre cette fois. Plantes, nouvellement ouverte à Paris. Le Sultan a Geoffroy Saint-Hilaire, alors responsable du Muséum accueilli cette proposition avec joie, d’autant qu’il National de France rattaché au Jardin des Plantes, cherchait un moyen d’améliorer ses relations avec le accueille la girafe avant de la présenter officiellement à royaume de France. Charles X le 9 juillet 1827 au château de Saint-Cloud. Zarafa, une orpheline âgée de seulement deux ans, Le roi est l’un des derniers à pouvoir admirer son cadeau quitte le désert du Kordofan au Soudan. Elle est embar- puisque Zarafa n’est pas passée inaperçue en remontant quée sur un navire sarde dont le pont a été spéciale- la vallée du Rhône puis la Bourgogne avant d’entrer en
5
Ile-de-France. Mais, selon les codes en vigueur à la cour, c’était à la girafe d’être conduite au roi et non à ce der-nier d’aller à sa rencontre. Zarafa devient extrêmement populaire dans toute la France à partir de 1827. Une véritable «girafomania» s’installe. Il faut dire que cet animal si peu connu au début du XIXesiècle passait presque pour être légen-daire. Avant de pouvoir l’admirer en vrai, on n’avait de la girafe que des représentations anciennes et approximatives. L’engouement pour Zarafa a duré plus de trois ans. L’animal a vécu dix-huit ans. Sa dépouille naturalisée est actuellement conservée au Muséum d’Histoire Naturelle de La Rochelle.
Lunivers des réalisateurs Par Rémi BEZANÇON & Jean-Christophe LIE
LA GENÈSE DU PROJET
Rémi Bezançon :le scénario de ZARAFA. J’ai tout de suite proposé de lire  l’animation afin de mener le projet à deux. Son arrivée J’ai coécrit le scénario en 2001 avec Alexander Abela, un scénariste-réalisateur anglais. m’a rassuré. Entre temps j’avais retravaillé le scénario accroché. J’y ai vu une sorte de road-movie graphique. À l’époque j’ai volontairement mis le projet en sommeil en collaboration avec Jean-François Halin (scénariste des La traversée du désert rappelle LAWRENCE D’ARABIE. parce que je n’avais pas encore réalisé de long métrage. deux OSS 117 signés Michel Hazanavicius) et Vanessa Toutes les images étaient claires dans ma tête. Après Je ne me sentais pas prêt à me confronter à la mise en Portal (scénariste d’UN HEUREUX ÉVÉNEMENT). Il a avoir rencontré Rémi, j’ai été franchement rassuré par scène d’un film d’animation. J’ai tourné mon premier rajouté des touches d’humour et m’a persuadé qu’Has- son expérience en tant que réalisateur. Et puis le projet film, MA VIE EN L’AIR, trois ans après. J’ai ressorti le san ne pouvait pas tuer la maman de Zarafa contrai- était original. Tout partait d’un scénario papier inédit. script en 2008. Je l’ai fait lire à Valérie Schermann, pro- rement à ce que j’avais écrit dans la première version Que demander de mieux pour une première réalisation ! ductrice chez Prima Linea Productions, qui a été embal- car ce geste serait inoubliable et impardonnable pour le Autre point important qui m’a séduit dans l’histoire, c’est lée. Elle ne voulait pas que mon rôle se limite à celui de spectateur. que Rémi ne voulait pas faire parler les animaux dans le scénariste. Elle avait déjà en tête l’idée d’associer deux film. Le parti pris c’était que seule Zarafa aurait une voix réalisateurs issus de deux univers différents : la priseJean-Christophe Lie :on ne lui ferait pas bouger les à la fin mais  intérieure suis arrivé bien plus tard Je de vue traditionnelle et l’animation. Comme je n’avais que Rémi sur le projet. Je finissais de réaliser mon lèvres, pour renforcer la texture onirique du conte. ni l’envie ni le temps d’endosser seul la réalisation de premier court métrage d’animation (L’HOMME À LA ZARAFA compte tenu de la mise en œuvre de mon troi- GORDINI, sélectionné en compétition au 62eFestival de sième long métrage, Valérie Schermann m’a fait rencon- Cannes et doublement primé à celui d’Annecy en 2010) trer Jean-Christophe Lie, un réalisateur rompu à l’art de lorsque Valérie Schermann et Christophe Jankovic m’ont
7
hCirae-nehe tspoi avt mocom-ons RzaBei ém J :onnçsre  nujliel t0209. Le premier jcnemon é ertluob dotrée isaleuattteC .siom xis sri p ausnoa  Çd.obraro-y utséra nsacé coa étour d aq tipotsm ehn-eariChe êm Jsiolgneum urt èr se ma pae périod qtempcourpo, ueius em e udner sent ivemt. Jcouréateuc letatir  àlàa  lffdienér essec àmom -tnetion, tout se pau  nl mdnami-a a été cry-board .eLs otedp alsnids s éeaioymet ehpover hC-ntsir Jeas ettates pa eedocmmeg snoanrspes les aiinssed ej ,oiranécs ne,tà p rait ruddans. Techniquem ne nècsse eed t Tr.teoua  lsemil md  utneinee cons la tiontrucnoixeértsec :  ounu qe  dilutpotsL eh-naeirhCtaé dpe :ie l À aeltcruedtnà l nario. Je du scén ec ,tnatruoP vi ésis pat aiét,il M ka ntesaasave.escltit e peméorntmeur sa  lalernoittne H erdu compte que le mlr pesoia tnén  Es.insaai fles no ,tnner tselèteom-p réamentà q ilés eamaurtffe donsicidéa l ertuo noitaminchamtre -conhampemc  eêmrec ceutssdee inn  os lehc e,pmac tertno lm da Pour unlpmene.tottus mi xued eduQ .siomm ln uanem dmeeru f iama p nhcon dand e deécidegarrt stidannoi dce lesgsonét mels otyrb-aodrd els. Dhabitude t le ml duapsnomontera il s qurp sèrt tseC .éusplt esC. iséc eupsiu nu erpsi et ensune autre .res eL etitnom crdreorrytooa-b Il ges.impoest eld ssbinaeg ehcs.rèapr  pnen  O sap tue renruotp, on doit aussii amigen rlcait dngniéf ti tde suo selsrepanno perainsagessonnqieuarhpectrd  eopelév d gntmepetrap issua épiciles faire si nou sdaro éopvuio rmmtat.ena Jaiurel ,ip setaron sel suo retp f romainêté t prs onuon sredraob-yrostx eu ds,aiél d sno tuaihab .lIhem Boucr et BoliK tehcraL :neructan ioènsc des tnemeladnof étéletaenamser ou pirasocold  uitnoy-bostora égard  es ssapa retnave  d lseceandar f iaeru eni éd ede ce qui allaitndua Qs.mptee  dtasilaér tse no as ens pavios ntnsertiac no uede  lmpteu-eaupco! re aL d sminaa malheeur on ntnp sab ruueesemr pas lercTu os,rdnaa eiéiss eégditerranée en ba nrtvareesl  aéMeirsMaà n  oe,llno ,noll evirra s. JPariapprai tn eeromu àujqsçrepuq ues a tsarboond stu y-orel ml ,tid na sn avançae plus o .segannosrep edt aiavy l  iuspllAxe t à nse,no oudadu Sart On pno gémrtga.eI  lfallait tailler aded ,snsiam ùo C? aiétunt bs o euaatlcra td pé cepuisevenst dtom nu uuoP .rueras der des onisper pouris à cou r àuqlea rr-ievdee lu pe quoschm és siaoc snednas fit pétace ntuq ruot,es calit aissgia silul reimerp nom edya lin  tapruia nuas depourges t a no ,s ed tuoéc dteuiu qtéréel scsnèsed  eédsert par exemplel snrc aitaéd no desoréc Ps.r ouDARBOY-ORSTE  L
LES MESSAGES DU FILM Rémi Bezançon : doutece qu’est le bouddhisme. À un moment donnéjeune public qui, lui, s’intéressera plus à l’enfer- au Je voulais montrer que la liberté  parents est la chose la plus importante dans la vie. Des gens se tous les enfants prennent frontalement conscience de la mement de Zarafa au Jardin des Plantes. Par ailleurs, on battent encore pour l’obtenir. L’esclavagisme moderne a vie et de la mort et ces notions ne sont pas toujours a souhaité montrer le Paris de l’époque sous son vrai même défrayé la chronique il n’y a pas si longtemps en faciles à expliquer. Le film permettra peut-être d’enta- jour : sale, pluvieux et gris. Par conséquent, j’ai choisi France. Le film aborde également des thèmes comme mer le dialogue ouvertement. Mais ZARAFA n’est pas de renforcer la matière dans les décors et de rendre le l’amitié, la recherche du père et la promesse donnée un cours d’histoire ou de religion ! Certains thèmes sont trait charbonneux. mais sans aucun aspect moralisateur. Pour autant, je abordés par petites touches. ne m’interdis pas d’être mordant vis-à-vis de la cour de Charles X. La critique de l’abus de pouvoir est évi-Jean-Christophe Lie :On est sous la Restauration. dente. Au-delà de ça j’ai glissé des éléments un petit La «girafomania» qui s’empare de la France est surpre-peu plus «pédagogiques» pour les enfants. J’adorerais nante, voire absurde. De même, on évoque la question par exemple qu’en sortant du film ils demandent à leurs de l’esclavagisme. Ces deux points échapperont sans
L’HISTOIRE D’UNE GIRAFE : DU PAPIER À L’ÉCRAN Rémi Bezançon :passaient sans problème si on transformait tout à fait d’accord. On allait pouvoir définir des cadresJe voulais proposer un conte pour historiques enfants sans mièvrerie d’après la véritable histoire de l’histoire en conte. Du coup, on a intégré l’idée d’un de western avec de grands paysages. Puis je me suis dit : Zarafa tout en m’éloignant de la réalité historique. Cette conteur qui raconte l’histoire à des enfants dans un vil- «Une girafe en scope ! Mais comment on va s’en sortir à girafe est restée quarante cinq jours en quarantaine à lage africain. On m’a dit que si j’avais su comment on la verticale ?». C’était compliqué vu sa taille. Peut-on la Marseille. À l’écran, son voyage jusqu’en France aurait fait un film d’animation jamais je n’aurais écrit cette his- cadrer facilement en présence des autres personnages ? été un peu répétitif et monotone si on s’était limité à toire-là ! Mais c’est justement ce qui la rend singulière. Comment faire bouger toutes les taches de son corps ? cette partie du récit car les protagonistes ne faisaient Finalement sa locomotion s’est avérée très intéressante que marcher. Avec mon coscénariste on a renforcé :Jean-Christophe Lie animer. On rejoint l’idée de la grâce absolue avec son àLa première fois que je l’ai l’intrigue pour la rendre plus épique. D’où le voyage en rencontré, Rémi m’a dit : «On fait ce film en scope ou côté longiligne et ses déplacements. montgolfière. Nos prises de liberté par rapport aux faits on ne le fait pas». Il voulait des grands espaces et j’étais
8
9
alisme ée mini-mirugue.rattid  ee unnsseon dr nediv L .eoitaed n