Productivité quantitative de la suffixation par  able dans un

Productivité quantitative de la suffixation par able dans un

-

Documents
12 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 juillet 2011
Nombre de lectures 308
Langue Français
Signaler un abus
Productivité quantitative de la suffixation parAbledans un corpus journalistique du français
1 2 3 4 Natalia Grabar , Georgette Dal , Bernard Fradin , Nabil Hathout , 4,5 6 3 Stéphanie Lignon , Fiammetta Namer , Clément Plancq , Delphine 3 7 1,8 Tribout , François Yvon , Pierre Zweigenbaum1 Université Paris Descartes, Faculté de Médecine, Inserm U729, Paris 75006 France ; 2 UMR 8163 STL, CNRS, Universités Lille 3 et Lille 1 ; 3 UMR 7110 LLF, CNRS, Université Paris 7 ; 4 UMR 5610 ERSS, CNRS et Université Toulouse 2 ; 5 Université de Mulhouse ; 6 ATILF, CNRS, Université de Nancy 2 ; 7 GET/ENST, CNRS/LTCI, Paris ; 8 INaLCO/Paris, DSI, APHP
Abstract
In this paper, we present our work on quantitative productivity of morphological units of contemporary French. We study especially the suffixAbleas it occurs in the journalistic corpusLe Mondeduring 1995. We combine the usage of automatic tools and of human analysis and we point out their complementary nature, especially when working on textual data. We assess as well the importance ofa priorion the material. We decisions discuss the differences observed with this suffix in different studied corpora and bring out its productive and non productive zones inLe Mondearticles during 1995. Résumé
Dans cet article, nous présentons les travaux effec tués autour de l’étude quantitative de la productivité des procédés morphologiques du français contemporain. N ous nous consacrons en particulier à la suffixation parAbleue telle qu’elle apparaît dans le corpus journalistiq Le Mondel’année 1995. Dans ce travail, nous de combinons les approches automatique et manuelle et nous montrons leur complémentarité, car chacune a un rôle à assurer dans le travail avec des données textuelles. Nous montrons également l’influence effectuée par les décisionsa priori sur le matériel. Nous discutons les différences de comportement de la suffixation parAbleselon les corpus et dégageons ses zones de productivité et de non productivité dans les articles duMonde en 1995. Motsclés :Productivité quantitative, morphologie, corpus journalistique
1. Introduction
Nous présentons dans ce papier les premiers résultats quantitatifs portant sur le travail sur la productivité morphologique mené par l’action 1 du GdR 2220 du CNRS « Descr iption et i modélisation en morphologie » . Nous nous donnons pour objectif d’observer en corpus les occurrences des lexèmes porteurs du suffixeAblede tirer des conclusions quant à la et productivité de la règle à laquelle il est associé en français journalistique contemporain. Les résultats du travail sur la productivité des règles de construction de lexèmes (désormais, RCL) sont, en soi, des indications quant à l’état actuel de la langue. Ils permettent par exemple de
i Le directeur du GdR est Bernard Fradin. L’action 1, « Aspects de la productivité morphologique », est pilotée par Georgette Dal. L’originalité de cette action es t de réunir des compétences variées : morphologues théoriciens, talistes, statisticiens et informaticiens.
es JADT 2006 : 8 Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles