Leçons de Jurisprudence islamique

Leçons de Jurisprudence islamique

-

Documents
483 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ce que vous avez sous les yeux est la traduction du persan vers le français d’un manuel pédagogique de
jurisprudence islamique ...

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 janvier 2017
Nombre de lectures 44
Langue Français
Signaler un abus







Leçons de Jurisprudence
Islamique

Selon l’Ecole d’Ahl-ul-Bayt (paix sur eux)
et
Les avis d’autorités de référence (marãji ʿ)





Par le Professeur Mu ḥammad Ḥussayn Fallã ḥ Zãdeh


Traduit et présenté par Dr. Julien Pélissier




2











م يحر ل ا نمح ر ل ا ل ا م سب
Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux



3




4


Sommaire
Avant-propos du traducteur............................................................................................................ 9
Références et éditions citées ......... 12
Tableau des translittérations .......................................................................................................... 13
Leçon n°1 : La connaissance des dispositions légales ............................................................. 14
Leçon n°2 : catégorisation des obligations et ijtihad .............................. 18
Leçon n°3 : l’imitation (taql īd) ....................................................................................................... 23
Leçon n°4 : l’imitation (taql īd) et la précaution (i ḥtiyã ṭ) ......................................................... 28
Leçon n°5 : la pureté (al- ṭãhara) (1) ............................................................. 34
Leçon n°6 : L’ablution immersive et l’ablution de pansement ............................................. 41
Leçon n° 7 : les conditions de l’ablution ..................................................... 46
Leçon n° 8 : les impératifs, les doutes et les dirimants de l’ablution .................................. 51
Leçon n° 9 : le bain rituel (ghusl) (1) ............................................................................................ 59
Leçon n° 10 : le bain rituel (2) ........................................ 65
Leçon n° 11 : l’ablution sèche (tayammum) ............................................... 71
Lecon n° 12 : la pureté (2)............................................................................... 79
Leçon n° 13 : les impuretés ............................................ 85
Leçon n° 14 : les purificateurs (muṭahirrãt) (1) ........................................... 91
Leçon n° 15 : les purificateurs (2) .................................................................. 97
Leçon n° 16 : les purificateurs (3) ................................ 103
Leçon n° 17 : le temps de la prière .............................................................................................. 110
Leçon n° 18 : les vêtements de l’officiant et la quibla ............................ 117
Leçon n° 19 : le lieu de la prière .................................................................................................. 124
5


Leçon n°20 : appel à la prière (adhãn), introït (iqãma), les obligations de la prière ..... 131
Leçon n°21 : les obligations de la prière ................................................................................... 137
Leçon n°22 : les obligations de la prière .................. 145
Leçon n°23 : les obligations de la prière (4) ............................................................................ 152
Leçon 24 : les doutes pendant la prière (1) .............. 159
Leçon 25 et 26 : les doutes pendant la prière (2) .................................................................. 165
Leçon n°27 : les dirimants de la prière (munãfiyãt al-ṣalãt) ................................................ 173
Leçon n°28 : la prière du voyageur (ṣalãt al-musãfir) ........................... 178
Leçon n°29 : la prière du voyageur (2) ..................................................................................... 185
Leçon n° 30 : la prière de rattrapage ......................... 191
Leçon n°31 : la prière en assemblée (1) ..................................................................................... 198
Leçon n°32 : la prière collective (2) ........................... 205
Leçon n°33 : la prière du vendredi ............................................................................................ 213
Leçon n°34 : La prière des signes et les prières surérogatoires ......................................... 219
Leçon n° 35 : le jeûne (al- ṣawm) ............................................................................................... 229
Leçon n° 36 : les dirimants du jeûne (mub ṭilãt al- ṣawm) ................... 235
Leçons n° 37 et 38 : le rattrapage (qa ḍã) et l’expiation (kaffãra) du jeûne manqué ... 242
Leçon n°39 : la retraite spirituelle (al-i ʿtikãf) ........................................................................... 252
Leçon n°40 : l’aumône légale (zakãt) ....................... 260
Leçon n°41 : l’aumône de rupture du jeûne (zakãt al-fiṭra) ............................................... 267
Leçon n°42 : le quint (khums) (1) ............................................................................................... 274
Leçon n°43 : le quint (2) ............................................................................................................... 280
Leçon n°44 : le pèlerinage (al-ḥajj) ........................... 287
Leçon n°45 : les actes du pèlerinage de tamattu ʿ (ḥajj al-tamattu ʿ) ............................... 294
6


Leçon n°46 : l’injonction au bien et la condamnation du mal (al-'amr bi al-ma ʿr ūf wa
al-nah ī ʿan al-munkar) ................................................................................................................. 300
Leçon n° 47 : la guerre sainte et la défense sacrée .............................................................. 306
Leçon n° 48 : l’achat et la vente................................................................... 311
Leçon n° 49 : l’achat-vente / le commerce (2) ....................................... 316
Leçon n°50 : le commerce (3) .................................................................... 322
Leçon n°51 : la préemption (shuf ʿa), la location (ijãra), la commission (ju ʿãla), le fonds
de commerce .................................................................................................................................. 327
Leçon n°52 : le prêt (qarḍ), le nantissement (rahn), le transfert de créance (ḥawãla) . 334
Leçon n° 53 : la caution (al-ḍimãn), la garantie personnelle (al-kafãla) et le mandat
(alwikãla) ............................................................................................................................................... 339
Leçon n°54 : l’interdiction de gestion (al-ḥajr), le dépôt (wad ī ʿa), le commodat
( ʿãriyya), la société (sharika) ........................................................................................................ 344
Leçon n° 55 : la commandite commerciale (al-muḍãraba/al-qirãd) 350
Leçon n°56 : du contrat de fermage à la part de la terre (muzãra ʿa) ou du verger
(musãqãt) ......................................................................................................................................... 354
Leçon n° 57 : le vœu (al-nadhr), la promesse (al- ʿahd), le serment (al-qasam) ........... 359
Leçon n° 58 : l’aumône (sadaqa), le don (hiba) et le compromis amiable (sulh) ......... 364
Leçon n° 59 : les amendes expiatoires (kaffãrãt), les objets trouvés (al-luqa ṭãt) ......... 368
Leçon n°60 : manger et boire (1) ............................................................................................... 374
Leçon n°61 : manger et boire (2) 382
Leçons n° 62 et n° 63 : les statuts du regard et du couvrement (ḥijãb) ......................... 389
Leçon n°64 : le mariage et le divorce....................................................................................... 399
Leçon n°65 : la fondation pieuse de bien de mainmorte (waqf) et le testament
(wasiyya) ........................................................................................................................................... 409
7


Leçon n°66 : les dispositions légales relatives aux morts (1) ............................................... 417
Leçon n°67 : les dispositions légales relatives aux morts (2) ............. 427
Leçons n°68 et 69 : l’héritage (irth) ........................................................................................... 436
Leçon n°70 : la procédure judiciaire (qaḍã’) et le témoignage (shahãda) ...................... 444
Leçon n°71 : les peines (ḥud ūd) et sanctions (ta ʿz īr) ........................................................... 450
Leçon n°72 : le talion (qiṣãṣ) et les prix du sang (diyãt) ...................... 455
Leçon n°73 : les dispositions relatives à certains péchés .................................................... 462
Leçon n°74 : les dispositions légales relatives à certains péchés (2) ............................... 468
Leçon n° 75 : questions diverses ................................................................ 474
Glossaire spécialisé ........................................................ 480


8


Avant-propos du traducteur

Cher lecteur,
Ce que vous avez sous les yeux est la traduction du persan vers le français d’un manuel pédagogique de
jurisprudence islamique enseigné en propédeutique du séminaire de Qom ( ḥawza). L’apprentissage de la jurisprudence
- cet ensemble de règles destiné à définir et orienter la pratique du croyant - est une étape essentielle dans la formation
de la piété personnelle de tout musulman. Nous allons y revenir.
Pour devenir clerc, tout novice devra donc faire ses preuves tant intellectuellement que pratiquement. Le
èmeCoran lui-même associe constamment la foi à l’acte. Ainsi, les versets 2 et 3 de la 103 sourate du Coran donnent-ils
l’avertissement suivant :
{Oui, l'homme est en perdition ! A l'exception de ceux qui croient et qui accomplissent des œuvres bonnes ; et
de ceux qui s'encouragent mutuellement à rechercher la Vérité ; et de ceux qui s'encouragent mutuellement à la
1patience}
Dans la vision islamique, la foi est inséparable de l’acte : l’un ne va pas sans l’autre ! On trouve de
nombreux rapports prophétiques abondant en ce sens. Ainsi rapporte t-on du Prophète de l’Islam (pslf) qu’il a dit :
2« la foi est un aveu en parole, une connaissance par le cœur et une action par les membres » . Pire, on trouve dans le
Coran une parabole sévère vis-à-vis des clercs détenant une vaste science sans la mettre en pratique. Ces gens sont en
effet comparés à des ânes ! On lit dans le verset 5 de la sourate Le Vendredi :
{Ceux qui étaient chargés de la Torah et qui, ensuite, ne l'ont plus acceptée, ressemblent à l'âne chargé de
livres. L'exemple donné par ces gens quand ils ont traité les Signes de Dieu de mensonges, est détestable. Dieu ne
3dirige pas le peuple injuste}
Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres.
L’action est liée au mouvement qui réalise une intention et produit un effet en agissant sur quelqu’un ou
quelque chose. Il est un fait notable : c’est par l’acte qu’on peut évaluer la pureté d’intention d’un individu plutôt que
par l’apparence ou la parole. Aussi lit-on ce hadith prophétique, empreint comme toujours de la plus profonde sagesse :
« sache qu’en effet, les actes ne valent que par les intentions qui les motivent et que l’intention est le faîte de
4l’adoration » . Il existe donc bien un lien entre le for intérieur et l’apparence extérieure de tout individu : l’action est
alors le meilleur moyen à notre disposition pour qualifier la nature de ce lien, en d’autres termes, pour apprécier notre
degré de sincérité.
Or tout être vivant se caractérise par son mouvement et, en conséquence, par une succession d’actes qui
forment sa ligne d’action générale. Quelle est donc l’action – la bonne œuvre - visée par les Ecritures saintes
musulmanes ? On l’a vu, il s’agit des actes animés d’une sainte intention et précédés de la foi. C’est pourquoi
l’adoration, en Islam, doit forcèment s’accompagner de l’intention d’obéir au Seigneur. Dépourvu de cette intention,

1 ر ب ّص ل اِب ا وَص ا َوَت َو ق َح ل اِب ا وَص ا َوَت َو ت اَحِلاّص ل ا ا وُل ِمَع َو ا وُن َما َء َن يِذ ّل ا اّلِإ ٍر س ُخ ىِفَل ن اَس نا ل ا ّنِإ
2 Ṣ a ḥ īfa al-im ãm al-Ri ḍ ã, p.40 :
ِناَك رَأ ل اِب ل َمَع َو ِب ل َق ل اِب ٌة َف ِر ع َم و ِناَس ّل ل اِب ٌرا َر ق ِإ ن اَميِإ ل ا ص ِه ّل ل ا ل وُسَر ل اَق ل اَق ِهِدا َن سِإِب َو
3 َن ي م ِل اّظ ل ا َم و َق ل ا ىِد ه ْ ي اَل ُه ّل ل ا َو ِه ّل ل ا ِت اَيا بَْ ا وُبّذ َك َن يِذ ّل ا ِم و َق ل ا ُل َث َم َس ئ ب ا َراَف سَأ ُل ِم ْح ي ِراَمِح ل ا ِل َث َمَك اَه وُل ِم ْح ي م َل م ث َة ئَر وّت ل ا ا وُل ّمُح َن يِذ ّل ا ُل َث َم
4 ت ا د اب ع ل ا سأ ر ة ي ن ل ا نأ و ت اي ن ل اب ل ا مع لا ن أ م ل ع اف 408 ص ، 7 ج، ) ىئوخ ( ة غ ل ب ل ا ج ه ن ح ر شي ف ة ع ا ر ب ل ا ج اه ن م
9

َ ِ َِ ُ ِ َ ٌَ ُ ِ َ َ ُ َ


l’auteur d’une bonne action ne mériterait plus la récompense qui semblait pourtant l’accompagner invariablement. Car
mille lieux séparent le fait de donner l’aumône au vu et au su de l’ « opinion », à la seule fin de rehausser sa
réputation, du fait de donner l’aumône pour contenter le Seigneur : le premier s’apparente à une forme d’association
quand l’autre est un acte sincère destiné à plaire au Maître de la Création ! Ce point fondamental se retrouve
constamment dans l’exposé des dispositions légales que vous êtes sur le point de lire.
La jurisprudence est la traduction donnée au mot arabe « sharī ʿa », qui désigne à l’origine le chemin menant
au cours d’eau, voire le cours d’eau lui-même. Dans la culture savante et populaire musulmane, la Charia est tout sauf
un terme péjoratif. Malgré le dévoiement que lui inflige l’ignorance sectaire de zélotes malavisés, le concept y est au
contraire empreint de respect et de dévotion, tout autant que l’est le Coran duquel elle est inférée. Aux yeux de la doxa
musulmane, la Charia, c’est la Loi de Dieu, les termes de la dernière Alliance, celle qui contient Ses commandements
préparant le bonheur de l’Humanité dans ce Monde et dans l’Au-delà. Elle éclaire le croyant sur le licite et l’illicite
5jusqu’au Jour de la Résurrection . Il n’est donc pas surprenant de constater, qu’en elle, sont placés tous les espoirs
mondains et eschatologiques de la Communauté des croyants, puisqu’à leurs yeux, elle seule permet de se conformer à
la volonté divine. L’obéissance à la Charia est alors perçue comme la moindre reconnaissance rendue à Celui qui a fait
pareil don. De plus, la mémoire musulmane retiendra qu’au cours de sa riche histoire, d’immenses sacrifices ont été
consentis pour préserver l’honneur et la vivacité de cette Loi hors du commun. Il ne faut donc pas s’étonner du
erpiédestal sur lequel les musulmans ne cessent, depuis le 1 siécle de l’hégire, de placer la Charia !
Or, à l’heure où les sociétés européennes sont traversées par des sentiments ambigus vis-à-vis d’une présence
musulmane qu’elles ont pourtant elles-mêmes consacrée de leurs vœux, par le biais d’une immigration économique
décidée au niveau politique, il apparaît nécessaire de clarifier certains malentendus. Certes, la Charia peut être perçue
comme archaïque par les tenants d’une modernité imbibée d’un certain libéralisme effréné, que d’autres, et avec eux
leurs ancêtres disparus depuis peu, considèrent outrancier. Il est souvent reproché à la Charia quelques unes de ses
dispositions sur le statut de la femme, la question de la sexualité, les restrictions mises à l’activité économique ou le
statut des minorités religieuses. Ces points de désaccord légitiment, de l’avis de ses détracteurs, un « Charia-bashing »
qui permet opportunément de jeter l’opprobre, au moyen d’une association troublante et confuse, sur l’ensemble de la
pratique et du culte musulmans. A mon sens, il y aurait ici matière à débat contradictoire : il faudra le mener à une
occasion propice, non pas forcément pour justifier ou au contraire condamner telle ou telle section de la Charia au nom
de la légalité changeante de nos législations et de nos doctrines positivistes, mais plutôt pour modérer le caractère
parfois irrationnel de notre rapport à elle. Ce travail a déjà commencé en langue française, puisque toujours plus de
traductions, travaux de recherche académique, articles journalistiques voire émissions radio-télévisées la concernant
sont rendues accessibles au milieu restreint des connaisseurs comme au grand public. Puisse donc cette traduction y
contribuer à son tour…
Le présent travail pourrait aussi s’avérer utile aux musulmans soucieux de mieux connaître la législation que
sous-tend leur religion. S’il n’a pas vocation à se substituer au traité pratique du marj’a (risãla ‘amaliyya), l’intérêt de
cet ouvrage tient en partie au fait qu’il couvre la totalité du spectre thématique de la jurisprudence traditionnelle:
aucun chapitre n’y est négligé, depuis les rites ( ʿibãdãt) aux transactions (mu ʿãmilãt) et questions judiciaires (qaḍã’).
L’exposé départi de sa forme casuistique permet une approche plus synthétique de chaque sujet.
Il n’est pas non plus question de faire de l’ombre aux législations positives. Il est d’ailleurs démontré que les
citoyens de confession musulmane en pays européens sont, dans leur immense majorité, avant tout respectueux de la
loi de leur pays, même s’ils ne partagent pas forcément, en âme et conscience, le contenu de tous ses articles.

5 U ṣ ūl al-Kãf ī, t.2, p.17, hadith 2 :
" . . . ة ما ي ق ل ا م وي يل إ م ا ر ح ه ما ر ح و ة ما ي قل ا م وي يل إ ل ل ح ه ل ل حف ه ج اه ن م و ه ت ع ير ش ب و ن ا ر قل اب ص د محم ءاج يت ح "
10