41 pages
Français

Revue de presse « Défense » Date : 2 mars 2011 Sommaire des ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de presse « Défense » Date : 2 mars 2011 Sommaire des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 50
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

 
Revue de presse «Défense »
contact : adulou@numericable.fr Votre avis nous intéresse : si vous voulez réa ir à un article de la Revue de resse, vous pouvez soit contacter directement le responsable de thème de Défense soit réagir sur les forums de discussion de laCommunauté deDéfense,en cliquant sur le lien :www.revue-defense-ihedn.fr (si vous n’y arvenez as, reco iez le lien dans votre moteur de recherche L’équipe de la Revue de presse Défense vous remercie de votre confiance et de votre intérêt our son travail, toutes vos su estions sont les bienvenues.
Concorde effectue son premier vol Le 2 mars 1969   Date : 2 mars 2011 Sommaire des articles ro osés 1 Enjeux de la Défense, Doctrine, Concepts, Missions :  Pakistan : le ministre des minorités religieuses assassiné 2Relations internationales - Europe de la défense - OTAN :   Bruxelles est dans les choux ratoires,Face aux crises mi   : le ministre allemand de la Défense démissionnePla iat  sur une intervention militaire en LibL’Otan divisée  e 3Armements - Industries - Économie :   Le Brésil ne pourra pas acheter d’avions de combat en 2011  Les industries navales sur l’agenda -François Cornut-Gentille 4Les forces armées - Air - Marine - Terre - Gendarmerie :  Un Mirage 2000N s’écrase dans la Creuse 5Zones de conflits :  bord d’un bus militaire américain : 2 mortsFusillade à Frankfort à    a rennent le contrôle de Marsa el BreLes ro-Kadhafi re   ueCôte d’Ivoire : Y a-t-il encore une autre solution ? uerre la  Burkina Faso : Manifestations des scolaires à Léo : les locaux de la police incendiés  Situation de en Casamance uerre 6Renseignements et menaces :  Le Séné al sous surveillance : les Etats-Unis et la France s’inquiètent des cas d’immolation L’Iran met en garde contre une intervention militaire en Libye  
  : Renault admet ses doutesEs ionna e 7Sécurité intérieure :   de resseS nthèse de la douane  Banquiers, pervenches, agents … Nouvelles cibles des agressions du ublic 8Énergie environnement climat :   ont dû aisesPénurie de brut lib en : « les raffineries fran s’organiser à toute vitesse. » 9Géopolitique de la culture :  Qui se soucie de l’intérêt général ?   Ar entine : enfants volés, ota es du national - catholicisme 10Géopolitique de l’information :  Bin ,recherche de Microsoft en version finale en le moteur de France  La régulation de la neutralité du net menacée aux Etats-Unis  Une remière démonstration de Windows 8 sur une tablette en juin ?   ue bientôt une mar eJulian Assan osée dé   victime d’un a ent infectieuxLe site du London Stock Exchan e 11Jour après Jour :le 2 mars 12Revue de presse internationale en langue étrangère :   di lomatic : Lessons from the Histor of Assan eWilson, Trostk , Transparency   ouWesterners, be careful the compan Keep   Continuin ResolutionsUS Général Decr  BAE Sustems cautious on 2011 as defence cuts bite  crooks won’t doing time for cybercrimeWhy  13Titres d’articles sur le site de la revue Défense de ubliés l’IHEDN :http://www.cybel.fr/html/Communaute/defense/forums/index.php  
 ***** Votre avis nous intéresse : si vous voulez réagir à un article de la Revue de presse, vous ouvez contacter directement le res onsable de thème ou réa ir sur les orums de discussion de la Communauté deDéfense, en cliquant sur le lien :www.revue-defense-ihedn.fr (si vous n’y parvenez pas, recopie le lien dans votre moteur de recherche)  1/ ENJEUX DE LA DEFENSE - DOCTRINE - CONCEPTS - MISSIONS   THEME 1 - 1:Pakistan : le ministre des minorités reli ieuses assassiné Source, ournal ou site Internet : Le Point Date : 2 mars 2011
Auteur : AFP Adressé par : Jean-François Mazaleyrat Le meurtre de ce catholique fervent survient en pleine controverse sur la suppression de la peine de mort en cas de blasphème.
Le ministre pakistanais des Minorités religieuses Shahbaz Bhatti était l'un des défenseurs d'un amendement de la loi contre le blasphème. © Jewel Samad / AFP Le ministre pakistanais des Minorités religieuses a été assassiné mercredi à Islamabad ar des inconnus ui ont criblé de balles la voiture de ce catholi ue militan pour la suppression de la peine de mort en cas de blasphème et défenseur de la minorité chrétienne. Trois ou quatre hommes à bord d'une voiture ont tiré en plein jour sur le véhicule de Shahbaz Bhatti dans un quartie chic de la capitale, alors qu'il sortait de sa résidence, a indiqué le chef de la police d'Islamabad, Wajid Durrani. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite. "Il était mort à son arrivée à l'hôpital, on lui a tiré dessus", a déclaré ar télé hone le docteur Azmatullah Qureshi, orte- arole de l'un des lus rands hô itaux d'Islamabad, le Shifah. Selon le chef de la police, le ministre avait demandé à son escorte habituelle de l'attendre à son bureau plutôt que de venir le chercher chez lui. "Nous enquêtons" sur cette information, a-t-il ajouté.
Intimidations 
Ce meurtre survient en leine controverse dans ce a s musulman sur des velléités d'amendement d'une loi prévoyant la peine de mort en cas de blasphème et l'assassinat début janvier d'un gouverneur qui avait pris la défense d'une chrétienne condamnée à la peine capitale pour avoir "insulté" le prophète Mahomet. Le ministre Bhatti, qui était l'un des défenseurs d'un amendement de la loi contre le blasphème et multipliait les déclarations sur les violences et intimidations dont est victime, notamment, la minorité chrétienne, se disait ré ulièrement menacé. Le 4 anvier, en lein our et devant le salon de thé d'un com lexe commercial d'Islamabad, Salman Taseer, le gouverneur du Penjjab, la province la plus peuplée du Pakistan, avait été criblé de balles par un policier du commando d'élite chargé de sa protection. L'assassin, qui avait invoqué le fait que Salman Taseer défendait Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour avoir "insulté" le prophète Mahomet, et que ce dernier s'était fait l'avocat d'un amendement de la loi contre le blasphème, est devenu un "héros" aux yeux d'une grande partie de la population de la République Islamique du Pakistan.
Manifestations 
De uis deux mois, les manifestations de soutien au olicier et hostiles à toute modification de la loi se multiplient dans le pays. Et le gouvernement, sous la pression de la rue, répète inlassablement qu'il n'a aucune intention de soutenir l'amendement présenté par certains parlementaires. Plusieurs imams, dont l'un ui aurait "ins iré" le olicier selon lui, et des diri eants de mouvements fondamentalistes ré ètent publiquement à l'envi ces derniers temps que l'islam récompense les meurtriers d'apostats ou ceux qui les défendent. La eine de mort n'a amais été a li uée our un blas hème de uis ue la loi l'a révue dans les années 1980. Mais plusieurs personnes - chrétiens, musulmans et hindous - qui avaient été condamnées pour avoir profané l'islam et le Coran ont été tuées, en prison par des policiers ou des gardiens, ou dans la rue une fois relâchées. Fin novembre, une alliance de artis et d'associations de musulmans sunnites avait averti qu'une éventuelle grâce pour Asia Bibi déclencherait l'anarchie dans le pays, après que le ministre Shahbaz Bhatti eut présenté au président Asif Ali Zardari une demande de clémence pour cette femme dont la famille
ituaue f se xulrb xuqsures venamigratoiinis,el tnd  euTnnéeopur eonniUigad édicéd a egencon aec sr av e
se dit persécutée depuis longtemps dans son village. Asia Bibi, 45 ans, une paysanne pauvre, mère de cinq enfants, a été condamnée le 8 novembre à être endue ar un tribunal de Nankana (est) our avoir blas hémé en 2009 contre Mahomet, une accusation portée par des femmes musulmanes du même village à l'issue d'une uerelle. Une uridiction su érieure doit encore se rononcer en a el, et elle commue énéralement les peines de mort pour blasphème en peines de prison, quand elle ne les annule pas. Les chrétiens représentent moins de 2 % des quelque 170 millions de Pakistanais. Ils sont majoritairement pauvres et cibles de vexations et de persécutions fréquentes.
 2/ RELATIONS INTERNATIONALES - EUROPE DE LA DEFENSE -OTAN :   THEME 2 - 1: Bruxelles est ratoires,Face aux crises mi dans les choux Source, journal ou site Internet : Marianne Date : 2 mars 2011 Auteur : Tef Andriamanana Adressé par : Jean-François Mazaleyrat
S Frontex. Mais l'Europe peine encore à montrer une véritable solidarité entre Etats sur ce sujet. L’immigration n’est pas qu’un problème national, elle peut concerner tout un continent, la crise de Lampedusa en est l’exemple. Des milliers de migrants tunisiens voguent dans les eaux internationales puis échouent en Italie en espérant atteindre la France. De même, la frontière gréco-turque où passent notammen des migrants afghans est aussi un lieu de tension. Ces derniers cherchent à aller en Angleterre notamment via la France et son Tunnel sous la manche. Sans arler des enclaves es a noles de Ceuta et Melilla, situées au Maroc. Vouloir créer des frontières communes tout en abolissant les frontières intérieures a naturellement des conséquences sur les migrations. En franchissant les frontières de l’Europe, les immigrants espèrent pouvoir circuler librement sur le continent. Vu que la question migratoire s’impose désormais à tous, le bon sens imposerait donc que l’on mette en place une gestion commune des frontières. Ce n’est pourtant pas encore le cas. La crise de Lam edusa a d'ailleurs donné un bel exem le de cette désunion euro éenne. L’Italie avait accusé Bruxelles de ne pas lui apporter d’aide. Bruxelles a rétorqué que c’était Rome qui avait refusé la main tendue. Toutefois, un outil a pu faire son apparition dans cette crise migratoire : l’agence Frontex. Un nom très novlangue pour l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures. Créée en 2004, opérationnelle depuis 2005, elle a notamment trois missions : étudier les mouvements mi ratoires, coordonner des o érations de estion de flux mi ratoire entre Etats-membres et permettre des vols communs de retour vers les pays d’origine des migrants refoulés. Son budget pour 2011 dépasse les 88 millions d’euros. Elle a mené 43 opérations de contrôle ou de vols retours en 2010 selon des chiffres des eurodéputés Europe Ecologie, un chiffre qui parait faible vu l’enjeu. Frontex, l'agence à risques L'a ence Frontex ossède aussi un bras armé avec les Rabits ( ourRapid intervention border teams, admirez l’humour bruxellois). Ce sont des policiers et autre agents armés chargés d’intervenir rapidement à l demande d’un Etat membre pour gérer un problème migratoire. Ils gardent leurs uniformes nationaux mais ont un brassard de l’UE et sont placés sous le commandement de l’Etat demandeur. Ce n’est donc pas à proprement parler une police européenne des frontières. Ces équipes sont notamment intervenues en Grèce à l’automne dernier face à un afflux de migrants venant de la frontière avec la Turquie. Dans la crise de