je ne sais que écrire
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

je ne sais que écrire

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français

Description

Je ne sais queécrire La visite chez le docteur, lors d'une vie dissolue est l'araignée au coin de la porte sur le sapin de Noël de la Mairie. Un miroir en pleine tête lors d'une séance de cinéma sous le Panama du réveillon de la nouvelle année.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 31 janvier 2015
Nombre de lectures 2
Langue Français

Exrait

Je ne sais queécrire
La visite chez le docteur, lors d'une vie dissolue est l'araignée au coin de la porte sur le sapin de Noël de la Mairie. Un miroir en pleine tête lors d'une séance de cinéma sous le Panama du réveillon de la nouvelle année. Un stage d'art martiauxàrendu le visage aux yeux saillant de la fiancée de l'autre côtédu fleuve frontière. Un nuage noir sur le crâneàla tombée de la nuitàl'approche de l'hiver me fond le citron glacé. Mon "très cher ami" le dentiste assume les pages brûlées de mon inspiration en panne (sacrédocteur toujours le mot pour rire!). Un goût de clou de girofle dans la bouche oùcri les sirènes de pompier au pico d'intelligente de la nébuleuse supernova de mes cinq livre sur le feu.
Le sac de la vieille Dame d'oùse meut le tarabiscotage du chat perdu me fait ravaler ma virilitéentre mes dents. Les ronds de chapeaux du Chopin brisent le vase chinois d'époque, "made in France", et le tabernacle du curése situant au niveau anthropomorphique du cloaque, fond comme la bougie sur le sol. Fa,Do,Sol.
Mon esprit est comparableàune toupie gyroscopique ayant bu le seul verre de vin dans le bistrot que je me permets.
 Un moment de détente au café
L'entrée est une baie vitrée où, au fond, se trouve le zinc.  Les clients sont calme ce matin. La patronne est courte sur pâtes, blonde mi-long une personne ayant vécue mais encore belle, respirant la générosité dont la chaleur du cœur est en totale opposition avec le froid de ce matin.
Un café? Oui, s'il vous plaît.
Le journal est là; je le saisi. L'émotion d'une deuxième maison est discernable chez certains de ces habitués; un lieu de réconfort, de se dire qu'on n'est pas seul sous sa propre misère. Des phrases dont seul les troubadours provençaux en ont les arcanes: calembours, contrepèteries, métaphores, blaguesàdeux francs cinquante la douzaine, etc...
Mon caféterminé, il faut que je les laisse maintenant, ces alchimistes qui refondent le monde.
Et c'est reparti!!
Retour sous le Mistral sur la mouche qui vole de travers d'une humeur massacrante de nuit blanche...
On n'est pas sorti de l'auberge sous le froid glacial des fantômes des femmes et des hommes!! Un dictionnaire de traduction des harmoniques me rappelle l'arrivée du printemps sous le balcon de l'habitante du deuxième de ma résidence.
La boulangerie
Ici, il y'a du pain sur la planche. Les clients, en rangée d'oignons, achètent leur pain quotidien qu'ils ont durement gagnépour le payer en cette fin de mois. Je mets un peu de lait dans ma soupe afin d'adoucir mes ardeurs. Des sourires aigre doux pour certains. La chaleur du fourà proximité, manque de faire tomber celui qui est enrhumé dans les pommes. La moutarde me monte au nez lorsqu'un lambda me double dans la file d'attente (petit con!). Mais cet endroit, ce n'est pas un lieux oùdistribuer des pêches dans la poire.
Bonjour, une baguette, s'il vous plaît... Au revoir.
Je sorts vers le réfrigérateur extérieur sans un radis dans mon porte-monnaie.
 Fin La bourasque venteuse secoue la voiture, plus ou bien entretenue, afin de dissuader les voleurs dont le bonsaï a une tête de cow-boy. Ma promenade sans but de ma solitude au milieu de la foule arrête l'écriture automatique du feuillet pour Maman malade.
Le fou rond du jeu d'échec termine cette histoire qui ce termine ce soir.
Merci,  Merci beaucoup.