//img.uscri.be/pth/481656bd82dd50f765572da81d06f7acea1a739c
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Rapport de mission CUBA 2013 Terre et Humanisme

De
44 pages
Mission d’exploration auprès du mouvement agroécologique cubain Aout-décembre 2013 Rapport de Mission Dorian FELIX Décembre 2013 1 Sommaire Introduction ............................................................................................................................................................................... 4 I. Déroulement de la mission ............................................................................................................................................. 5 A. Calendrier ...................................................................................................................................................................... 5 B. Détail des activités ....................................................................................................................................................... 5 1. Préparation de la mission (août 2013) ................................................................................................................. 5 2. Rencontre avec les institutions cubaines (septembre 2013) ............................................................................. 6 3. Visites de terrain (octobre-novembre 2013) ....................................................................................................... 6 4. Le cours international d’agroécologie (10-16 novembre 2013) ................................................
Voir plus Voir moins
Mission d’exploration auprès du mouvement agroécologique cubain Aout-décembre 2013 Rapport de Mission
Dorian FELIX
Décembre 2013
1
Sommaire Introduction ...............................................................................................................................................................................4 I. Déroulementde la mission.............................................................................................................................................5 A. Calendrier......................................................................................................................................................................5 B.Détaildesactivités.......................................................................................................................................................5 1. Préparationde la mission (août 2013) .................................................................................................................5 2.Rencontreaveclesinstitutionscubaines(septembre2013).............................................................................6 3.Visitesdeterrain(octobre-novembre2013).......................................................................................................6 4.Lecoursinternationaldagroécologie(10-16novembre2013).......................................................................7 èmes 5. LesIV rencontresinternationales d’agroécologie (17-24 novembre 2013).............................................8 6. Approfondissementdes contacts (25-28 novembre 2013) ..............................................................................9 II.Brèverevuedelhistoireagrairecubainedepuislarévolution..................................................................................9 A. L’héritagedes colons : une agriculture tournée essentiellement vers la monoculture d’exportation.............9 B. Lesgrandes transformations des deux dernières décennies .............................................................................. 10 1. Lacourse aux innovations.................................................................................................................................. 11 2. Revalorisationde la paysannerie........................................................................................................................ 12 3. Cubaà la recherche de la souveraineté alimentaire… par le biais de l’agroécologie ! … ?...................... 14 III. Lemouvement agroécologique cubain et les différents acteurs qui le composent........................................ 16 A. L’ANAPet le MACAC............................................................................................................................................ 16 1. Uneassociation qui regroupe l’ensemble des petits paysans cubains.......................................................... 16 2. Lemouvement agroécologique de paysan à paysan....................................................................................... 16 3. Leforum des sciences et techniques................................................................................................................. 18 B. Lesacteurs étatiques et les programmes publics................................................................................................. 19 1. LeMINAG et les politiques publiques liées à l’agroécologie....................................................................... 19 2. Leprogramme d’agriculture urbaine et suburbaine........................................................................................ 19 3. LeCITMA............................................................................................................................................................. 20 4. Laroute de la science et de la technique.......................................................................................................... 20 C. L’ACTAF................................................................................................................................................................... 21 D. Lemonde de la recherche scientifique et de l’éducation.................................................................................... 22 1. Lesinstituts de recherche scientifique.............................................................................................................. 22 2. Lesécoles et les universités................................................................................................................................ 23 3. L’INCAet le PIAL.............................................................................................................................................. 24 E. Lesautres acteurs liés à l’agroécologie à Cuba..................................................................................................... 25 1. Acteurscubains .................................................................................................................................................... 25 2. Acteursinternationaux ........................................................................................................................................ 26 IV. Panoramade l’agroécologie à Cuba....................................................................................................................... 27 A. Lesexploitations paysannes à Cuba....................................................................................................................... 27 2
B. Inventairerapide des principales pratiques agroécologiques observées.......................................................... 28 1. Lesrotations de culture....................................................................................................................................... 28 2. Lesassociations de culture ................................................................................................................................. 28 3. L’agroforesterie.....................................................................................................................................................29 4. Lessemences ........................................................................................................................................................ 30 5. Latraction animale .............................................................................................................................................. 31 6. Laconservation des sols..................................................................................................................................... 33 7. Laprotection des plantes.................................................................................................................................... 37 8. Lesfourrages cultivés et l’alimentation animale locale................................................................................... 38 9. Lesplantes médicinales....................................................................................................................................... 38 10. Biogazet autres énergies renouvelables....................................................................................................... 39 V. Pistesd’actions pour une collaboration entre Terre et Humanisme et Cuba...................................................... 40 A. Deséchanges d’expériences entre Cuba, la France et les pays des partenaires de Terre et Humanisme au Sud 40 1. Partagerdes connaissances techniques…........................................................................................................ 40 2. …et méthodologiques........................................................................................................................................ 41 3. Unpartenariat possible avec La Vía Campesina............................................................................................. 42 B. Appuyerles enjeux actuels du mouvement agroécologique cubain................................................................. 42 Table des sigles ACTAF AssociationCubaine des Techniciens Agricoles et Forestiers ANAP AssociationNationale des Petits Agriculteurs CAME Conseild’Aide Mutuelle Economique CCS Coopérativede Crédits et de Services CITMA Ministèredes Sciences, des Technologies et de l’Environnement CPA Coopérativede Production Agricole et d’élevage CREE Centresde Reproduction d’Entomophages et d’Entomopathogènes FANJ FondationAntonio Nuñez Jiménez pour l’Homme et la Nature IIMA Institutde Recherche en Mécanisation Agricole INCA InstitutNational des Sciences Agraires INIFAT InstitutNational de Recherche Fondamentale en Agriculture Tropicale INISAV Institutde Recherche en Santé Végétale LVC LaVía Campesina MACAC MouvementAgroécologique de Paysan à Paysan MINAG Ministèrede l’Agriculture PIAL Programmed’Appui aux Innovations Locales PAUS Programmed’Agriculture Urbaine et Suburbaine UNAG UnionNationale des Agriculteurs et Eleveurs (Nicaragua) UBPC Unitéde Base de Production Coopérative
3
Introduction Cette mission, approuvée par Terre et Humanisme en juillet 2013, est le fruit de réflexions entamées début 2012 entre Terre et Humanisme et moi-même. L’idée initiale était de se rapprocher du mouvement agroécologique paysan latino-américain, présent sur tout le continent, particulièrement dynamique et mondialement reconnu comme pionnier dans certains domaines tant au niveau technique que méthodologique. Après avoir évoqué la possibilité de se rapprocher du Mouvement des Sans Terre brésilien et/ou bolivien, des expériences agroécologiques de l’Amazonie brésilienne ou de celles des associations paysannes équatoriennes, avec qui j’avais déjà travaillé et/ou entamé des contacts intéressants, c’est finalement sur le mouvement agroécologique «de paysan à paysan » cubain (Movimiento Agroecológico de Campesino a Campesino, MACAC) que le choix s’est fixé, profitant ainsi de mes connaissances sur l’île et de mes attaches familiales dans le pays pour entamer un processus de rapprochement avec un système social et politique radicalement différent de ceux avec qui nous 1 avons l’habitude de travailler. Le livre « Révolution agroécologique » , qui décrit le MACAC, son histoire et son impact sur le monde paysan cubain, ainsi que la bibliographique sur l’agroécologie à Cuba que j’ai entrepris début 2013, nous ont aidés à entrevoir l’intérêt que pourrait représenter un rapprochement avec ce mouvement, et plus largement avec l’ensemble des acteurs qui œuvre pour le développement de l’agroécologie à Cuba. Les objectifs de la mission étaient donc à la fois de se rapprocher des différents acteurs du mouvement agroécologique cubain, de découvrir et de vérifier son impact sur le monde paysan et le système agraire du pays et d’identifier d’éventuelles pistes de travail pour Terre et Humanisme à partir de 2014. Dans une démarche basée sur la réciprocité, l’association pourrait s’inspirer de l’expérience cubaine dans le développement de la méthodologie « de paysan à paysan » et en faire profiter ses partenaires actuels, en France et dans les pays du Sud. Cette idée, couplée avec un éventuel engagement de Terre et Humanisme dans l’accompagnement de la « révolutionagroécologique »cubaine, permettrait de revoir les rapports nord-sud sous une approche plus égalitaire où les deux parties auraient à apporter et à recevoir. Ce rapport décrit d’abord les différentes étapes de la mission que j’ai effectuée entre août et décembre 2013, les rencontres et les apprentissages que j’ai pu réaliser pendant cette expérience privilégiée de découverte et de prise de contacts. Il revient ensuite sur l’histoire agraire cubaine pour resituer les évènements récents dans un contexte plus global, avant de présenter les acteurs impliqués actuellement dans le mouvement et les divers processus en cours qui accompagnent la diffusion de l’agroécologie sur l’île et encouragent les innovations paysannes. Il dresse un panorama de la situation actuelle et passe en revue les principales pratiques agroécologiques mises en œuvre sur l’île. Il aborde finalement les différentes pistes de collaboration entre Terre et Humanisme et Cuba pour l’avenir, à partir de mes propres réflexions, des discussions avec les différents acteurs et de celles entamées avec Pierre François lors de sa venue en novembre. Ce rapport est également accompagné d’un DVD qui regroupe une sélection des meilleures photos prises lors de la mission et de nombreux documents glanés çà et là auprès des personnes rencontrées.
1 Publication commune entre l’ANAP et la Vía Campesina paru en 2010 et largement diffusé entre 2011 et 2012, traduit en Français en 2013. 4
I.Déroulement de la mission A.Calendrier Le détail du calendrier est observable sur le tableau 1. Lors de l’élaboration de l’ordre de mission, et pour des raisons de limitation budgétaire principalement, la durée de la mission a été limitée à 39 jours. Pour des raisons d’intérêt personnel, elle a été beaucoup plus étendue, profitant ainsi de cette opportunité pour bien préparer les 2 3 aspects administratifset logistiqueset pouvoir mettre en place des contacts solides avec les diverses institutions rencontrées, tout en prenant le temps d’analyser en profondeur le mouvement agroécologique cubain sur le terrain. D’un commun accord, la durée totale du travail effectué dépasse donc largement celle définie dans l’ordre de mission.
Visites de terrain
Réunions Travailde bureau Tableau 1 : Calendrier de la mission, août-décembre 2013
B.Détail des activités
D éplacements
1.Préparation de la mission (août 2013) La préparation de la mission a demandé un certain temps, regroupant diverses activités préliminaires qu’il était possible ou préférable de réaliser depuis la France : -Synthèse bibliographique des documents disponibles sur Internet. -Approfondissement de mes connaissances sur Terre et Humanisme en vue de représenter l’association auprès des partenaires cubains. -Préparation du diaporama de présentation de Terre et Humanisme et de ses activités pour les rencontres internationales de novembre. -Premiers contacts mails avec les institutions cubaines. 2 Visa de travail, programme de visite approuvé par la direction de l’ANAP, grosse structure très représentative du mouvement paysan mais aussi très verticale et bureaucratique auprès de laquelle les démarches sont parfois pesantes… 3 Ce qui ne fut pas une mince affaire dans un pays frappé par un blocus économique et financier qui complique à la fois les communications (téléphoniques et internet) et les transports (rareté et désorganisation des transports en commun, coût élevé des véhicules de location). 5
2.Rencontre avec les institutions cubaines (septembre 2013) Les premiers contacts mails réalisés depuis la France ont permis de programmer des réunions avec divers institutions cubaines début septembre 2013, de manière à rencontrer les personnes importantes pour le bon déroulement de la mission et programmer les visites de terrain. En effet la direction nationale de l’ANAP doit donner son autorisation pour toute visite de ferme affiliée à une coopérative, et celles-ci doivent être programmées un mois à l’avance pour assurer la disponibilité des agents provinciaux et/ou municipaux. Cette bureaucratie, propre à une structure très hiérarchisée, au fonctionnement un peu trop vertical, est caractéristique de l’ANAP, association qui présente néanmoins l’avantage d’avoir des ramifications dans toutes les communes du pays, au travers des coopératives qu’elle représente. Après-coup je me suis rendu compte que je n’étais pas obligé de passer directement par l’ANAP pour programmer ces visites, que j’aurais pu passer par l’ACTAF ou par le PIAL (INCA-universités). Ceux-ci auraient quand-même eu à effectuer la demande d’autorisation auprès de l’ANAP mais comme ils travaillent ensemble depuis longtemps, cela aurait été plus simple et plus rapide. Néanmoins mes relations avec l’ANAP se sont avérées plutôt bonnes et contre toute attente un programme personnalisé a été approuvé pour me permettre de 4 visiter des fermes aux contextes variés. Nous avons donc choisis quatre provincesprésentant des contextes variés pour réaliser les visites, en désignant une semaine du mois d’octobre pour chacune des provinces (voir tableau 1). En parallèle, j’ai pu commencer à rencontrer d’autres acteurs impliqués dans le mouvement agroécologique cubain, comme l’ACTAF, le PIAL, la FANJ, l’ambassade de France ou l’ONG Oxfam ou l’agence de coopération Suisse Cosude (voir chapitre III). Il m’a aussi fallu transformer le visa familial avec lequel j’étais entré dans le pays en visa d’échange auprès des services de migration, avec l’aide de l’ANAP.
3.Visites de terrain (octobre-novembre 2013) Cette phase de terrain m’a permis de visiter 45 fermes sur 17 jours de visites (2 à 3 fermes par jour), en passant de d’une à quatre heures dans chaque ferme pour avoir le temps d’échanger avec les paysans, d’approfondir leurs pratiques agricoles, l’organisation et la gestion de la ferme, leur fonctionnement coopératif, les aspects liés à la transformation et à la commercialisation… Le choix des fermes a été réalisé au préalable avec les acteurs locaux, sur la base des critères suivants : -Diversité de contextes pédoclimatiques -Diversité des formes d’organisation (CCS, CPA, UBPC, organoponiques,…) -Diversité des productions -Diversité des pratiques agroécologiques observables -Différents niveaux de mise en œuvre de l’agroécologie Selon les départements, différents acteurs m’ont accompagné pour la programmation et la réalisation des visites de terrain : -ANAP nationale (Santa Clara), provinciale (Santa Clara, Holguin et Sancti Spiritus) et municipale (Santa Clara, Holguin et Sancti Spiritus), -Délégation locale du ministère de l’agriculture en charge de l’agriculture urbaine et péri-urbaine (Santa Clara, Holguin), Visite d’un paysan avec les coordinateurs -PIAL, via la faculté d’agronomie (Las Tunas), nationaux et provinciaux du MACAC, -ACTAF (Holguin),province de Villa Clara Après cette longue série de visites programmées avec l’ANAP, j’ai complété mon panorama de l’agriculture cubaine en visitant la station expérimentale de pâtures et fourrages Indio Hatuey (Matanzas), très impliquée dans l’agroécologie et la complémentarité agriculture-élevage, ainsi que quelques fermes des alentours, puis l’INIFAT (Santiago de las Vegas, province de La Havane), siège du programme d’agriculture urbaine et suburbaine, et enfin la ferme de Frenado Funes (agroécologiste renommé à Cuba) dans la province d’Artemisa. 4 Deux dans la région centrale (Villa Clara et Sancti Spiritus) et deux dans la région orientale (Las Tunas et Holguin) de l’île, la région occidentale (Mayabeque, Artemisa, La Havane et Pinar el Rio) étant laissée pour les visites de terrain dans le cadre du cours et des rencontres internationales de novembre 6
L’objectif était de rencontrer les paysans impliqués, à différents niveaux, dans le mouvement agroécologique cubain, de comprendre leurs motivations, d’observer leurs pratiques, de partager leur ressenti sur les processus en cours dans leurs pays, de recueillir leurs attentes et leurs perspectives. Il a été largement atteint et le contact direct avec le monde paysan que ces visites ont permis a largement contribué à la compréhension des réalités du monde rural cubain, des processus en œuvre et des enjeux actuels, vus par les paysans eux-mêmes. Paysan expliquant ses pratiques agricoles 4.Le cours international d’agroécologie (10-16 novembre 2013) Comme activité préliminaire aux rencontres, l’ANAP organisait la semaine antérieure un cours international d’agroécologie. Ce cours comprenait à la fois des cessions en salle sur différentes thématiques tournant autour du contexte agricole cubain et de l’agroécologie à Cuba. Y ont assisté 20 participants de différents pays (Belgique, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Cuba, France, Mexique), occasionnant des échanges interculturels particu-lièrement riches. En dehors des visites de terrain, les cours ont eu lieu dans le centre national de formation de l’ANAP Niceto Perez à Guira de Melena, province d’Artemisa. Le groupe du cours international Le programme du cours fut le suivant : d’agroécologie lors d’une visite à une ferme -Dimanche 10 novembre: réception et accréditation, ouverture du productrice de café (qui sèche devant nous) cours et présentation du Centre National de formation et du système de formation de l’ANAP. -Lundi 11 novembre : 8h30-9h30 : Panorama économique, politique et social de Cuba. o 10h00-12h30 : L’ANAP comme organisation de la paysannerie cubaine, son importance sociale dans le o milieu rural cubain et sa contribution à la production nationale d’aliments. 14h00-17h00 : Agroécologie et souveraineté alimentaire à o -Mardi 12 novembre : ro de Services (CCS)Coopérative de Crédits et 8h30-12h30 : Visites de lamayo1 dede la Coopérativeet o de Production Agricole (CPA)Waldo Diaz Fuentes, province Artemisa. 14h00-17h30 : Le rôle de la femme dans l’agriculture cubaine et la souveraineté alimentaire. o -Mercredi 13 novembre : Pratiques et technologies pour une 8h30-12h30 :agriculture durable. Le rôle de l’agroécologie dans la o protection des ressources naturelles et de l’environnement. 14h00-17h30 : Visites de fermes agroécologiques en agroforesterie, province Mayabeque. o -Jeudi 14 novembre : 8h30-10h30 : Gestion agroécologique des sols. o 10h45-12h45 :Gestion agroécologique de la santé des o plantes. agroécologiques, province14h00-17h30 :Visites de fermes o d’Artemisa. -Vendredi 15 novembre : Visites de fermes de l’agriculture urbaine et8h30-12h30 : o sub-urbaine de La Havane. 14h00-17h30 : Visite de l’organoponique de Alamar. o ro Visite d’une lombriculture, CCS 1de mayo -Samedi 16 novembre : Conclusions du cours et clôture.
7
« U
re
uz
Les ue, Bol ali, Me ns po Organisées par l’ANAP avec l’aide de la Vía Campesina, elles avaient pour objectif de partager l’expérience du MACAC et d’échanger sur des expériences en agroécologie un peu partout dans le monde. Outre le complément d’information apporté par les conférences et les exposés de qualité (dont la plupart étaient réalisés par des paysans cubains, expérimentateurs et communicants hors pair…), elles ont été l’occasion de rencontres très intéressantes avec des organisations diverses des nombreux pays participants. Les 3 premiers jours étaient dédiés à des visites de terrain organisés en 15 groupes répartis dans les 15 provinces du pays. J’ai pour ma part visité des fermes dans la province occidentale de Pinard el Rio, grande productrice de tabac et de polyculture-élevage sur des terres rouges ferralitiques dont la faible fertilité est compensée par une bonne complémentarité agriculture-élevage. Pour la journée du jeudi 21 nous nous sommes répartis en 3 groupes pour aborder les thématiques d’agroécologie, genre et coopérativisme. Puis nous avons pu suivre une conférence de l’ANAP sur Visite de ferme (compostage de déchets d’unl’agroécologie à Cuba et dans le monde et une autre du MINAG sur biodigesteur à biogaz) les défis actuels de l’agriculture cubaine. Le vendredi 22 au matin, après une conférence sur les actions et revendications de la Vía Campesina, nous nous sommes répartis en 6 commissions (expériences de souveraineté alimentaire basées sur l’agroécologie, technologies innovantes en agroécologie, protection des ressources naturelles et de l’environnement, facteurs sociaux et institutionnels de l’agriculture durable, genre, coopérativisme). Terre et Humanisme a présenté un exposé dans la première commission afin d’expliquer ses activités en France et dans les pays du Sud, ainsi que les objectifs de la mission en cours à Cuba. Enfin le samedi, après une conférence du CITMA sur les enjeux d’une gestion environnementale globale et une autre sur la recherche scientifique et son implication dans le mouvement agroécologique cubain, eut lieu la cérémonie de clôture au palais des congrès à La Havane. Conférence de la Vía Campesina
8
6.Approfondissement des contacts (25-28 novembre 2013) Pierre-François avait décidé de rester quelques jours afin de pouvoir se réunir avec les différents acteurs du mouvement agroécologique cubain avec lesquels nous aurions décidé d’effectuer un rapprochement. Ces 4 jours ont été l’occasion de nous réunir avec l’ANAP, l’ACTAF, l’INIFAT et OXFAM, et de visiter des fermes agroforestières de la province de Mayabeque, l’organoponique d’Alamar et la ferme de Fernando Funes (agroécologiste cubain de renom). Ce temps nous a également permis de nous réunir au calme et de revenir sur ce que nos impressions respectives sur ce que nous avions pu voir durant les jours (ou les mois) précédents. Visite de l’organoponique d’Alamar
II.Brève revue de l’histoire agraire cubaine depuis la révolution Depuis une vingtaine d’années, l’agroécologie a pris une ampleur croissante dans le monde agricole cubain. Dans un souci à la fois d’autonomie face aux marchés internationaux (pour les produits alimentaires comme pour les matériels agricoles, les intrants, engrais ou pesticides, l’alimentation animale, etc…), de souveraineté alimentaire, de santé publique et de protection de l’environnement, Cuba a promu l’agroécologie comme un objectif global pour une grande partie de la 5 production nationale . Nous allons voir ici que cela n’a pas toujours été le cas, bien au contraire, et comment l’Histoire a amené le pays à un revirement total de sa politique agricole. Ferme agroécologique, Pinard el Rio
A.: une agriculture tournée essentiellementL’héritage des colons vers la monoculture d’exportation Avant la révolution socialiste de 1959, l’agriculture cubaine était principalement 6 basée sur le modèle latifundiste , héritage de la période coloniale largement reproduit par les intérêts économiques nord-américains. La production, en monoculture, était quasi-exclusivement tournée vers l’exportation vers l’Europe et les Etats Unis 7 (sucre , tabac, café, élevagebovin extensif…). La petite paysannerie cubaine vivait dans des conditions d’extrême pauvreté, alors que la bourgeoisie locale et les intérêts étrangers accumulaient des millions sur le dos du peuple, avec un faste ostentatoire dont témoignent encore aujourd’hui les innombrables palais et grandes demeures coloniales) de cette époque aujourd’hui révolue. La Havane
5 Les grandes cultures d’exportation comme la canne à sucre et le tabac restent pour l’instant sur le modèle de l’agriculture raisonnée. La culture de la canne à sucre est pratiquée à grande échelle en monoculture, ce qui rend difficile sa production écologique. Le tabac quant à lui est une culture délicate, dont la qualité de la feuille dépend de multiples paramètres difficiles à laisser dans les mains de mère nature… Ces cultures d’exportation, stratégiques pour l’économie cubaine, sont plus difficiles à faire évoluer, même s’il existe des programmes visant à développer des pratiques écologiques sur ces productions. 6  75%des terres appartenaient à 10% des propriétaires fonciers. 13 compagnies nord-américaines détenaient 117 millions d’hectares de terre, soit 25% des terres arables du pays (Acosta 1972). 7 L’industrie sucrière représentait 80% des exportations du pays et 25% des revenus du pays (Soucre : ANAP). 9
La révolution a permis, dans un premier temps, de changer le panorama social de l’agriculture cubaine sans toutefois remettre en question ses orientations productives. La réforme agraire mise en 8 œuvre dès 1959 a éradiqué le modèle latifundisteet redistribué une partie des terres aux petits paysans, la majorité restant cependant aux mains de l’état sous forme de grandes unités de production inspirées 9 du modèle soviétique. Malheureusement la monoculture d’exportation, même si elle a été quelque peu diversifiée (notamment par les grandes plantations d’agrumes des années 60), n’a pas été remise en question, voire même plutôt encouragée par les échanges Une des rares usines sucrières encore en fonctionnement à Cubaavec le bloc soviétique. Les cubains, privés de relations avec leurs voisins du nord comme du sud par l’embargo imposé par les Etats Unis, échangeaient à un prix équitable leur sucre et autres matières premières contre des produits agroalimentaires et autres produits industriels avec leurs amis de la CAME (Conseil d’Aide Mutuelle Economique, avec qui Cuba réalisait 85% de ses échanges commerciaux), entretenant ainsi une forte dépendance vis-à-vis du monde extérieur, qui a failli leur être fatale. La révolution verte a été particulièrement importante dans ce contexte de monoculture intensive et l’URSS exportaient ses paquets technologiques vers Cuba, tout en formant les scientifiques cubains aux bienfaits de l’agriculture chimique dans ses universités. La révolution socialiste a néanmoins permis, en parallèle, la mise en place d’un vaste réseau de centres de recherches et d’instituts techniques (voire chapitre III.D) et la formation d’un grand nombre deChamp de canne à sucre présentant les techniciens agricoles qui, s’ils ont dans un premier temps contribué à la diffusion nombreuses variétés des techniques de la révolution verte, ont aussi joué un grand rôle dans la prise de développées par la conscience de ses méfaits dès le début des années 80, ainsi que dans la rechercherecherche scientifique cubaine d’alternatives. B.Les grandes transformations des deux dernières décennies Lorsqu’au début des années ’90, après l’effondrement du bloc soviétique, Cuba perd son principal partenaire commercial, la production alimentaire dégringole en raison de la chute des importations de fertilisants, pesticides, tracteurs, pièces détachées et pétrole. La situation est à ce point catastrophique que Cuba enregistre le taux de croissance de la production alimentaire par habitant le plus bas de toute l’Amérique latine et des Caraïbes. Mais très vite, l’île va réorienter son agriculture de manière à être moins dépendante des importations de produits chimiques synthétiques, et va ainsi développer l’agriculture écologique. Le succès de cette reconversion est à ce point fulgurant que Cuba enregistre alors le meilleur score en matière de production alimentaire dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes, soit un taux de croissance annuel de 4,2% par habitant de 1996 à 2005, contre un taux moyen de 0% dans le reste de la région. (Altieri et Al., 2012). La chute du bloc soviétique a entrainé une crise, alimentaire et économique, sans précédent dans la Cuba socialiste. Son économie, tournée principalement vers les échanges avec la CAME, se retrouve à genoux et la population traverse une période très dure: le «periodo especial». De 1990 à 1993, le PIB chute de 34.8% (Alvarez, 2011); la production agricole, trop dépendante d’intrants qui n’arrivent plus (pétrole, engrais et pesticides chimiques), chute de 50%...Les produits jusqu’alors La «libreta», le 10 distribués par l’Etat disparaissent brutalement des «bodegas» et les gens doivent se carnet de rationnement cubaindébrouiller comme ils peuvent, au jour le jour, pour trouver quelque chose à 8 La surface maximum que peut détenir une personne est limitée à 400ha en 1959, puis 67 ha en 1963 (ANAP). 9  En1989, 78% des terres agricoles étaient aux mains de l’état, 10% à des coopératives où la terre et la production sont collectives, les CPA (coopératives de production agricole) et 12% à des CCS (coopératives de crédit et de services, plus proches de celles que nous connaissons en France). (Nova Gonzales, 2006) 10  Boutiquesd’état où sont distribués à la population (à un prix dérisoire) les produits de base subventionnés par l’état, à l’aide d’un carnet de rationnement. 10
manger. Les Etats Unis, qui voient là l’opportunité de se débarrasser du régime cubain, en profitent pour durcir l’embargo afin d’affamer la population. La pénurie alimentaire qui se dessine pousse le pays à chercher des 11 réponses rapides tout en repensant son modèle économique, et particulièrement son modèle agricole.
1.La course aux innovations Dès le début des années 90, le pays, poussé par la précarité et par la spectaculaire ingéniosité des cubains, réussit à réinventer son agriculture pour faire face à l’arrêt brutal des importations de pétrole, d’engrais, de produits phytosanitaires, de tracteurs et de pièces de rechange, etc… et alimenter sa population. Les paysans, les techniciens agricoles et les scientifiques se lancent dans une véritable course à l’innovation. De nombreuses pratiques agroécologiques traditionnelles (traction animale, mulch, diversification, associations, rotations, haies vives, conservation de semences…) sont récupérées, adaptées, réappropriées, d’autres sont inventées ou introduites (compostage, lombriculture, lutte biologique, biofertilisants, biopesticides…) afin de maintenir, voire d’augmenter la production agricole. L’état prône la diversification des cultures en vue de produire des aliments variés pour la population et d’équilibrer la ration alimentaire cubaine, des semences sont Organoponique enzone urbaine distribuées, le moindre lopin de terre en zone urbaine est mis à contribution pour produire des aliments. On recrée même de la terre là où il n’y en avait plus avec les organoponiques, parcelles maraîchères en zone urbaine, sur des sols reconstitués à partir de compost, humus de lombrics et fumier. On cherche à profiter au maximum des complémentarités agriculture-élevage, les associations et rotations de culture (re)deviennent la norme. Les connaissances liées à la traction animale sont répertoriées auprès des anciens et diffusées massivement via des écoles de bouviers improvisées dans tout le pays au début des années 90. De nouveaux outils agricoles sont créés par l’institut de recherche en mécanisation agricole (IIMA) et des forgerons sont mobilisés et formés pour permettre aux paysans de continuer à travailler. Les pratiques de conservation des sols (haies vives en Labour avec traction animale courbes de niveau, terrasses, travail du sol au maximum…) sont encouragées par l’Institut des Sols. Celui-ci crée des « Polygones des Sols » un peu partout sur l’île, sortent de fermes-modèles choisies parmi celles dont les sols étaient les plus dégradés pour diffuser les techniques de conservation, via des visites et ateliers d’échanges organisés par l’Etat. Le feu est banni (les contrevenants encourent de lourdes amendes) et les engrais organiques Compost dans un organoponique, Sta Clara à base de résidus de cultures, tailles de haies, fumiers, lombricomposts… sont généralisés (Bourque, 2010). Evolution de laproduction Evolutionde la productionEvolution dans l’emploi de produits Type de culture de 1988à 1994de 1988à 2007agrochimiques de 1988 à 2007 Légumes en général-65 %+145 %-72 % Haricots -77% +351% -55% Racines et tubercules-42 %+145 %-85 % Tableau 2. Evolutions de la production végétale et de l’emploi de produits agrochimiques (Source : Rosset et Al, 2011)
11  Lesautres grands volets des réformes économiques se déroulent dans les domaines des petites entreprises privées (les emplois «a cuenta propia», à son propre compte), la réorganisation du marché interne et l’ouverture au tourisme, avec la dépénalisation du dollar et l’ouverture aux investissements étrangers dans le cadre d’entreprises mixtes. 11