22 pages
Français

La France et l'otan 00-2007.qxp

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La France et l'otan 00-2007.qxp

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 100
Langue Français

Exrait

LA PRÉSENCE AMÉRICAINE EN FRANCE, 1951-1967 : COHABITATION OU ACCULTURATION ?
Olivier P OTTIER
Dans l’introduction de son étude sur la présence militaire amé-ricaine au Royaume-Uni durant la Seconde Guerre mondiale, l’his-torien britannique David Reynolds insiste sur la nécessité de réconcilier l’histoire sociale et l’histoire militaire. 1 Les militaires, surtout lorsqu’ils s’implantent d’une manière durable dans un pays étranger, ne doivent pas être perçus seulement comme les objets d’une politique qui les dépasse. Ils doivent aussi être considérés, autant qu’il est possible, dans leur dimension sociale et psycho-logique, c’est-à-dire comme des êtres ordinaires placés dans des circonstances extraordinaires, comme le prétend judicieusement David Reynolds. 2 Ainsi, c’est en observant le fait militaire dans cette double optique – politique et sociale – que nous avons abordé l’étude de la présence militaire en France de 1951 à 1967, autrement dit des premières installations effectives d’unités américaines jusqu’à leur départ. Il nous a semblé intéressant d’évaluer l’impact de cette présence sur un pays européen fier de son passé et très attaché au respect de sa souveraineté. Quel fut le rôle de la présence mili-taire des Etats-Unis dans le processus d’américanisation de la France ? Quelle fut la nature des relations entre Français et Amé-ricains sur le terrain et, notamment, quelle fut l’importance des préjugés et des peurs que les deux peuples ont nourris l’un envers l’autre en ces circonstances ? Comment enfin les autorités civiles
et militaires des deux pays tentèrent-elles de rapprocher les deux communautés ? Pour répondre à ces questions, nous avons obtenu l’autorisation de consulter, à titre dérogatoire, les archives de la Mission cen-trale de liaison pour l’assistance aux armées alliées. Cet orga-nisme, créé en 1950, avait pour but de régler toutes les difficultés posées par la présence militaire alliée en France métropolitaine et au Maroc. Le fonds des archives de la MCLAAA est conservé au Service historique de l’armée de Terre à Vincennes ; il n’est ni inventorié ni classé. 3 Il présente une très grande richesse ainsi qu’une grande diversité : notes de service à destination des ministres, rapports de synthèse annuels sur les activités de la Mis-sion et sur la présence américaine, rapports mensuels fournis par les officiers français de liaison affectés dans les principales uni-tés américaines, comptes rendus de réunions, lettres et dossiers spécifiques. Les archives de la MCLAAA se prêtent donc pleine-ment à une étude aussi bien politique que sociale de la présence militaire américaine.
Les bases américaines en France : le spectacle fascinant de l’ American way of life
Le rôle des familles
La présence militaire américaine en France de 1951 à 1967 reste limitée. Elle n’atteint pas les chiffres de la présence militaire amé-ricaine des première et seconde guerres mondiales. Au début de 1954, le nombre total d’Américains, civils et militaires, installés en France est d’environ 56 000 personnes, 4 soit 0,1 % de la popu-lation totale de la France, 2,8 % des étrangers vivant en France et 15 % des troupes américaines installées en Europe. On est loin des 2 013 000 militaires américains stationnés en France à la fin de 1918 5 et des 250 000 hommes que la RFA accueille au début des années cinquante. 6 Même si elle a atteint, et certainement dépassé les 100 000 personnes vers 1958-1959, la population américaine en France n’est donc pas très importante comme le remarque judi-cieusement Patrick Facon. 7 Néanmoins, plusieurs départements français connaissent une certaine affluence américaine : la Cha-rente-Maritime, l’Indre, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et le Loi-