Moselle : une double dynamique métropolitaine et transfrontalière

-

Français
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La Moselle renoue avec la croissance de la population et de l'emploi, grâce à un développement économique et démographique qui se joue des frontières départementales et nationales. Au côté de Metz qui s'appuie sur ses fonctions administratives, universitaires et commerciales, le Nord du département affirme sa vocation de zone résidentielle pour les travailleurs frontaliers, lorrains ou étrangers. L'emploi mosellan repose sur la présence de grands établissements. Mais depuis l'arrêt des activités d'extraction des Houillères du Bassin de Lorraine et la fermeture du site de Bata, et à l'heue où l'avenir d'une partie du secteur automobile est incertain, le risque de dépendance à la croissance du Luxembourg existe.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 39
Langue Français
Signaler un problème

www.insee.fr/lorraine
°
44N Moselle :
La Moselle renoue avec la croissance de la population et de l’emploi,
grâce à un développement économique et démographique qui se joue
des frontières départementales et nationales.
Au côté de Metz qui s’appuie sur ses fonctions administratives,
universitaires et commerciales, le Nord du département affirme
sa vocation de zone résidentielle pour les travailleurs frontaliers,
lorrains ou étrangers.
L’emploi mosellan repose sur la présence de grands établissements.
Mais depuis l’arrêt des activités d’extraction des Houillères du Bassin
de Lorraine et la fermeture du site de Bata, et à l’heure où l’avenir
d’une partie du secteur automobile est incertain, le risque
de dépendance à la croissance du Luxembourg existe.
ZESARREGUEMINESZETHIONVILLE
BASSINTHIONVILLOIS PAYSDESARREGUEMINES
-BITCHE-SARRALBE
ESPACECENTRAL
MOSELLAN
ZEBASSINHOUILLER En 2004, la population de la Moselle est Luxembourg. Depuis le début des annéesBASSINHOUILLER
estimée à 1 032 000 habitants, en augmen- 2000, le rythme de construction de loge-
tation de près de 1 700 individus chaque ments neufs adoublé parrapport àladé-
AIRE année depuis 5 ans. Cette hausse repose sur cennie précédente. Il accompagne
METROPOLITAINE
ZEMETZ
un excédent des naissances sur les décès, l’installation de jeunes couples, qui associée
SAULNOIS même s’il tend à diminuer, et surtout sur une à une hausse régulière des naissances, par-
ZESARREBOURG
PAYSDESARREBOURG réduction sensible du déficit migratoire, signe ticipe au rajeunissement de la zone.
que le département est à nouveau attractif. Le second modèle s’inscrit le long de la bande
frontalière avec le Luxembourg et l’Allemagne.
Initié dès les années 90 par les travailleursAncrage à une zone
frontaliers lorrains, il est aujourd’hui relayé parde croissance transfrontalière
l’établissement de ce côté-ci de la frontière de
L’unité urbaine de Metz bénéficie aujourd’hui ressortissants luxembourgeois et allemands
des effets d’entraînement propres aux grandes attirés par un moindre coût du foncier et des
agglomérations et provoque dans son sillage un logements.
vaste mouvement de périurbanisation. Mais à
côté de ce schéma de développement clas-
Le Conseil Général de la Moselle s’est engagé dans
sique, deux modèles d’essor démographique une étude ayant pour objet de mettre en exergue
sont aujourd’hui à l’œuvre dans le département. les repères et dynamiques territoriales caractéri-
sant le département. Dans cette optique, il a sou-
haité confier à l’Insee Lorraine la réalisation enLe premier s’observe dans la partie Nord où
partenariat d’un diagnostic sur son périmètre. Lesle Bassin thionvillois, en net renouveau,
données et analyses fournies ici serviront à accom-
abandonne peu à peu son statut de secteur
pagner la mise en œuvre du projet politique du Con-
industriel pour celui de zone résidentielle, seil Général “Moselle 2015” et à mieux orienter ses
notamment dans les communes proches du futurs partenariats avec les collectivités locales.
© IGN - Insee 2006
VCet ancrage à une zone transfronta- Face à l’augmentation du nombre des On les retrouve tout d’abord dans
lière Metz-Luxembourg-Sarrebrück, actifs de l’ordre de 4 100 par an les industries historiques où Arce-
vaste bassin de vie de plus de 2 mil- entre 1990 et 1999, et alors que lor Atlantique et Lorraine (ex Sol-
lions d’habitants, apporte emplois et l’on n’enregistrait dans le départe- lac), Usinor Packaging, Ascomé-
salaires élevés mais il est aussi mar- Un fort ment que 1 300 emplois nouveaux tal, Corus Rail France (ex Sogerail)
tropismequé par un fort tropisme luxembour- chaque année sur la même période, dans le Bassin thionvillois, Mittal
luxembougeoisgeois. Ainsi, si le Nord du le développement du travail frontalier Steel Gandrange (ex Ispat Unimétal)
département sait profiter de cette a donc permis de fixer les actifs sur et AscoforgeSafedansl’Airemé-
croissance, il en est également de place. Il a évité une émigration mas- tropolitaine, Ferco International
plus en plus dépendant. En effet, l’ex- sive de la population, tout en conte- dans le Pays de Sarrebourg, mal-
pansion parfois très rapide des com- nant la hausse du chômage à 500 gré de fortes baisses d’effectifs,
munes mosellanes frontalières, ne personnes par an. Mais parallèle- fournissent encore plus de 8 000
doit pas masquer les réelles difficul- ment, il peut devenir source de ten- emplois. Cette activité de métal-
tés que connaissent la plupart des sions sur les ressources en lurgie et transformation des mé-
vieux bastions industriels des vallées main-d’œuvre car, souvent plus rému- taux représente toujours la moitié
de l’Orne et de la Fensch ainsi que du nérateur, il entre en concurrence de l’emploi salarié industriel dans
Bassin Houiller, qui ne bénéficient pas avec l’emploi local. le Bassin thionvillois.
du même engouement et où la popu-
lation baisse depuis plus de vingt ans. L’arrêt des activités d’extractionLe rôle directeur des
des HBL a mis fin à la spécialisa-grands établissementsA l’horizon 2020, l’Aire métropolitaine
tion du Bassin Houiller dans la
devrait connaître une croissance de demeure
production de charbon. Mais
23 000 habitants (+6,3%). Dans le En Moselle, l’emploi salarié dans Arkema (ex Elf) et Total Petroche-
même temps, le Pays de Sarregue- le secteur marchand (hors agricul- micals lui assurent encore un por-
mines-Bitche-Sarralbe progresserait
ture) dépend plus qu’ailleurs dans tefeuille d’activités important dans
de 3 400 habitants (+3,4%)etle la région de grands établisse- les activités liées à la chimie et à
Pays de Sarrebourg de 1 600 habi- ments (500 salariés ou plus). Qu’ils la plasturgie sur la plate-forme de
tants (+2,6%). L’Espace central mo- soient français ou étrangers, Carling, tout comme Rehau
sellan devrait rester stable. A ceux-ci regroupent ainsi 20% de IndustrieSAàMorhange dans
contrario le Bassin thionvillois et sur- l’emploi salarié contre 14% en l’Espace central mosellan. Cepen-
tout le Bassin Houiller seraient nette- Lorraine dant, leurs emplois sont surtout
ment orientés à la baisse. Le premier
verrait sa population chuter de Croissance de l'Aire métropolitaine et déclin
11 000 habitants (-5,1%)etlese- du Bassin Houiller à l'horizon 2020
cond en perdrait 20 900 (-11,6%).
Évolution de la population de 1962 à 1999 et projections 1999 à 2020
Un actif sur dix travaille
Base 100 : 1962140au Luxembourg
Alors que les années 90 étaient
130marquées dans le département Aire métropolitaine
par une érosion de l’emploi, dont
on pouvait craindre qu’il provoque
120
le départ de nombreux actifs ou l’é-
Pays SBSlévation du chômage, un nouvel ac-
Moselleteur est apparu sur le marché du 110
travail : le Luxembourg, devenu un
Bassin Houiller Pays de Sarrebourgdes tout premiers pourvoyeurs
100d’emploi. Sa croissance exponen- Bassin thionvillois
Espace central mosellan
Saulnoistielle fournit en 2004 du travail à
37 000 Mosellans (contre 9 000 en
90
1990), soit un actif occupé sur dix. 1962 1968 1975 1990 1999 2005 2010 2020 20151982
Si l’on ajoute les 23 000 fronta-
Source : Insee - État civil
liers à destination de l’Allemagne,
on mesure l’opportunité de la situa- Projections de population : une projection n’est pas une prévision, mais une simulation, réalisée à
tion géographique du département. l’aide d’un modèle mathématique, à partir d’hypothèses sur l’évolution des comportements démo-
graphiques basées sur des observations faites entre les recensements, et concernant la fécondi-Dans le Bassin thionvillois, l’Espace
té, la mortalité et le solde migratoire. Il ne prend pas en compte des éléments de contextecentral mosellan, le Bassin Houiller
économique. Le modèle de projections démographiques utilisé par l’Insee est OMPHALE. Il permet
et le Pays de Sarreguemi-
d’obtenir un nombre d’habitants par sexe et par âge, année par année, sur une période future.
nes-Bitche-Sarralbe, près d’un actif Remarque : données non disponibles pour le Saulnois au-delà de 1999. En effet, le nombre d’habi-
occupé sur quatre est travailleur tants du Saulnois est trop faible pour lui appliquer le modèle de projections démographiques qui de-
mande, pour des raisons de robustesse statistique, un minimum de 50 000 habitants.frontalier.
2occupés par des hommes, ce qui forte spécialisation automobile : postes, Méphisto assure l’essentiel
explique en partie le faible taux en 2003, ce secteur y emploie de l’activité dans l’habillement et le
d’emploi féminin du Bassin Houil- un salarié sur dix. Et parmi eux, cuir, spécificité du Pays.
ler (53,7% contre 56,8% en Moselle les groupes étrangers ont renfor- Enfin, d’importants établissements,
parmi les femmesde15à64 ansen cé leur influence : ils fournissent non industriels, tels La Poste,
1999). un tiers des emplois salariés (du France Télécom, la SNCF et EDF
secteur marchand, hors agriculture). sont implantés dans l’Aire métropoli-
Depuis plusieurs années, c’est taineetleBassinthionvillois.
Entre 1990 et 1999, dans le Paysdans le secteur de l’automobile
de Sarreguemines-Bitche-Sarralbe,que les grands établissements
Metz étend son influencel’automobile a été le moteur de laont été les plus dynamiques. La
plus forte augmentation de l’emploi En 1999, l’Aire métropolitaine offraitSMAE implantée à Metz et Tré-
salarié de tout le département. Elle 43% des 351 000 emplois du dé-mery est aujourd’hui, avec 7 200
s’estaccompagnéedel’arrivéed’une Des emplois partement. Les principaux secteurspostes, le plus gros employeur du
main-d’œuvre, souvent extérieure, qui dans employeurs de la zone étaient l’édu-département.
a par ailleurs assuré une partie du le tertiaire cation, les services aux entreprises,
Mais surtout, le poids de ce sec- solde migratoire positif, seul cas ob- la santé et l’action sociale, le com-
teur s’est accru au cours des an- servédansledépartement. merce et l’administration publique.
nées 90 avec les implantations Pour ce dernier secteur, l’Aire mé-
de l’usine Smart et de ses équipe- Le Pays de Sarrebourg est le second tropolitaine concentre la moitié des
mentiers et sous-traitants à Ham- secteur de Moselle pour l’accueil des effectifs de la Moselle, en lien avec
bach. Associés à la présence groupes étrangers. Une forte propor- les fonctions de chef-lieu de départe-
ancienne de Continental France tion de TPE-PME indépendantes as- ment et de capitale régionale de la
et VB France (ex Delphi France), sociée àsaproximité avec la ville de Metz. Autant d’activités qui
notamment, les grands établisse- prospère Alsace où travaille un actif expliquent par ailleurs la surrepré-
ments ont dans le même temps sur huit, lui assure un dynamisme sentation des cadres et professions
orientélePaysdeSarreguemi- propre. Après la fermeture du site de intellectuelles supérieures dans la
nes-Bitche-Sarralbe vers une Bata, et ses 800 suppressions de zone, et des revenus plus élevés.
Zone d'emploi de Metz : poids important de l'emploi public
Principaux secteurs d'activité de la zone d'emploi de Metz
2,0
Activités immobilières
Activités associatives
Postes etTélécom.
1,5
Activités financières
TransportsActivités récréatives,
culturelles
Conseils et assistance
1,0 AdministrationIndustrie automobile
Santé,
action sociale
Education
Poids dans l'emploi total salarié (%)
0,5
0 3 6 9 12 15 18
Source : Insee, estimations d'emploi salarié au lieu de travail au 31/12/2003
Guide de lecture :
La surface des cercles représentant les activités est proportionnelle aux effectifs de ces secteurs.
Exemple : 20 500 salariés pour l’administration publique en 2003
Les cercles rouges correspondent aux secteurs d’activité où l’emploi a progressé entre 1999 et 2003 ; les cercles bleus à ceux où il a diminué.
Le poids est leur part dans l’emploi total de la zone.
Exemple : l’administration publique représente 16% des effectifs salariés de la zone d’emploi de Metz.
La spécificité est le rapport entre le poids d’un secteur dans la zone et le poids de ce secteur dans le département.
Une spécificité de 1 indique qu’un secteur est aussi représenté dans la zone qu’en Moselle.
Une spécificité supérieure à 1 indique que ce secteur est plus présent dans la zone qu’en Moselle.
Exemple : l’administration publique = 16% des emplois salariés de la zone de Metz et 12% de ceux du département.
La spécificité est donc de 16% / 12% = 1,3 soit une activité 1,3 fois plus importante dans la zone qu’en Moselle.
3
SpécificitéPour faire face à ce besoin de 6 300 dans l’Aire Métropolitaine, annuelle du nombre de logements
main-d’œuvre, Metz bénéficie d’un 5 700 dans le Bassin thionvillois neufs, de 450 à 770.
potentiel de population alentour im- et 3 100 dans le Bassin Houiller. Seuls, l’Aire métropolitaine et le
portant. Mais aussi d’un bassin de Ils ont permis une augmentation Pays SBS n’ont pas connu l’accélé-
recrutement qui s’est élargi. Depuis moyenne de 5% de l’ensemble du ration observée ces dernières an-
1999, le nouveau périmètre de son parc de logements. nées dans les autres zones. On y
aire urbaine intègre ainsi l’agglomé- Depuis 1999, deux zones ont construit toujours respectivement
ration d’Hagondange-Briey sur la- connu un boom de l’immobilier. 1 600 et 500 logements neufs
quelle elle rayonne désormais, Le Bassin thionvillois, tout d’a- chaque année.
retrouvant par là même son in- bord,oùlerythmeannuel de
Le parc locatif des HLM et des SEMfluence historique. Si la densité constructions neuves est passé
(Sociétés d’économie mixte) logeaitd’emplois supérieurs est plus faible de 700 au cours de la décennie
14,2% des ménages du départe-dans l’aire de Metz qu’à Nancy, 90 à 1 400 entre 1999 et
ment en 2003. Ce taux est plus im-c’est à Metz que le nombre de ces 2002. De nombreuses commu-
portant dans l’Aire métropolitaineemplois a le plus progressé entre nes du canton de Cattenom (Ha-
(19,7%) que dans le Bassin Houiller1990 et 1999 (+21%), en particu- gen, Puttelange-lès-Thionville, Boust,
(14,9%) et le Bassin thionvilloislier dans le domaine de la re- Escherange, Mondorff, Rodemack,
(14,4%). Entre 1999 et 2003, lecherche. Breistroff-la-Grande et Entrange) ont
nombre de logements locatifs so-ainsi vu leur parc de logementDans le Sud du département, Nancy ciaux en Moselle a reculé de 2,8%,progresser rapidement, de 16%pourrait être amenée à jouer ce en particulier au sein de l’Aire mé-à 62%. L’attrait pour ce cantonmême rôle sur l’arrondissement de tropolitaine (-3,2%) et dans le Bassinsemble dûàsapositiongéogra-Château-Salins, mais son pouvoir thionvillois (-0,8%).phique, à la frontière du Luxem-d’attraction reste pénalisé par l’ab-
bourg, pays où 32 000 habitantssence d’un axe routier structurant,
Philippe DEBARDde la zone d’emploi de Thionvillecomme le sont ailleurs les autorou-
se rendent chaque jour pour tra-tes A31 et A4. Thierry GUILLAUME
vailler (contre 8 000 en 1990 et
23 000 en 1999). Jean-Philippe THANRY
Construction neuve :
L’Espace central mosellan, ensuite,
l’effet du travail frontalier a vu doubler son rythme annuel de
Entre 1999 et 2002, 20 800 constructions neuves, de 250 à
nouveaux logements ont été cons- 500. Le Bassin Houiller, enfin,
truits dans le département dont connaît aussi une forte croissance
Ministère de l’Économie,
Boom récent de la construction neuve dans le Bassin thionvillois
des Finances et de l’Industrie
Insee
Évolution du nombre de logements commencés à titre de résidence principale Institut National de la Statistique
entre 1999 et 2002 et des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot
CS 54229
1600 logements 54042 NANCY CEDEX
Tél :03 83 91 85 85400
Fax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
COORDINATION RÉDACTIONNELLETaux d'évolution
Christian CALZADA1999-2002 (%)
Valérie GUILLEMETMoselle : 5
20 et plus RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS
15à20 Jacqueline FINEL
10à15 RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
5à10
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
moins de 5 MISE EN PAGE - COMPOSITION
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE
ISSN : 0293-9657
Source : Direction régionale de l'équipement (DRE) © INSEE 2006
4
© IGN - Insee 2006