CUS : travailler au centre et habiter ailleurs

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La distance entre le lieu de domicile et le lieu de travail est très différente selon les territoires de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS). Les zones d'emploi recrutent bien au-delà de leurs propres résidants. C'est le cas du centre-ville. En revanche, la proximité entre le domicile et le travail est importante dans les zones de la première couronne. En général, les femmes habitent près de leur travail.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 26
Langue Français
Signaler un problème

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95CONDITIONS DE VIE
75 75
25 25
5 5
0 0CUS : travailler au centre
et habiter ailleurs
89 % des personnes travaillant dans le
centre-ville de Strasbourg habitent
ailleurs. 37 % des employées
travaillant dans le centre-ville utilisentLe centre-villeLa distance exclusivement les transports en
attire des actifs commun.entre le lieu de domicile
résidant à Strasbourg, 51 % des personnes travaillant à
et le lieu de travail Schiltigheim, Bischheim et Hoenheimdans et hors de la CUS
résident dans ces communes et dansest très différente
les zones limitrophes.Le centre-ville de Strasbourg estselon les territoires
35 % des personnes travaillant à
la plus importante zone d’activitéde la Communauté urbaine Geispolsheim, Fegersheim, Lipsheim
de la CUS. Un emploi de la CUS et Entzheim réésident à l’ext rieur de lade Strasbourg (CUS).
sur cinq y est localisé. Bien qu’il CUS.
LeszonesdelaCUS s’agisse également d’une zone
à forte densité d’emploi densément peuplée (un habitant de
la CUS sur dix y réside), 11 % desrecrutent bien au-delà
de leurs propres résidants.
Au centre-ville, un lien ténu entre lieu de résidence et lieu de travail
C’est le cas du centre-ville.
Lieu de résidence des actifs travaillant au centre-ville
En revanche, la proximité
entre le domicile et le travail
est importante dans les zones
de la première couronne.
En moyenne,
les femmes habitent
plus près de leur travail.
La distance entre le lieu de domicile
et le lieu de travail est très différente
selon les quartiers et les communes
de la Communauté urbaine de
Strasbourg (CUS). Pour illustrer ces
différences entre territoires, trois zo-
nes ont été décrites :
- le centre-ville de Strasbourg ;
- une zone de la première cou-
ronne : Schiltigheim, Bischheim et
Hoenheim ;
100 100- une zone de la deuxième cou-
ronne : les communes autour de
95 95
Geispolsheim.
75 75
25 25
5 5
0 0
11Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
1CPA R 23 Pages 11 14.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 Pages 11 14.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:39:51Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95CONDITIONS DE VIE
75 75
25 25
5 5
0 0
Méthodologie
Cet article est le résultat d’une exploitation particulière du recensement de la population de 1999, dont les modalités sont décrites
page 10 (cf. article précédent, intitulé "CUS : localisation différenciée de l’emploi et de la population").
emplois seulement sont occupés phique des actifs est largement ré- varient dans un rapport de1à6.Ils
par des résidants du centre-ville ; partie. Les femmes qui travaillent sont les plus importants pour ceux
mais, avec les actifs domiciliés dans dans le centre-ville sont moins fré- résidant dans les faubourgs stras-
les quartiers limitrophes, cette part quemment domiciliées hors de la bourgeois : Koenigshoffen, Haute-
atteint 40 %. Le centre-ville "re- CUS que les hommes (26 %, contre pierre, Cronenbourg, la Meinau et
crute" ses actifs dans l’ensemble de 32 %), surtout si elles sont ouvriè- le Neuhof. Pour ceux qui résident
la CUS, dansle du res ou cadres. Mais, les femmes ne dans les communes périphériques
Bas-Rhin et même au-delà : un tiers résident pas plus que les hommes à et hors de la CUS, l’usage de la voi-
des Haut-Rhinois ayant un emploi proximité immédiate de leur lieu de ture domine, à l’exception des ac-
dans la CUS travaillent dans le travail. tifs résidant très loin. C’est le cas
centre-ville. Les habitants du Dans le centre-ville strasbour- des Hauts-Rhinois, chez qui l’u-
Haut-Rhin sont cependant peu geois, l’accessibilité par les trans- sage des transports en commun et
nombreux ; l’essentiel des person- ports en commun est optimale, des modes combinés prime large-
nes travaillant au centre-ville et rési- grâce à la présence d’une grande ment sur celui exclusif de la voiture
dant hors de la CUS proviennent gare SNCF - la deuxième gare de particulière. La combinaison de
d’un quadrilatère dont les côtés re- banlieue de province, en termes de plusieurs modes de déplacement
lient Haguenau, Saverne, Molsheim fréquentation - et de nombreuses est globalement usitée pour les
et Erstein, soit un rayon maximum lignes urbaines ou interurbaines de emplois situés au centre-ville :
d’une trentaine de kilomètres autour tram et de bus. 16 % des actifs y ont recours,
de la CUS. Selon le lieu de résidence des ac- contre 10 % dans l’ensemble de la
Quelle que soit la catégorie socio- tifs travaillant au centre, les taux de CUS. Sans doute utilisent-ils une
professionnelle, l’origine géogra- recours aux transports en commun voiture pour se rendre à un arrêt
de tram ou à une gare, avant de
rejoindre le centre-ville.
Les hommes travaillant dans le centre-ville
Les hommes utilisent plus rare-
résident souvent à l'extérieur de la CUS ment les transports en commun
Part des actifs résidant hors CUS dans les emplois du centre-ville (en %)
que les femmes et, quand ils les
utilisent, c’est plus fréquemment
de manière combinée. Mais cetteCadres
différence de mode de transport
Professions entre les hommes et les femmes
intermédiaires
est surtout liée à leur catégorie
Employés professionnelle. L’usage des trans-
ports en commun, chez les cadres
Ouvriers
et les professions intermédiaires,
est identique selon le sexe et peu
100 100Ensemble
fréquent. En revanche, chez les
0 5 10 15 20 25 30 35 4095 95employés et les ouvriers, le mode
dominant est la voiture pour lesHommes Femmes
75 75
Lecture : 35 % des hommes et 28 % des femmes exerçant une profession intermédiaire dans le
centre-ville résident à l'extérieur de la CUS.
25 25
5 5
0 0
12 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
2CPA R 23 Pages 11 14.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 Pages 11 14.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:39:57
Source : Insee, recensement de la population de 1999Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
À Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim,
95 95les lieux de travail et de domicile sont proches CONDITIONS DE VIE
Lieu de résidence des actifs travaillant dans les 3 communes
75 75
25 25
5 5
0 0
tement important en dehors de la
CUS, dans le nord du départe-
ment.Dans tous les cas, les dépla-
cements domicile-travail se font
largement en voiture.
Les employés et les professions
intermédiaires travaillant sur les
trois communes, surtout les fem-
mes, sont plus nombreux à rési-
der dans une de ces trois commu-
nes. En revanche, les ouvriers et
les cadres de sexe masculin sont
plus fréquemment domiciliés
dans les autres communes de la
CUS et au-delà.
Deuxième couronne :
des actifs
plus nombreux
à résider
hommes et les transports en com- des communes limitrophes et hors de la CUS
mun pour les femmes. dans les quartiers de Strasbourg
attenants à cette zone, ce sont L’essentiel des communes de la
Première couronne :
51 % des emplois qui sont situés à deuxième couronne sont dans
le domicile
proximité du lieu de résidence. une situation médiane, entre le
est souvent proche
La situation géographique de centre-ville et les communes de la
du travail
Schiltigheim, Bischheim et Hoen- première couronne, en ce qui
À l’opposé des activités localisées heim permet également un recru- concerne les distances entre lieu
dans le centre-ville de Strasbourg,
celles situées dans les faubourgs À Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim,
et la première couronne emploient les femmes résident près de leur travail
fréquemment des personnes dont
Part des actifs résidant sur ces 3 communes
le lieu de résidence est proche du dans les emplois situés sur ces dernières (en %)
lieu de travail. Schiltigheim, Bis-
Cadreschheim et Hoenheim, en péri-
phérie immédiate et au nord de
Professions
Strasbourg, sont surtout des com- intermédiaires
munes résidentielles. Elles abri-
Employés
tent un habitant de la CUS sur huit
et un emploi de la CUS sur dix. Un Ouvriers
tiers des emplois y sont occupés
100 100
par des résidants d’une de ces Ensemble
trois communes. Avec les person-95 95
010 20 30 40 50 60
nes dont le domicile est situé dans
75 75Hommes Femmes
Lecture : 50 % des femmes et 31 % des hommes exerçant une profession d'employé à Schiltigheim,
Bischheim, Hoenheim, résident sur ces 3 communes.
25 25
5 5
0 0
13Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
3CPA R 23 Pages 11 14.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 Pages 11 14.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:40:02
Source : Insee, recensement de la population de 1999Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
À Geispolsheim et Fegersheim,
95 95CONDITIONS DE VIE
les actifs résidant hors de la CUS sont nombreux
75 75Lieu de résidence des actifs travaillant à Geispolsheim et alentours
25 25
5 5
0 0
de travail et lieu de résidence.
Dans les zones d’activité de la
deuxième couronne, l’origine des
actifs y travaillant dépasse les limi-
tes de ces zones, mais les person-
nes qui y travaillent sont assez fré-
quemment domiciliées dans des
communes proches. Le poids des
actifs résidant à l’extérieur de la
CUS y est également important.
La partie sud-ouest de la
deuxième couronne est cons-
tituée des communes de Geis-
polsheim, Fegersheim, Lipsheim
et Entzheim. Sur ce territoire,
coexistent des zones résidentiel-
les et des zones d’activités. Au to-
tal, ces communes représentent
3 % de la population et 5 % des
emplois de la CUS. Cette zone "re-
crute" largement dans le reste de Les ouvriers, très nombreux à oc- généralement des femmes, sont
la CUS et au-delà, vers le sud et cuper un emploi à Fegersheim et plus fréquemment recrutés dans
l’ouest du département : 35 % des Geispolsheim, sont fréquemment les quatre communes de la zone.
emplois y sont occupés par des domiciliés dans la CUS, et en par- La voiture particulière est le mode
résidants hors CUS, contre 27 % ticulier à Strasbourg. Ce sont sur- de transport quasi exclusif utilisé
pour l’ensemble de la CUS. tout des hommes. Les employés, par les actifs travaillant dans cette
zone.
Autour de Geispolsheim,
les femmes résident près de leur travail Ahmed SAÏB
Part des actifs résidant dans les communes proches de Geispolsheim Agence de Développement
dans les emplois situés dans cesunes (en %) et d’Urbanisme
de l’agglomération
Cadres
strasbourgeoise
(Adeus)Professions
intermédiaires Jean-Paul STRAUSS
Insee
Employés
Ouvriers
Ensemble
100 100
0 5 10 15 20 25 30 35
95 95
Hommes Femmes
75 75
Lecture : 31 % des femmes et 11 % des hommes exerçant une profession d'employé à
Geispolsheim, Fegersheim, Entzheim ou Lipsheim, résident sur ces 4 communes.
25 25
5 5
0 0
14 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
4CPA R 23 Pages 11 14.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 Pages 11 14.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:40:08
Source : Insee, recensement de la population de 1999