La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ? L exemple de Valère Novarina
16 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ? L'exemple de Valère Novarina

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
16 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

International webjournal · www.sens-public.org. La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ? L'exemple de Valère Novarina. AUDREY SZEBESTA ...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 13 avril 2012
Nombre de lectures 33
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification
Langue Français

Extrait

Revue internationaleInternational webjournalwww.sens-public.org
La scène lieu ultime des dépassementsen tous genres ?L'exemple de Valère Novarina
AUDREY SZEBESTA
Résumé:La question des genres ne cesse d’interroger. Il s’agit ici de se demander si le genre théâtral n’est pas un lieuprivilégié de réponse (non définitive) à l’interrogation générique. Par sa corporéité et son rapport à l’espace, n’est-il pas unlieu d’hospitalité pour le qui? et le quoi?? La scène semble sans jamais la résoudre, accueillir et transcender laproblématique des genres : terre de passage, de rencontre ultime des sujets et du sujet de l’œuvre. Lieu d’ouverture parexcellence. Au sein de ses répliques et sur ses planches, le théâtre joue, avec gravité, du mélange des genres sexuels,grammaticaux, littéraires, artistiques... La scène peut-elle être le lieu ultime des dépassements en tous genres ? L’œuvrede Valère Novarina est un exemple significatif de cette recherche.Mots-clés: Novarina ; Derrida ; Genres ; Sujet ; Scène ; Acteur ; Dépassement ; Déconstruction ; Hospitalité ; Le qui?etle quoi?; Féminin.Abstract:Genre and style is an eternal question. We set out here to consider whether, by nature, the theatre perhapsoffers the best possible – although of course never final – answer. Being founded on corporal expression and spatialrelationships, is it not a place where whosand whats come together? The stage seems, without ever resolving it, tocrystallize and transcend the whole question of genres: it is a scene of transient encounter, the ultimate meeting point ofthe subjects and the subject of a work. A place where anything and everything goes. Through its dialogues and acting, thetheatre, with due formality, juggles genres: sexual, grammatical, literary, artistic... Is stage not then the ultimate venuewhere genres can be treated with excess and thus transcended? The work of Valère Novarina is a significant example inthe quest to answer this question.
 S ite du Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres ~  É critures de la modernité
Contact : redaction@sens-public.org
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents