7 pages
Français

La présence américaine à l'étranger ou la militarisation de la paix

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La présence américaine à l'étranger ou la militarisation de la paix

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 109
Langue Français

Exrait

La présence américaine à l’étranger ou la militarisation de la paix
Tewfik Hamel
Consultant/expert correspondant à la FMES et doctorant en sciences politiques et relations internationales attaché à la FARE (Frontières, Acteurs et Représentations de l’Europe), uni-versité de Strasbourg.
on seulement, « les États-Unis sont une puissance mondiale avec des SecoNnde Guerre mondiale, en moyenne, les forces armées américaines ont été uti-responsabilités mondiales », mais également une nation familière de la projection de puissance. « Pendant les trois décennies qui ont suivi la lisées comme un instrument politique, une fois tous les deux mois ». De 1798 à 1993, on recense 234 cas dans lesquels les États-Unis ont utilisé leurs forces armées à l’étranger. La rupture stratégique introduite par la fin de la guerre froide dans les rapports forces internationaux a rendu les États-Unis plus interventionnistes. Un nouveau militarisme s’est traduit par un rôle militaire renforcé mais aussi l’avène-ment d’une nouvelle ère marquée par « la fin de la proportionnalité » en matière d’usage de la force. Lecontinuumentre la guerre et la paix de l’après-guerre froide a conduit les États-Unis à troquer une stratégie axée principalement jusque-là sur l’endiguement et la dissuasion pour adopter une stratégie mondiale expéditionnai-re s’appuyant sur la projection de puissance.
Un nouvel interventionnisme engagé
Effectivement, le rôle de l’armée américaine dans le monde et de la force militaire dans la politique américaine s’est renforcé tandis que le Pentagone a aug-menté son influence parmi les autres institutions. Au cours des quinze dernières années après la guerre froide, les États-Unis ont effectué de nombreuses opérations militaires, beaucoup plus importantes en nombre et intensité que lors des quinze années précédentes. De novembre 1989 à 2004, ont été menées neuf grandes inter-ventions américaines à l’étranger ; deux impliquant quelques centaines de milliers de soldats et plusieurs autres portant sur des dizaines de milliers. De 1975 à novembre 1989, six opérations américaines seulement ont été conduites à l’étran-ger ; la plupart étaient des raids et aucune n’a concerné plus de 10 000 soldats. En appui de ce militarisme croissant, le budget de défense n’a pas cessé d’augmenter pour « la quatorzième année consécutive » ; plus de 700 milliards de dollars en 2010. Quoi que l’on dise, « l’intervention[nisme] humanitaire [qui] est la version Bush-Clinton de ‘‘paying any price, bearing any burden’’ dans les années 90 » n’est
1