Prospectives pour un développement durable : quelle politique de coopération avec les pays de l

Prospectives pour un développement durable : quelle politique de coopération avec les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine ?

-

Documents
51 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L'Union économique et monétaire Ouest-Africaine connaît de profondes transformations depuis le début de la décennie, tant au plan économique que politique.
En raison des liens qui l'unissent à ces huit pays, la France est particulièrement concernée par leur devenir et elle se doit d'accompagner ce processus de transition.
Le Conseil économique et social émet un certain nombre de propositions visant à adapter la politique française de coopération à cette nouvelle donne. Source : Conseil économique et social

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 1999
Nombre de visites sur la page 40
Langue Français
Signaler un problème
L
En raison de son poids et afin de faciliter son téléchargement, le rapport a été découpé entroisfichiers. Pour permettre la navigation entre les fichiers, utilisez la table des matières active (signets) à gauche de lécran.
III
SOMMAIRE
Pages
AVIS adopté par le Conseil économique et social au cours de sa séance du 9 juin 1999 ................................. 1
I - LUEMOA : UNE RÉGION EN MUTATION.......................................3
II - LES PROPOSITIONS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL...............................................................................................6
A - VEILLER À LA COHÉRENCE DES OBJECTIFS ET DES MOYENS .............................................................................................6
B - JOUER UN RÔLE MOTEUR AU SEIN DE LUNION EUROPÉENNE ET DES INSTANCES MULTILATÉRALES...........7 1. Poursuivre lallégement de la dette...................................................8 2. Faciliter et maîtriser louverture au marché mondial ........................9 3. Dans le cadre de la négociation de la convention de Lomé, agir pour que lUnion européenne accompagne en priorité lintégration économique de lUEMOA .........................................10 4. Permettre une meilleure articulation entre la coopération bilatérale et multilatérale................................................................13 5. Etablir une politique européenne commune au sein des organisations multilatérales............................................................13
C - APPUYER LE PROCESSUS DINTÉGRATION RÉGIONALE DE LUEMOA ...................................................................................14 1. Favoriser un double mouvement de concertation : .........................14 2. Adopter une stratégie régionale ......................................................15 3. Intégrer la question des migrations dans une réflexion régionale ...15 4. Régionaliser laide aux infrastructures ...........................................16 5. Soutenir la création de Conseils économiques et sociaux dans lUEMOA ......................................................................................16
D - AFFIRMER SUR LE TERRAIN LES GRANDES ORIENTATIONS DE LA COOPÉRATION FRANÇAISE ..............17 1. Réorienter les politiques déducation et de formation ....................17 2. Développer une offre éducative et des bourses détudes ................18 3. Sauvegarder les zones rurales .........................................................19 4. Contribuer au développement du secteur privé...............................20 5. Soutenir la coopération culturelle et scientifique............................21 6. Revoir les méthodes sur le terrain...................................................22
E SAPPUYER DAVANTAGE SUR LA SOCIÉTÉ CIVILE ..............23 -1. Soutenir et encourager la coopération décentralisée.......................24 2. Mieux coordonner les interventions des collectivités territoriales et des ONG françaises en Afrique de lOuest.................................25
IV
F - VALORISER LIMAGE DE LAFRIQUE ........................................25
G - FAVORISER LA POURSUITE DUNE RÉFLEXION SUR LA COOPÉRATION ET LAIDE AU DÉVELOPPEMENT ..................26
CONCLUSION ..................................................................................................29
ANNEXE A LAVIS..........................................................................................31 SCRUTIN............................................................................................................31 DÉCLARATIONS DES GROUPES ...................................................................33
RAPPORT présenté au nom de la section des relations extérieures par Mme Janine CAYET, rapporteur ....................................................................... 1
INTRODUCTION ...............................................................................................5
CHAPITRE I LES PAYS DE LUEMOA : UNE SITUATION CONTRASTÉE ........................................................................7
I - DES PROGRÈS RÉCENTS MAIS DES DÉFIS MAJEURS ................7
A - UN NOUVEAU CONTEXTE GÉOPOLITIQUE DEPUIS LA FIN DE LA GUERRE FROIDE...........................................................8 1. Laprès-guerre froide ........................................................................8 2. La reprise des conflits internes .........................................................9 3. Le retour des Etats-Unis dAmérique ...............................................9
B DES PROGRÈS RÉCENTS SE SONT FAIT JOUR DANS LES -DOMAINES ÉCONOMIQUES ET POLITIQUES ...........................11 1. Le retour de la croissance ...............................................................12 2. Les évolutions politiques ................................................................18
C - DES DÉFIS À RELEVER .................................................................21 1. Le désengagement de la communauté internationale dans laide au développement ..........................................................................21 2. Lintégration dans léconomie mondiale ........................................24 3. Un tissu industriel faible .................................................................32 4. Des infrastructures insuffisantes .....................................................38 5. La stagnation de linvestissement ...................................................42 6. Malgré des allégements, la charge de la dette demeure un frein au développement ..........................................................................49 7. Le défi démographique et ses conséquences socio-économiques ...55
II - DES ATOUTS À VALORISER ...........................................................59
A - VERS LINTÉGRATION ÉCONOMIQUE DE LUEMOA.............60 1. Une volonté dintégration ...............................................................60 2. Les objectifs du traité de lUEMOA...............................................63 3. La mise en place des politiques communes de lUEMOA..............64 4. Les avancées de lintégration régionale ..........................................69 5. Quelles perspectives ? ....................................................................71
V
B - LUNION MONÉTAIRE : LES CHANCES OFFERTES PAR LEURO DANS LA ZONE FRANC..................................................73 1. La zone franc : brefs rappels...........................................................74 2. Le passage à leuro et lavenir de la zone franc ..............................75
C - LAGRICULTURE : UNE FORCE POUR LUEMOA ....................78 1. Le poids de lagriculture dans lactivité économique des pays de lUEMOA ......................................................................................78 2. Une agriculture diversifiée .............................................................80 3. Le rôle moteur du coton dans lUEMOA .......................................82 4. La participation de la population locale aux projets de lutte contre la sécheresse ........................................................................85
D - UN PROCESSUS DE PRIVATISATIONS BIEN ENGAGÉ ...........87 1. Une volonté politique de désengagement de lEtat plus affirmée ...87 2. Une plus grande ouverture à linvestissement étranger...................88 3. La privatisation des services publics ..............................................88 4. Un premier bilan des privatisations dans lUEMOA ......................88
CHAPITRE II QUELLE COOPÉRATION AVEC LES PAYS DE LUEMOA ? ...........................................................................93
I - DES LIENS ÉTROITS ...........................................................................93
A - QUELQUES RAPPELS HISTORIQUES..........................................93 1. La conquête ....................................................................................94 2. La colonisation ...............................................................................95
B - LA FRANCE, PREMIER PARTENAIRE ÉCONOMIQUE DE LUEMOA..........................................................................................99 1. Des échanges commerciaux en progression....................................99 2. Une forte présence des entreprises françaises...............................102
II - LA MISE EN OEUVRE DE LA POLITIQUE FRANÇAISE DE COOPÉRATION ............................................................................103
A - LE DISPOSITIF FINANCIER ........................................................103 1. Laide bilatérale............................................................................104 2. Laide multilatérale.......................................................................112 3. Le traitement de la dette ...............................................................113
B - LEFFORT DE LA FRANCE ..........................................................115 1. Un effort important et constant .....................................................115 2. Une aide essentiellement bilatérale...............................................118 3. Une aide multilatérale en augmentation........................................120 4. Une forte concentration sur les pays dAfrique subsaharienne .....120
III - LA RÉFORME DE LA COOPÉRATION FRANÇAISE ..............121
A - UNE POLITIQUE DE COOPÉRATION ADAPTÉE AUX ENJEUX DU MONDE ACTUEL ....................................................122 1. Lesprit de la réforme ...................................................................122
VI
2. Une réforme nécessaire.................................................................123 3. De nouvelles orientations .............................................................124
B - UN CADRE INSTITUTIONNEL RESTRUCTURÉ.......................128 1. Renforcer la coordination interministérielle .................................128 2. Renforcer lunité de conception et de coordination de la coopération internationale autour de deux grands pôles ..............129 3. Un nouveau champ : la « zone de solidarité prioritaire » (ZSP) ...131 4. Elargir la concertation à la société civile ......................................133
C - DES INSTRUMENTS PLUS EFFICACES.....................................134 1. Un opérateur pivot : lAFD...........................................................134 2. Des instruments financiers adaptés à la ZSP.................................135 3. Sortir de lassistanat, promouvoir le partenariat ...........................136
D - UNE COOPÉRATION MILITAIRE RÉORIENTÉE .....................136 1. La nouvelle doctrine .....................................................................137 2. Le programme RECAMP .............................................................138 3. Lévolution du dispositif militaire français...................................139
IV - UNE POLITIQUE AMBITIEUSE ...................................................144
A - LA CONSOLIDATION DE LÉTAT DE DROIT ET LENRACINEMENT DE LA DÉMOCRATIE ...............................144 1. LEtat de droit suppose le développement dun cadre institutionnel adapté et dune administration efficace ..................144 2. Le développement de la démocratie nécessite un appui à lorganisation délections libres et pluralistes ..............................145 3. Un soutien aux politiques de sécurité des personnes et des biens.146 4. Un appui aux réformes dans le domaine judiciaire .......................148 5. Un appui aux administrations économiques et financières ...........149 6. Des actions en faveur du développement des médias ...................151
B - LA CONQUÊTE DE LA SOUVERAINETÉ ÉCONOMIQUE ET LA PARTICIPATION À LÉCONOMIE MONDIALE ..................152 1. Créer les conditions favorables à linvestissement privé ..............152 2. Aider à la reconquête des marchés nationaux et à la restructuration des grandes filières de production........................155 3. Aider à la conception et à la mise en oeuvre de politiques agricoles efficaces ........................................................................155 4. Assurer la sécurité alimentaire......................................................158 5. Moderniser les infrastructures ......................................................160 6. Renforcer lefficacité des entreprises du secteur public marchand .....................................................................................................162
C - LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL (ÉDUCATION ET SANTÉ) ....164 1. Adapter les systèmes éducatifs aux réalités nationales .................164 2. Moderniser les systèmes de santé .................................................170 3. Les femmes, acteurs essentiels du développement .......................174
D - LA COOPÉRATION CULTURELLE ET SCIENTIFIQU
E ...........175
VII
1. La coopération culturelle ..............................................................175 2. La coopération scientifique...........................................................179
V - COOPÉRATION BILATÉRALE ET MULTILATÉRALE............180
A - LA POLITIQUE EUROPÉENNE DE COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT : LES CONVENTIONS DE LOMÉ ..............180 1. Le dispositif des conventions de Lomé.........................................182 2. Lanalyse du Livre Vert ................................................................188 3. Un bilan nuancé ............................................................................194
B - AIDE BILATÉRALE ET AIDE MULTILATÉRALE ....................200 1. Les institutions multilatérales dans les pays de lUEMOA...........200 2. Rapprochement et coordination entre la coopération bilatérale et multilatérale .................................................................................214 3. Des divergences de fonds .............................................................219
CONCLUSION ................................................................................................221
BIBLIOGRAPHIE ..........................................................................................231
TABLE DES SIGLES .....................................................................................234
LISTE DES ILLUSTRATIONS .....................................................................236
ANNEXES........................................................................................................239 Annexe 1 : LIslam, facteur de la vie économique au Sénégal ..........................241 Annexe 2 : Létat des lieux des infrastructures en UEMOA..............................248 Annexe 3 : Les Organes de fonctionnement de lUEMOA................................255 Annexe 4 : Présentation générale de la zone franc en Afrique et mécanismes spécifiques de fonctionnement du compte dopérations ouvert au Trésor public français ...................................................................258 Annexe 4 (Suite) : La zone franc aujourdhui ...................................................259 Annexe 5 : Le bilan des privatisations par pays ................................................260 Annexe 6 : Les entreprises françaises en UEMOA............................................265 Annexe 7 : LAgence française de Développement...........................................266 Annexe 8 : Le Haut Conseil de la Coopération internationale...........................272 Annexe 9 : Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Françaises .....................................................................................273 Annexe 10 : Les conventions de Lomé..............................................................276 Annexe 10 (suite) : Pays participants, de Yaoundé 1 à Lomé IV bis.................280 Cahier n° 1 : 281Fiches des huit pays de lUEMOA .......................................... Cahier n° 2 :La Coopération française avec cinq pays de lUEMOA : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte dIvoire, le Mali et le Sénégal ............................................................................. 333
I - 1
AVIS
adopté par le Conseil économique et social au cours de sa séance du 9 juin 1999
I - 3
Le Bureau du Conseil économique et social a confié le 14 octobre 1997, à la section des Relations extérieures, la préparation dun rapport et dun avis intitulés « quelle politique de :Prospectives pour un développement durable coopération avec les pays de lUnion économique et monétaire Ouest-Africaine ?»1. La section a désigné Mme Janine Cayet comme rapporteur.
*
*
*
Créée en 1994 pour succéder à lUMOA, lUnion économique et monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) comprend huit pays (le Bénin, le Burkina Faso, la Côte dIvoire, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo ainsi que la Guinée Bissau qui les a rejoints en 1997). Très largement inspiré des principes de lUnion européenne, le traité instituant lUEMOA vise à instaurer une solidarité et un dialogue dans le but de « réussir ensemble lintégration » et par là même, répondre aux exigences de léconomie mondiale. Ce processus impose douvrir tous les chantiers en même temps, cest dire les difficultés pour ces huit pays aux économies fragiles.
I - LUEMOA : UNE RÉGION EN MUTATION Limage de lAfrique véhiculée par les médias est celle dun continent, condamné au sous développement et aux conflits. Or sil traduit la réalité de certaines parties du continent, ce tableau ne reflète pas la situation de la plupart des pays qui composent lUEMOA. Cette Afrique évolue et sa relation au monde change. Lenvironnement international a en effet connu en quelques années dimportantes mutations. La fin de la confrontation Est-Ouest et lémergence dun monde multipolaire, le recul du dialogue Nord-Sud, la mondialisation des échanges, laccélération de la diffusion des innovations technologiques ont créé une nouvelle donne. Après la profonde crise économique des années quatre-vingts, lUEMOA a renoué avec la croissance, notamment depuis la dévaluation du Franc CFA en janvier 1994. Celle-ci a permis au prix de certaines contraintes, le rétablissement des principaux équilibres macro-économiques : maîtrise de linflation, réduction du déficit budgétaire, redressement des comptes extérieurs, investissements en hausse, progression du PIB supérieure à celle de la démographie. Dans certains pays des institutions démocratiques ont été mises en place. Une nouvelle génération de cadres politiques, dentrepreneurs, dintellectuels, de journalistes, dartistes prouve que ces pays avancent.
1 Lensemble du projet davis a été adopté par un vote au scrutin public par 135 voix et 34 abstentions (voir résultat du scrutin en annexe).
I 4 -
Certes la situation est contrastée et les résultats inégaux selon les pays tant dans le domaine économique que social, celui de la santé en particulier. Nombre dentre eux restent parmi les plus pauvres du monde. Les inégalités demeurent. Dautres connaissent une reprise des conflits internes en particulier en Guinée Bissau et au Niger. Ils sont de plus confrontés à de nombreux défis : linsertion internationale déconomies insuffisamment compétitives et attractives, le désengagement de la communauté internationale quillustre notamment la baisse de laide publique au développement, le défi démographique et ses conséquences en matière de santé et déducation. Cependant, ainsi que lindiquait M. Michel Levallois, Président du Comité de Coordination pour lAfrique de demain, «les difficultés de lAfrique de lOuest sont lexpression dune transition plus que dune crise». Aussi, les problèmes que connaît cette région, bien moindres dailleurs que ceux dautres parties du continent ne doivent pas occulter les progrès quont réalisés les pays de lUEMOA au cours de ces dernières années. Ceci est dautant plus vrai que cette zone dispose dun certain nombre datouts quil lui appartient de valoriser. Tel est le cas du processus dintégration régionale mis en oeuvre en 1994. Inspirée des principes de lUnion européenne, lUEMOA sappuie sur la recherche de convergence des politiques économiques, la coordination de politiques sectorielles nationales et éventuellement la mise en oeuvre de politiques communes, notamment dans les domaines des ressources humaines, de laménagement du territoire, des transports et télécommunications, de lenvironnement, de lagriculture, de lénergie, de lindustrie et des mines ; lharmonisation et la clarification de lenvironnement réglementaire (en particulier le régime de la fiscalité) et légal avec notamment lorganisation pour lHarmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) ; la création dun marché commun, à lintérieur duquel les biens, les services, les personnes et les capitaux circuleront librement, et où le droit détablissement des personnes sera assuré. Cinq ans après sa création, lUEMOA se structure et se renforce progressivement pour devenir un ensemble économique susceptible de répondre aux exigences de léconomie mondiale. La quasi totalité des organes de lUEMOA est en place : la Commission, la Cour de justice, la Cour des comptes, la Chambre consulaire régionale. Le Système Comptable Ouest Africain (Syscoa) a été adopté le 1er janvier 1998, la Bourse régionale des valeurs mobilières dAbidjan fonctionne depuis septembre 1998. La réforme fiscale progresse ainsi quun code communautaire dinvestissements. Le TEC entrera en vigueur lan 2000. En regroupant les potentialités de ses composantes, en favorisant les complémentarités, lUEMOA avec ses 67 millions dhabitants constitue un espace économique viable, susceptible dattirer les investisseurs jusque là rebutés par létroitesse des marchés, un faible pouvoir dachat, linsuffisance des infrastructures et les incertitudes de lenvironnement juridique.
I - 5
De plus, le processus de privatisation qui accompagne les réformes consécutives à la dévaluation du CFA, la facilitation de linvestissement étranger ouvre à ceux-ci de nouvelles perspectives. Enfin, ils y disposent dune monnaie unique, le CFA, arrimé à leuro, ce qui constitue un facteur de stabilité et permet aux entreprises installées dans cette région daccéder à un marché de 320 millions de consommateurs, sans coût de transactions.Cette évolution tendrait à montrer que les pays de lUEMOA sont en passe de trouver les ressources nécessaires à leur croissance. Néanmoins ces résultats sont encore fragiles et doivent être consolidés. La France a un rôle à jouer dans ce sens. Elle a en effet, maintenu des liens étroits avec ces pays sur le plan humain, politique, technique et financier. Dans le domaine économique, notre pays représente le premier partenaire de ces Etats aussi bien au niveau des échanges -avec des parts de marchés supérieures à 25 % - quau niveau des investissements. Il y bénéficie en outre de la proximité linguistique et culturelle. De plus, leffort consenti par la France a été important et constant. Même si les montants de laide publique sont en baisse ces dernières années, notre pays reste à titre bilatéral le premier donateur dans la région de lUEMOA où il devance très largement les pays du G7 ainsi que ses autres partenaires européens, les Fonds arabes, voire les bailleurs de fonds multilatéraux. Si lon prend en compte sa participation aux différentes organisations multilatérales, sa contribution au développement de cette région apparaît encore plus conséquente. Lopportunité de la coopération française, quarante ans après les indépendances, continue cependant à faire lobjet de débat. Bien que les conditions délaboration de ce rapport naient pas permis de faire une évaluation exhaustive, il sest attaché à réunir suffisamment déléments dappréciation pour permettre dorienter la politique française de coopération. Force est de constater que la présence et le soutien de la France ont joué un rôle stabilisateur. Ils ont évité les drames que connaissent la région des Grands Lacs ou la Corne de lAfrique. Ils ont permis la création et le maintien dinfrastructures de base et la continuité de services publics qui assurent la sécurité, léducation, les soins de santé, même sils demeurent insuffisants. Laugmentation de lespérance de vie, la progression de lalphabétisation, la croissance économique, lamélioration de lautosuffisance alimentaire sont les meilleurs indicateurs du développement qua connu lUEMOA. De plus lUEMOA semble désormais engagée sur la voie du changement. Elle recueille les premiers fruits des efforts de ces dernières années largement soutenus par la France. Lobjectif de notre pays doit être dadapter sa politique de coopération à ce nouveau contexte et de la rendre plus efficace. Cet objectif ne peut être atteint que sous certaines conditions qui font lobjet des propositions qui suivent.
I - 6
II - LES PROPOSITIONS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL
A - VEILLER À LA COHÉRENCE DES OBJECTIFS ET DES MOYENS Outre la mise en cause de lefficacité de laide, les critiques récurrentes portent sur la multiplicité des intervenants,labsence de vision globale qui en découle, les difficultés de cette politique à sadapter aux mutations politiques, économiques et sociales que connaît lAfrique de lOuest. Elles ont conduit à revoir récemment le dispositif mis en place dans les années soixante. Relevant du principe de solidarité, la politique de coopération réformée en janvier 1999, sarticule dorénavant autour de six axes stratégiques : - la consolidation de lEtat de droit et lenracinement de la démocratie ; - la conquête de la souveraineté économique ; - la lutte contre la pauvreté par lamélioration des systèmes denseignement et de santé ; - le développement de la recherche et laccès à linformation scientifique et aux nouvelles technologies ; - la gestion du développement urbain et des ressources naturelles et le soutien aux processus dintégration et de coopération régionales ; - louverture sur lextérieur dans le respect des identités culturelles et sociales. La cohérence entre lobjectif humaniste, qui est la finalité de la politique de partenariat entre la France, lEurope et lUEMOA, et les moyens mis à sa disposition doit sinspirer du sommet de La Baule de 1990 qui a établi un lien entre la contribution de notre pays, la promotion des droits de lhomme et le développement de la démocratie. Sur le plan institutionnel, la réforme renforce la coordination interministérielle en créant le Comité Interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID), chargé de définir les orientations de la politique de coopération internationale et de déterminer notamment la «zone de solidarité prioritaire». Elle consolide lunité de conception de cette politique en regroupant au sein du ministère des Affaires étrangères les services de la Coopération et des Affaires étrangères. Elle élargit la concertation à la société civile au sein du Haut Conseil de la coopération internationale. LAgence Française de Développement se voit confier la gestion directe des actions de coopération même si le ministère des Affaires étrangères conserve, par le biais du Fonds dAide et de Coopération, celle des opérations relevant des secteurs institutionnels et de souveraineté (justice, Etat de droit, administration économique, défense, police). La réforme est donc ambitieuse au niveau de ses objectifs : la coopération couvre tous les volets, elle nest plus limitée au pays du « champ » mais sélargit à une zone dite de solidarité prioritaire composée des pays ayant le plus besoin de notre aide au développement.