lettre 65.indd
12 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

lettre 65.indd

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
12 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

lettre 65.indd

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 115
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

65Août 2010
Gérer le développement du petit gibier édito sauvage et maîtriser les dégâts Porté à la présidence de votre Fédération par mes collègues du Conseil d’Administration, ma volonté première est de poursuivre les actions conduites ces dernières années en faveur du petit gibier sédentaire. En effet, avec des populations de grand gibier (chevreuils et sangliers) qui, même si elles sont en progression, restent modestes, en raison du faible boisement de notre département, la chasse deux-sévrienne repose essentiellement sur la petite faune sauvage.
D’ailleurs il suffit de constater que si les densités de lièvres ou de lapins de garenne chu-tent, certains chasseurs n’hésitent pas à raccrocher le fusil, du moins pour une ou deux saisons…
De même, les nouvelles générations ne s’intéresseront à notre loisir et ne se développe-ront qu’avec un petit gibier naturel bien présent. En effet parcourir la campagne pendant une journée sans lever le fusil découragera rapidement nos jeunes chasseurs.
C’est sur ces bases que je conduirai notre stratégie avec la volonté de motiver les jeunes générations indispensables à la pérennité de la chasse.
Gérer les espèces et aménager les milieux, en concertation avec le monde agricole, comme avec les projets Agrifaune et IBIS, restent les axes prioritaires des prochaines années. C’est en travaillant sur le végétal qu’on développera la petite faune.
L’objectif de cette politique est de trouver dans nos campagnes des lièvres, lapins, faisans et perdrix en abondance.
Toutefois, cette abondance doit être MAÎTRISÉE pour éviter la SURABONDANCE suscep-tible de créer des préjudices importants aux récoltes agricoles.
Nous devons veiller aux intérêts des exploitants agricoles en gérant avec une grande attention les dégâts de grands et de petits gibiers. N’oublions pas qu’ils tirent leurs revenus de l’espace rural, donc de notre territoire chassable et que l’agriculture, en pleine mutation, traverse une période difficile.
Chaque chasseur doit en prendre conscience en intervenant pendant la période de chasse en réalisant des prélèvements adaptés, voir plus, et intervenir à la meilleure période pour protéger les cultures en place, de manière à ce que les dommages causés soient acceptables par tous.
Le chasseur moderne est un acteur permanent du territoire en véritable gestionnaire des espaces et des espèces. Il aménage les habitats pour favoriser l’implantation et le dévelop-pement des populations. Il est présent sur le terrain pour surveiller les densités de popula-tion aux périodes sensibles. La chasse ce n’est pas seulement que du mois de septembre au mois de février. Etre chasseur, c’est aussi et surtout être acteur sur le territoire aux pério-des où les cultures peuvent subir l’effet des coups de dents de certains gibiers.
Cette implication doit donc se traduire par une surveillance de nos territoires toute l’an-née, avec la mise en œuvre de moyens de préventions dans les zones à risque (chasse suffisante, bandes enherbées, furetage…). L’organisation de battues administratives pour enrayer des dégâts doit être la dernière alternative qui s’impose. Mais, à mon sens, arriver à cette échéance doit être considéré comme un échec de notre gestion.
Tout comme le serait l'intervention excessive des assurances dégâts pour palier à l'insuf-fisance de gestion collective des territoires, comme ce fut le cas ces trois dernières années. L'évolution de cette situation pénalisera sévèrement le budget des chasseurs utilisateurs du même espace, agriculteurs et chasseurs doivent être partenaires dans la gestion et les aménagements du territoire. J'agirai de manière à ce que ces acteurs indissociables unis-sent leur expérience pour rendre la nature accueillante pour la faune et agréable pour les hommes.
Guy GUEDON
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents